Manon Lescaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manon et Lescaut.
Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut
Image illustrative de l'article Manon Lescaut
Gravure de Gravelot pour la première page de Manon Lescaut, 1753.

Auteur Antoine François Prévost
Genre Roman-mémoires
Pays d'origine France
Date de parution 1731

L’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, aujourd’hui plus communément appelée Manon Lescaut, est un roman-mémoires de l’abbé Prévost faisant partie des Mémoires et Aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde (7 volumes, rédigés de 1728 à 1731). Le livre étant jugé scandaleux à deux reprises (1733 et 1735), saisi et condamné à être brûlé, l’auteur publie en 1753, une nouvelle édition de Manon Lescaut revue, corrigée et augmentée d’un épisode important. Les qualités humaines du roman séduisirent rapidement le public et en feront la célébrité.

Résumé[modifier | modifier le code]

Première partie[modifier | modifier le code]

Le narrateur (« l’Homme de qualité des Mémoires ») qui s’appelle Renoncour revient de Rouen. Il arrive pour dîner à Pacy-sur-Eure. Il règne dans la ville une grande agitation. Les habitants sont regroupés devant le cabaret où se sont arrêtés deux chariots. Il s’agit d’un convoi d’une douzaine de filles de mauvaise vie, condamnées à s’embarquer pour l’Amérique. L’une d’elles, Manon, l’intrigue par sa beauté et sa distinction. L’auteur interroge donc le chef des gardes à son sujet, mais n’obtient pas de réponse. À sa demande, un archer invite l’homme à questionner un jeune homme qui se tient à l’écart et qui ne peut être « que son frère ou son amant ». Ce dernier qui a suivi le convoi depuis Paris semble souffrant. Il refuse de livrer son secret et l’identité de la jeune fille, mais avoue sa passion pour celle-ci et qu’il a tout essayé pour la faire libérer, au point d’être à présent ruiné.

Deux années s’écoulent. L'Homme de qualité revient de Londres et compte séjourner un jour et une nuit à Calais. En se promenant dans la ville, il croit reconnaître le même jeune homme que celui rencontré deux ans auparavant. Il l’aborde donc. Les deux hommes ont plaisir à se retrouver. Heureux de cette rencontre, le jeune homme précise qu'il rentre d’Amérique. Le soir même, le narrateur accueille le jeune homme à l'hôtel du Lion d'Or où il séjourne. Le mystérieux jeune homme commence le récit de ses aventures.

La rencontre de Des Grieux et Manon Lescaut.

Des Grieux, jeune homme de dix-sept ans, est issu d’une bonne famille. Il s’est montré un élève exemplaire au collège d'Amiens et son père souhaitait qu’il devînt chevalier de l'ordre de Malte, d'où son titre de noblesse. Tiberge, son meilleur ami, est généreux et compréhensif. De retour dans sa ville natale à la veille des vacances, Des Grieux rencontre dans une auberge où il fait escale Manon Lescaut dont il tombe éperdument amoureux. Malgré sa jeunesse et son manque d'expérience amoureuse, il est fasciné par elle. C’est le coup de foudre. Des Grieux apprend que Manon est envoyée par ses parents au couvent. Quand ils se retrouvent seuls, elle lui avoue très vite qu’elle est « flattée d’avoir fait la conquête d’un amant » tel que lui. La fuite étant l’unique solution pour que Manon échappe à l’avenir qui lui est destiné et qu’ils puissent vivre leur amour, ils se donnent rendez-vous le lendemain à l’auberge de Manon, avant le réveil du conducteur de carrosse.

Malgré les efforts de Tiberge pour le détourner de son projet, Des Grieux est décidé à s’enfuir avec Manon. Il parvient à rassurer son ami et à estomper sa vigilance.

Avant la nuit, les deux jeunes gens sont à Saint-Denis. Les projets de mariage sont oubliés : « Nous fraudâmes les droits de l’Église ». À Paris, les deux amants logent dans un appartement meublé et filent le parfait amour, pendant trois semaines. Mais le jeune homme, ayant des remords, veut renouer avec sa famille. Il envisage de demander à son père l’autorisation d’épouser Manon mais la jeune fille est réticente à cette idée, elle a peur de perdre Des Grieux si son père s’oppose à leur mariage. Des Grieux a également peur de connaître des difficultés financières, mais Manon le rassure et se charge de la gestion de leurs finances. Confiant, le jeune homme accepte. Un soir, il rentre plus tôt qu’à son habitude. La porte est fermée et Manon met beaucoup de temps à lui ouvrir. Après avoir interrogé la servante, Des Grieux s'aperçoit que le vieillard M. de B…, riche fermier général, vient de quitter furtivement leur logis. Le soir même, pendant le souper, Des Grieux espère des explications spontanées de Manon mais celle-ci les évite et éclate en sanglots.

Quelqu'un frappe alors à la porte. Après un baiser à son amant, Manon s'enfuit. Les laquais de son père viennent « enlever » Des Grieux. Dans le carrosse qui le ramène au logis familial, le jeune homme essaie de comprendre qui a pu les trahir, Manon et lui.

À la maison paternelle, l’accueil est plutôt indulgent. Le jeune homme se fait cependant railler par son père qui dénonce sa crédulité : « Tu as tant de disposition à faire un mari patient et commode. » Il avoue alors à son fils que c’est M. de B… qui a séduit Manon : « Tu sais vaincre assez rapidement, Chevalier ; mais tu ne sais pas conserver tes conquêtes. » Des Grieux est désespéré, sans pour autant oser imaginer la moindre trahison de Manon. Pour empêcher qu’il ne prenne encore une fois la fuite, son père prend la décision de le séquestrer dans sa chambre.

Pendant seize mois Des Grieux se montre donc désespéré mais progressivement et avec l’aide de son ami Tiberge, il reprend goût à la vie en lisant et en étudiant. Tiberge qui a vu Manon lui apprend qu’elle vit à Paris et qu’elle est entretenue par son vieil et riche amant. Des Grieux décide alors de renoncer au monde et entre avec Tiberge au séminaire de Saint-Sulpice.

Il trouve l’apaisement dans ses études, ne pense plus à Manon et retrouve la notoriété lorsqu’un exercice public, soutenu en Sorbonne, le remet en présence de Manon.

Envoûté, Des Grieux lui pardonne et quitte immédiatement le séminaire. Après une nuit à l’auberge, les deux amants, plus que jamais amoureux l’un de l’autre, s’installent au village de Chaillot.

Grâce à l’argent que Manon a soutiré à M. de B…, le couple vit à l’abri du besoin. Pourtant Manon s’ennuie à Chaillot et convainc Des Grieux de louer un appartement à Paris. Le frère de Manon qui habite la même rue qu’eux s’incruste rapidement chez eux et vit à leurs dépens, achevant de gaspiller leurs ressources.

Un matin, alors que les deux amants ont passés la nuit à Paris, Des Grieux apprend que leur maison de Chaillot a brûlé. Cet incendie achève de les ruiner. Mais le jeune homme souhaite préserver Manon et ne pas l’en informer.

Visite à Manon Lescaut à la Salpêtrière.

Cherchant une solution, Des Grieux se confie au frère de Manon qui lui propose d’abord d’exploiter les charmes de Manon, puis les siens, ce que Des Grieux refuse. La dernière solution évoquée par le frère Lescaut est de tricher au jeu. Mais peu rassuré, Des Grieux préfère s’abstenir.

Des Grieux décide finalement d’en appeler à nouveau à la générosité de son ami Tiberge. Après une entrevue, Des Grieux s’excuse de son ingratitude. Tiberge, lui, fait preuve d’une amitié indéfectible et offre de l’argent à Des Grieux.

Des Grieux réalise ensuite que même si son amour est sincère, Manon semble avide de plaisirs, aime à dépenser sans compter et ne peut se résoudre à une vie médiocre.

Par peur d’être abandonné par Manon, Des Grieux se rapproche à nouveau de Lescaut (le frère de Manon). Ce dernier le fait admettre dans un cercle de jeu. En peu de temps, devenu un grand tricheur, il retrouve la richesse. Son ami Tiberge s’inquiète de la légitimité de ses actes et le met en garde. La vie facile unit encore davantage les deux amants.

Mais, jaloux de leur bonheur, un soir qu’il dîne chez le frère Lescaut, les domestiques en profitent pour dépouiller leurs maîtres et piller la maison. Manon et Des Grieux, sont désespérés et à la rue.

Lescaut conseille donc à sa sœur de nouer une liaison lucrative avec le vieux M. de G… M…. Manon part donc à la recherche d’argent. Grâce à ses charmes elle amène M. de G… M… à lui offrir une maison et à l’entretenir.

Lescaut, plus machiavélique que jamais, propose à Des Grieux de s’associer au stratagème en lui proposant d’escroquer le vieil amant de Manon. Un souper est organisé. Le vieillard offre à Manon de superbes bijoux et lui propose la moitié de sa pension. Le trio se moque du vieil homme tout au long de la soirée avant de s’éclipser en carrosse.

Se rendant compte de la tromperie, le vieil homme retrouve leur trace et les fait arrêter par la police au petit matin. Manon est enfermée à l’Hôpital ; son amant, lui, est emmené à Saint-Lazare, prison pour jeunes aristocrates débauchés.

Des Grieux réussit à échafauder un plan d’évasion avec la complicité involontaire de son ami Tiberge. Il renoue, grâce à des contacts, avec Lescaut qui lui procure une arme. Il force alors le père supérieur sous la menace à se faire ouvrir les portes de la prison. Dans sa fuite, il abat un portier. Des Grieux veut alors libérer Manon. Il parvient à s’introduire dans l’Hôpital et revoit Manon. Un valet fait sortir Manon, déguisée en homme.

La mort de Manon Lescaut.

Alors que, pour éviter des ennuis, Des Grieux et Manon quittent rapidement les lieux en compagnie de Lescaut, celui-ci croise un homme qu’il a jadis ruiné au jeu et qui tire sur lui et le tue.

Les deux amants dans leur fuite retournent à l’auberge de Chaillot. Une nouvelle fois Tiberge vient en aide à Des Grieux en lui proposant de l’argent. Par chance, le scandale est étouffé.

Les deux amants retrouvent alors un semblant de tranquillité.

Ici, Des Grieux s’interrompt dans le récit de son aventure, pour le souper.

Seconde partie[modifier | modifier le code]

Les deux amants s’installent alors dans l’auberge de Chaillot. Des Grieux recommence à jouer et à tricher. De son côté, Manon reste fidèle et s’amuse à mystifier un prince italien qui la courtise.

Le destin pourtant semble les poursuivre. Le fils de M. de G… M… débarque et vient alors partager leur repas. Il s’éprend de Manon. Celle-ci monte un plan pour lui extorquer une énorme somme d’argent, en vengeance du père. Elle le rencontre donc mais Manon ne parvient pas à se libérer de ce rendez-vous galant. Tant de cynisme révolte le chevalier qui décide de se venger. Il fait enlever le jeune G… M…, s’introduit dans son hôtel, fait à l’infidèle une scène de jalousie qui se termine par de tendres effusions.

Mais Des Grieux pressent « une catastrophe ». Un laquais de M. de G… M… a donné l’alarme. Pour la deuxième fois, Manon et son amant sont incarcérés. Au Châtelet, Des Grieux reçoit la visite de son père. Celui-ci lui reproche vigoureusement sa conduite mais lui pardonne et va tout faire pour le libérer, il veut également éloigner Manon et obtient qu’elle soit exilée en Amérique.

Libéré, Des Grieux apprend l’horrible nouvelle. La rupture entre le père et le fils semble définitive.

Désespéré après de vaines démarches pour libérer Manon, Des Grieux obtient, moyennant finance, la permission de suivre Manon. Quand il rencontre l’Homme de qualité à Pacy, il n’a plus d’argent et est séparé de sa maîtresse.

Des Grieux s’embarque comme volontaire à bord du vaisseau qui emporte Manon en Amérique. Il prétend être marié avec Manon et, grâce à la confiance du capitaine, il peut l'entourer de ses soins.

Après deux mois de traversée, le bateau arrive à La Nouvelle-Orléans. Le capitaine renseigne le gouverneur sur la situation de Des Grieux et de Manon. L’accueil du gouverneur est sympathique et il leur trouve un logement.

Manon rend grâce à la gentillesse de Des Grieux et lui promet qu’elle a changé.

Or, le neveu du gouverneur, Synnelet, aime Manon. Apprenant qu’elle est libre, il la réclame pour lui. Il se bat en duel avec Des Grieux qui le blesse. Croyant avoir tué son adversaire, Des Grieux s’enfuit dans le désert avec Manon où elle meurt d’épuisement. Des Grieux l’ensevelit, se couche sur sa tombe pour mourir.

Retrouvé par le gouverneur, il est soigné et survit. Tiberge, parti à sa recherche, arrive en Amérique pour convaincre Des Grieux de revenir en France. Ils partent neuf mois après la mort de Manon. De retour en France, il apprend la mort de son père, due au chagrin. C’est là que se situe la deuxième rencontre avec l’Homme de qualité, à Calais.

Analyse[modifier | modifier le code]

Passant tour à tour, et du jour au lendemain, de la misère à la fortune, du boudoir à la prison, de Paris à la déportation, de l’exil à la mort, Des Grieux et Manon n’ont qu’une excuse : l’amour, ce sentiment qui fait oublier que tous deux mentent et volent, que le premier triche et tue ou que la seconde se prostitue.

De même, dans cette narration où le fourmillement d’incidents romanesques révèle un souci de la réalité dans ses plus petits détails, le réalisme ne le dispute pourtant jamais à l’idéalisme. La structure psychologique des héros obéit à cette règle : Des Grieux réunit en lui une incroyable naïveté et un cynisme grossier tandis que Manon est un esprit pratique doué de bon sens et d’une extraordinaire insouciance.

On remarquera cependant, à la fin de l'ouvrage, une étonnante méconnaissance de l'Amérique : la Nouvelle-Orléans était déjà une grande ville avec de beaux bâtiments publics (et non "un amas de cabanes"), et les amants se perdent dans "le désert", alors qu'il n'y a aucun désert en Louisiane, qui a un climat sub-tropical humide ! Enfin, Manon y meurt de froid...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylviane Albertan-Coppola, Abbé Prévost : Manon Lescaut, Presses universitaires de France, Paris, 1995 (ISBN 9782130467045)
  • André Billy, L’Abbé Prévost, Flammarion, Paris, 1969
  • (en) Patrick Brady, Structuralist perspectives in criticism of fiction : essays on Manon Lescaut and La Vie de Marianne, P. Lang, Berne ; Las Vegas, 1978
  • (en) Patrick Coleman, Reparative realism : mourning and modernity in the French novel, 1730-1830, Droz, Genève, 1998 (ISBN 9782600002868)
  • Maurice Daumas, Le Syndrome Des Grieux : la relation père/fils au XVIIIe siècle, Seuil, Paris, 1990 (ISBN 9782020113977)
  • René Démoris, Le Silence de Manon, Presses universitaires de France, Paris, 1995 (ISBN 9782130468264)
  • (en) R. A. Francis, The abbé Prévost’s first-person narrators, Voltaire Foundation, Oxford, 1993
  • Paul Hazard, Études critiques sur Manon Lescaut, The University of Chicago Press, Chicago, 1929
  • Pierre Heinrich, L’Abbé Prévost et la Louisiane ; étude sur la valeur historique de Manon Lescaut, E. Guilmoto, Paris, 1907
  • Claudine Hunting, La Femme devant le “tribunal masculin” dans trois romans des Lumières : Challe, Prévost, Cazotte, Peter Lang, New York, 1987 (ISBN 9780820403618)
  • Jean-Luc Jaccard, Manon Lescaut, le personnage-romancier, A.-G. Nizet, Paris, 1975 (ISBN 2707804509)
  • Jules Janin, Introduction à Manon Lescaut, Paris, Garnier Frères, 1877
  • Eugène Lasserre, Manon Lescaut de l’abbé Prévost, Société Française d’Éditions Littéraires et Techniques, Paris, 1930
  • Roger Laufer, Style rococo, style des Lumières, J. Corti, Paris, 1963
  • Vivienne Mylne, Prévost : Manon Lescaut, Edward Arnold, London, 1972
  • René Picard, Introduction à l’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, Garnier, Paris, 1965, p. CXXX-CXXXXVII
  • (en) Naomi Segal, The Unintended Reader : feminism and Manon Lescaut, Cambridge University Press, Cambridge ; New York, 1986 (ISBN 9780521307239)
  • Victor Schroeder, L’Abbé Prévost, sa vie, ses romans, Paris, Hachette et cie, 1898
  • Jean Sgard, L’Abbé Prévost : labyrinthes de la mémoire, PUF, Paris, 1986 (ISBN 2130392822)
  • Jean Sgard, Prévost romancier, José Corti, Paris, 1968 (ISBN 2714303153)
  • Alan Singerman, L’Abbé Prévost : L’amour et la morale, Droz, Genève, 1987
  • Loïc Thommeret, La Mémoire créatrice. Essai sur l'écriture de soi au XVIIIe siècle, L’Harmattan, Paris, 2006, (ISBN 9782296008267)
  • (en) Arnold L. Weinstein, Fictions of the self, 1550-1800, Princeton University Press, Princeton, 1981 (ISBN 9780691064482)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le roman de l’abbé Prévost a donné lieu à des opéras, des ballets et à plusieurs films :

Danse[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :