Damn Small Linux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec DSLinux, une distribution Linux différente pour la Nintendo DS.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir DSL.
Damn Small Linux (ou DSL)
Damn Small Linux
Damn Small Linux

Famille GNU/Linux
Type de noyau Monolithique modulaire
Plates-formes x86
Dernière version stable 4.4.10 (18 novembre 2008)
Dernière version avancée 4.11 Release Candidate 1 http://damnsmalllinux.org/forums/index.php?topic=11.0 (3 août 2012)
Environnement graphique X11
Site web www.damnsmalllinux.org

Damn Small Linux, couramment abrégé sous le sigle DSL, est une distribution GNU/Linux basée sur la Knoppix, elle-même basée sur le système de paquets du système Debian GNU/Linux. Elle fonctionne en autonome depuis un live CD, est installable sur disque dur, ou peut fonctionner sous un système Windows comme sous VMware. DSL est considérée comme un miniLinux et peut être installée sur des machines très anciennes, comme des i486 (un syslinux est même fourni pour les machines trop anciennes pour isolinux).

Sa différence fondamentale avec la Knoppix est sa taille : alors que la Knoppix prend l'intégralité d'un CD-ROM (700 Mo), Damn Small Linux fait moins de 50 Mo, et peut donc tenir sur un CD format « carte de crédit », ou une clé USB. Cette taille réduite va de pair avec l'emploi de logiciels peu gourmands en taille et en puissance de calcul.

De plus, Damn Small Linux est adaptée à des PC anciens (Pentium 1 ou i486). La configuration minimale recommandée en mode texte consiste en un PC i486 avec 16 Mo de RAM.


Logiciels inclus[modifier | modifier le code]

La version 3.0.1 de Damn Small Linux date du 22 juin 2006.
Voici la liste des applications incluses dans cette version :

  • Multimédia :
    • XMMS - Lecteur audio et vidéo
    • VNC
    • Graveur de CD
    • Jeux
  • Manipulation d'images :
    • Xzgv - Visualiseur de fichiers images supportant les miniatures
    • Xpaint - Un éditeur de fichier image proche de Microsoft Paint
  • Outils d'administration  :
    • emelFM - Un très puissant gestionnaire de fichier
    • APT - Gestionnaire de paquets
    • Synaptic - Gestionnaire de paquets
    • Graphics front-end de plusieurs fonctions...

Et encore plein d'autres applications (support SSH, DHCP, PPP, ADSL, USB, Ghostscript, imprimantes, PCMCIA, NFS, Wi-Fi)...

Par ailleurs, est installé MyDSL, sorte de passerelle proposant aux utilisateurs une installation facilitée pour de plus grosses applications, comme OpenOffice, la GNU Compiler Collection, ou encore des extensions pour XMMS. À la date du 7 décembre 2004, les serveurs MyDSL proposaient plus de 200 applications, plugins et autres extensions pour ceux désirant upgrader leur système. Ainsi, une fois DSL installé, on peut activer l'outil de gestion de paquets APT. Cela permet d'obtenir un système similaire à Debian.

Installation[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs façons d'installer Damn Small Linux :

  • procédure avec une clé USB ;
  • procédure avec un CD ;
  • procédure avec un disque dur ;
  • procédure par émulation, notamment recommandée pour essayer Linux sans installation.

Démarrage sur une clef USB[modifier | modifier le code]

Installer Damn Small Linux sur une clef USB depuis un système sous GNU/Linux : cf. ce tutoriel, en anglais.

Démarrage sur un CD (tout format)[modifier | modifier le code]

Il suffit de graver le fichier ISO directement sur un CD, puis de redémarrer l'ordinateur avec le CD dans le lecteur.

L'ordinateur doit alors démarrer avec le CD. Si ce n'est pas le cas, il faut certainement modifier les paramètres de démarrage dans le BIOS :

  • vérifier que le lecteur de CD (ou DVD) est détecté et reconnu ;
  • vérifier et/ou faire en sorte que le lecteur de CD soit prioritaire dans l'ordre d'amorçage des supports, notamment qu'il soit consulté avant le ou les disques durs présents.

Installation sur le disque dur[modifier | modifier le code]

Deux types d'installation sont possibles :

  • l'installation « frugale » ;
  • la « vraie » installation.

L'installation frugale copie l'image du CD sur une partition de disque dur. Le démarrage sur disque dur sera ainsi équivalent à un démarrage avec le "Live CD".

La « vraie » installation sur disque (avec dsl-hdinstall) décompresse le système de fichiers du CD, puis le copie sur disque avant de régler quelques paramètres.

Émulation[modifier | modifier le code]

C'est sans doute la solution la plus simple pour tester DSL. Elle ne nécessite aucune installation et est idéale pour essayer Linux. L'émulation est réalisable par n'importe qui en quelques minutes…

Une procédure est disponible pour Windows et GNU/Linux.

La procédure avec Windows est la suivante :

  1. Télécharger la version embedded (55 Mo) à cette adresse : FTP ibiblio.
  2. Décompresser le fichier Zip n'importe où dans le PC.
  3. Cliquer sur dsl-base.bat : DSL démarre comme s'il est installé sur le disque dur.

De plus, si l'ordinateur est déjà connecté au réseau, DSL-Embedded reconnaîtra automatiquement la connexion existante.

Variantes des images disques (iso)[modifier | modifier le code]

  • dsl-x.iso : image CD standard
  • dsl-embedded.iso : image CD avec système d'émulation QEMU inclus pour utilisation directe depuis Windows, Ubuntu... : plus besoin de graver un CD.
  • dsl-vmx : image CD à utiliser avec VMware player. Comme ci-dessus, mais avec une couche de virtualisation isolant mieux le système.
  • dsl-initrd : version avec système de boot modifié pour s'adapter à du matériel exotique
  • dsl-syslinux : autre type de boot acceptant des machines très anciennes ; aisément modifiable avec un éditeur de texte

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine :
Debian
Basé sur :
Knoppix
Damn Small Linux Variantes :
DSL USB, floppy, ...
Dérivés :
Hikarunix, (ex Flonix), ...