Assos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assos
(tr) Behramkale
Vue de l'acropole depuis la mer
Vue de l'acropole depuis la mer
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de Marmara
Province Çanakkale
Code postal 17860
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 17
Indicatif téléphonique local 286
Démographie
Population 1 100 hab.
Géographie
Coordonnées 39° 29′ 26″ N 26° 20′ 12″ E / 39.49056, 26.3366739° 29′ 26″ Nord 26° 20′ 12″ Est / 39.49056, 26.33667  
Altitude 162 m
Localisation
Districts de la province de Çanakkale
Districts de la province de Çanakkale

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 15.svg
Assos

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 15.svg
Assos
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Assos (en grec ancien ἡ Ἄσσος) est une cité grecque de Troade, au nord de l'Asie mineure, située à proximité de Lesbos. Le village où se trouve le site s'appelle officiellement Behramkale, il est situé dans le district d'Ayvacık de la province de Çanakkale.

Selon Hellanicos, elle est fondée par des colons de Lesbos au VIIe siècle av. J.-C. Au siècle suivant, elle passe sous la domination des Lydiens puis des Perses. Elle recouvre son autonomie au terme des guerres médiques et rejoint la ligue de Délos. La cité connaît son apogée au IVe siècle av. J.-C. sous la direction d'Eubule puis du philosophe Hermias, qui y fit venir Aristote en 347 av. J.-C.. À l'époque hellénistique, elle tombe sous la coupe des Séleucides, avant d'être intégrée au royaume de Pergame puis de rejoindre l'Empire romain en 133 av. J.-C.

Monuments de la cité antique[modifier | modifier le code]

  • Le temple d'Athéna situé en haut de la colline.
  • La muraille de la cité
  • La nécropole où les sarcophages méritent leur nom de « mangeurs de chairs[1] » au dire de Pline l'Ancien :

« À Assos de la Troade est la pierre sarcophage, qui se tend et se lève par feuille. Il est constant que les corps morts mis dans cette pierre s'y consument en quarante jours, excepté les dents. »

— Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (XXXVI, 27. De la pierre sarcophage ou d'Assos)

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Haiko Türk, Die Mauer als Spiegel der Stadt. Neue Forschungen zu den Befestigungsanlagen in Assos, au: A. Kuhrmann - L. Schmidt (Ed.), Forschen, Bauen & Erhalten. Jahrbuch 2009/2010 (Berlin/Bonn 2009) p. 30-41. (ISBN 978-3939721178)