Agy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agy
Église Saint-Vigor
Église Saint-Vigor
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Yvette Jeanne
2014-2020
Code postal 14400
Code commune 14003
Démographie
Population
municipale
236 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 28″ N 0° 45′ 40″ O / 49.241111, -0.76111149° 14′ 28″ Nord 0° 45′ 40″ Ouest / 49.241111, -0.761111  
Altitude Min. 30 m – Max. 83 m
Superficie 4,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Agy

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Agy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agy

Agy est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 236 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 5 kilomètres de Bayeux, dans la vallée de la Drôme, elle fait partie de la communauté de communes Bayeux Intercom.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme latinisée Ageyum au IXe siècle[1], puis Aagy et Agie en 1229[2].

Ce toponyme semble être basé sur un anthroponyme latin Agius[3], suivi du suffixe gaulois de propriété -acum. Il s'agirait donc des terres d'un certain Agius.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1834 la paroisse d'Agy étant rattachée à Subles, l'église d'Agy est mise à la vente au profit de Subles pour être détruite. Mais le 25 août 1834, les habitants s'opposèrent aux huissiers qui vinrent prendre possession des lieux avec les acquéreurs. Face à leur résistance, Alexandre Douesnel-Dubosq, procureur du roi fut mandé ainsi que les gendarmes mais la population armée de gourdins continua de s'opposer à la destruction de l'église et du cimetière. Dans l'après-midi, la Garde nationale de Bayeux arriva en renfort avec trois cent hommes, ce qui mit fin à l'émeute. Trois manifestants furent condamnés au Tribunal correctionnel de Bayeux. La destruction de l'église eut lieu au cours des jours suivants. Les habitants de Subles fêtèrent cet événement, créant une rivalité entre les deux communes, un habitant de Subles allant jusqu'à fixer le coq du clocher de l'église d'Agy sur sa maison. Les habitants d'Agy rejoignirent alors l'Église catholique française de l'abbé Châtel et lancèrent une souscription qui aboutit à la construction d'une nouvelle église et à l'installation d'un prêtre, disciple de l'abbé Châtel. Les habitants d'Agy tenaient leur revanche[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Francis Blondel    
mars 2001 mars 2014 Claude Tillard SE Professeur de construction mécanique
mars 2014[5] en cours Yvette Jeanne SE Employée de gérance retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 236 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Agy[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302 312 321 306 341 328 319 314 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
289 303 298 264 273 256 269 250 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230 243 199 169 160 158 176 198 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
162 183 135 267 280 280 259 252 240
2011 - - - - - - - -
236 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du XVIIIe siècle et manoir seigneurial du XVIe appartenant à la même famille depuis 1805 et transmis depuis plusieurs générations par les femmes (Dragon de Gomiécourt / d'Isoard de Chénerilles / de la Poëze d'Harambure). Un hommage à cette famille se trouve sur les vitraux de l'église de la commune.
  • Église Saint-Vigor, bâtie au XIXe siècle. Dans l'église, se trouve une statue de saint Léonard, évêque d'Avranches, datant du début du XVIe siecle[9], retrouvée dans un fossé au lieu-dit Saint-Léonard où se serait trouvé avant la Révolution un oratoire ou un prieuré.
  • La villa d'Agy (XIXe siècle). Honoré de Balzac, lors de son séjour à Bayeux, a rendu visite à la propriétaire des lieux, Mme de Hautefeuille « aussi remplie d'esprit, écrira-t-il, que la femme de Paris la plus spirituelle ».

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 4b
  2. Dans une charte de l'abbaye de Mondaye.
  3. ibidem
  4. [Société des sciences arts et belles lettres de Bayeux (1891) sur Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4335811/texteBrut]
  5. « Agy (14400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juin 2014)
  6. Date du prochain recensement à Agy, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. « Bayeux intercom - Agy et son patrimoine »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :