Requiem (Verdi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Messa da requiem La Messa da requiem de Giuseppe Verdi (plus communément appelée Requiem de Verdi) est une messe de requiem pour solistes (soprano, mezzo-soprano, ténor et basse), double chœur et orchestre, créée le 22 mai 1874.

Genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Alessandro Manzoni en l'honneur de qui Verdi composa le Requiem

Pour le compositeur, elle devait à l'origine signifier la fin et le couronnement de sa carrière. Après avoir connu le succès avec l'opéra Aida en 1871, Verdi composa la Messa da requiem en mémoire de son compatriote le poète Alessandro Manzoni, mort en 1873 et qui s'était engagé comme lui pour l'unité italienne au sein du Risorgimento, dans un idéal de justice et d'humanité. Verdi fut si ébranlé par la mort de Manzoni qu'il ne put se joindre au cortège funèbre.

L’œuvre a comme origine une commande passée à plusieurs compositeurs italiens pour écrire une messe de requiem à la mémoire de Gioachino Rossini mort le 13 novembre 1868, pour laquelle Verdi composa la treizième et dernière partie, le Libera me. La Messa per Rossini n’ayant jamais été exécutée, Verdi envisagea rapidement de composer un Requiem entier à partir du Libera me mais le projet ne prit forme qu'avec la mort de Manzoni. Verdi offrit à la municipalité de Milan la composition d'une messe en son honneur, d'où le titre originel de Requiem de Manzoni.

La création eut lieu le jour du premier anniversaire de la mort de Manzoni le 22 mai 1874 en l'église San Marco de Milan sous la direction du compositeur lui-même. Le Requiem fut accueilli avec un grand enthousiasme et trois autres exécutions furent réalisées à la Scala. Verdi dirigea le Requiem huit jours après à Paris, à l'Opéra-Comique, puis en 1875 à Londres et à Vienne. En Allemagne, les premières ont eu lieu en décembre 1875 à Cologne et Munich.

Structure[modifier | modifier le code]

Le texte et la structure de l'œuvre correspondent presque parfaitement à la liturgie catholique romaine du service des morts. Les écarts sont marginaux : Verdi a seulement renoncé à l'adaptation musicale du Graduel et du Tractus, a toutefois ajouté le Répons (Libera me). La distribution correspond à celle d'un orchestre d'opéra de cent exécutants (similaire à celle de Don Carlos) avec quatre solistes et un chœur.

1re partie
  • 1. Introït : Requiem aeternam - Te decet hymnus - Kyrie (soli, chœur)
  • 2. Séquence (Dies irae) :
    • 2.1 Dies irae - Quantus tremor (chœur)
    • 2.2 Tuba mirum - Mors stupebit (basse, chœur)
    • 2.3 Liber scriptus - Dies irae (mezzo, chœur)
    • 2.4 Quid sum miser (soprano, mezzo, ténor)
    • 2.5 Rex tremendae - Salva me (soprano, mezzo, ténor, basse, chœur)
    • 2.6 Recordare - Quaerens me - Juste Judex (soprano, mezzo)
    • 2.7 Ingemisco - Qui Mariam - Preces meae - Inter oves (ténor)
    • 2.8 Confutatis - Oro supplex - Dies irae (basse, chœur)
    • 2.9 Lacrymosa - Pie Jesu (soli, chœur)
2e partie
  • 3. Offertoire : Domine Jesu - Hostias - Quam olim Abrahae (soli)
  • 4. Sanctus (double chœur)
  • 5. Agnus Dei (soprano, mezzo, chœur)
  • 6. Communion : Lux aeterna (mezzo, ténor, basse)
  • 7. Répons : Libera me - Dies irae - Libera me (soprano, chœur)

L’œuvre dure environ une heure et demie.

Analyse[modifier | modifier le code]

« Un opéra en robe d'ecclésiastique » ironisa Hans Von Bülow, chef d'orchestre et compositeur allemand lors de la première. Cet aphorisme est à prendre au pied de la lettre : le Requiem ressemble par de nombreux traits à un opéra avec ses contrastes (le sombre Mors stupebit et le lumineux Sanctus, le pianissimo de la fin du Libera me et le terrible Tuba mirum…) et sa musique fortement expressive. Les moyens employés par Verdi font penser à une œuvre lyrique : quatuors vocaux (Pie Jesu,Kyrie), arias lyriques à l'exemple du célèbre Libera me pour soprano, grands solos comme par exemple au milieu du Kyrie, où se suivent ténor, basse, soprano, mezzo-soprano, fugues chorales (notamment dans le Sanctus), pauses entre les différentes parties… Le Requiem de Verdi peut être vu comme une sorte d'opéra religieux donnant une vision romantique de la mort, plus que comme une messe pour le repos de l'âme.

Un peu comme ses opéras, le Requiem de Verdi présente de grands contrastes destinés à émouvoir le public. Citons, entre autres passages :

  • les premières mesures pianissimo de l'Introït, lugubres, effrayantes ;
  • le célèbre Dies irae, représentant la catastrophe de la fin du monde ;
  • le Tuba mirum, annoncé de façon inquiétante par des trompettes cachées aux yeux du public, se déclenchant dans un immense fortissimo de cuivres et de percussions ;
  • un Sanctus bref et très gai, contrastant avec le reste de l'œuvre ;
  • le Libera Me final chuchoté.

La séquence liturgique du Dies iræ comprend dix numéros s'enchaînant sans interruption : Dies iræ, Tuba mirum, Mors stupebit, Liber scripts, Quid sum miser, Rex tremendæ, Recordare, Ingemisco, Confutatis et Lacrymosa. C'est la partie la plus dramatique du Requiem, dominée par le célèbre motif des quatre accords de sol mineur fortissimo, suivi de l'intervention tempétueuse du chœur.

Discographie[modifier | modifier le code]

L’œuvre a été enregistrée plusieurs fois par Herbert von Karajan, Claudio Abbado et Georg Solti mais aussi par Arturo Toscanini, Victor de Sabata, Ferenc Fricsay, Sergiu Celibidache, John Eliot Gardiner, Leonard Bernstein, Riccardo Chailly, Valery Gergiev, et Michel Plasson. Parmi les enregistrements distingués par la critique :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Orcel, Verdi : La Vie, le Mélodrame, chap. XI :« Un opéra cathare et une messe », Grasset, Paris, 2001.
  • Giuseppe Verdi, Messa da requiem, édition critique par Marco Uvietta, Bärenreiter Verlag, Kassel, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]