Mouvement pro-vie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mouvement pro-vie (tiré du néologisme anglais pro-life), ou anti-IVG pour ses opposants, désigne un mouvement regroupant associations et personnes, souvent[réf. nécessaire] proches des mouvements chrétiens, défendant le « droit à la vie », à travers l'opposition à l'avortement, la contragestion et à l'euthanasie, et parfois à certaine forme de contraception.

Ce terme provient du refus de l'acte d'avorter par la considération du fœtus comme être humain à part entière et donc de l'avortement comme un meurtre. Le mouvement pro-choix préfère, quant à lui, utiliser le terme « anti-avortement » en utilisant une justification des actes en fonction de leurs modalités d'exécution (choisi/imposé).

France[modifier | modifier le code]

Historique du mouvement en France[modifier | modifier le code]

Années 1970 et 1980[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement français spécifiquement pro-vie, créé en 1971 lors de l'ouverture du débat sur la dépénalisation de l'avortement, fut Laissez-les-vivre, animé par le professeur Jérôme Lejeune. Cette association participe du succès de l'opposition au projet de loi de dépénalisation Messmer-Taittinger-Poniatowski en 1973, mais ne put empêcher le vote, un an plus tard, de la loi Veil.

En 1979, l'opposition au projet de loi Pelletier donna lieu à une mobilisation importante. Le 17 novembre 1979, Laissez-les-vivre et les Associations familiales catholiques organisèrent une manifestation de Montparnasse à l'Assemblée nationale qui aurait rassemblé, selon les associations organisatrices, entre 40 000 et 50 000 personnes[1].

Le 15 mai 1982, en opposition au projet de loi Roudy instituant le remboursement de l'IVG par la Sécurité sociale, une manifestation de la Bastille à la Concorde aurait rassemblé, toujours selon les organisateurs, entre 30 000 et 40 000 participants[2].

En réponse à la loi Roudy, Laissez-les-vivre donna en 1982 naissance à l'Association pour l'Objection de Conscience à Toute Participation à l'Avortement (AOCPA), présidée par Michel Raoult.

Laissez-les-vivre connut un déclin pendant les années 1980, marqué notamment par le départ de Jérôme Lejeune en 1985.

Les « commandos anti-IVG »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Commandos anti-IVG en France.

Entre 1987 et 1995, en partie sous l'inspiration de mouvements américains pro-life, une partie du mouvement pro-vie français a cherché une plus grande visibilité en manifestant devant ou à l'intérieur d'établissements pratiquant des IVG. Ces actions ont été communément désignées sous le terme de commandos anti-IVG, terme récusé par leurs auteurs qui se revendiquaient non-violents. Les organisations pro-choix ont dénoncé la « violence psychologique » de ces actions[3]. En mars 1995, à l’hôpital de Clamart, Xavier Dor fait irruption en hurlant dans une salle d’opération pendant une intervention et saccage le matériel. En janvier et mars 1997, ses adeptes blessent des policiers devant une clinique des Yvelines[3].

Avec le renforcement de la législation en faveur de l'IVG par les lois Neïertz de 1993[4] puis Aubry de 2001[5], et après le passage de Xavier Dor par la prison pour manifestation illégale[6], ce type d'action a fini par cesser.

Principales associations et actions actuelles[modifier | modifier le code]

Manifestants de la Marche pour la vie à Paris le 25 janvier 2009.

La Fondation Jérôme-Lejeune est aujourd’hui en France l'une des principales associations pro-vie. Elle a des liens directs avec l'Église catholique romaine.[réf. nécessaire]

Rassemblant plusieurs associations dites pour la culture de vie, la Life Parade émerge en 2004 et donne une dimension culturelle aux valeurs des pro-vie.

Né d'abord en Italie mais se voulant un mouvement politique européen, « Solidarité - Liberté, justice et paix » a présenté deux listes (Île-de-France et Sud-Est) aux élections européennes de juin 2009. [réf. nécessaire]

Des mouvements pro-vie se donnant pour but de défendre la vie de la conception à la mort naturelle, telle l'Alliance pour les droits de la vie, mènent leur combat par des actions de lobbying politiques et de presse. Ils militent pour les soins palliatifs, la mise en place d'alternatives à l'avortement pour les femmes enceintes en difficulté et la hausse des aides sociales.

De nombreuses associations (les "étudiants pro-Vie", les "médecins pour la Vie"…) préfèrent centrer leurs actions au sein d'un milieu spécifique comme les étudiants, les lycéens et les jeunes professionnel ou encore les soignants, les médecins, le monde médical et de la recherche.

Depuis 2005, la majorité des associations pro-vie coorganise la Marche pour la vie, une manifestation annuelle unitaire à Paris. L'édition 2011 a rassemblé 6 500 personnes selon la police et entre 30 000 et 40 000 selon les organisateurs[7].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Marche « prolife », Washington

Associations[modifier | modifier le code]

La plus grande association dédiée à l'opposition à l'avortement est la National Right to Life Committee, qui fédère 3 000 sections locales. Certaines associations, telles que le Family Research Council (en) ou Concerned Women for America (en), incluent la lutte contre l'avortement dans un conservatisme plus large touchant à d'autres questions de société telles que le mariage homosexuel. À l'inverse, des organisations de taille plus réduite telles que l'Alliance Pro-vie des Gays et Lesbiens ont des positions inverses sur d'autres questions de société.

L'association Operation Rescue a mené au début des années 1990 des actions très médiatiques à base de sit-ins massifs aux abords de cliniques pratiquant l'avortement, en bloquant parfois l'accès. Ces actions ont culminé à l'été 1991 avec plusieurs milliers de manifestants arrêtés à Wichita, dans le Kansas. Ces actions ont en partie inspiré en France, à la même époque, les commandos anti-IVG[8]. Ces actions par Operation Rescue ont cessé au cours des années 1990 avec le passage d'une loi spécifique, la Freedom of Access to Clinic Entrances Act (en) en 1994.

Dans le monde politique[modifier | modifier le code]

Au contraire du Parti démocrate, la position officielle Parti républicain est pro-vie[9], tout comme celle de la plupart de ses personnalités, par exemple Sarah Palin[10]. Toutefois, il existe dans chaque parti une minorité divergente. Chez les Républicains, l'association Republicans for Choice milite pour l'avortement légal, position partagée par des élus tels que le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger. Chez les Démocrates, on trouve à l'inverse l'association Democrats for Life et des élus tels que le sénateur Bob Casey Jr, qui se revendiquent pro-vie.

Le Parti constitutionnaliste[11], de tendance paléo-conservatrice, est également pro-vie. Le Parti libertarien, majoritairement pro-choix, comprend une importante minorité pro-vie, représentée par le mouvement Libertarians for Life [12] créé en 1976.

Violences[modifier | modifier le code]

On dénombre de nombreux actes de violence et d'intimidation de la part de certains militants anti-avortement[13] : des attentats à la bombe[14],[15], des dégradations par liquide malodorant et des lettres de menace[16],[17] ou même des meurtres[18]. Huit médecins et employés de cliniques pratiquant l'avortement ont ainsi été tués: sept entre 1993 et 1998, et le Dr George Tiller en 2009.

En 2009, l'homicide de James Pouillon est interprété par une partie de la presse américaine comme le premier homicide d'un militant pro-vie, la police a expliqué que le suspect, un chauffeur de camion, en avait assez des pancartes militantes montrant des fœtus aux enfants qui allaient à l'école. Le suspect est aussi accusé d'un autre meurtre commis le même jour sur un homme d'affaires local pour une autre histoire, complètement indépendante du premier meurtre[19],[20].

État de l'opinion publique américaine[modifier | modifier le code]

D'après un sondage paru en août 2008 dans le Washington Post, aux États-Unis, 44 % des sondés se définissent comme étant plutôt « pro-vie » contre 50 % plutôt « pro-choix », mais seuls 18 % se déclarent formellement contre toute forme d'avortement[21]. Dans un sondage[22] du 15 mai 2009, on compte pour la première fois plus d'Américains « pro-vie » (51 %) que « pro-choix » (42 %).

Canada[modifier | modifier le code]

Plusieurs mouvements politiques canadiens ont demandé une révision des conditions d'avortement, et notamment :

Ces groupes dénoncent le fait que l'État subventionne à 100 % les avortements au Québec et le fait que, selon eux, l'avortement serait encore plus accessible que la pilule contraceptive[23].

Lien avec les positions religieuses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Christianisme et avortement.

L'Église catholique[modifier | modifier le code]

Le magistère de l'Église catholique a toujours rejeté absolument l'avortement direct, qui fait encourir une peine d'excommunication automatique (latae sententiae) à ceux qui le pratiquent. Il le distingue de l'avortement indirect, où la mort du fœtus n’est pas voulue mais est la conséquence de soins prodigués à la mère, et qui n'est pas sanctionné[24].

Plusieurs documents du magistère récent ont réaffirmé cet interdit. Ainsi le pape Paul VI a été un modèle pour certains militants pro-vie en raison de son encyclique Humanae Vitae[25]. De même, Jean-Paul II a renouvelé solennellement cet interdit dans Evangelium vitæ, après avoir consulté les évêques du monde à ce sujet. Il y dénonce la mise en place d'une « culture de mort » s'opposant à la « culture de la Vie ». Cette culture de mort serait issue de la promotion d'une « conception utilitariste de la société » qui débouche sur la « guerre des puissants contre les faibles ».

Le 12 décembre 2008, la Congrégation pour la doctrine de la foi publie l'instruction Dignitas Personae qui « vise à promouvoir et à défendre la dignité de la personne qui doit être reconnue en tout être humain depuis sa conception jusqu'à sa mort naturelle » (Interview de Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi au journal La Croix[26]).

Ce rejet ferme de l'avortement est remis en cause par certains mouvements catholiques réformateurs. Il donne lieu également à des controverses sur certaines affaires à fort impact médiatique. Ainsi, en mars 2009, l'archévêque Sobrinho affirme que sont frappés d'excommunication la mère d'une fillette de neuf ans ayant avorté après avoir été violée par son beau-père, ainsi que les médecins ayant pratiqué l'avortement[27],[28]. L'affaire donnera lieu à des prises de position divergentes de dignitaires de l'Église, notamment la confirmation de l'excommunication par le cardinal Re, préfet de la congrégation des évêques et sa critique par le président de l'Académie pontificale pour la vie, Mgr Fisichella[29]. Peu après, la conférence nationale des évêques du Brésil désavoue Sobrinho et explique que personne n'est excommunié et que seuls le seront « ceux qui pratiquent l’avortement systématiquement »[30].

Certains mouvements catholiques, comme Catholics for Choice, s'opposent aux mouvements pro-vie, et demandent une remise en cause de la ligne dure prônée par le Vatican.

Controverses avec le mouvement pro-choix[modifier | modifier le code]

Insigne pro-life américain représentant les empreintes de pieds d'un fœtus

Les mouvements pro-choix émettent plusieurs critiques :

  • Certaines associations pro-choix accusent les associations pro-vie françaises d'appuyer certaines de leurs actions par le biais d'images choquantes qui, selon elles, feraient appel aux émotions de l'auditoire qui s'opposeraient à sa raison.
  • Certaines images visibles dans de nombreuses vidéos et articles pro-vie ne seraient pas toujours des photos d'interruptions volontaires de grossesse pratiquées dans un cadre légal, les plus choquantes d'entre elles représentant des avortements clandestins (au sel, à l'aiguille), pratiquées dans certains pays plus tardivement qu'en France ou plus simplement des prématurés mort-nés. [réf. nécessaire]
  • Les organisations pro-choix reprochent aussi au mouvement pro-vie ses liens avec les mouvements religieux intégristes et traditionalistes comme le montrent les slogans des manifestants pro-choix lors de manifestations pro-vie, en particulier face aux « rosaires pour la vie » et autres prières publiques.

Le débat est cependant centré sur la reconnaissance de l'embryon comme étant ou non un être humain à part entière. Certain pro-choix avançant toutefois une argumentation basée sur le possible caractère dérogatoire au meurtre de la loi autorisant l'avortement.

Positions sur la peine de mort[modifier | modifier le code]

Les personnes et associations se réclamant du mouvement pro-vie ont des positions divergentes sur la peine de mort. Des prélats catholiques parmi les plus engagés contre l'avortement, tels que le cardinal Joseph Bernardin[31] ou le pape Jean-Paul II[32], ont également fait état de leur opposition à la peine de mort. D'autres personnalités pro-vie, notamment des personnalités politiques américaines[33], sont en revanche favorables à la peine de mort.

La plupart des associations pro-vie ne semblent pas avoir de position officielle sur la peine de mort. L'association pro-vie américaine Feminists for Life est toutefois activement engagée dans des campagnes d'opposition à la peine de mort[34], opposition que partage l'organisation Democrats for Life[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courrier de Laissez-les-vivre no 158, décembre 2008.
  2. Courrier de Laissez-les-vivre no 158, décembre 2008
  3. a et b Aline Andrea, « Xavier Dor évite la prison », L'Humanité, 1er juillet 1998
  4. Loi no 93-121 du 27 janvier 1993 portant diverses mesures d'ordre social, Titre 2
  5. Loi no 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire de grossesse et à la contraception
  6. (fr) http://www.prochoix.org/frameset/2/xavierdortenprison.html
  7. L'Express du 23 janvier 2011
  8. Claire Fontana, Lettres aux Sauveteurs, DMM, Bouère, 1993 (ISBN 2856521835)
  9. (en) Maintaining The Sanctity and Dignity of Human Life
  10. (fr) « Quand Sarah Palin ne se gêne pas pour draguer les fans d'Hillary Clinton », Le Point, 13 septembre 2008.
  11. (en) http://constitutionparty.com/party_platform.php
  12. (en) Libertarians for Life
  13. [PDF](en) résumé des violences par la National Abortion Federation
  14. « Nouvel attentat dans un centre d’IVG », L'Humanité, 21 janvier 1997
  15. http://www.prochoice.org/about_abortion/violence/arsons.asp
  16. http://www.prochoice.org/about_abortion/violence/butyric_acid.asp
  17. http://www.prochoice.org/about_abortion/violence/anthrax.html
  18. http://www.prochoice.org/about_abortion/violence/murders.asp
  19. Memorial Held for Slain Anti-Abortion Protester, New York Times, 16 septembre 2009.
  20. Pro-Life Advocates Condemn Shooting of Abortion Protestor James Pouillon sur un site militant pro-life.
  21. Abortion and Birth Control
  22. La société de sondages américaine The Gallup Organization
  23. « L'avortement plus accessible que la pilule ? », Cyberpresse.ca, 28 septembre 2007.
  24. L’Église admet des cas d’avortement thérapeutique
  25. « […] est absolument à exclure […] l'interruption directe du processus de génération déjà engagé, et surtout l'avortement directement voulu et procuré, même pour des raisons thérapeutiques », « Est exclue également toute action qui […] se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation ». Voir le texte intégral de l'encyclique pour le contexte et les détails.
  26. « Jean-Pierre Ricard : “Promouvoir et défendre la dignité de la personne” », La Croix, 11 décembre 2008.
  27. « L'excommunication de médecins brésiliens aggrave le trouble des catholiques », Le Monde, 11 mars 2009.
  28. « Vatican backs excommunication of Brazilian MDs over child's abortion », CBC News, 7 mars 2009.
  29. Tribune de Mgr Fisichella sur l'affaire de la fillette ayant avorté au Brésil dans l'organe semi-officiel du Vatican, l'Osservatore Romano
  30. « Viol : les évêques brésiliens reviennent sur l'excommunication », agence AFP, in Libération, 13 mars 2009.
  31. « Barack Obama : "La tradition catholique a eu une grande influence sur ma vie" », La Croix, 5 juillet 2009.
  32. Déclaration du Saint-Siège sur la peine de mort
  33. Pro-Death: The Anti-Life Policies of Bush/McCain
  34. (en) Penn for Life, ACLU join against death penalty
  35. (en) [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]