Citrus maxima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Citrus maxima est une espèce d'arbre fruitier, nommée en français pamplemoussier, qui appartient à la famille des Rutaceae. Il est originaire d'Asie du sud-est où il est connu depuis plus de quatre mille ans et cultivé pour son fruit. Il fut introduit à la Barbade au XVIIe siècle par le capitaine anglais Shaddock. Le nom de ce capitaine est parfois utilisé pour désigner le fruit dans certains pays.

Appellation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pamplemousse et pomélo.

Le fruit de Citrus maxima est un agrume, nommé « pamplemousse » par les botanistes[1],[2],[3]. Dans le langage vernaculaire le fruit du pamplemoussier est nommé « pamplemousse » ou « pomélo » selon l'usage en vigueur dans les différents pays francophones, occasionnant ainsi une confusion générale car « pamplemousse » est également utilisé couramment pour désigner le fruit de l'hybride bien connu Citrus ×paradisi[4]. Des expressions comme « pamplemousse vrai » ou « pamplemousse véritable » sont parfois utilisées pour réduire l'ambiguïté[5].

Il est appelé shadek ou chadèque en Guadeloupe, en Martinique et en Haïti [6].

Description[modifier | modifier le code]

Le fruit, généralement sphérique, plus ou moins aplati, parfois piriforme[7], mesure entre 10 et 30 cm de diamètre ; il peut peser de 500 g. à 8 kilogrammes, ce qui en fait le plus volumineux des agrumes.

La couleur de son écorce est verte ou jaunâtre. Selon une étude espagnole elle déverdit quand la moyenne des températures minimales est inférieure à 14° pendant 15 jours et devient claire, jaunâtre à rosée. Elle est lisse, très épaisse et se pèle plus ou moins facilement.

Réputée [acide] et amère, en raison de la présence de naringoside (hétéroside flavonique), la chair est peu juteuse, agréablement croquante, douceâtre dans les cultivars d'Asie du sud, alors que les cultivars japonais (sous le nom "Buntan") sont de remarquables équilibres doux-acide, pouvant atteindre une grande subtilité et un prix en conséquence... "Crystal".

Il existe de nombreuses variétés cultivées dont la pulpe, la couleur, la forme et la maturité varient [8], parmi lesquelles :

  • Citrus maxima var. chandler
  • Citrus maxima var. cocktail
  • Citrus maxima var. cuban shaddock
  • Citrus maxima var. hirado buntan
  • Citrus maxima var. honey
  • Citrus maxima var. jaffa red
  • Citrus maxima var. mato buntan
  • Citrus maxima var. pomelit
  • Citrus maxima var. reinking
  • Citrus maxima var. siamese sweet
  • Citrus maxima var. sweetie
  • Citrus maxima var. tahitian sarawak
  • Citrus maxima var. thong dee
  • Citrus maxima var. valentine
  • Citrus maxima var. ugli

Composition[modifier | modifier le code]

Composition moyenne du pamplemousse pour cent grammes[9]
Eau 89 %
Glucides 7,5 %
Protides 0,7 %
Lipides 0,1 %
fibres alimentaires 1,5 %
Acides organiques 1,2 %

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le fruit demande de la chaleur pour arriver à maturité. Il a longtemps été cultivé et consommé uniquement en Asie orientale et du sud. Il n'a pas été retenu pour la culture en Floride qui peut connaitre des froids précoces, et n'a donc pas participé à l'expansion mondiale des agrumes au cours du XXe siècle. Toutefois les fruits arrivent à maturité en climat méditerranéen chaud (on le cultive à Tokyo ou dans le sud de la péninsule ibérique), comme dans toutes les régions subtropicales et tropicales.

En général le fruit n'est pas consommé directement après sa cueillette qui se produit d'octobre à février dans l'hémisphère nord. On le laisse ressuyer quelques jours, jusqu'à un mois en Chine. Certains fruits vont même jusqu'à passer un printemps et un été sur l'arbre au Japon. La pulpe est consommée crue, après avoir pelé les quartiers. Elle est d'une texture agréable et facile à manipuler car peu juteuse. Froide, elle accompagne salade de fruits ou légumes, chaude elle accompagne le poisson en Polynésie et diverses grillades. Le zeste est confit au sucre après trempage dans l'eau pour le désamériser.

L'arbre est grand, haut, les feuilles sont larges et les bouquets de fleurs géantes sont puissamment parfumés. Couvert de ses fruits énormes il est spécialement décoratif. On l'utilise donc également comme plante ornementale partout où le gel ne le met pas en risque.

Bien que présentes à l'état de trace, les furanocoumarines de cet agrume peuvent perturber l'assimilation de certains médicaments en cas de prise simultanée et répétée.

Production[modifier | modifier le code]

La Malaisie et la Thaïlande sont les principaux exportateurs mondiaux de « pomelo » (nom d'export), la production des Philippines et de la Chine (particulièrement de Hong Kong) sont significative[10].

La Chine maintient un équilibre positif de commerce en agrumes grâce à son volume d'exportation de clémentines, de mandarines et de C. maxima, ce dernier représente 2,5 % du volume total. Il est estimé que le « pomelo sans pépins » (plus sucré) a un fort potentiel de croissance. Inversement, la Chine importe le C. ×paradisi de Nouvelle-Zélande, d'Afrique du Sud et des États-Unis[11]. Dans la province de Fujian (sud-est de Chine) on produit depuis plusieurs siècles le « Honey Pomelo », une variante plus sucrée de C. maxima. Ses producteurs ont signé une entente en 2006 avec la communauté européenne et exportèrent un total de 80 conteneurs (1 600 tonnes) surtout vers l'Union européenne, l'Australie et l'Amérique du Nord[12]. Les Pays-Bas ont reçu en octobre 2007 la première cargaison de C. maxima chinois destinés au marché européen. La compagnie (Herman Kuijper BV) a attendu quelques semaines avant de les livrer afin de leur permettre de mûrir et augmenter la teneur en sucre[13].

Au Japon le fruit est connu sous les noms de "Buntan" et de "Zabon", ils sont d'usage courant ainsi que leurs hybrides.

Au Vietnam, le « Nam Roi pomelo », pesant près d'un kilogramme, est un des fruits les plus populaires et ce pays est récemment entré dans la course d'exportation de C. maxima, ayant vendu plus de 100 tonnes de Nam Roi pomelo aux Pays-Bas, à l'Allemagne et à la Russie, depuis le deuxième quartile de 2007. Une entente a été signée avec une compagnie américaine (Metro Cash & Carry Inc) pour permettre d'amener la production à niveau avec les normes internationales (eurepGAP[14])[15].

La culture du pamplemoussier est comparable à celle du citronnier, la zone de rusticité est 9b, il est plus rustique que le cédratier. Comme le citronnier il peut être cultivé en pots de grande taille. L'arbre est grand, jusqu'à 8 m. de hauteur, la floraison magnifique avec des grappes de grosses fleurs très parfumées. L'arbre chargé de fruits est spécialement décoratif et impressionnant. L'arbre craint le vent, le poids des fruits courbe les branches et peut les casser. La mise à fruit d'un arbre greffé est de 4 ans.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Aurantium maximum Burm.
  • Citrus decumana L.
  • Citrus grandis Osbeck

Hybrides et cultivars[modifier | modifier le code]

Il existe une cinquantaine de cultivars connus répondant aux mêmes caractéristiques.

Le tangelo est un produit de l'hybridation avec la tangerine ; son écorce est plus épaisse que celle de la tangerine et il est plus amer. On a aussi proposé de voir l'orange comme un hybride de ces deux fruits. Un autre hybride est le mandelo (en).

L'orangelo, ou chironja est un hybride spontané originaire de Porto Rico, il s'agit d'un gros fruit jaunissant à maturité dont la pulpe s'approche de la couleur des oranges sans en avoir le brillant, elle est plus juteuse et plus acidulée que celle des c. maxima habituels

Références[modifier | modifier le code]

  1. Noms vernaculaires donnés par Tela Botanica pour Citrus maxima et Citrus x paradisi.
  2. Pamplemousse et pomélo sur le site PasseportSanté.net (Canada). L'article précise en outre que « toutes les grandes banques de taxonomie et de terminologie se sont alignées sur ces dénominations ».
  3. « Les agrumes - norme CEE-ONU FFV-14 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale », sur UNECE (consulté le 8 mars 2011)
  4. « Pomelo », sur Termium (consulté le 7 mars 2011) (lire jusqu'en bas de la page)
  5. Voir les entrées pamplemousse et pomélo du TLFi, et les entrées pamplemousse et pomélo du Grand dictionnaire terminologique.
  6. Régis Antoine, La littérature franco-antillaise : Haïti, Guadeloupe et Martinique, Karthala Éditions, 1992, p. 302
  7. En forme de poire.
  8. (en) « Pomelo (Pummelo) Citrus maxima », Citrus Pages (consulté le 29 janvier 2013)
  9. Source : Fiche Citrus Grandis sur le site des laboratoires Ponroy.
  10. (en) Rapport philippin sur l'industrie du pomélo
  11. Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture Importations et exportations chinoises d'agrumes et de produits dérivés (2001) (NB Ce document utilise les noms d'usage courant, soit pomélo le fruit originaire d'Asie et pamplemousse l'agrume hybride)
  12. (en) « GuanXi Honey pomelo is the name of "First Pomelo in China" or "Reunion Fruit" »
  13. (en) Europe: import of Chinese pomelo getting up steam
  14. (en) Vietnamese fruit farmers aim for global market sur le site du Ministère des ressources naturelles et de l'environnement du Vietnam
  15. (en) « Nam Roi pomelo-a special fruit of Vietnam with high export potential Vietnam - Ministère de l'agriculture et du développement rural » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :