Tyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tyane
(grc) Τύανα
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Niğde
District Bor
Village Kemerhisar (tr)
Coordonnées 37° 50′ 53″ N 34° 36′ 40″ E / 37.847918, 34.61117137° 50′ 53″ Nord 34° 36′ 40″ Est / 37.847918, 34.611171  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Tyane
Tyane

Tyane ou Tyana (en grec : Tyana, Τύανα) est une cité antique d'Anatolie, dans la Turquie actuelle. D'abord la capitale d'un royaume hittite au IIe millénaire av. J.‑C., elle fut ensuite une cité-État grecque, et abrita une importante communauté paléo-chrétienne.

Ses ruines sont situées à Kemerhisar (tr), au sud de Niğde, dans la préfecture du même nom : on y voit les restes d'un aqueduc romain en ville, des catacombes et des grottes sépulcrales[1].

Bien qu'aujourd'hui en ruines, elle est toujours le siège titulaire de deux archevêchés, l'un orthodoxe, l'autre catholique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tyane est probablement la cité désignée dans les archives hittites sous le nom de Tuwanuwa. D'après la mythologie grecque, elle aurait été fondée par un roi thrace, Thoas, d'où son nom de Thoana [2]. Xénophon quant à lui la mentionne[3] sous le nom de Dana.

Durant l'Antiquité, la ville occupait une position stratégique sur la route de Syrie qui passait par les Portes de Cilicie.

La ville fut renommée Antoniana colonia Tyana par Caracalla. Alliée à la reine Zénobie de Palmyre, elle fut prise par Aurélien en 272, qui ne permit pas que ses soldats la pillent : la légende dit qu'Apollonius lui serait apparu et l'aurait supplié de l'épargner.

En 371, l'empereur Valens créa une seconde province en Cappadoce, la Cappadocia Secunda, et érigea Tyane en métropole de la nouvelle province. Cette érection provoqua une violente dispute entre l'évêque de Tyane, Anthyme, et saint Basile de Césarée, chacun voulant avoir le plus grand nombre possible d'évêchés suffragants.

Évêques de Tyane[modifier | modifier le code]

Michel Le Quien[4] mentionne vingt-huit évêques de Tyanes, parmi lesquels :

Toutefois cette source dénomme « catholiques » ces évêchés, par anachronisme puisque la distinction catholiques/orthodoxes ne se justifie qu'à partir du schisme de 1054. Auparavant, on peut parler d'« église trinitaire » ou de « pentarchie ».

En 1360, l'administration de l'évêché fut assuré par le siège de Césarée, et le siège de Tyane devint titulaire.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une zone de fouilles se trouve au nord-est de l'agglomération à 4,5 km du centre de Kemerhisar (tr).
  2. Arrien, Périple du Pont-Euxin [lire en ligne] VII
  3. Xénophon, Anabase [détail des éditions] [lire en ligne] I, 2, 19
  4. Michel Le Quien, Oriens christianus, I, 395-402

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]