Dingy-Saint-Clair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dingy-Saint-Clair
La vallée de Dingy vue depuis le Parmelan. Les montagnes du fond font partie du massif des Bauges ; sur la droite après le défilé, la crête du Mont Baret.
La vallée de Dingy vue depuis le Parmelan. Les montagnes du fond font partie du massif des Bauges ; sur la droite après le défilé, la crête du Mont Baret.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement d'Annecy
Canton Canton de Faverges
Intercommunalité communauté de communes des vallées de Thônes
Maire
Mandat
Laurence Audette
2014-2020
Code postal 74230
Code commune 74102
Démographie
Gentilé Dingiens
Population
municipale
1 351 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 45″ N 6° 13′ 23″ E / 45.9125, 6.223145° 54′ 45″ Nord 6° 13′ 23″ Est / 45.9125, 6.2231  
Altitude Min. 492 m – Max. 1 856 m
Superficie 34,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Dingy-Saint-Clair

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Dingy-Saint-Clair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dingy-Saint-Clair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dingy-Saint-Clair

Dingy-Saint-Clair est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dingy-Saint-Clair est située au pied de la montagne du Parmelan (voir liens externes), haute de 1 832 m, et s’étend du hameau de chez Collet à environ 600 mètres d’altitude jusqu’au hameau de la Blonnière à environ 1 000 mètres d’altitude. À partir de La Blonnière, une route puis un chemin permet de rejoindre le sommet du Parmelan, montagne qui fait partie du Massif des Bornes.

Le Fier passe tout près de Dingy-Saint-Clair, à travers le défilé de Dingy, avant de rejoindre le Rhône.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dingy-Saint-Clair est un toponyme composé du nom du village de Dingy et de celui de l'ancien pont et prieuré de Saint-Clair, dédié aux saints Clair et Bernard (prioratus Cluse Sancti Bernardi ad honorent Sancti Clari fundatus[1])[2].

L'origine du toponyme Dingy provient d'un domaine gallo-romain *Tinciacum, composé du gentilice Tincius et du suffixe -acum[3]. Cette version est attestée notamment grâce à une inscription romaine gravée sur un rocher de l'étroit de Dingy « Lucius Tincius Paculus per vium fecit »[3].

La paroisse est mentionnée durant l'Antiquité sous Dungiacus ou Dingiacus, puis au XIIIe siècle sous les formes Dongi (1221), Dungiacus (1227) et Dungiey (1271)[3]. Le toponyme évolue au XIVe siècle avec Dingie[3]. L'église se trouve sous la forme Cura de Dingier vers 1344[3]. En 1793, alors que les troupes révolutionnaires françaises occupent le duché de Savoie, la municipalité garde son nom sous la forme Dingy Saint Clair, puis en 1801 sous Dingy-Saint-Clair[4].

La mention du saint provient de l'ancien prieuré situé sur le hameau qui porte désormais le nom. Il s'agit très probablement de Clair du Dauphiné, nom d'un ancien abbé du monastère Saint-Marcel situé à Vienne au VIIe siècle[5],[3].

Les habitants de Dingy-Saint-Clair sont appelés les Dingiens[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dingy-Saint-Clair a porté les noms de Dimiacum dans l'antiquité, puis Dongi au XIIIe siècle.

Une portion de voie romaine est située à proximité de Dingy-Saint-Clair; une inscription commémorative est encastrée dans le roc près du pont sur la rivière Fier.

Blason des Menthon-Dingy

En 1271 trois branches cadettes de la famille de Menthon ont été établies par Thomas II de Menthon. L'une concernait Albert 1er, fils de Thomas II, souche des Menthon-Dingy.

De la branche "Dingy" de la famille de Menthon sont issus les seigneurs de Dingy, du Marest et de La Balme.

Béatrice, veuve d'Albert 1er de Menthon, resta au château de Dingy en 1301[7].

Au XVIIIe siècle le château de Dingy, alors en mauvais état, appartenait toujours aux Menthon. Ruiné, ses matériaux furent vendus en 1814[8].

Le territoire a appartenu au mandement d'Annecy jusqu’en 1792, paroisse de Saint-Étienne.

Prieuré de Saint-Clair[modifier | modifier le code]

À proximité du pont dit de « Saint Clair », un prieuré clunisien[9]. s'est installé vers le Xe siècle. Il est mentionné comme dédié à Bernard de Menthon ou Clair de La Cluse, de la Cluse—lieu—Dieu, voir aux deux saints (prioratus Cluse Sancti Bernardi ad honorent Sancti Clari fundatus[1])[2],[10]. Il est installé sur une ancienne chapelle qui était dédiée à Bernard de Menthon[2],[11]. Il semble qu'à l'origine cet emplacement accueillait le temple dédié à la déesse romaine Minerve[10].

L'abbatiale conserve une relique de l'abbé du Saint-Marcel, Clair, une phalange de l'un des doigts[2],[12],[11]. Elle était vénérée et avaient le potestas (pouvoir) de guérison des maux d'yeux à partir d'une source d'eau qui émergeait, baptisée « bénitier de saint Clair »[2],[12]. Cette pratique de dévotion était déjà existante du temps de la chapelle[2].

Le prieuré de Saint-Clair est détruit durant la période d'occupation des troupes révolutionnaires du duché de Savoie[2],[11]. Les bâtiments seront vendus comme biens nationaux[12]. Ils disparaissent cependant des suites d'un incendie[12].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

De 1803 à 1807, Dingy perd le hameau de Sainte-Claire au profit de la commune de Nâves avant de le retrouver[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Attaché à l'ancien canton d'Annecy-le-Vieux, la commune appartient depuis le redécoupage cantonal de 2014, au canton de Faverges. Il comporte 27 communes dont Alex, Bluffy, La Balme-de-Thuy, Chevaline, Le Bouchet-Mont-Charvin, Les Clefs, Cons-Sainte-Colombe, La Clusaz, Doussard, Entremont, Giez, Le Grand-Bornand, Lathuile, Manigod, Marlens, Menthon-Saint-Bernard, Montmin, Saint-Ferréol, Saint-Jean-de-Sixt, Serraval, Seythenex, Talloires, Thônes, Veyrier-du-Lac, Les Villards-sur-Thônes. La ville de Faverges en est le bureau centralisateur[13].

Dingy-Saint-Clair est membre de la communauté de communes des vallées de Thônes qui compte treize communes.

La commune relève de l'Arrondissement d'Annecy et de la Deuxième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Lionel Tardy depuis les élections de 2012[14].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Les maires de Dingy-Saint-Clair[modifier | modifier le code]

Trouvez dans la liste ci-dessous l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Dingy-Saint-Clair :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Roger Pallud ... ...
mars 1995 mars 2001 Monique Zurecki ... ...
mars 2001 mars 2008 Monique Zurecki ... ...
mars 2008 en cours Monique Zurecki ... ...

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 351 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
891 906 963 994 1 163 1 191 1 224 1 076 1 085
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 158 1 107 1 030 1 003 864 864 861 814 817
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
686 649 591 566 527 466 420 440 429
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
477 658 915 1 171 1 191 1 338 1 351 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[17] mais aucun lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[18]. Par ailleurs, elle compte trois objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[19] et cinq répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[20].

La vallée est barrée par le torrent du Fier qu'on voit partir dans le défilé de Dingy pour pénétrer sur la commune d'Annecy-le-Vieux. Tout au fond, dans un même alignement, on aperçoit le col de Bluffy, le roc de Chère, le Lac d'Annecy et la courbe de la montagne d'Entrevernes.

La commune compte les lieux et monuments remarquables suivants :

  • le défilé de Dingy et pont Saint-Clair ;
  • une portion de voie romaine avec une inscription commémorative subsiste dans la défilé de Dingy  Inscrit MH (1929)[21].
    Inscription commémorative d'époque romaine au niveau du défilé de Dingy
     ;
  • la chapelle Saint-Clair de La Cluse (XIXe siècle), bâtie sur les ruines d'un prieuré de l'ordre de Cluny du Xe siècle, lui-même élevé sur les vestiges d'un temple de Minerve ;
  • la chapelle à La Blonnière ;
  • l'église Saint-Étienne (XIXe siècle) avec un chœur du XVe siècle. Il s'agit de l'ancienne église du prieuré clunisien de Saint-Clair.
  • le signal du Parmelan (1 832 m) et son magnifique panorama.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Félix Bernard, L'Abbaye de Tamié, ses granges (1132-1793), Imprimerie Allier,‎ 1967, 307 p., p. 169.
  2. a, b, c, d, e, f et g Jean-Philippe Buord, Les Mystères de la Haute-Savoie, Éditions de Borée,‎ 2005, 349 p. (ISBN 978-2-8449-4300-2), p. 170-171.
  3. a, b, c, d, e et f Henry Suter, « Dingy-Saint-Clair », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en novembre 2014).
  4. Ldh/EHESS/Cassini, « Dingy-Saint-Clair », Notice communale, sur Des villages cassini aux communes d'aujourd'hui, sur le site cassini.ehess.fr (consulté en juillet 2014).
  5. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 417, Article « Saint-Clair ».
  6. a et b « Dingy-Saint-Clair », Site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en novembre 2014), Ressources - Les communes.
  7. Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie
  8. M. Brocard et E. Sirot : Châteaux et maisons fortes savoyards, éditions Horvath, ISBN 2-7171-0394-5
  9. Denyse Riche, L'ordre de Cluny à la fin du moyen âge : le vieux pays clunisien, XIIe-XVe siècles, Université de Saint-Etienne,‎ 2000, 765 p. (ISBN 978-2-86272-192-7), p. 111
  10. a et b Jules Philippe, Annecy et ses environs, Annecy, Imprimerie Thésio,‎ 1860, 293 p., p. 237
  11. a, b et c Arnold van Gennep, La Savoie : vie quotidienne, fêtes profanes & religieuses, contes & légendes populaires, architecture & mobilier traditionnels, art populaire, Curandera, coll. « Traditions »,‎ 1991, 653 p., p. 182.
  12. a, b, c et d Roger Devos et Charles Joisten, Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : l'enquête de Mgr. Rendu, vol. Mémoires et documents, Volumes 87 à 88, Académie salésienne,‎ 1978, 502 p. (ISBN 978-2-9011-0201-4), p. 71.
  13. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ 21 février 2014 (consulté en août 2014).
  14. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Deuxième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en août 2014).
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  17. « Liste des monuments historiques de la commune de Dingy-Saint-Clair », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Liste des lieux et monuments de la commune de Dingy-Saint-Clair à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Liste des objets historiques de la commune de Dingy-Saint-Clair », base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « Liste des objets de la commune de Dingy-Saint-Clair à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Voie romaine et inscription commémorative (également sur commune de Naves) », base Mérimée, ministère français de la Culture.