Balleroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balleroy
La façade ouest du château.
La façade ouest du château.
Blason de Balleroy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Balleroy (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Intercom Balleroy Le Molay-Littry
Maire
Mandat
Gilbert Montaigne
2014-2020
Code postal 14490
Code commune 14035
Démographie
Gentilé Biardais
Population
municipale
969 hab. (2011)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 50″ N 0° 50′ 17″ O / 49.180556, -0.83805649° 10′ 50″ Nord 0° 50′ 17″ Ouest / 49.180556, -0.838056  
Altitude Min. 49 m – Max. 131 m
Superficie 4,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Balleroy

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Balleroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balleroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balleroy
Liens
Site web mairieballeroy.blogspot.fr

Balleroy est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 969 habitants[Note 1] (les Biardais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à la lisière de la forêt de Balleroy, à treize kilomètres de Bayeux et vingt kilomètres de Saint-Lô, dans la vallée de la Drôme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Propriété jusqu'en 1521 du seigneur d'Aunay, la seigneurie de Balleroy est rachetée par la famille Trextot. Jean de Choisy, conseiller, notaire et secrétaire du roi rachète à son tour la seigneurie de Balleroy ainsi que des terres à Cormolain, Montfiquet et Vaubadon. C'est au fils de Jean de Choisy, intendant de Metz, chevalier, conseiller du roi et du duc d'Orléans, seigneur de Balleroy, de Beaumont, de Grandcamp, de Léthanville et de Saint-Pierre que l'on doit les fondements du château actuel. Il inféoda aux habitants le territoire qui borda la grande place près du château, les obligeant à y construire leurs habitations.

Le seigneur de Balleroy obtient en 1634, l'établissement d'un marché hebdomadaire (le mardi) et de deux foires par an.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bal-sur-Drôme[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Balleroy

Les armes de la commune de Balleroy se blasonnent ainsi :
Écartelé : au premier et au quatrième d'azur au sautoir engrêlé d'or cantonné de quatre besants du même, au deuxième et au troisième d'argent aux trois cœurs de gueules[2].
Le blason des quartiers 2 et 3 est celui de la famille de La Cour de Balleroy (éteinte), anciens marquis de Balleroy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
ca 1850 - M Villeroy[3]    
ca 1970 ca 1980 Pierre Blanchard    
 ? 2006 Yvon Houel    
2006[4] avril 2014 Denis Legrand   Technicien
avril 2014[5] en cours Gilbert Montaigne   Retraité conseiller dans un centre de gestion
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 969 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Balleroy[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 228 1 176 1 391 1 326 1 267 1 395 1 310 1 291 1 311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 244 1 286 1 284 1 220 1 114 1 124 1 110 1 103 1 085
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 059 1 037 1 015 913 850 882 836 950 866
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
829 757 712 720 613 787 754 969 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année a lieu un rassemblement de montgolfières au château de Balleroy. Ce rassemblement s'est arrêté en 1999 (19e édition, pour les 80 ans qu'aurait eu Malcolm Forbes). Depuis 2007, face à la demande du public, la fête a de nouveau lieu à la fin du mois de juin, mais il faut préciser que cela ne se passe plus dans l'enceinte du château. C'est le comité des fêtes du village qui a repris l'idée et qui organise un petit rassemblement. Les festivités ont désormais lieu en haut du village, au niveau du stade[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Source : Conseil général du Calvados[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Charles d'Hervilly (1756-1795), comte d'Hervilly, chevalier, marquis de Leschelles, se marie avec Marie Louise Augustine La Cour de Balleroy (1758-1830), le 7 octobre 1778 au château de Balleroy, le château de la famille de sa femme.
  • Louis James. D'une ancienne famille de Balleroy (James dit Lalande). Il part s'établir à Auxerre (Yonne) où il fonde le premier magasin moderne du département, en association avec le marchand local Lesseré. Célibataire, il fait venir un neveu (Achille) et une nièce (Hortense) pour reprendre ses parts dans l'affaire extrêmement prospère : c'est l'époque du "Bonheur des Dames". Les magasins Soisson & James sont cédés vers 1970 à Eurodif[réf. nécessaire].
  • Le comte Albert de Balleroy (1828-1872), député du Calvados[11], peintre spécialisé dans les scènes de chasse, partagea un atelier rue Lavoisier à Paris avec Édouard Manet[12].
  • Malcolm Forbes (1919-1990)[13], milliardaire de la presse américaine, fut propriétaire du château à partir de 1970.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de Balleroy sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 26 juillet 2012.
  2. « GASO, la banque du blason - Balleroy Calvados » (consulté le 4 mars 2010)
  3. Annuaire de département du Calvados, année 1850, p.364
  4. « Le maire Denis Legrand se représente aux élections », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 octobre 2014)
  5. « Le nouveau maire Gilbert Montaigne présente son équipe », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 octobre 2014)
  6. Date du prochain recensement à Balleroy, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. http://www.ouest-france.fr/2008/03/28/calvados/A-Balleroy-envol-des-ballons-du-27-au-29-juin--53344866.html, article de Ouest France, 28 mars 2008
  10. Les communes jumelées du Calvados
  11. « Site de l'Assemblée nationale » (consulté le 8 août 2009)
  12. « Site du château de Balleroy ».
  13. « Site du château de Balleroy » (consulté le 8 août 2009).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 348-353