Bouzeron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir Bouzeron (AOC).
Bouzeron
Vue de Bouzeron
Vue de Bouzeron
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-sur-Saône
Canton Canton de Chagny
Intercommunalité Communauté de communes Des Monts et des Vignes
Maire
Mandat
Claude Gay
2014-2020
Code postal 71150
Code commune 71051
Démographie
Population
municipale
150 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 25″ N 4° 43′ 38″ E / 46.8902777778, 4.72722222222 ()46° 53′ 25″ Nord 4° 43′ 38″ Est / 46.8902777778, 4.72722222222 ()  
Altitude Min. 221 m – Max. 405 m
Superficie 3,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouzeron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouzeron

Bouzeron est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village viticole est situé à proximité de Chagny, et à environ 15-20 kilomètres de Beaune et 25 kilomètres de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Remigny Chagny Rose des vents
N
O    Bouzeron    E
S
Chassey-le-Camp Rully

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le socle date de l'ère primaire, des séries marines se sont déposées à l'ère secondaire, les remplissages des bassins continantaux se sont faite à l'ère tertiaire et les formations superficielles élaborées au tertiaire et au Quaternaire[1].

Le support géologique du val de Bouzeron[2] : Le fond de la vallée est constitué par des calcaires durs. À l'entrée de cette vallée, en sortant de Chagny, on rencontre un court passage de marnes, puis les niveaux de base du Raurarien ou faciès calcaire de l'Oxfordien. Se sont des calcaires Oolithiques ou graveleux, avec intercalations de quelques niveaux à chailles. Ils sont en contact par un accident, un faille avec les formations du Callovien puis, au-dessous, du Bathonien supérieur. Si les bancs sont minces par le callovien, (Dalle nacrée de Beaune), ils sont très épais pour les assises supérieurs du bathonien. Les deux coteaux qui enserrent la vallée sont de natures rocheuse ininterrompue. On y retrouve toutefois des bancs de marnes intercalés et affleurant en bordure du coteau. Ce sont donc ces coteaux de marnes Argoviennes, ou faciès marneux de l'oxfordien, qui supportent le vignoble

Toutes les terres sont argilo-calcaires[3]. Le vignoble et le village présente un escarpement divers selon les endroits, mais en moyenne assez pentu.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau est nommé le Nantil (périodique).

Climatologie[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[4], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise. Les gelées tardives sont peu fréquentes sur le vignoble en général. Il y a bien quelques lieux-dits ou les risques de gelées sont plus importante (on parle de zones gélives). De violents orages peuvent s'abattre sur ce vignoble avec parfois de la grêle.

Valeurs climatique de Dijon et Mâcon, car Bouzeron est situé entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[5]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[6]


Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il existe aussi des vestiges d'un camp attribué aux Romains, et d'un monastère.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Le village est donné par le roi Charles le Chauve, en 872, aux moines de l'Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon, qui y avaient un établissement. Au XIIIe siècle, une chapelle occupée par des moines servait de couvent; leur spécialité était de produire du vin de consommation courante et depuis ce lieux-dit s'appelle l'Hermitage[7].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Claude Courtépée faisait l'éloge du vin d'Aligoté de Bouzeron.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village a été marqué par la Seconde Guerre mondiale parce qu'il était situé près de la ligne de démarcation et qu'il y avait une activité de résistance par des passages clandestins[8].

La création de l'AOC « bourgogne aligoté de Bouzeron » est décidée par 3 viticulteurs (Mr Chanzy, Mr Chemorin et Mr Cogny) en 1974[9]. L'appellation Aligoté est décrétée en 1979, ce qui augmente les prix[9]. Ainsi les vignes en plaine sont supprimées afin de favoriser les vignes en coteaux. Ensuite les viticulteurs du village demandent l'appellation Aligoté de Bouzeron à l'INAO. En 1997 ils obtiennent la reconnaissance de l'AOC Bouzeron[9] qui devient ainsi la cinquième appellation de la Côte chalonnaise, mais la première et la seule appellation villages reconnue en France pour le cépages des Aligotés.

Avec la canicule de 2003, les vendanges débutent pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d'avance, des vendanges très précoces, jamais vues depuis 1422 et 1865 d'après les archives[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Autrefois appelé Boserontis villa[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Bouzeron dépend de la sous-préfecture de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône. Le conseil municipal est composé de 11 membres conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[12]. À l'issue des élections municipales de 2008, Claude Gay a été réélu maire de la commune.

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Claude Gay    
mars 2001 mars 2008 Aubert de Villaine   Propriétaire du Domaine de la Romanée-Conti
1995 2001 Claudette Brunet-Lechenault PRG Conseiller Général du canton de Chagny
1935 1995 France Lechenault PRG Ancien sénateur et ancien conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cette commune fait partie du canton de Chagny, comptant presque 15 000 habitants en 1999. En intercommunalité, ce village fait partie de la Communauté de communes entre Monts et Dheune. Claudette Brunet-Leschenault est conseiller général de ce canton depuis 1998.

Instance judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, la commune dépend aussi[Quoi ?] de la commune de Chalon-sur-Saône qui possède un tribunal d'instance et un tribunal de grande instance, d'un tribunal de commerce et d'un conseil des prud'hommes. Pour le deuxième degré de juridiction, elle dépend de la cour d'appel et de la cour administrative d'appel de Dijon[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 150 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 161 159 157 169 207 188 201 193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
200 210 233 225 217 220 280 276 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
226 233 196 184 203 218 180 209 197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
225 198 151 153 164 145 150 152 150
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a plus d'école primaire depuis 1986[16]. Les écoles (primaires et secondaires) les plus proches se situent à Chagny.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin dans le village. L’hôpital le plus proche se trouve à Chagny.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est pratiqué dans l'église de la commune, les offices ont lieu en alternance avec d'autres paroisses.

Sports[modifier | modifier le code]

Le sentier balisé permet la pratique de la randonnée.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Vignoble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bouzeron (AOC).

Village viticole unique en France, car le seul en appellation village Aligoté. Sa superficie de production est de 60 hectares de vignes[17], exclusivement en vins blancs (cépage Aligoté), mais sans premier cru. Il y a 17 exploitations viticoles qui produisent cette appellation, dont cinq sont situées sur la commune de Bouzeron[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Marcel, du XIIe siècle, au parvis formé par des dalles funéraires.
  • Vestiges du couvent au lieu-dit Clos des Moines.
  • Camp dit romain de la montagne de l'hermitage.
  • Un lavoir et une fontaine du XIXe siècle.
  • Maisons à toits bourguignons.
  • Un phare aéronautique qui servait à la signalisation des avions, et qui a été remplacé par une antenne de télévision, il y a environ soixante ans.

Patrimoine locale[modifier | modifier le code]

L'ODG de Bouzeron organise chaque année, début avril la « Fête du Bouzeron et du persillé » ou il y a l'alliance du vin et du jambon persillé avec dégustations des vins de Bouzeron, et restauration avec ce type de charcuteries[19].

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

  • France Lechenault, radical de gauche, maire de Bouzeron de 1935 à 1995, conseiller général de 1945 à 1988, sénateur de Saône-et-Loire de 1977 à 1986.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Saône-et-Loire. Les 573 communes, éditions Delattre, Granvilliers, 2006, 255 pages, (ISBN 2-915907-23-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  7
  2. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  8
  3. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  9
  4. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  5. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990)
  6. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990)
  7. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (Stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  3
  8. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (Stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  5
  9. a, b et c News from Bouzeron, Compte-rendu du Lycée viticole de Beaune (Stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  15
  10. La Revue du vin de France n°482S : Le Millésime 2003 en Bourgogne, p. 109.
  11. La Saône-et-Loire : Les 573 communes, page sur Bouzeron, p. 31.
  12. « nombre des membres du conseil municipal des communes », sur Legifrance (consulté le 4 septembre 2011)
  13. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 4 septembre 2011)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  16. News from Bouzeron, Compte-rendu du lycée viticole de Beaune (stage "Terroir" des 1er pro en 2000), p.  2
  17. Bourgogne Aujourd'hui no 78, p. 34.
  18. Site d'Infos-Chalon, page sur la 9e fête du Bouzeron et du persillé, consulté le 2 avril 2012
  19. Le Journal de Saône-et-Loire, édition locale Chalon du 20 mars 2012, p.  13