Tableur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un tableur est un programme informatique capable de manipuler des feuilles de calcul. À l'origine destinés au traitement automatisé des données financières, les logiciels tableurs sont maintenant utilisés pour effectuer des tâches variées, de la gestion de bases de données simples à la production de graphiques (on peut alors parler de tableur-grapheur), en passant par diverses analyses statistiques.

De la feuille de calcul au tableur[modifier | modifier le code]

Une feuille de calcul est une table (ou grille) d'informations de toutes natures (données industrielles, scientifiques, commerciales, comptables, financières, statistiques, données de métiers, etc. ).

D'une manière générale, toute problématique, pouvant être disposée en lignes et colonnes, éventuellement sur plusieurs plans, impliquant ou n'impliquant pas des calculs, rend le tableur pertinent. Chaque intersection de lignes et colonnes détermine un espace appelé généralement « cellule ». Chaque cellule peut être un simple espace pour mémoriser une donnée ou contenir une suite de calculs. Ces calculs peuvent être des combinaisons d'opérations simples ou ayant recours à des fonctions de traitement plus élaborées, utilisant éventuellement les données d'autres cellules. Certaines données de cellules peuvent donc être issues de calculs (soustractions, additions, multiplications, concaténations de chaînes de caractères, etc.) entre différentes cellules. La mémorisation et l'automatisation de ces calculs, rendue possible par l'informatique dans le dernier quart du XXe siècle, apporte un gain de productivité appréciable.

Sous un angle réducteur à la seule dimension du calcul, on peut considérer chaque cellule comme un écran d'une calculatrice de poche. On dispose donc dans une feuille de calcul d'un nombre considérable de calculatrices qui peuvent être reliées entre elles.

En termes mathématiques, une feuille de calcul est un espace qui permet une représentation et des calculs de matrice.

Les feuilles de calculs informatisées sont inventées par Pardo et Landau, qui déposent le brevet correspondant en 1970. Le concept est par la suite réinventé par Dan Bricklin. La légende veut que Bricklin a l'idée du tableur en assistant à un cours, à l'université. Le professeur, après avoir dessiné au tableau une grande table de calcul, y trouve une erreur et doit effacer et recalculer une grande partie des cases, alors que ce processus peut être automatisé à l'aide d'un ordinateur. Cette idée débouche sur la création de VisiCalc, le premier tableur. VisiCalc est l'application qui fait basculer définitivement l'informatique du statut de loisir pour quelques passionnés vers le monde professionnel ; elle est la killer app qui assure le succès de l'ordinateur Apple II sur lequel elle est disponible dès 1979. Ce tableur est montré comme un des tableurs d'origine de nos tableurs actuels aux élèves de lycée qui prennent un grand plaisir à travailler dans les cellules du simulateur. Note : Le tableur est parfois appelé chiffrier électronique au Québec, terme emprunté à la terminologie comptable québécoise. Le mot tableur est toutefois plus approprié à l'informatique.

Fonctionnalités et utilisation des tableurs[modifier | modifier le code]

Exemple de tableur : le logiciel Gnumeric. Les interfaces de tous les tableurs sont similaires

Les premiers langages de programmation étaient conçus de manière à traiter et à sortir des données sous forme de tableaux, souvent sur une imprimante. Les techniques de programmation ont évolué depuis, et les données peuvent être représentées plus efficacement dans la mémoire de l'ordinateur, plutôt que séquentiellement sur une feuille de papier. Un logiciel tableur est conçu de manière à réaliser des calculs généraux en se basant sur des relations spatiales, et non plus temporelles, entre les données.

La plupart des autres programmes de calcul utilisent en effet le temps, c'est-à-dire l'ordre logique des instructions, comme premier principe d'organisation. Un point d'entrée bien défini provoque l'exécution de la première instruction, puis toutes les instructions suivent à la suite.

Au contraire, dans une feuille de calcul, un ensemble de cellules est défini, ainsi que des relations logiques spatiales entre elles. Dans les premiers tableurs, ces relations étaient en deux dimensions, représentées par une grille. Au fil du temps, de nouvelles fonctionnalités sont apparues, comme l'organisation de feuilles indépendantes mais pouvant être reliées logiquement l'une à l'autre, dans un embryon de troisième dimension. Les tableurs les plus avancés proposent des opérations comme la rotation ou la transposition de matrices de données ; et peuvent présenter les jeux de données graphiquement.

Les cellules d'une feuille de calcul sont les équivalents fonctionnels des variables en programmation impérative. Les cellules peuvent contenir des formules, c'est-à-dire une série d'instructions qui permettent de calculer leur valeur à partir d'autres variables de la feuille de calcul, ou bien à partir de variables externes (comme la date ou l'heure). Les tableurs utilisent les concepts de références relatives et absolues, par exemple, afin de faciliter l'édition et la compréhension des formules.

En général, les tableurs mettent à jour automatiquement les valeurs des cellules qui dépendent d'un paramètre qui a varié. Les premiers tableurs utilisaient des stratégies simplistes, comme la mise à jour des cellules dans un ordre particulier ; les tableurs plus modernes ne calculent que le minimum nécessaire grâce à la construction d'un arbre de dépendance entre les cellules.

La plupart des concepts rencontrés en programmation impérative se retrouvent dans le monde des tableurs. Par exemple, le parcours de boucles indexées est représenté par un traitement d'une table de cellules, et une boucle infinie peut être obtenue en référençant réciproquement deux cellules (arbre de dépendance cyclique). La plupart des tableurs acceptent ce type de références cycliques, dont l'exécution peut être contrôlée par l'utilisateur ou par le programme lui-même.

La puissance des tableurs dérive certainement de la capacité intuitive du cerveau humain à représenter des objets dans l'espace et à appréhender des relations complexes entre ces objets. Beaucoup de gens trouvent plus facile de réaliser un calcul complexe dans un tableur plutôt que dans un logiciel adapté, et ce malgré l'inadéquation évidente entre l'outil et le but poursuivi.

Quelques formules[modifier | modifier le code]

Excel et LibreOffice Calc permettent l'écriture de formules de calcul incluant des fonctions dans les cellules.

Les fonctions sont toutefois dépendantes de la localisation de la version du logiciel.

Un exemple de formule (sans fonction), qui effectue l'addition des valeurs contenues dans les cellules A5 et B3 :

  • =A5+B3

Exemples de formules utilisant des fonctions dont les noms varient selon la localisation, c'est-à-dire la langue de l'interface :

En français[modifier | modifier le code]

  • =SOMME(A1:B2) Cette formule calculera la somme de tous les nombres de A1 à B2.
  • =SOMME(A1:A20;C1:C20) Cette formule calculera la somme A1 à A20 plus celle de C1 à C20 → attention au signes ":"(Séparateur de zone) et ";" (Séparateur d'arguments)
  • =MOYENNE(A3:C6) Cette formule fera la moyenne des nombres de A3 à C6.

En anglais[modifier | modifier le code]

  • =SUM(A1:B2) Cette formule calculera la somme de tous les nombres de A1 à B2.
  • =AVERAGE(A3:C6) Cette formule fera la moyenne des nombres de A3 à C6.

Autres concepts[modifier | modifier le code]

  • Le tableau croisé dynamique d'Excel ou pilote de données d'OOo Calc permettent de générer une synthèse de la table.
  • Le Filtrage permet de n'afficher que les lignes correspondant à certains critères
  • Le Tri permet de changer l'ordre d'un bloc de cellules
  • Le Solveur permet d'atteindre une valeur cible (de départ) à partir d'un résultat voulu.
  • La Consolidation permet de fusionner plusieurs tableaux composés d'au plus une ligne et/ou colonne d'étiquettes, et de données chiffrées en y appliquant une fonction sélectionnée par l'utilisateur (Somme, Nombre, Moyenne...). Le nouveau tableau est adapté en fonction des libellés.

Logiciels[modifier | modifier le code]

Application Gratuit Logiciel libre Environnement Commentaire
Apache OpenOffice Calc oui Oui oui Oui Linux, Mac OS X et Microsoft Windows Successeur d'OpenOffice.org Calc et StarOffice Calc
AppleWorks Non Non Non Non Mac OS et Microsoft Windows Successeur de ClarisWorks
FlexiSheet oui Oui oui Oui Mac OS X
Gnumeric oui Oui oui Oui Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
IBM Lotus Notes Non Non Non Non Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
IBM Lotus Symphony oui Oui Non Non Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
Javelin Non Non Non Non MS-DOS
KCells oui Oui oui Oui Linux Successeur de KSpread, inclus dans KOffice
LibreOffice Calc oui Oui oui Oui Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
Lotus Improv (en) Non Non Non Non Microsoft Windows et NeXTSTEP
Lotus 1-2-3 Non Non Non Non Microsoft Windows Inclus dans Lotus SmartSuite
Microsoft Excel Non Non Non Non Mac OS X et Microsoft Windows Inclus dans Microsoft Office
Microsoft Works Non Non Non Non Microsoft Windows
Multiplan Non Non Non Non Apple II, Commodore 64, CP/M, CTOS, MS-DOS et Xenix Prédécesseur de Microsoft Excel
NeoOffice Calc oui Oui oui Oui Mac OS X
Numbers Non Non Non Non Mac OS X et iOS Inclus dans iWork et disponible gratuitement avec tout nouvel appareil Apple (Mac, iPad...)
PlanMaker Non Non Non Non Linux, Microsoft Windows et Android Inclus dans SoftMaker Office
Quantrix (en) Non Non Non Non Mac OS X et Microsoft Windows
Quattro Pro (en) Non Non Non Non Microsoft Windows Inclus dans WordPerfect Office
Sheets oui Oui oui Oui Linux Successeur de Tables, inclus dans Calligra Suite
VisiCalc Non Non Non Non Apple II Premier logiciel tableur destiné à un ordinateur individuel

Il existe aussi des tableurs intégrés dans des services web tels que : Acrobat.com, Google Documents, Live Documents, ThinkFree Online, EtherCalc