OS/2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

OS/2 est un système d'exploitation créé par Microsoft et IBM, qui ensuite a été développé par IBM seul. Le nom OS/2 signifie Operating System/2 (operating system signifie système d'exploitation en français), et il a été choisi car OS/2 a été présenté comme étant le système d'exploitation à utiliser de préférence pour la gamme de PC de seconde génération d'IBM nommée IBM Personal System/2. La première version (sans interface graphique, 16 bits, multitâche, etc.) est sortie en décembre 1987. Actuellement, IBM ne commercialise plus OS/2 et l'entreprise a arrêté sa prise en charge depuis le 12 décembre 2006.

Ambitions initiales d'IBM[modifier | modifier le code]

Abattre la barrière des 640 Ko[modifier | modifier le code]

La première raison d'être d'OS/2 était de s'affranchir des limites de 640 Ko du DOS sans avoir recours à des rustines comme QEMM ou autres, souvent incompatibles entre elles. La levée de cette limitation permettait de disposer de beaucoup de place mémoire pour la gestion de réseau et de nombreuses applications simultanées.

Généraliser le multitâche préemptif[modifier | modifier le code]

Le DOS était monotâche. Le Lisa d'Apple était multitâches, mais son tout premier MacIntosh était à nouveau monotâche. Windows était multitâche collaboratif, ce qui signifiait que chaque application ne rendait le contrôle que là où son programmeur le voulait bien. IBM réalisa avec OS/2 un multitâche préemptif, où le système pouvait interrompre d'autorité toute tâche et lui rendre le contrôle à l'endroit exact où il l'avait prise, exactement comme sur l'OS/VS2 de ses mainframes. Ainsi tout programme, même non écrit spécifiquement dans l'optique multitâche, pouvait être exécuté sans encombre, et aucun programme mal écrit ne pouvait faire partir le système en boucle infinie. Toutes ces fonctions étaient disponibles dès la version 1, qui était en mode texte seulement.

Proposer une interface graphique puissante[modifier | modifier le code]

La place mémoire disponible devait permettre dans un deuxième temps une interface graphique qu'IBM voulait beaucoup plus conviviale que Windows, et qui fut réalisée dans la version 2. Par exemple les objets du bureau d'OS/2 étaient tous pourvus de liens bidirectionnels. Concrètement, cela signifiait que s'il existait un ou des raccourcis vers un objet que l'on déplaçait ensuite dans un autre dossier, les raccourcis en étaient prévenus et mettaient à jour leurs liens, caractéristique qui n'existait pas en Windows à l'époque et n'y a pas été ajoutée à ce jour (2012).

Unifier toute la gamme des postes de travail[modifier | modifier le code]

OS/2 devait initialement être porté sur toutes les architectures IBM monoposte, y compris les stations de travail. Il exista quelque temps une version d'OS/2 pour les PC/RT ainsi que, plus tard, pour les RS/6000 (plate-forme PREP, qui venait pour des raisons d'unification stratégique et d'interopérabilité avec Apple d'être changée en CHRP, ce qui fit retirer le système du catalogue quelques semaines après sa sortie).

À la suite de la rupture avec Microsoft, OS/2 a ensuite été vendu uniquement par IBM jusqu'au milieu des années 1990 ; aucune nouvelle version n'est apparue après 1996 (le positionnement de Windows étant trop fort), mais IBM a continué de le mettre à jour jusqu'en 2003 pour ses clients. Aujourd'hui, une petite communauté se bat toujours pour le faire perdurer.

Être la plate-forme de développement du futur[modifier | modifier le code]

Philippe Kahn, de Borland avait engagé une grande partie des forces de sa compagnie dans le portage de son catalogue sur OS/2. Cet effort se fit à fonds perdu et porta un coup sévère à l'essor de Borland, qui dût par la suite se défaire d'une partie de ses collaborateurs et de ses produits.

On peut supposer que Microsoft, de son côté, avait correctement estimé le risque de se faire marginaliser par IBM si le projet OS/2 aboutissait. Sa rupture était donc un choix stratégique audacieux, mais habile, déstabilisant un allié alors trop puissant dans lequel elle avait perçu une future menace inévitable.

Historique[modifier | modifier le code]

1987 : OS/2 1.0[modifier | modifier le code]

La toute première version d'OS/2, fruit d'une collaboration entre IBM et Microsoft est la 1.0. Elle sort le 8 décembre 1987. Elle n'a pas d'interface graphique.

Jerry Pournelle, de Byte, décrit comme une erreur de marketing qu'IBM mette son OS à 4 fois le prix du DOS alors qu'aucun bénéfice immédiat ne peut rentabiliser cet investissement pour l'utilisateur. Par malheur pour le produit, la période 1987-1988 correspond aussi à une envolée des prix de la mémoire vive qui jusqu'à présent avaient toujours baissé (et ne rebaissera que quelques dizaines de mois après).

1988 : OS/2 1.1[modifier | modifier le code]

OS/2 1.1 sort à Halloween 1988. Cette nouvelle version dispose de l'interface graphique prévue, Presentation Manager (qui sera plus tard renommé Workplace Shell). Elle supporte également les disques de plus de 32 Mo.

1989 : OS/2 1.2[modifier | modifier le code]

Avec OS/2 1.2 sorti au COMDEX 1989 apparaissent le langage de script REXX et le nouveau système de fichiers HPFS. HPFS (High Performance File System) offre un stockage plus efficace des fichiers. HPFS est un peu le demi-frère de NTFS : ils portent le même "partition id" 0x07 dans la table de partitions. En outre, HPFS autorise des noms de fichiers de plus de 8+3 caractères.

Le système possède cependant de graves incommodités. Par exemple installer une imprimante ne demande pas moins de huit actions de l'utilisateur[1]. Excusables dans un monde de mainframes où une imprimante s'installe souvent pour toute la vie de l'ordinateur, ces opérations deviennent dissuasives dans un contexte personnel. Par comparaison, Windows réalise la même chose en deux opérations. Microsoft ne fera pas bénéficier OS/2 de cet avantage.

1991 : OS/2 1.3, départ de Microsoft[modifier | modifier le code]

En 1991, IBM sort OS/2 1.3, qui apporte une légère amélioration : Adobe Type Manager. Mais la nouvelle la plus importante est que Microsoft abandonne le projet OS/2. Cependant, Microsoft continue individuellement le développement de ce qui s'appelle alors OS/2 3.0 et qui deviendra Windows NT. De son côté, IBM continue de développer OS/2 2.0 mais n'annonce aucune date de sortie. La situation est telle qu'un article du Wall Street Journal proclame la mort d'OS/2.

1992 : OS/2 2.0[modifier | modifier le code]

Annoncé comme « a better Windows than Windows » et « a better DOS than DOS » par IBM, OS/2 2.0 en 32 bits sort enfin. Il supporte les applications OS/2 32 et 16 bits, Windows 3.0, et DOS. Il permet de faire tourner plusieurs sessions DOS simultanément sans que le crash d'une des sessions n'influence les autres[2]. L'architecture est donc différente de Windows 3.1 qui possédait trois modes distincts : 8086, 80286 et 80386, le mode approprié étant soit choisi au démarrage par test du matériel (ou de la machine virtuelle, par exemple dans une émulation), soit forcé par l'utilisateur à une version inférieure (par exemple pour compatibilité) au moyen d'une option.

OS/2 2.0 utilise également une nouvelle interface graphique: le Workplace Shell. À cette époque, la grande majorité des magazines spécialisés considère qu'OS/2 est bien plus stable que Windows et plusieurs grandes entreprises l'utilisent pour leurs données stratégiques. Mais en nombre et qualité des logiciels applicatifs, Windows avait maintenant une avance considérable sur OS/2. Cette avance a été déterminante dans le choix des petits utilisateurs.

OS/2 est également très orienté objet (en conséquence, par exemple, le déplacement de quoi que ce soit sous OS/2, fichier ou application, entraîne la mise à jour automatique de tous les raccourcis s'y rapportant, évitant les problèmes de "liens morts" de Windows dans le même cas).

1993 : OS/2 2.1[modifier | modifier le code]

En mai 1993 sort OS/2 2.1. Plus rapide qu'OS/2 2.0, il supporte également le format de police de caractères TrueType, comme Windows 3.1.

1994 : OS/2 Warp 3.0[modifier | modifier le code]

En octobre 1994 sort OS/2 Warp 3.0. Il inclut TCP/IP en standard, ainsi qu'un jeu complet d'applications appelé IBM Works.

Quelques raisons de l'échec d'OS/2[modifier | modifier le code]

Le moteur est passé avant la carrosserie[modifier | modifier le code]

La culture d'IBM (dans les laboratoires, non dans les équipes commerciales) était une culture de hackers. Les équipes d'OS/2 se sont focalisées sur la robustesse de l'OS, d'autant plus difficile à assurer que la direction d'IBM avait imposé qu'OS/2 tournât sur Intel 80286, dont l'architecture était parfaitement inadaptée aux passages fréquents entre modes protégé (système) et réel (applications DOS) : il fallait, pour repasser en mode réel, effectuer à chaque commutation de contexte un redémarrage à chaud, avec un indicateur de mode positionné dans une bascule CMOS du microcontrôleur du clavier[3]. Le bruit courut à IBM qu'un tiers du code d'OS/2 servait à contourner les bugs des différentes versions du 80286.

En contrepartie, peu de soin a été apporté à l'apparence, par exemple les polices de caractères, dans lesquelles pourtant IBM avait une excellente expérience avec son électrocomposeuse 4250 développée à Sindelfingen ; les polices de l'interface graphique, issues de Windows 2, étaient très loin d'avoir la qualité typographique, donnant à OS/2 une allure de système amateur par rapport à Macintosh, voire à un Windows 3.0 avec Adobe Type Manager, ou 3.1 (TrueType), à la présentation impeccable.

La situation était inhabituelle pour IBM pourtant censée savoir que pour vendre un ordinateur la présentation est une chose importante (le costume trois-pièces longtemps porté par ses commerciaux était un sujet de plaisanterie dans les milieux Unix).

Clients indécis[modifier | modifier le code]

Une grande confusion consécutive à l'architecture PS/2 régnait chez les entreprises clientes au départ : OS/2 étant conçu pour utiliser le nouvel Advanced BIOS des PS/2 (ABIOS), fonctionnerait-il sans encombre sur les machines IBM dotées d'un ancien BIOS, et de plus équipées d'un bus différent ? Quid des machines de la concurrence ? Privés de leur côté d'information technique, les commerciaux d'IBM ne savent répondre, et les clients diffèrent en conséquence leur décision de passer à OS/2, pour garder des marges de manœuvre. Les prévisions en 1987 des cabinets de prospective annonçant que deux tiers des machines seront en OS/2 en 1992 resteront lettre morte.

Grave erreur de marketing d'IBM[modifier | modifier le code]

Le public aurait encore pu passer sur ces défauts et essayer OS/2 comme successeur normal du DOS (son nom interne avait d'ailleurs été quelque temps DOS 5, sans rapport avec le DOS 5 qui suivit), mais IBM commit une énorme erreur de marketing en le vendant 4 fois le prix du DOS. Le saut était trop grand pour être accepté par une clientèle de particuliers et de petites entreprises, et IBM se marginalisa encore un peu plus tandis que Windows (facturé séparément du DOS) annonçait un coût qui était moins de la moitié de celui de son concurrent.

Cette erreur fut stigmatisée, avec bien d'autres[4], par Jerry Pournelle, rédacteur technique à la revue BYTE, et le sera plus durement encore par Merril Chapman[5]. Le service marketing d'OS/2 ne sut, ne voulut ou ne put (car les impératifs de marges de la direction générale étaient sévères, et la part revenant à Microsoft importante) suivre son conseil.

Quant à Bill Gates, il déclara à la presse : « Oh, nous ne cherchons pas à tuer OS/2, au contraire ! Nous touchons davantage d'argent pour chaque OS/2 installé que pour chaque Windows installé, vous savez ! »[citation nécessaire]

Ingénieux coups de Microsoft[modifier | modifier le code]

Après 1990, Microsoft s'ingénia à promouvoir son produit Windows au détriment d'OS/2.

L'interface OS/2 fut discréditée[6] comme « trop compliquée » par rapport à celle de Windows 3.1. En fait, cette interface ressemblait beaucoup à celle de Windows 95 - et pour cause puisque, là aussi, c'était Microsoft qui avait conçu en grande partie cette interface, mais Microsoft gardait cette nouvelle interface sous le coude et pré-annonça[réf. nécessaire] Chicago (nom de code de Windows 95) dans les semaines mêmes qui suivirent la disponibilité d'une couche d'émulation parfaite de Windows 3.1 dans OS/2 2.0. Là encore, l'émulation OS/2 faisait certes de lui, conformément à la promesse d'IBM, un meilleur Windows que Windows (notamment par l'usage du multitâche)... mais ce n'était plus la bonne version de Windows. IBM était une fois de plus marginalisée, et l'interface Windows 95 encensée là où celle d'OS/2 avait été décriée.

Microsoft annonça que pour Windows 95 trois touches supplémentaires seraient nécessaires (ce qui était inexact, mais comme le produit n'était pas lancé, personne ne pouvait le savoir) : les claviers à 105 touches au lieu de 102 (dans les pays francophones ; 104 au lieu de 101 aux États-Unis) se mirent à fleurir, et les trois touches supplémentaires n'avaient pas d'usage en OS/2, le faisant apparaître comme un OS déjà dépassé.

De surcroît, deux de ces touches avaient le logo Windows, à l'image des touches « pomme » d'Apple. Bill Gates marquait ainsi son territoire en rappelant de façon persistante que le PC était une machine à faire tourner Windows avant toute autre chose.

Par ailleurs[modifier | modifier le code]

  • Divers analystes considèrent en fait qu'IBM a confondu le besoin avec la demande.
  • Un quadruplement du prix de la mémoire dans les mois qui précédèrent le lancement « n'aida certes pas » le décollage du produit[7], qui demandait plus de mémoire installée que le DOS.

OS/2 aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'intérêt essentiel d'OS/2 en 2004 était réduit aux besoins de sécurité et réseau. C'était un système « à part », qui n'était pas la cible des piratages de masse. Ses failles étaient méconnues, et n'étaient pas étudiées par les pirates. Cela le faisait apprécier pour des applications critiques ne demandant pas l'usage de périphériques récents, en particulier dans le domaine de la sécurité réseau (pratiquement à parité avec Novell).

Une citation officieuse[modifier | modifier le code]

« La bataille du poste de travail est loin d'être finie. Lorsque la direction générale aura compris la puissance de Linux, elle va se mettre à l'appeler OS/3 » était une boutade fréquente dans les milieux UNIX d'IBM vers 1995. Nul n'imaginait alors tout de même que Linux deviendrait moins de cinq ans plus tard le fer de lance du marketing d'IBM, qu'il gérerait en 2004 la plus puissante machine de cette époque, et qu'en 2008 il équiperait un portable grand public vendu à un million d'exemplaires, l'Eee PC.

Incidemment, une distribution Linux referencée par Distrowatch se nomme OS4[8] !

La mort d'OS/2 (2005)[modifier | modifier le code]

IBM a annoncé (voir cette page en anglais) l'arrêt définitif d'OS/2, prévu pour le 23 décembre 2005. Le support a été stoppé en décembre 2006. Une ouverture (et publication) du code, demandée par plusieurs utilisateurs et notamment les fidèles d'os2world.com n'a pu porter ses fruits, notamment à cause des origines d'OS/2 : une importante partie du code avait en effet été développée par Microsoft et il aurait été extrêmement coûteux de chercher à la repérer et à l'extraire.

Renaissance d’OS/2 ?[modifier | modifier le code]

Le nom d'OS/2 appartient désormais au passé, mais un produit nommé ecomstation né au même moment dans la plus grande discrétion lui ressemble très étrangement à tous points de vue. On sait peu de chose de l'entreprise qui le commercialise, Serenity Systems, mais la double présence du fameux Rexx de Mike Cowlishaw et de la terminologie Workplace Shell, ainsi que le support intégré de tous les programmes OS/2 suggère qu'elle a établi des accords techniques et commerciaux avec IBM.

Les noms du premier niveau de l'arborescence de ce système sont d'ailleurs ceux d'IBM pour OS/2 : PSCRIPT, TCPIP, IBMCOM, MPTN, BOOTIMGS, OS2, PSFONTS, LANGUAGE, ECS et MMOS2.

Un argument inattendu de la société est l'absence de préoccupation à avoir concernant les virus (de fait, fort peu de hackers et donc également de crackers ont investi à se former sur les internes d'OS/2). Un CD de démonstration est téléchargeable sans frais depuis le site et tourne sans encombre sur un Eee PC.

La page des revendeurs sur le site d’eComStation, contient plusieurs références explicites à OS/2[9], dont :

  • Pour l’Europe, Mensys BV, dont l’URL a pour nom de domaine os2.mensys.nl;
  • pour le Danemark, F/X Communications, dont la page de vente a pour nom de fichier os2.html;
  • pour la France, le titre de la boutique est OS/2 Boutique;
  • pour l’Amérique du Sud, le titre de la boutique est OS2-eCS Network Consultants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Install the device drivers. Set up a printer queue. Create a printer object. Associate the device driver with the printer object. Associate the print queue with the printer object. Set up the COM port configuration for a serial printer. Use the SPOOL command to redirect printer output to the desired port. Specify optional printer settings. http://www.os2bbs.com/os2news/os2history.html
  2. Ce que l'architecture 386 permet sans difficulté, mais que la compatibilité 286 exigée des versions antérieures rendait infaisable
  3. Sur les 286, sortir du mode protégé implique de réinitialiser le processeur. La technique employée par OS/2 utilise le microcontrôleur du clavier pour activer la ligne RESET du CPU.
  4. http://books.google.fr/books?id=0DsEAAAAMBAJ&pg=PA41&lpg=PA41&dq=jerry+pournelle+os/2&source=bl&ots=IW_fgcU6KX&sig=Tg-hLFNCawxT523N0nkycAcjzQ4&hl=fr&sa=X&ei=Al3uUPydBsjM0AXn3oHAAg&ved=0CD0Q6AEwAQ#v=onepage&q=jerry%20pournelle%20os%2F2&f=false
  5. "IBM initially mispriced OS/2: Once circumstances and time had set the price of a desktop OS at $40, even IBM had to live in this pricing environment. It should be noted that adjusted for inflation, the retail price of Windows XP Home Edition, the upgrade version (which most people buy), is currently $100, approximately $40 in 1981 dollars", Merril Chapman, In search of stupidity, Apress, ISBN 978-1-59059-721-7, page 347
  6. William Gates, Nathan Myhrvold, Peter Rinearson, The road ahead, novembre 1996
  7. It didn't help that the price of the extra memory required to run OS/2 efficiently quadrupled around the time the new operating system was announced, forcing users to pay a stiff $2,000 or so to upgrade their PCs. Fortune, Brenton Schlender, 18/8/1990, http://money.cnn.com/magazines/fortune/fortune_archive/1990/06/18/73684/index.htm
  8. http://distrowatch.com/table.php?distribution=os4
  9. eComStation :: Where Purchase ::

Liens externes[modifier | modifier le code]