Ernest Chausson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chausson (homonymie).

Ernest Chausson

alt=Description de l'image Chausson, Ernest, BNF Gallica.jpg.
Naissance 20 janvier 1855
Paris, Drapeau français Empire français
Décès 10 juin 1899 (à 44 ans)
Limay, Drapeau français République française
Activité principale Compositeur
Style Musique romantique
Activités annexes Administrateur de la SNM
Années d'activité 1878-1899
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Jules Massenet, César Franck

Œuvres principales

Ernest Chausson (né à Paris, 20 janvier 1855 – mort à Limay, 10 juin 1899) est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée-Ernest Chausson est né au 12 rue Pierre-Chausson, le passage qui porte le nom de son grand-père paternel qui possédait des terrains dans ce 10e arrondissement de Paris. Du côté de son père, ses ancêtres, originaires de Seine-et-Marne, étaient des maçons, menuisiers, entrepreneurs de bâtiments et de travaux publics qui s'étaient enrichis avec l'expansion de Paris. Du côté de sa mère, les Levreau, on trouve des cultivateurs de l'Oise et un notaire. La richesse bourgeoise de sa famille lui a permis de se consacrer entièrement à la musique.

Ses deux frères aînés étant morts jeunes, il vit une enfance solitaire dans le quartier Saint-Michel. Son éducation est confiée au précepteur Léon Brethous-Lafargue, auteur de romans et de poésies. Il part en vacances à Trouville, Biarritz, Rome, Londres. Il devient licencié en droit en mars 1876 et avocat-stagiaire en mai 1877. Il fréquente le salon de Mme Berthe de Rayssac à partir de 1875 environ. Il se passionne pour les arts, notamment la littérature, la peinture, et la musique.

Au printemps 1878 sont publiées ses trois premières partitions : Sonatine pour piano à 4 main, Chanson, et L'âme des bois. Vers la fin de l'année 1878, il commence à prendre des leçons dans la classe de Jules Massenet au Conservatoire de Paris d'abord en auditeur libre, puis en tant qu'élève officiel de fin 1880 à juillet 1881. Pendant les vacances d'été de 1879, il voyage en Allemagne, et assiste aux représentations du Vaisseau Fantôme et de la Tetralogie de Richard Wagner. Chausson reviendra souvent à Bayreuth, assistant, par exemple, à la création de Parsifal. On dira même que Chausson est un Wagner français, ce qui n'est pas tout à fait vrai, car Chausson lui-même écrira un jour "Il faut se déwagnériser" [1]. Il rencontre Vincent d'Indy en cet été de 1878 qui est aussi en vacances en Bavière, qui restera un ami très proche, et qui, bien plus tard, terminera le quatuor opus 35 de Chausson, pour sa publication à titre posthume. Chausson complète ses études de musique avec César Franck, l'organiste de Sainte-Clothilde. En mai 1881, poussé par Massenet, Chausson passe le concours d'essai pour le Prix de Rome, mais c'est un échec.

En mai 1882, Chausson participe à la création de l'Union des Jeunes compositeurs, mais cette association ne dure pas, et Chausson rejoint bientôt la Société nationale de musique (SNM), qui présente ses mélodies de l'opus 2, le 23 décembre 1882.

En épousant Jeanne Escudier le 19 juin 1883 à la mairie du 8e arrondissement, il devient (par les deux sœurs de son épouse) le beau-frère de l'artiste peintre Henry Lerolle et de l'industriel et mécène Arthur Fontaine, ce qui l'ouvre à des fréquentations artistiques encore plus vastes. Ils auront cinq enfants. Ernest Chausson sera très heureux dans sa vie familiale.

Avec ses amis musiciens, d'Indy, Husson, et Duparc, il donne un nouvel élan aux Concerts populaires de Jules Pasdeloup, en s'engageant artistiquement et financièrement.

Tombe d'Ernest Chausson au cimetière du Père-Lachaise, Paris

En novembre 1886, à la SNM, Franck, d'Indy et Chausson poussent à la démission Saint-Saëns et Romain Bussine. Chausson devient secrétaire, et prend ce rôle très à cœur, écrivant un volumineux courrier, et apportant son soutien financier. Il reçoit chez lui, dans son hôtel particulier du 22 Boulevard de Courcelles, nombre d'artistes majeurs de son temps, notamment Paul Dukas et Claude Debussy, avec qui il se lie d'amitié, ainsi que le peintre Eugène Carrière qui réalise un portrait de famille que le compositeur placera dans son cabinet de travail, au-dessus du piano[2]. C'est à deux autres peintres Maurice Denis et Odilon Redon qu'il confie la décoration de sa demeure. Chausson compose des œuvres courtes telles que des chansons, et aussi des œuvres plus longues telles que sa symphonie en si bémol majeur, et surtout un opéra, Le Roi Arthus, dont il rédige aussi le livret en 1885-86, et dont la musique lui demande sept années d'efforts, de 1887 à 1894.

Albert Besnard exécute en 1891 un portrait du couple.

Le 10 juin 1899, à Limay, il tombe de vélo, pour une raison indéterminée, et meurt sur le coup, la tempe ensanglantée. Il a 44 ans. Son quatuor à cordes était presque terminé. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, division 67, chemin Hautoy.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La liste complète des œuvres d'Ernest Chausson fait l'objet d'un article spécial. Relativement modeste, elle comprend 39 numéros d’opus et 24 œuvres sans numéro d’opus. Parmi les plus connues, citons :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Gallois, Ernest Chausson, Paris, Fayard, 1994, page 197.
  2. Aujourd'hui conservé au musée des beaux-arts de Lyon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Oulmont, Musique de l'amour. I. Ernest Chausson et la « bande à Franck », coll. « Temps et visages » nouvelle série, Desclée de Brouwer et Cie, 1935.
  • Jean Gallois, Ernest Chausson, Paris, Fayard, 1994.
  • Numéro 'Ernest Chausson', Ostinato rigore. Revue internationale d'études musicales 14, Paris, Jean-Michel Place, 2000.

Pour découvrir Chausson[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]