Berkeley Software Distribution

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
BSD Unix
Famille Type Unix, Unix
Type de noyau Noyau monolithique
État du projet Remplacé par les dérivés
Plates-formes Principalement PDP-11 et VAX
Entreprise /
Développeur
CSRG, Université de Californie
Licence Licence BSD
États des sources Open source
Dernière version stable 4.4-Lite2 (en 1994)

Berkeley Software Distribution, abrégé en BSD, désigne en informatique une famille de systèmes d'exploitation Unix, développés à l'université de Californie à Berkeley entre 1977 et 1995 par un groupe de programmeurs qui comprend notamment Bill Joy, Marshall Kirk McKusick et Kenneth Thompson.

Historique[modifier | modifier le code]

La Berkeley Software Distribution commença en 1977 comme un ensemble de logiciels pour UNIX version 6, qui incluait notamment un compilateur de Pascal et l'éditeur ex, ancêtre de vi. Au milieu de l'année 1978 parut la seconde version, appelée 2BSD, qui comprenait des améliorations du compilateur de Pascal, vi et termcap ainsi que le C shell. 2BSD continua d'être développée jusqu'à 2.11BSD, dont le dernier patch (447) parut le 31 décembre 2008[1].

L'apparition des VAX, pour lesquels le seul UNIX disponible était 32/V, qui n'utilisait pas les fonctionnalités de mémoire virtuelle offertes par le VAX, poussa les étudiants de Berkeley à développer Virtual VAX/Unix, puis, en décembre 1979, 3BSD, composé des utilitaires standards de 32/V, du support nouvellement ajouté pour la mémoire virtuelle, ainsi que des programmes fournis avec 2BSD.

En 1979, la DARPA cherchait à unifier les systèmes d'exploitation utilisés par les centres américains de recherche en informatique connectés au DARPAnet. Berkeley proposa alors de développer une version améliorée de 3BSD pour résoudre ce problème. En 1980 sortit 4BSD, qui incluait le support des VAX les plus récents, un nouveau système de courrier électronique, et un système de fichiers plus moderne, entre autres améliorations, et un interpréteur de LISP en plus de tous les programmes déjà inclus dans 3BSD. Cette version fut jugée trop lente et conduit rapidement à la publication de 4.1BSD, qui comprenait un noyau optimisé.

4.2BSD, parue en 1983, incluait une des premières implémentations de TCP/IP, ainsi que le Berkeley Fast File System. Cette version devint extrêmement populaire, si bien qu'un certain nombre d'utilisateurs de System V passèrent à 4.2BSD en attendant que ces fonctions y soient implémentées. 4.3BSD, la version suivante, contenait de nouveau un noyau plus rapide ainsi qu'un nouveau système TCP/IP. En 1988, 4.3BSD-Tahoe était une version plus portable de 4.3BSD, dans laquelle les fichiers indépendants de l'architecture et les autres avaient été séparés.

Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, le code AT&T (qui impliquait le paiement de licences) a été remplacé par du code libre, faisant de BSD un des premiers systèmes d'exploitation entièrement libres, parallèlement à GNU/Linux, autre variante d'UNIX, qui a cependant connu une utilisation plus large. Une des premières réécritures libre (open source) fut celle des couches réseaux, publiée pour la première fois en juin 1989, et qui sera rapidement utilisée par le projet GNU sous GNU/Linux.

Généalogie des systèmes Unix.

Description[modifier | modifier le code]

Les systèmes BSD sont généralement conçus pour être utilisés sur des serveurs, mais il existe quelques variantes spécifiquement destinées aux ordinateurs personnels. Ils sont réputés pour leur organisation et leurs performances dans leurs domaines de prédilection : la fiabilité en tant que serveur pour FreeBSD, la portabilité pour NetBSD et la sécurité pour OpenBSD.

Leur très grande stabilité leur permet de fonctionner sans s'arrêter ni redémarrer durant des périodes extrêmement longues (plusieurs années)[2].

Dans le monde Unix, on oppose souvent les paradigmes BSD aux paradigmes Système V (POSIX), plus suivis, notamment par Linux.

Comme Linux avec Tux, la famille BSD possède une mascotte : le Démon BSD.

Descendance[modifier | modifier le code]

Les descendants encore utilisés de cette famille sont[3] :

  • NetBSD, descendant de 386BSD 0.1 et de 4.3BSD NET/2. Projet séparé lancé en 1993 (logiciel libre).
  • FreeBSD, descendant de 386BSD. Projet séparé lancé en 1993 (logiciel libre)
    • Les variantes d'utilisation de FreeBSD
      • DesktopBSD. Lancé en 2004, c'est une version de FreeBSD pour les PC de bureau, dont le développement est arrêté.
      • FreeSBIE, dérivé de FreeBSD 5. Lancé en 2003, c'est une version Live-CD de FreeBSD, dont le développement est arrêté.
      • PC-BSD, basé sur FreeBSD, version avec interface graphique très facile à installer et utiliser. Projet lancé en 2005.
      • PicoBSD, dérivé de FreeBSD 3. Une version très légère, aujourd'hui arrêtée.
      • GhostBSD, projet canadien, avec gnome par défaut, lancé en 2010.
    • Les Fork (projets séparés et divergents) de FreeBSD
  • SunOS, basé directement sur 4.1BSD (avec des ajouts d'UniSoft UniPlus V7) et Solaris, qui intègre également du code Système V.
    • OpenSolaris, basé sur Solaris et aujourd'hui arrêté.

Darwin, le noyau de Mac OS X, comporte lui une API de type BSD au-dessus d'un micro-noyau Mach. De plus, de nombreux utilitaires en ligne de commande de Mac OS X sont basés sur ceux de FreeBSD.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]