Alacahöyük

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alacahöyük
La porte d'Alacahöyük, période hittite
La porte d'Alacahöyük, période hittite
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Çorum
District Alaca
Coordonnées 40° 14′ 02″ N 34° 41′ 44″ E / 40.233895, 34.69557540° 14′ 02″ Nord 34° 41′ 44″ Est / 40.233895, 34.695575  
Altitude 1 080 m

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)

Alacahöyük est un site archéologique situé au centre-nord de la Turquie asiatique dans le district d’Alaca, de la province de Çorum, à 170 km à l’est de la capitale Ankara.

Connu de longue date le site est fouillé une première fois en 1907 par l'archéologue ottoman Theodor Makridi Bey et quelques années plus tard par des archéologues allemands. En 1935, à la demande de Mustafa Kemal Atatürk, le site est fouillé par les archéologues turcs Remzi Oğuz Arik et Hamit Koşay. Situé sur une butte (höyük en turc), le site est utilisé dès l’âge du bronze ancien (IVe millénaire av. J.-C.), par la culture locale dite Hatti selon E. Akurgal, et jusqu’à l’époque impériale hittite 1 450 - 1 180 av. J.-C.[1].

Hormis des tombes du IIIe millénaire av. J.-C., les vestiges les plus importants sont les ruines d’une ville hittite du IIe millénaire av. J.-C. avec la porte du Sphinx qui en marquait son entrée. L'ancien nom de la cité n'a pas été retrouvé : il a été proposé de l'identifier comme Arinna, ou Zippalanda, villes religieuses importantes de l'Empire hittite. En effet, les orthostates retrouvés sur place représentent des scènes décrivant le déroulement d'un rituel religieux : à gauche, le Roi et la Reine adorant un taureau entouré de prêtres, de jongleurs et d’animaux sacrificiels et à droite, peut être la déesse-soleil d'Arinna et des adorateurs (les orthostates sont des moulages, les originaux sont au musée des civilisations anatoliennes d’Ankara). À côté de la muraille orientale se trouve la base d’un grand bâtiment de 20 × 80 m interprété comme étant un temple plutôt qu’un palais (suivant les enseignements des fouilles d’Hattusa)[2].

Étendard animalier provenant d'Alacahöyük.

Parmi les artefacts découverts principalement dans des tombes des cultures précédent la période hittite (peut-être celle des Hattis), idoles, amulettes, bijoux, diadèmes, bracelets, colliers, boucles de ceintures, en or, en électrum, en cuivre ou en bronze, ce sont, ce que les spécialistes appellent, des symboles rituelles datant de la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C., qui sont les plus remarqués. Ces objets aux formes animalières (cerf, taureau, etc.) ou totalement abstraites (cercles, rayons, svastikas, etc.) font preuve d’originalité et de maitrise technique. Ces objets, aussi appelés « étendard animalier » pour les premiers et « disques solaire » pour les seconds, sont interprétés de deux façons par deux écoles de pensées différentes. Pour les uns, ces objets seraient « cultuels », représentant les premières divinités de la civilisation Hatti, le disque solaire serait une représentation de la déesse du soleil. Pour les autres, ces objets, ayant été trouvés sous les crânes de bœuf déposés sur les tombes, seraient des ornements de char, rappelant ainsi la culture des tombes à char. De la vaisselle en or et des armes en bronze et or des mêmes périodes ont été mis au jour[3]. De par la richesse des tombes et la situation stratégique du site, il semblerait que les tombes Hatti soient des tombes « princières » ou au moins aristocratiques.

Les vestiges de la ville hittite étant recouvertes d’une couche de destruction, les objets de cette période, hormis des poteries souvent sous formes de tessons, sont plus rares sur le site[4].

Tous les objets découverts sur le site sont présentés aujourd’hui au musée des civilisations anatoliennes d’Ankara, et quelques-uns peuvent être admirés au Louvre (moulages)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E. Akurgal (1986) p. 341
  2. E. Akurgal (1986) p. 342
  3. M. I. Temizsoy et al. (s.d.) p. 43-59
  4. M. I. Temizsoy et al. (s.d.) p. 81-83

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ekrem Akurgal (1986) Civilisations et sites antiques de Turquie, Haşet Kitabevi, Istamboul
  • M. E. Temizsoy (dir.) et al. (s.d.) Le Musée des civilisations anatoliennes, Dömez, Ankara
  • Jérôme Lassoujade (2002), Les tombes "princières" d'Alaça Höyük, essai d'interprétation, Ausonius, Bordeaux