Alabanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alabanda
Le bouleutérion
Le bouleutérion
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Aydın
District Çine
Coordonnées 37° 35′ 30″ N 27° 59′ 07″ E / 37.59177, 27.985238 ()37° 35′ 30″ Nord 27° 59′ 07″ Est / 37.59177, 27.985238 ()  

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Alabanda
Alabanda

Alabanda, ou Antioche des Chrysaoriens, hê Alabanda, ta Alabanda, Alabandeus, Alabandensis, Alabandenus était une ville de l’Asie mineure, dont le site est à moins de 8 km à l’ouest de la ville de Çine dans la province de Aydın (Turquie).

Située en Carie, au nord-est de Milet, près du Méandre, elle était autrefois riche et commerçante. Elle est construite sur un épaulement entre deux collines. La zone est connue pour son marbre noir et ses pierres ressemblant au grenat. Étienne de Byzance indique qu’il y avait deux cités nommées Alabanda (Alabandeus) en Carie, mais aucune autre source ancienne ne corrobore cette affirmation.

Selon la légende, cette cité grecque est fondée par le héros carien Alabandus. En carien, le nom est un composé de ala, pour cheval, et de banda pour victoire.

Au début de l’époque hellénistique, la cité appartient au royaume séleucide, au sein de la Ligue Chrysaorienne, une fédération lâche de cités voisines proches ethniquement et liées par des intérêts économiques et militaires. La cité est renommée Antioche des Chrysaoriens en l’honneur du roi séleucide, Antiochos III, qui protégea la cité. Elle est prise par Philippe V de Macédoine en 201 av. J.-C.. Elle est renommée Alabanda après la défaite des Séleucides à la bataille de Magnésie en 190.

L’Empire romain fait ensuite la conquête de la ville. En 40 av. J.-C., le rebelle Labiénus prend la ville à la tête d’une armée parthe. La garnison parthe est massacrée par les habitants, ce qui provoque en retour le pillage de tous les trésors de la ville.

Sous l’Empire romain, la ville devient un petit centre administratif (conventus juridici, frappe de sa propre monnaie jusqu’au milieu du IIIe siècle) ; Strabon rapporte sa réputation de richesse et de décadence morale. La ville devient le siège d’un évêché sous l’Empire byzantin, et l’on connaît ses évêques de 451 à 879. Alabanda est toujours un évêché in partibus de l’Église catholique romaine, vacant depuis 1968catholic-hierarchy.org

Le rhéteur Molon de Rhodes y est né.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia. Les informations données sont peut-être désormais erronées ou incorrectes : vous pouvez partager vos connaissances en améliorant ou en modifiant cet article.
  • Blue Guide, Turkey, The Aegean and Mediterranean Coasts, (ISBN 978-0-393-30489-3), p. 349-50.
  • J. Ma, Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, (ISBN 978-0-19-815219-4), p. 175