Rutaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille des Rutacées (dul latin ruta, dérivé du grec rutê désignant la même plante, la rue et provenant peut-être de rutos, « qui coule », en référence à ses vertus emménagogues[1], ou du latin rua, « sauver », en raison de ses propriétés médicinales, d'où le nom vernaculaire d'« herbe de grâce »[2]) est une famille de l'ordre des Sapindales. Selon Watson & Dallwitz, elle comprend 900 espèces réparties en 150 genres. Aujourd'hui la famille est plus grande (160 genres).

Ce sont des arbres, des arbustes ou plus rarement des plantes herbacées des régions tempérées à tropicales, producteurs d'huiles essentielles.

Les agrumes appartiennent à cette famille.

On peut citer :

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Les caractères morphologique de cette famille sont assez variables. Le plus caractéristique est la présence de glandes à huiles essentielles visibles sur les feuilles sous la forme de points translucides.

Ce sont des arbres ou des arbustes, ou très rarement des plantes herbacées.

Les fruits sont des baies, des drupes, des samares, des capsules ou des follicules.

La plupart des plantes de cette famille sont toxiques. Les problèmes posés par les représentants de cette famille est d’ordre dermatologique. En effet, les Rutaceae sont riches en furanocoumarines photosensibilisantes, qui sont responsables de manifestations phototoxiques. Le contact avec une plante de la famille (surtout les agrumes) ou l’un des produits qui en est issu : huile essentielle, produit cosmétique, etc., en présence de soleil, provoque un érythème, souvent suivi par la formation de vésicules qui fusionnent donnant naissance à des bulles. Par la suite, on peut observer une hyperpigmentation de la zone affectée due à la stimulation de la mélanogenèse. Ces réactions passent souvent inaperçues et sont souvent attribuées à des dermatites allergiques: impétigo, infection par les champignons, etc. (Coffman et al., 1985).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Pharmacopée[modifier | modifier le code]

L’hyperpigmentation provoquée par l’application de certaines Rutaceae et Apiaceae riches en furanocoumarines a été mise à profit par les Égyptiens, la médecine ayurvédique et Dioscoride pour traiter le psoriasis, le vitiligo et d’autres affections dermatologiques. La médecine contemporaine a repris ces pratiques anciennes pour traiter les mêmes affections. Cette photochimiothérapie (PUVAthérapie) consiste en l’ingestion par le patient d’une dose voisine de 0,6 mg/kg de xanthotoxine et ensuite, il doit être soumis à une exposition contrôlée de rayons UV longs (320-380 nm) (Béani, 1991). Cette pratique n’est pas sans risque et peut être la cause de cancérogenèse, si l’on considère la photosensibilisation de ces furanocoumarines en cas d’exposition solaire (Lindelöf et al., 1991). La présence de ces furanocoumarines dans l’huile essentielle de Citrus aurantium L. ssp. bergamia Engler, a poussé l’Union Européenne, en juin 1995, à interdire la commercialisation des préparations destinées à accélérer le bronzage et dont la teneur en bergaptène dépassait 0,2 %. (Folléa, 1995 ; Bruneton, 2001)

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Les Rutacées sont généralement originaires des régions tropicales et subtropicales, toutefois certains genres poussent dans les régions tempérées (Ruta).

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Angiosperm Phylogeny Website (22 juin 2010)[3] :


Selon NCBI (22 juin 2010)[4] :


Selon DELTA Angio (22 juin 2010)[5] :


Selon ITIS (22 juin 2010)[6] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Les plantes et leurs noms : Histoires insolites, Editions Quae,‎ 2012 (lire en ligne), p. 155
  2. Jean Paquereau, Au jardin des plantes de la Bible : Botanique, symboles et usages, Forêt privée française,‎ 2013 (lire en ligne), p. 226
  3. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 22 juin 2010
  4. NCBI, consulté le 22 juin 2010
  5. DELTA Angio, consulté le 22 juin 2010
  6. ITIS, consulté le 22 juin 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :