Die lustige Witwe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Veuve joyeuse

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Veuve joyeuse (homonymie).
Die lustige Witwe
La Veuve joyeuse
Image décrite ci-après
Final de la Veuve joyeuse, à Ath, Belgique, par la troupe des Matelots de la Dendre en 2003

Genre Opérette
Nbre d'actes 3
Musique Franz Lehár
Livret Victor Léon et Leo Stein
Langue
originale
allemand
Sources
littéraires
L'Attaché d'ambassade d'Henri Meilhac
Dates de
composition
1874
Création 30 décembre 1905
Theater an der Wien, Vienne
Création
française
28 avril 1909
Théâtre Apollo (Paris)
Versions successives
Représentations notables
Personnages
Airs
  • l'air de Vilja ;
  • le duo Viens dans mon joli pavillon ;
  • le duo Heure exquise ;
  • le septuor Ah les femmes, femmes, femmes.

Die lustige Witwe (La Veuve joyeuse en français) est une opérette autrichienne en trois actes de Franz Lehár. Le livret a été écrit par Victor Léon et Leo Stein d'après la comédie d'Henri Meilhac, L'Attaché d'ambassade (1861).

La première eut lieu le 30 décembre 1905 au Theater an der Wien. Le triomphe est immédiat et l'Europe l'accueille. Flers et Caillavet en écrivent une version française dont la première aura lieu le 28 avril 1909 à l'Apollo (Paris).

La Veuve joyeuse a été jouée plus de 300 000 fois entre sa création et la mort du compositeur en 1948. Elle est l'opérette la plus connue de Franz Lehár et comprend notamment les airs suivants :

  • l'air de Vilja ;
  • le duo Viens dans mon joli pavillon ;
  • le duo Heure exquise ;
  • le septuor Ah les femmes, femmes, femmes.

Rôles[modifier | modifier le code]

Les noms entre crochets sont ceux de la version française.

Rôle Voix Distribution lors de la création,
30 décembre 1905
(Chef: Franz Lehár)
Hanna Glawari [Missia Palmieri], veuve joyeuse (rôle titre) soprano Mizzi Günther
Comte Danilo Danilowitsch [Prince Danilo], Attaché militaire
à l'ambassade et ancien amoureux d'Hanna
ténor ou baryton lyrique Louis Treumann
Baron Mirko Zeta [Baron Popoff], Ambassadeur de Pontevedro/Marsovie à Paris baryton Siegmund Natzler
Valencienne [Nadia], épouse du Baron Zeta soprano Annie Wünsch
Camille, Comte de Rosillon [Camille de Coutançon], attaché français
à l'ambassade, admirateur de la Baronne
ténor Karl Meister
Njegus [Figg], Secrétaire d'Ambassade rôle parlé Oskar Sachs
Kromow [Kromski], conseiller militaire Pontévédrin/Marsovien baryton Heinrich Pirl
Bogdanowitsch [Bogdanovitch], attaché militaire Pontévédrin/Marsovien baryton Fritz Albin
Sylviane, épouse de Bogdanowitsch soprano Bertha Ziegler
Raoul de St Brioche [D'Estillac], attaché militaire belge ténor Carlo Böhm
Vicomte Cascada [Lérida], consul du Guatémala baryton Leo von Keller
Olga, épouse de Kromow mezzo-soprano
Pritschitsch [Pritschitch], deuxième secrétaire baryton
Praskowia [Praskovia], épouse de Pritschitsch mezzo-soprano
Parisiens et Pontévédrins/Marsoviens, musiciens et serviteurs

Argument[modifier | modifier le code]

  1. À Paris, à l'hôtel de l'ambassade de Pontévédro (ou Marsovie), une belle fête est organisée pour l'anniversaire du Prince régnant. L'ambassadeur, le baron Mirko Zeta, après avoir porté un toast, s'inquiète de sa femme, la belle Valencienne. Elle bavarde « en toute innocence » avec Camille de Roussillon qui lui déclare sa flamme, mais elle résiste. Apparaît la jeune et belle veuve du banquier de la cour, Hanna Glawari. Le comte Danilo Danilowitsch, revenant de chez Maxim's, est pressenti par raison d'État pour devenir l'époux de la belle et riche veuve. Danilo fait la sourde oreille car jadis, sur refus de son père, il n'avait pu épouser Hanna, alors modeste fille du peuple.
  2. Le lendemain, la veuve offre une réception dans sa résidence. Elle se dit éprise de Camille, ce qui contrarie les plans officiels. Deux duos, l'un cavalier, l'autre d'amour, montrent que Danilo et Hanna n'ont cessé de s'aimer malgré le temps écoulé.
  3. Soirée chez Maxim's. Après moult péripéties et intrigues, la veuve deviendra la baronne Danilowitsch et les biens resteront pontévédrins/marsoviens.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le nom de Pontévédro est inspiré du Monténégro, petit État des Balkans qui était effectivement, au moment de l'écriture de l'opérette, en situation de faillite et dont il était alors courant de se moquer. Le prénom du héros Danilo (Daniel en français) est un clin d'œil à la réalité dynastique car le souverain de l'époque Nicolas Ier est le neveu de Danilo, dernier prince-évêque de Monténégro auquel il a succédé. La version française utilise le nom de Marsovie. À Paris, Hanna Glawari devient Missia Palmieri.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

L'opérette a fait l'objet de nombreuses adaptations, notamment sous forme de ballets.