Fernando del Valle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernando del Valle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fernando del Valle

Nom de naissance Brian Skinner
Naissance 28 février 1964 (50 ans)

Fernando del Valle, né le 28 février 1964, est un ténor américain. Son nom véritable selon l'état civil est Brian Skinner.

Il prend le pseudonyme de Fernando del Valle en hommage à son grand-père, Fernando Mélendez del Valle, également ténor de son temps[1],[2]. Il descend d'Andrés del Valle, président du Salvador (1876) en tant qu'arrière-arrière-petit-fils, et du colonel José Maria San Martin, président du Salvador (1854-56) et fondateur de Sainte-Thècle au Salvador[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernando del Valle naît aux États-Unis, à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane[5]. Il est licencié de l'université Tulane ainsi que de l'université méthodiste du Sud à Dallas au Texas, où il reçoit une bourse de l'Opéra. Il est ancien élève du Merola Opera Program de l'Opéra de San Francisco où il étudie de 1992 à 1993. Plus tard, il remporte le concours du Bel canto à Chicago, s'installe par la suite en Italie où il sera l'élève de Carlo Bergonzi et de Thomas Hayward.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Fernando del Valle débute à l'opéra à l'âge de dix-sept ans (1981) dans le rôle de premier berger dans Venus et Adonis de Blow, à l'université du Sud de Loyola. L'année suivante, il chante en soliste la Passion de Saint Matthieu de Bach, sous la direction de l'orchestre philharmonique de La Nouvelle-Orléans. Puis il débute au Boston's Jordan Hall (1986) avec l’Oratorio de Noël de ce même compositeur, en tant que gagnant du concours de "The Boston Premiere Ensemble". Le printemps suivant, il se produit au Alice Tully Hall, au Lincoln Center, avec la Beethoven Society of New York.

Il poursuit par ailleurs sa carrière comme ténor de concert avec pour répertoire la Messe Solennelle de Beethoven, les requiems de Verdi, de Britten et de Lloyd Webber. Il fait son entrée au Carnegie Hall (1993) avec la Messe en ut mineur de Mozart. Puis il chante des solos pour ténor (1994) dans Le Messie de Georg Friedrich Haendel, pour l'orchestre symphonique de Dallas, au Morton H. Meyerson Symphony Center. Il débute en Europe en chantant dans la Symphonie nº 9 de Beethoven avec l'orchestre symphonique de Milan Giuseppe Verdi en 1995. Il interprète son premier opéra européen dans le rôle de Don José, dans Carmen, au théâtre communal de Trévise, sous la direction de Peter Maag, et sous la supervision vocale de Regina Resnik. Puis il joue Rodolfo dans La Bohème au Teatro dell'Opera di Roma, sous la direction de Vladimir Jurowski.

De 1997 à nos jours[modifier | modifier le code]

Del Valle joue cette même année 1997 Don José au grand théâtre La Fenice à Venise, suivi de Pinkerton dans Madama Butterfly au Palm Beach Opera (en) et de Faust à Colmar. Un an plus tard, il fait ses débuts en Allemagne à l'opéra de Francfort dans le rôle de Rodolfo, ainsi qu'en Irlande, au festival de Wexford, dans le rôle de Paolo, dans Fosca d'Antônio Carlos Gomes. Suivent alors plusieurs engagements successifs d'importance, qui lui font parcourir le monde depuis 1999, dont des représentations à Francfort, Maastricht, Düsseldorf, Berlin, l’orchestre symphonique national de la RAI, Brême, Bergen, Costa Rica, Munich, Helsinki, Belo Horizonte au Brésil, Bari, Baveno, Wiesbaden, Mannheim, Karlsruhe, Cassel et Hambourg. Le théâtre d'État de Darmstadt sous la direction de Marc Albrecht[6], l'engage comme premier ténor pendant plusieurs années suivies de représentations en Israël, en Corée, à Catane, à Sydney, à Lisbonne et à Prague. Son portrait est peint en 2003 par Ricarda Jacobi[7],[8] élève d'Oskar Kokoschka.

À l'occasion du cent-cinquantième anniversaire de Santa Tecla (Salvador) (1854-2004), del Valle est invité par Ernesto Rivas-Gallont, ancien ambassadeur du Salvador, à donner deux concerts. Conformément au souhait du ténor le premier aura lieu le 23 septembre, jour de la Thècle d'Iconium[9].

Répertoire des rôles chantés sur scène[modifier | modifier le code]

Bizet

Arrigo Boito

Donizetti

Umberto Giordano

Antônio Carlos Gomes

Gounod

Franz Lehar

Leoncavallo

Pietro Mascagni

Massenet

Jacques Offenbach

Puccini

Richard Strauss

Giuseppe Verdi

Richard Wagner

Liens externes[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Antonín Dvořák : Stabat Mater op. 58, chœur académique de Zurich, orchestre universitaire d'Innsbruck, décembre 2010
  • Edward Elgar : Le rêve de Gerontius, Sydney Philharmonia Choirs, enregistré live à l'Opéra de Sydney, 13 juin 2010
  • Beethoven : Symphonie nº 9, Orchestra sinfonica di Roma, La Vecchia, ASIN: B003916FH6 (Allegro)
  • Antônio Carlos Gomes : Salvator Rosa (opéra), Patrick Shelly, Dorset Opera et l'union des musiciens de Grande-Bretagne, ASIN:B000G16FG6
  • « Arias » avec Eraldo Salmieri, Orchestre national symphonique de Sofia, producteur Michael A. Skinner, ASIN: B00004RKGZ
  • Magna res est amor, Martin Sander, orgue, ASIN: B00008ZAZD
  • Verdi : Requiem, John Nelson avec l'orchestre philharmonique de Rhénanie-Palatinat, ASIN: B00IT6SHTA (Naxos)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Santa Tecla, Cronología ISBN 99923-0-141-4 Recopilada por Dr. Juan José Contreras Callejas, Mauricio Alvarado Cea Campo, Ángela Margarita Alvarado: Consejo National para la Cultura y el Arte, CONCULTURA, San Salvador 2004: Page 14, El Diario de Hoy, 30 novembre 1985
  2. New Orleans magazine, juillet 1999
  3. La Prensa Grafica, 22 août 2004, La distinguida genealogía de los San Martín
  4. Un tenor lírico con raíces tecleñas by Morena Azucena 22-09-04 VIDA, page 106
  5. "New Orleans: "Big year for the Big Easy" 17 janvier 2003 by Richard Siklos http://www.telegraph.co.uk
  6. Frankfurter Rundschau 3 août 2004
  7. (de) « Malen wie ein Vogel, der sein Lied Pfeift » - Interview
  8. (de) Catalogue de la Bibliothèque nationale allemande
  9. Santa Tecla con 150 años, Eugenia Velásquez, Publicada 9 de Agosto 2004, El Diario de Hoy, metro@elsalvador.com