Cardia (cité grecque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 32′ 50″ N 26° 44′ 27″ E / 40.5472, 26.74083 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardia.
La Chersonèse de Thrace.

Cardia ou Cardie (en grec ancien Kαρδία / Kardia) est une cité grecque située sur le golfe Mélas (actuel golfe de Saros) en Chersonèse de Thrace.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondée au VIIe siècle av. J.-C. par des Ioniens venant des cités de Clazomènes et de Milet, Cardia est colonisée par Miltiade le Jeune vers 550 av. J.-C. et sert de base navale à Athènes durant la guerre du Péloponnèse (431-404).

En 352, la cité conclut un traité d'amitié avec Philippe II de Macédoine. Par la suite, en 343, un conflit éclate entre les citoyens de Cardia et un contingent de clérouques athéniens menés par le général Diopithe, alors même que l'autonomie de la cité est garantie depuis 346. Philippe II qui cherche à étendre sa domination en Thrace (région stratégique pour le commerce du blé) apporte son soutien à la cité, d'abord en proposant en vain son arbitrage, ensuite en envoyant une armée[1]. En 342, Philippe II obtient le ralliement de Cardia, malgré la résistance de Diopeithès, et installe le tyran Hécatée à la tête de la cité[2].

À la mort d'Alexandre le Grand en 323, la Thrace tombe au main de Lysimaque qui étend par la suite sa domination sur le détroit de l'Hellespont ; la cité de Cardia est détruite en 309 pour peupler la cité voisine de Lysimacheia, nouvellement fondée par synœcisme[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Cardia, qui dispose en sa qualité de colonie athénienne de gymnases efficaces, est la cité d’origine de deux secrétaires d’élite du début de l'époque hellénistique :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démosthène, Sur les affaires de la Chersonèse, 58, 64. Démosthène s'oppose vigoureusement à la demande d'évacuation formulée par Philippe II.
  2. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], Vie d'Eumène, 3, 7.
  3. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 8 ; I, 13, 9.
  4. Pausanias, I, 9, 8, évoque l’émotion de Hiéronymos devant la destruction de sa cité sous l'ordre de Lysimaque.

Sources[modifier | modifier le code]