Arbre fruitier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un arbre fruitier est un arbre cultivé spécialement pour ses fruits comestibles.

Un fruit est, pour les botanistes, une structure formée par l'ovaire mûr issu d'une fleur, contenant une ou plusieurs graines, mais seuls comptent ici les fruits ayant un intérêt alimentaire et économique pour l'homme. Fruit est entendu au sens large puisque dans certains cas c'est seulement la graine qui est récoltée, par exemple dans le cas du caféier ou du châtaignier.

Cependant tous les fruits consommés par l'homme ne sont pas produits par des arbres : certains sont produits par des plantes herbacées, soit plantes potagères ou maraîchères telles melon, pastèque et fraisier, sans oublier le bananier qui est une plante herbacée géante, ou l'ananas, par des arbustes et arbrisseaux, tels le framboisier, le groseillier ou la myrtille, également cultivés dans les jardins, le kiwi ou la vigne.

Par ailleurs, les arbres fruitiers peuvent être intéressants pour d'autres aspects que les fruits : pour leur bois (on parle parfois de fruitiers forestiers, pour leurs propriétés médicinales, ou comme plantes ornementales par exemple.

Verger de pommiers en culture intensive
Verger de pêchers en fleurs à La Rinconada, dans la province de Séville, en Espagne

Culture des arbres fruitiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arboriculture fruitière.

La culture des arbres fruitiers se pratique de différentes manières :

  • l’arboriculture familiale se pratique dans le jardin des particuliers; parfois peu productive, elle ne vise pas seulement à satisfaire, plus ou moins complètement, aux besoins du ménage mais constitue aussi un loisirs de plein air;
  • l’arboriculture intensive se pratique dans des vergers spécialisés, souvent palissés, en vue d’approvisionner les marchés soit en fruits frais, soit en fruits destinés à la transformation industrielle (conserverie, confiturerie…). Il s’agit souvent de la spéculation principale des exploitations concernées, que l’on trouve surtout dans certaines régions qui réunissent les conditions de sol et de climat adaptées à chaque espèce.
  • l’arboriculture extensive ou agro-sylviculture, source secondaire et complémentaire de revenus pour certaines exploitations agricoles, concerne surtout des arbres de haute-tige, très espacés pour laisser la place à des cultures complémentaires, notamment des prairies. Elle fournit surtout des fruits d’industrie, par exemple des pommes à cidre. Certains arbres, surtout à fruits secs (noyers, châtaigniers) sont parfois cultivés en arbres d’alignement le long des chemins et des routes secondaires, ou dans le bocage.
  • les fruitiers forestiers (merisier, sorbier, alisier, cormier, poirier et pommier sauvages), s'ils ont été bien coupés et séchés sont recherchés pour leurs qualités esthétiques et technologiques (grain fin, bois dur, couleurs chaudes...) qui conviennent particulièrement à certains usages ((sculpture, menuiserie, ébénisterie, bois d'instruments de musique et certains besoins de petits artisans). Ils peuvent atteindre des prix élevés[1],[2]. Ils sont plus ou moins faciles à trouver en pépinières, selon les essences et régions[3].

Maladies et parasites des arbres fruitiers[modifier | modifier le code]

De nombreux pathogènes (virus, bactéries, champignons) et parasites attaquent toutes les parties de l'arbre, le bois des troncs et des racines (scolytes), les branches et rameaux et les feuilles (pucerons), les bourgeons et les feuilles, les fleurs, les fruits (carpocapses, tordeuses...). Certains oiseaux sont considérés comme ravageurs des fruits (Merles, étourneaux) ou des bourgeons (mésanges), mais en consommant de grandes quantités d'insectes parasites, des oiseaux tels que la mésange augmente fortement la productivité d'un verger, ce pourquoi on leur y offre parfois des nichoirs (agriculture biologique, lutte intégrée). Souvent les vergers industriels sont attaqués par des pathogènes opportunistes, ne posant généralement pas de problème dans la nature (Pseudomonas syringae par exemple, voire utiles car contribuant à la fertilité des sols ou au recyclage de la matière organique) ici fortement favorisés par la promiscuité des arbres et leur homogénéité génétique. La régression des abeilles, sans doute en partie à cause des pesticides est une cause de perte de rendement, notamment des arbres de haute-tige en zone d'agriculture intensive, pour les espèces qui ne peuvent être pollinisés que par des abeilles ou principalement par elles.

Arachnides[modifier | modifier le code]

Bactéries[modifier | modifier le code]

Champignons[modifier | modifier le code]

Insectes[modifier | modifier le code]

Végétaux supérieurs[modifier | modifier le code]

  • gui (Viscum album) sur pommier et poirier.

Quelques arbres fruitiers[modifier | modifier le code]

Taille[modifier | modifier le code]

Différentes formes des arbres fruitiers :

  • plein vent
  • demi-tige
  • fuseau
  • palmette verrier
  • U double
  • Cordon

La taille présente des avantages : elle favorise la mise à fruit en limitant les pousses trop fréquentes et elle permet d'adapter la plante aux dimensions du jardin en l'obligeant à prendre une forme d'encombrement réduite .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bondoux - Maladies de conservation des fruits à pépins. Pommes et poires. Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, - 1992 - Editions Quae - (ISBN 2738003575)
  • Huet J., 1992. L'INRA et les ressources génétiques des espèces fruitières. Quelles actions pour quels objectifs ? Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, S3, 7-10. (L) (Sommaires de la revue)
  • Rocca Serra D. de, Ollitrault P., 1992. Les ressources génétiques chez les agrumes. Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, S3, 11-22. (L)
  • Leterme E., Olivier L., 1992. Les collections fruitières de variétés anciennes et locales en France. Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, S3, 23-26. (L)
  • Saunier R., 1992. Liste de variétés de pommes locales anciennes inscrites sur la liste des variétés locales et d'amateurs du CTPS dont la commercialisation est autorisée. Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, S3, 29-32. (L)
  • Girardin P., 1992. Vergers conservatoires de Pommiers en Alsace : mise en place et utilisation. Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, S3, 33-34. (L)
  • Ecalle C., Moinot M., Guy P., 1992. Un verger poitevin à la station d'Amélioration des plantes fourragères de Lusignan ; Lettre des ressources génétiques végétales de l'INRA et du Groupement d'étude des variétés et semences (GEVES) Inra, août 1992, 46 pp. S3, 35. (L)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gauthier A. [2009] ; Utilisations et marchés des fruitiers forestiers. Forêt Wallonne 101 : 42-48 (7 p., 1 fig., 1 tab., 2 réf.).
  2. Gauthier A. (2009 ). Utilisation et marchés des fruitiers forestiers. ; Forêt‐entreprise n°184, pp.50‐53.
  3. Girard S. (2009 ). Fruitiers forestiers : que trouve‐t‐on en pépinière ? ; Forêt‐entreprise n°184 – Janvier 2009 ; pp.40‐44