Alex (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alex.
Alex
Vue du village depuis le Parmelan. On distingue le lac d'Annecy en arrière-plan.
Vue du village depuis le Parmelan. On distingue le lac d'Annecy en arrière-plan.
Image illustrative de l'article Alex (Haute-Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-le-Vieux
Intercommunalité SIABD
Maire
Mandat
Catherine Haueter
2014-2020
Code postal 74290
Code commune 74003
Démographie
Population
municipale
993 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 23″ N 6° 14′ 21″ E / 45.8897222222, 6.2391666666745° 53′ 23″ Nord 6° 14′ 21″ Est / 45.8897222222, 6.23916666667  
Altitude Min. 516 m – Max. 1 852 m
Superficie 17,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alex

Alex est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Alexois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Alex, est un village proche du lac d'Annecy, au pied du massif des Aravis, plus précisément dans le massif des Bornes au pied des dents de Lanfon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Alex pourrait provenir du nom d'une tribu, « Alaius », mentionnée au Ve siècle dans la région, avec la création d'une « Villa Alaia ». Plus tard on trouve château « ecclesiam de Alaia » en 1143, « Alaya » en 1145, « Alay » en 1271, puis « Alaxis ». Ce nom, proche d'Alex, signifie en fait "eau" en raison d'un lac glaciare qui aurait existé à l'emplacement des hameaux du Pont et des marais de l'allée (d'où le nom de marais car la source du lac est aujourd'hui souterraine)[1].

Une autre explication du nom de cette commune à un rapport avec le château d'Arenthon ou d'Alex. En effet, en 1383, Pierre d'Arenthon épouse Marguerite d'Alaia dont la famille vivait depuis l'époque romaine à Alex (des pièces romaines ont été retrouvées).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1143, apparaît la première mention de la paroisse d'« Alaia » qui dépend alors de l'abbaye de Talloires. Au Moyen Âge, pas moins de sept maisons fortes et châteaux sont construits sur le territoire mais il n'en reste plus qu'un seul.

À la fin du XIVe siècle, les noces de Marguerite d'Alex et de Pierre d'Arenthon, marquent la naissance de la famille d'Arenthon d'Alex qui s'éteindra au milieu du XVIIIe siècle.

En 1801, est créé la verrerie. En 1825 elle devient manufacture royale et employa plus de 200 ouvriers. Après le rattachement de la Savoie à la France, la verrerie ferma en 1861.

En 1943, le premier maquis armé de la région de Thônes : le maquis de Lanfon, fut créé à Alex.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Claude Dal Gobbo    
2001
2008
Nathalie Dutreige DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 993 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
614 648 697 650 790 842 919 803 795
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
722 613 557 595 569 554 448 470 444
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
397 364 355 344 294 297 261 246 268
1982 1990 1999 2006 2008 2011 - - -
429 574 792 930 970 993 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le village possède une verrerie d'une centaine d'ouvriers propriété de François Perravex, de Mornex[4].

Depuis le début des années 1990, l'affineur et producteur de fromages Schmidhauser est installé à Alex où il a construit ses nouvelles caves pouvant contenir jusqu'à 500 tonnes de fromages. L'entreprise exploite aussi des unités de production à Massingy, à Saint-Ours et à Trévignin. L'entreprise produit, affine et vend de la tome, de la raclette et plusieurs spécialités maison (chartrueux, moelleux, tome crayeuse).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'Alex, près du centre du village. Après l'extinction de la famille d'Arenthon d'Alex au milieu du XVIIIe siècle, le château connaîtra une succession de propriétaires qui lui feront subir d'importantes démolitions. Aujourd'hui y est installée la Fondation d'art contemporain Salomon, qui accueille une galerie d'œuvres contemporaines qui changent toutes les saisons.
  • Une très belle croix sculptée en pierre du XVIe siècle se dresse sur la place du village. Elle est classée.

Évènements[modifier | modifier le code]

  • 30 janvier 2012, une attaque de loups tue 5 moutons dans leur enclos d'une ferme du hameau des Villard-Dessus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Glossaire Henry Sutter
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Guy Gavard, Paul Guichonnet, Histoire d'Annemasse et des communes voisines. Les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, Coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2002 (ISBN 2-84206-342-2 et 9782842063429), p. 205.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines jusqu'à 1792, vol. Tome 43e, Annecy, Imprimerie commerciale,‎ 1925, 532 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours, vol. Tome 44e, Annecy, Imprimerie commerciale,‎ 1926, 557 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes, vol. Tome 60e, Belley, Imprimerie A. Chaduc,‎ 1942, 255 p. (lire en ligne)

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes (Suite), vol. Tome 61e, Belley, Imprimerie A. Chaduc,‎ 1943, 280 p. (lire en ligne), p. 435-461 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :