Gordion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gordion
Les ruines de Gordium
Les ruines de Gordium
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région antique Phrygie
Province Ankara
District Polatlı
Coordonnées 39° 39′ 18″ N 31° 59′ 39″ E / 39.655, 31.9941739° 39′ 18″ Nord 31° 59′ 39″ Est / 39.655, 31.99417  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Gordion
Gordion
Internet
Site web www.yerelnet.org.tr/iller/koy.php?koyid=236066

Gordium (en Grec: Gordion, en turc: Gordiyon) était la capitale de l'ancienne Phrygie. Elle était située dans la vallée du fleuve Sangarios, dans l'actuelle Turquie, près de l'actuel village de Yassıhüyük (en), à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Polatlı et à 70-80 km au sud-ouest d'Ankara, capitale turque.

Gordion était située sur la voie de l'ancienne route commerciale qui traversait le cœur de l'Asie Mineure, qui deviendra la "route Royale" sous le roi Perse Darius Ier (-522/1/-486) et qui passait aussi par Pessinonte et Ancyre (Ankara).

Elle fut, semble t-il, fondée au XIIe siècle av. J.-C. par un peuple indo-européen, les Phrygiens, probablement venu de Thrace. Au cours des IXe et VIIIe siècles av. J.-C. la ville prit de l'essor jusqu'à devenir la capitale d'un royaume qui s'étendait sur une bonne partie de l'Asie mineure à l'ouest du Kızılırmak. Les rois de Phrygie édifièrent des tombes monumentales (tumulus surmontant la chambre funéraire[1]).

La ville, qui fut fondée selon la légende par Gordias, père du roi Midas, fut l'objet de l'épisode du nœud gordien en 333 av. J.-C.[2].

Le roi de Phrygie le plus célèbre est le mythique roi Midas. Lors de son règne une tribu nomade, les Cimmériens, envahirent l'Asie Mineure. Midas dut aussi faire face aux attaques de son puissant voisin Sargon II le roi assyrien. Gordion fit ensuite partie des villes conquises par les Galates.

Le Tumulus de Midas fut l'objet de fouilles archéologiques en 1957. Le tumulus d'un diamètre d'un peu moins de 300 mètres, est haut de 43 mètres. À l'intérieur de la chambre funéraire en bois on découvrit le cadavre d'un homme (le roi Midas ou son père? ) ainsi que des inscriptions parmi les plus anciennes exception faite des inscriptions phéniciennes.

Le royaume de Phrygie périclita suite aux invasions lydiennes, perses, macédoniennes...tout en conservant un rôle de pôle commercial prééminent jusque l'ère romaine.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Keith DeVries, From Athens to Gordion, Philadelphia: University Museum,‎ 1980
  • (en) Ann C. Gunter, Gordion Excavations Final Reports Vol. III: The Bronze Age, Philadelphia: University Museum,‎ 1991
  • (de) Gustav Körte and Alfred Körte, Gordion: Ergebnisse der Ausgrabung im Jahre 1900, Jährliches Ergänzungsheft 5,‎ 1904 (lire en ligne)
  • (en) Ellen L. Kohler, The Gordion Excavations (1950-1973) Final Reports, Vol. II: The Lesser Phrygian Tumuli, Part 1, The Inhumations, Philadelphia,‎ 1995
  • (en) Machteld Mellink, A Hittite Cemetery at Gordion, Philadelphia: University Museum,‎ 1956
  • (en) Lynn Roller, Gordion Special Studies, Vol. I: Nonverbal Graffiti, Dipinti, and Stamps, Philadelphia: University Museum,‎ 1987
  • (en) Irene Romano, Gordion Special Studies Vol. II: The Terracotta Figurines and Related Vessels, Philadelphia: University Museum,‎ 1995
  • (en) G. Kenneth Sams, The Gordion Excavations, 1950-1973: Final Reports, Vol. IV: The Early Phrygian Pottery, Philadelphia: University Museum,‎ 1994
  • (en) Rodney Young, Gordion Excavations Reports, Vol. I: Three Great Early Tumuli [P, MM, W], Philadelphia: University Museum,‎ 1981

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :