Imprimante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les imprimantes ont été conçues dès l’apparition des premiers ordinateurs, pour permettre la consultation et la conservation sur support papier des résultats produits par les programmes informatiques. En effet, à l’époque des premiers calculateurs, les écrans n’existaient pas encore et les méthodes de stockage de l’information étaient très rudimentaires et très coûteuses.

Avec le temps, les imprimantes ont énormément évolué dans leur méthode d’impression et de traction du papier, mais également dans leur qualité d’impression, leur encombrement et leur coût.

L’informatisation massive des entreprises, les projets de « dématérialisation », et les économies escomptées par le « zéro papier » n’ont pas supprimé les imprimantes et l’usage du papier comme support d’information.

Imprimante à jet d’encre Canon.
Imprimante laser HP-1022.
Imprimante braille.

Préhistoire des imprimantes à l'ère de la mécanographie[modifier | modifier le code]

Imprimante en 1970.

Dans le monde de la mécanographie qui a précédé l’informatique, la fonction d’impression était assurée par l’imprimante incluse dans la tabulatrice. Les premières imprimantes sont introduites par Powers en 1914, et par Hollerith en 1921[1]. Il s’agissait d’imprimantes impact à barres porte-caractères permettant d’imprimer au départ uniquement des chiffres. L’introduction d’imprimantes à roues, à tambour ou à chaîne va permettre d’accroître la vitesse d’impression (150 lignes/minute pour l’AN7 de CMB, record qui tient de 1934 à 1951) et surtout d’imprimer des caractères alphanumériques (majuscule seulement) à partir de 1931[2].

La synchronisation correcte entre l’imprimante et l’avancement du papier est assurée à partir de 1933 par les « bandes Caroll », bandes perforées situées de part et d'autre de la liasse d'impression, entraînées par des roues à picots.

Ce n’est qu’avec l’émergence de l’informatique au début des années 1970 que les imprimantes deviennent des machines périphériques autonomes découplées de la fonction tabulatrice.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Il est important de considérer les caractéristiques suivantes dans le choix d’une imprimante :

la vitesse d’impression 
le nombre de pages imprimées par minute ; pour les imprimantes couleur, peut varier selon que l’impression se fasse en noir et blanc ou en couleur ;
la résolution 
la précision de l’impression ; la précision est mesurée en points par pouce (ppp) ou dpi pour dot per inch en anglais) ; pour les imprimantes couleur, la résolution peut varier selon que l’impression se fasse en noir et blanc ou en couleur ;
la mémoire de l’imprimante 
elle mesure la quantité d’information en attente d’impression que l’imprimante peut conserver dans sa mémoire ;
les consommables 
  • les produits d'impression : comme les cartouches qui sont rarement standard ; voir les façons d’économiser sur le coût des cartouches dans la section Stratégie de vente ;
  • le papier conditionné par :
    • le format de papier : la taille maximale des feuilles que l’imprimante peut accepter ;
    • le type d’alimentation du papier vierge : les deux principaux types d’alimentation sont :
      • l’alimentation par bac ou tiroir qui utilise un stockage interne d’un grand nombre de feuilles de papier,
      • l’alimentation par plateau qui utilise un stockage externe d’une petite quantité de feuilles (de 50 à 100) ;
l’interface 
liaison série, port parallèle, USB, Wi-Fi, ethernet/IPv4, ethernet/IPv6[3] ;
d’autres caractéristiques physiques 
la dimension, le poids, le niveau sonore peuvent aussi être importantes dans certains cas et même le temps de préchauffage[4] ;

Imposition[modifier | modifier le code]

L'imposition, terme désigne la manière dont les pages composées sont placées sur le papier.

Recto seul[modifier | modifier le code]

La désignation « mode simplex » est parfois utilisé pour le fait d'imprimer sur une seule face.

Recto-Verso[modifier | modifier le code]

Le mode recto-verso, appelé aussi mode duplex, permet d’imprimer sur les deux côtés d’une feuille. Il existe le mode recto-verso manuel et le mode recto-verso automatique. Le mode manuel consiste à repositionner le papier de la manière indiquée pour imprimer sur le second côté. Le mode automatique n’a besoin d’aucune manipulation mais dépend des capacités de l’imprimante, il n’est donc pas valable sur toutes les imprimantes. Il existe également les dénominations Tumble et NoTumble, elles correspondent respectivement, à imprimer en recto-verso de manière à obtenir une lecture en tournant les pages comme un bloc-notes, et comme un livre normal.

Mode livret[modifier | modifier le code]

Il permet d’imprimer en recto-verso et de manière à ce que chaque côté d’une feuille contienne deux pages

Méthodes de traction du papier[modifier | modifier le code]

Listing[modifier | modifier le code]

Le type de papier dominant pour les imprimantes jusque dans les années 1980 était le papier listing ou papier continu. Ce support est une longue bande de papier bordée de chaque côté de marges perforées à intervalles serrés appelées bandes Caroll. C'est par ces perforations que l'imprimante entraîne le papier, à l'aide de roues à picots. Le papier listing se présente replié en accordéon, et ces plis sont prédécoupés pour permettre de détacher manuellement le papier après impression. Les bandes Caroll sont également prédécoupées.

Le papier continu a l'avantage de donner la capacité d'imprimer des volumes considérables de données à des imprimantes non dotées d'un chargeur de feuilles (et donc plus simples et moins chères). C'est pourquoi il est encore utilisé dans des applications d'enregistrement de données.

En revanche, il a l'inconvénient de nécessiter des manipulations pour obtenir des feuilles individuelles prêtes à être classées, reliées ou envoyées par courrier. Il faut en effet détacher les feuilles successives et retirer les bandes Caroll, ce qui en outre laisse les traces du prédécoupage sur les bords des feuilles obtenues. C'est pourquoi, comme les avancées de la micro-informatique popularisaient l'infographie et les logiciels de bureautique WYSIWYG, le papier listing a progressivement été abandonné au profit de l'utilisation de feuilles individuelles.

Feuille à feuille[modifier | modifier le code]

Imprimante laser feuille à feuille.

Depuis l’apparition des premières imprimantes à laser, le papier à bandes Caroll a petit à petit disparu : la traction du papier se fait dorénavant par des rouleaux qui enserrent et guident le papier tout au long de son chemin dans l’imprimante. Néanmoins, si cette méthode permet l’utilisation de papier normal, elle ne garantit pas toujours un cadrage parfait du papier, et est davantage sujette aux bourrages.

Bobine[modifier | modifier le code]

Une part des imprimantes industrielles n'utilisent pas le feuille à feuille mais le mode continu. Ce sont des bobines de papier, qui se présentent comme de gros rouleaux, qui alimentent ces machines. Ce mode est plus rapide et plus sûr que le feuille à feuille. Comme il provoque une gâche importante en début et en fin d'impression et qu'il exige un massicotage en sortie, ce mode ne convient qu'à des productions industrielles importantes telles qu'on en pratique en éditique.

Stratégie de commercialisation[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Actuellement, les imprimantes grand public sont vendues à un prix proche, parfois même inférieur, à celui des cartouches d'encre. Les fabricants cassent le prix des imprimantes pour mieux se rattraper sur celui des cartouches, vendues à prix élevé à des clients captifs[5]. Pour fidéliser (ou enchaîner) les clients, toutes les imprimantes utilisent des cartouches différentes (absence de standard).

Il existe deux façons de déjouer cette stratégie et de réduire ses coûts d’impression :

  • Comme c’est le cas dans l’industrie pharmaceutique avec les médicaments génériques, il est possible de se procurer des cartouches compatibles à environ 50 % du prix des cartouches d’origine. Cependant, certaines imprimantes sont dotées d’un dispositif électronique bloquant l’imprimante en cas de détection de cartouche ne provenant pas du manufacturier d’origine. C'est par exemple le cas de l'imprimante HP PSC 1610 Tout-en-un utilisée avec une cartouche couleur Inkagain. De plus les cartouches génériques sont parfois de mauvaise qualité et obstruent les buses des têtes d'impressions.[réf. nécessaire]
  • Pour ceux qui sont un peu bricoleurs, il est possible de remplir d’encre certaines cartouches et de réaliser ainsi une économie d’environ 80 % par rapport au prix d’une cartouche provenant du manufacturier. Une protection inventée par les fabricants est d’équiper les cartouches de puces électroniques mesurant le niveau d’encre de la cartouche. Une fois que la puce décide que la cartouche est vide, l’imprimante refuse d’utiliser cette cartouche qui ne peut donc plus être remplie manuellement, sauf si on utilise un reprogramatteur de cartouche[6].

En 2002, le Parlement européen s’est opposé à ces pratiques[7] car elles sont anti-écologiques[8]. Extrait :

Le Parlement s’est employé avec force en faveur de la promotion des techniques de réutilisation et de recyclage, orientation qui, à l’évidence, s’oppose aux pratiques de la plupart des fabricants, qui intègrent divers dispositifs électroniques (« puces intelligentes ») ayant pour effet d’empêcher la revalorisation ou le recyclage des équipements. Par exemple, des cartouches à jet d’encre destinées aux imprimantes ont été munies de ces dispositifs, de sorte qu’il soit impossible de les recharger. Afin de faire barrage à ces pratiques, le texte de la directive comporte un nouvel article prévoyant que, dès le stade de la production des appareils, une plus grande facilité de démontage et de recyclage doit être recherchée. En particulier, les dispositifs techniques empêchant la valorisation des équipements usagés devraient être évités.

Une filière de recyclage des cartouches d’imprimantes usagées se met en place. Il est possible de collecter ses cartouches usagées via des associations ou des entreprises spécialisées mais les efforts des producteurs pour le recyclage restent très limités[9].

Techniques d'impression[modifier | modifier le code]

Les imprimantes peuvent être classées en deux catégories distinctes selon qu’elles utilisent une frappe mécanique (imprimante impact) ou non (imprimante non-impact ou NIP).

Imprimante Impact[modifier | modifier le code]

Les imprimantes Impact marchent en « tamponnant » le papier avec le caractère et un ruban encreur, comme une machine à écrire.

Cette technologie permet d’imprimer sur des liasses carbonées permettant d’avoir un double immédiat du document. Elle reste donc utilisée à cette fin dans certaines entreprises, particulièrement celles du transport.

Imprimante à marteaux ou Imprimante à chaîne[modifier | modifier le code]

Utilisé surtout sur les gros ordinateurs centraux, leur mécanisme d’impression consistait en une chaîne sur laquelle étaient fixés tous les caractères imprimables. Cette chaîne, entraînée par deux axes - telle une chaîne de vélo - était constamment en mouvement rapide au-dessus de la ligne à imprimer. Le long du parcours de la chaîne étaient disposés des marteaux (autant que de caractères par ligne - par exemple 132). Au passage du caractère à imprimer, le marteau de la colonne concernée le frappait pour l’imprimer sur la page. Ce système d’impression était assez rapide (il existait d’ailleurs des imprimantes qui contenaient toute une série de chaînes les unes au-dessous des autres, ce qui permettait d’imprimer une page entière d’un seul coup). Mais le jeu de caractères était limité, et bien entendu, il n’était pas question de changer de police rapidement, ou d’imprimer des graphiques. Par ailleurs ces imprimantes étaient extrêmement bruyantes (elles existent encore à l’heure actuelle par exemple pour les remises de chèques).

Imprimante à aiguilles ou Imprimante matricielle[modifier | modifier le code]

Sur les imprimantes à aiguilles, la tête d’impression est constituée d’une série d’aiguilles, alignées verticalement de façon à couvrir la hauteur d’une ligne de texte et propulsée par des électroaimants. Le nombre d’aiguilles peut varier d’une imprimante à l’autre (de 9 à 32 en général, 9 et 24 étant les valeurs les plus courantes), la qualité d’impression est proportionnelle au nombre d’aiguilles. Cette tête se déplace le long de la ligne à imprimer.

L’encre est fournie par un ruban encreur, similaire aux rubans de machines à écrire (tissu imprégné d’encre), qui circule en boucle entre la tête d’impression et la feuille de papier. Chaque aiguille permet d’imprimer un minuscule point sur la feuille ; chaque caractère est donc constitué de multiples points.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Imprimante à roue ou imprimante à marguerite (obsolète dès 1988)[modifier | modifier le code]

À l'origine, IBM International Business Machines Corporation crée pour ses machines à écrire une solution avec une sphère comportant un seul jeu de caractères, qui nécessitait le changement de sphère pour changer de police. Cette solution a aussi été utilisée quelques années sur ses imprimantes.

Inspirée des machines à écrire, la tête d’impression dite à marguerite est constituée d’une rosace de pétales, à la périphérie desquelles sont fixés les différents caractères imprimables, tels les pétales d’une marguerite… Cette rosace tourne sur un axe motorisé. Le système se déplace le long de la ligne à imprimer.

Pour chaque caractère à imprimer, la rosace effectue une rotation pour présenter le caractère demandé devant un marteau, lequel frappe le caractère sur la page, au travers d’un ruban encreur. Ce système est assez lent et ne présente qu’un jeu de caractères restreint. Il est cependant possible de changer la police en changeant la marguerite.

Imprimante à tulipe (obsolète)[modifier | modifier le code]

Dérivée de l’imprimante à marguerite, l’imprimante à tulipe utilise une roue dont les « pétales » sont pliés à 90°. Il s’ensuit une plus grande compacité de l’ensemble et la possibilité de mettre 2 caractères au bout de chaque pétale (un seul sur une marguerite), le passage de l’un à l’autre des caractères d’un même pétale se faisant par montée et descente de la tête d’impression. Comparativement à la marguerite, l’impression avec une tulipe est plus rapide et le nombre de caractères par roue est plus important. Comme pour la marguerite, il est possible de remplacer la tulipe en cas de casse ou simplement pour changer de type de caractère.

Ce système marque la fin de l’évolution des imprimantes à impact qui seront supplantées à partir des années 1990 par l’arrivée des imprimantes sans impact.

Imprimante Non-Impact[modifier | modifier le code]

Imprimante à tête thermique[modifier | modifier le code]

Ce mode de thermo-impression nécessite un film sensible à la chaleur. Les graphiques venant du RIP (Raster Image Processor : système transformant les données brutes en mode « raster/point ») sont transférés sur le film qui se déplace devant une rangée (la laize du film) de minuscules résistances électriques chauffantes. L’avantage de ce type de flashage thermique équivalent au flashage CTF (Computer To Film) « argentique » est d’éviter toutes les chimies et leurs éliminations.

Thermique direct[modifier | modifier le code]

Ce mode d’impression nécessite un papier sensible à la chaleur. Le texte et les graphiques sont transférés sur le papier qui se déplace devant une rangée (la largeur du papier) de minuscules résistances électriques chauffantes. Ce procédé présente plusieurs inconvénients :

  • La nécessité d’utiliser un papier spécifique et assez coûteux.
  • Une mauvaise conservation. Exposé à la chaleur (par exemple : le soleil derrière une vitre), le papier noircit de même qu’il reste sensible à la rayure, mais même à l’abri de la chaleur après plusieurs mois le papier jaunit et les impressions disparaissent.

A contrario, le fait de ne pas utiliser de réservoir d’encre ou de film d’encrage fait que le système est simple à mettre en œuvre (la seule maintenance nécessaire étant le remplacement des rouleaux de papier vides). Ce type d’impression a longtemps été très présent dans les télécopieurs mais aussi sur les distributeurs de billets, les balances des supermarchés, la billetterie informatiséeetc.

Transfert Thermique[modifier | modifier le code]

Comme pour le thermique direct, on retrouve une tête d’impression constituée d’une série de petites résistances chauffantes. Ici, ce n’est pas un papier spécial qui est utilisé mais un film d’encrage sensible à la chaleur. Au moment de l’impression l’encre passe intégralement sur le support et le ruban n’est donc utilisable qu’une seule fois (voir toutefois l’application ticket qui utilisait un ruban spécial multipasse). Le film d’impression est habituellement noir mais peut être décliné en une multitude de teintes. Il existe même des rubans bicolores (impression en rouge et noir) et une technique, désormais abandonnée, utilisait des rubans tri ou quadrichromie.

La gamme des supports imprimables est grande puisque l’on peut imprimer sur des papiers mats ou brillants, des films d’emballage, des textiles, etc.

Les diverses applications sont les suivantes :

  • Étiquetage - impression de textes, logos, code-barres)
  • POP (print over packaging) - emballage. Dans ce cas l’impression peut se faire en deux temps, un premier transfert sur un film spécial puis un deuxième sur l’objet en question (si le premier transfert se fait à plat, l’objet peut présenter un relief, la deuxième impression venant épouser les formes de celui-ci).
  • Ticket - l’impression de tickets d’embarquement (ferroviaire, aérien) utilisait des cassettes à ruban transfert thermique dit multi-passe avec lesquelles il était possible d’imprimer jusqu’à 6 ou 7 fois au même endroit, abaissant de ce fait le coût de l’impression mais ce au détriment de la qualité (critère moins important pour ce type d’usage).
  • Fax - certains télécopieurs utilisent une impression de type transfert thermique ce qui permet l’obtention de documents pouvant être archivés (ce qui n’est pas le cas avec le thermique direct).

À l’exception des impressions de tickets, ce type d’impression est de grande qualité, au prix d’un coût de revient assez élevé et d’une vitesse assez faible, mais dans un grand silence. Elle est réservée à des applications industrielles et n’est pas proposée au grand public à l’exception de quelques télécopieurs. Cependant la nouvelle gamme de petites imprimantes portatives d'étiquettes utilise cette technique.

Imprimante à sublimation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Imprimante à sublimation.

Par définition, la sublimation, représente le passage direct d’un corps de l’état solide à l’état gazeux. Dans une imprimante à sublimation thermique, la cire pigmentée remplace l’encre. Elle est chauffée à près de 200 °C par des microrésistances réparties sur la tête d’impression. Elle passe ainsi instantanément de l’état solide à l’état gazeux puis, projetée sur la feuille, elle refroidit à son contact et redevient solide.

L’intérêt d’un tel procédé est qu’il exploite les propriétés de transparence de la cire. Avec la sublimation thermique, l’équation est simple : un point de couleur sur l’image numérique correspond à un point de couleur sur la photo imprimée. Ainsi, pour imprimer un point d’une couleur donnée, l’imprimante superpose trois couches de cire de densité variable (jaune, magenta et cyan) qui vont ensemble composer la teinte recherchée, dans une palette de 16,7 millions de couleurs.

Contrairement aux impressions à jet d’encre qui affichent des résolutions de seulement 300 points par pouce (ppp), les imprimantes à sublimation thermique peuvent atteindre une définition allant jusqu’à 9 600 × 2 400 ppp. La différence réside dans le fait que la technologie jet d’encre ne fait que reproduire par effet optique un point de la couleur recherchée alors que dans l’impression par sublimation un point de couleur à imprimer égale un point de couleur imprimé. L’image numérique correspond en fait à une nuée de points de couleur sur la photo imprimée. Cette tricherie optique, utilisée par les imprimantes à jet d’encre ou laser, est parfois visible à l’œil nu, sous forme de trame ou de points apparents ; un défaut absent des impressions par sublimation thermique.

Par ailleurs, les photos obtenues par sublimation ne souffrent d’aucune bavure, le passage direct de la cire de l’état solide à l’état gazeux puis, inversement, du gazeux au solide, permettant d’éviter ce problème. Seul inconvénient de cette technologie : l’impossibilité d’obtenir un noir bien net. La couleur noire est obtenue par superposition des trois couleurs en densité maximale. Ce type d’impression est donc inadapté aux impressions en noir et blanc.

Imprimante laser[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Imprimante laser.

Sur ce système, l’encre se présente sous la forme d’une poudre extrêmement fine, le toner. Lors de l’impression, un laser dessine sur un tambour photo-sensible rotatif la page à imprimer, un dispositif électrique polarisant en fait une image magnétique. Sur ce tambour, l’encre en poudre polarisée inversement vient alors se répartir, n’adhérant qu’aux zones marquées par le laser. Une feuille vierge, passe entre le tambour et une grille elle-même chargée électriquement, est appliquée au tambour encré, récupérant l’encre. La fixation de l’encre sur la feuille se fait ensuite par chauffage et compression de la feuille encrée dans un four thermique.

Cette technique, bien que sophistiquée, permet une impression rapide (non plus ligne par ligne, mais page par page) très fine et très souple (impression de tous types de textes, de graphismes, de photos…) avec une qualité irréprochable pour le noir et blanc. Cependant, elle est peu adaptée aux niveaux de gris, et de ce fait, à l’impression en couleur. Les évolutions technologiques et des techniques du début du XXIe siècle ont permis d’adapter la couleur à ce système d’impression.

L’imprimante laser permet d’obtenir des tirages papier de qualité, à faible coût et avec une vitesse d’impression élevée. Le coût d’acquisition d’une imprimante laser est en chute libre depuis quelques années.

Cette technologie d’impression est directement dérivée de celle utilisée autrefois dans les photocopieurs. À cela près qu’auparavant, c’est la lumière réfléchie par la page à dupliquer qui déchargeait le tambour. Depuis 2000, la grande majorité des photocopieurs sont en fait des imprimantes laser surmontées d’un scanner et sont utilisés comme imprimante.

Le système employé pour charger les différents éléments d'électricité statique était avant 1992 constitué par un fil conducteur placé à un potentiel de plusieurs milliers de volts, ce système était nommé « corona » en référence à l'effet corona. Son principal inconvénient était un dégagement d'ozone au cours de l’impression. Le corona faisait réagir l’oxygène en le transformant en ozone. Les imprimantes étaient alors dotées d’un filtre piège à ozone, pas toujours remplacé, n’ayant pas d’incidence sur la qualité des impressions. Ce défaut de maintenance pouvait poser problème surtout dans les locaux mal ventilés, l’ozone s’y accumulant, ce qui donnait à ces locaux leur odeur caractéristique.
À partir de 1992, le fil corona a été remplacé par un rouleau souple et conducteur nommé rouleau de transfert, directement en contact avec le papier. Dès lors il n'y a plus de production d'ozone significative, le filtre à ozone n'est plus requis[10].

Imprimantes laser couleur[modifier | modifier le code]

On distingue en fait deux technologies pour les imprimantes laser en couleurs : « carrousel » (quatre passages) ou « tandem » (monopasse).

  • carrousel : Avec la technologie carrousel, l’imprimante effectue quatre passages pour imprimer un document (un par couleur primaire et un pour le noir, ce qui fait que l’impression est en théorie quatre fois moins rapide en couleur qu’en noir).
  • tandem : Une imprimante laser exploitant la technologie « tandem » dépose chaque couleur en un seul passage, les toners étant disposés parallèlement. Les sorties sont aussi rapides en noir qu’en couleur. Cette technologie a toutefois un prix de revient plus élevé, la mécanique étant plus complexe. Elle était donc, jusqu’à il y a peu, réservée en principe aux imprimantes laser couleur de milieu ou de haut de gamme. Depuis 2005, de plus en plus de marques proposent des modèles « tandem » dès l’entrée de gamme.

Sous la pression du gouvernement américain, la grande majorité des modèles[11] impriment systématiquement leur numéro de série sous forme de points colorés invisibles à l’œil nu et permettant ainsi de retrouver l’origine d’une reproduction et d’éviter les contrefaçons[12].

Sur certaines imprimantes (entre autres des modèles de la marque Ricoh), un système de reconnaissance d'image interdit l'impression de billets de banque en sur-imprimant l'ensemble de la zone en magenta.[réf. nécessaire]

Imprimante à DEL[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Imprimante à DEL.

D’une technologie similaire aux imprimantes laser, les imprimantes à DEL (diodes électroluminescente ou LED en anglais), utilisaient une barrette de DEL pour insoler le tambour photo-sensible. Comparativement aux imprimantes laser, le coût de mise en œuvre était plus faible, a contrario, la finesse ne dépassait pas les 300 points par pouce (ppp) ce qui, à terme, a fait que cette technologie a été abandonnée par la plupart des marques[réf. nécessaire].

Imprimante à jet d'encre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Imprimante à jet d’encre.

Les têtes d’impressions jet d’encre utilisent de l’encre liquide contenue dans un réservoir dite cartouche d’encre. La tête proprement dite est percée de fins canaux remplis d’encre, et un système piézo-électrique ou de chauffage électrique produit des variations de pression qui expulsent des gouttelettes sur la feuille, formant des points.

Comme avec les têtes à aiguilles, les caractères sont formés par des concentrations de points, et l’impression se fait donc ligne par ligne. Néanmoins, la finesse de ces gouttelettes est contrôlable, et la technologie permet un mélange des couleurs, si bien que la plupart des imprimantes jet d’encre récentes permettent des impressions « qualité photo ».

La technologie du jet d'encre est utilisée pour les particuliers comme pour les professionnels. Il existe des imprimantes grand format avec une laize (largeur d'impression) de 5 mètres. Une imprimante grand format sur bâche est utilisée pour la publicité, pour l'affichage, la décoration, les stands expositions et pour les musées. La plus grande bâche de France a été réalisée pour Airbus lors de la sortie de l'A380. Elle mesurait 90 m × 60 m soit 5 400 m2[réf. nécessaire]. Il existe deux types de cartouches d'encre, les cartouches avec têtes d'impression intégrées et les cartouches sans têtes d'impression (dans ce cas, les têtes d'impression sont fixées à l'imprimante.) Les premières sont plus chères mais permettent de limiter les conséquences de têtes d'impression bouchées (un problème affectant parfois certaines imprimantes restées inactives plusieurs mois) : dans ce cas il suffit de changer les cartouches, dans l'autre la seule façon de sauver l'imprimante est de déboucher les têtes d'impression manuellement (une opération en général non documentée et délicate).

Imprimante magnétographique[modifier | modifier le code]

Ces imprimantes utilisent de l’encre noire magnétique. Elles impriment uniquement en noir et blanc. Les informations sont enregistrées sur un tambour magnétique (un gros cylindre métallique). Chaque point est placé magnétiquement sur le tambour grâce à des têtes d’écriture. À ce stade, il n’y a rien sur le substrat. Ensuite, l’encre à particule magnétique est attirée sur le substrat par le tambour. Le substrat passe donc à proximité du tambour et du toner. Ensuite, l’encre est fixée au substrat par un flash qui la fond à 50 °C. L’encre est définitivement fixée sur le substrat.

L’avantage de ce mode d’impression est la diversité des substrats utilisables. Ces imprimantes impriment sur du papier (couché ou non), du plastique, du carton plastifié, et elles peuvent également imprimer sur plusieurs couches de papier, sans utiliser la technique classique du carbone. Une substance chimique permet de reporter le motif d’impression sur des couches inférieures.

La qualité d’impression peut monter jusqu’à 600 ppp. La vitesse peut atteindre 150 m/min. Sachant que plus de 70 % de la surface du cylindre peut être changée à chaque passage, ces imprimantes sont l’outil ultime[non neutre] pour imprimer des livres, des factures, et tous autres documents dont les pages ne sont pas identiques.

Avec un système adapté, deux machines peuvent imprimer recto-verso, l’un à la suite de l’autre. On peut alors doubler la capacité d’impression en pages imprimées par minute (soit plus de 2 000 pages A4/min.).

C’est BULL qui développa ce procédé dans les années 1960 avec sa gamme d’imprimantes Matilde (6060, 6080…) à Belfort et c’est aujourd’hui Nipson qui poursuit ses avancées.

Autres imprimantes[modifier | modifier le code]

Imprimante en réseau[modifier | modifier le code]

Principe d'impression en réseau.

Avec le développement des réseaux informatique d'entreprise ou domestiques et du nomadisme numérique, se sont développés des solutions d'impression en réseau, permettant l'accès aux ressources d'impression à partir de terminaux mobiles (ordinateur portable, iPad, voire téléphone mobiles…).

L'impression se fait alors sur une imprimante partagée, accessible par exemple à travers un réseau filaire, ou plus récemment en 3G ou en Wi-Fi. Des imprimantes équipées d'interfaces spécifiques sont apparues sur le marché pour répondre à ce besoin.

Article détaillé : Serveur d'impression.

Imprimante virtuelle[modifier | modifier le code]

Pour baisser les coûts d'impression ou tester la fonction d'impression d'un logiciel, il est possible d'utiliser des imprimantes virtuelles telles que Pdfcreator.

Imprimante 3D[modifier | modifier le code]

Ces dernières années ont vu la démocratisation de l'Impression 3D qui permet de passer d'une modélisation virtuelle en 3D à un objet réel construit par superposition de couches de matières. Bien que le résultat d'impression ajoute une dimension supplémentaire, les techniques restent globalement similaires.

Article détaillé : Imprimante 3D.

Langage d'impression[modifier | modifier le code]

Chaque fabricant d'imprimante utilise un langage pour permettre à l’ordinateur de communiquer avec celle-ci. Les imprimantes à aiguilles ont longtemps utilisé un langage codant en réalité une succession de pixels binaires sur une matrice rectangulaire 8×8 ou 8×16.

Au cours des années 1970, la société Hewlett-Packard a mis au point un langage interprété structuré en commandes, le Hewlett-Packard Graphics Language, ou HP-GL. Avec ce langage, un fichier dessin était pour la première fois un fichier formaté[13], qu’un utilisateur averti pouvait modifier avec un éditeur, sans passer par un programme de dessin ou un langage graphique avec un pilote spécifique. Ce langage était encore utilisé pour les imprimantes laser de ce fabricant à la fin des années 1980[14].

À partir de 1989, ce langage fut rapidement amélioré, compte tenu de l’émergence et bientôt de la quasi-suprématie, de PostScript : cette amélioration déboucha sur HP-GL II. Ce dernier langage comportait la possibilité, comme son rival d’Adobe Systems, de créer des sous-programmes, et intégrait l’algorithme du peintre pour la détermination des surfaces cachées, mais il était bridé en termes d’évolution car trop lié à un fabricant. En particulier, il n’intégrait que les polices disponibles sur les imprimantes Hewlett-Packard. Pour rompre avec cette limitation Hewlett-Packard a créé le langage PCL-5.

Le langage PostScript de la société Adobe (1987) s’était trouvé d’emblée adapté aux possibilités des imprimantes laser, et, quoique langage propriétaire[15] il s’imposa comme un standard du marché de l'impression.

Postscript et PCL sont aujourd’hui les deux langages standard de l'industrie.

Article détaillé : Format d’impression.

Constructeurs d'imprimantes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tabulateur Type III.
  2. (Tabulatrice T30 avec imprimante alphanumérique).
  3. Imprimante HP Color LaserJet série 3000 - consommables, accessoires et autres, sur le site h10010.www1.hp.com
  4. le temps de chauffage de l’imprimante avant le début de l’impression
  5. « Les cartouches d'encre à prix d'or », 60 millions de consommateurs,‎ janvier 20051
  6. « (en) The chipset reset page »,‎ 24 mars 2001 (consulté le 21 juillet 2009) : Site expliquant comment tromper la protection pour l’imprimante Epson 1270
  7. « Le Parlement européen impose le recyclage des cartouches d'imprimantes », ZDNet,‎ 20 décembre 2002
  8. « Rapport A5-0438/2002 », Parlement européen,‎ 5 décembre 2002 (consulté le 21 juillet 2009)
  9. « Ces millions de cartouches que les fabricants d’imprimantes refusent de recycler », sur www.reporterre.net
  10. (en) Combined Service Manual HP LaserJet 4/4M/4+ 5/5M/5N : C3916-90984, USA, Hewlett-Packard Company,‎ mars 1996, 1e éd., 453 p., p. 25
  11. (en) List of Printers Which Do or Do Not Display Tracking Dots Sur le site eff.org
  12. (en) PrintersIs Your Printer Spying On You? Sur le site eff.org
  13. Et non plus binaire.
  14. Ce qui prouve la cohérence et la pertinence de sa conception initiale.
  15. C’est-à-dire que les fabricants d’imprimantes devaient verser une redevance à l’éditeur Adobe pour pouvoir afficher que leur matériel était capable d’interpréter des commandes PostScript.