Saint-Désert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Désert (homonymie).
Saint-Désert
Mairie de Saint-Désert
Mairie de Saint-Désert
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Givry
Intercommunalité Le grand Chalon
Maire
Mandat
Daniel Christel
2014-2020
Code postal 71390
Code commune 71404
Démographie
Gentilé Saint-Désiréens
Population
municipale
912 hab. (2011)
Densité 183 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 18″ N 4° 42′ 35″ E / 46.755, 4.70972222222 ()46° 45′ 18″ Nord 4° 42′ 35″ Est / 46.755, 4.70972222222 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 400 m
Superficie 4,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Désert

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Désert
Liens
Site web saint-desert.fr/

Saint-Désert est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne. Les habitants se nomment les Saint-Désiréens. C'est un village viticole, au cœur du vignoble de Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 15 kilomètres de Chalon-sur-Saône au sein de la Côte Chalonnaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jambles Givry Rose des vents
Moroges N Granges
O    Saint-Désert    E
S
Rosey

Hameaux[modifier | modifier le code]

En dehors du bourg, il y a quatre hameaux : Monbogre au nord-ouest, La Saule, Le Treuil du côté de Rosey et Cocloye vers la RCEA.

Vue de la Route Nationale 80 depuis Saint-Désert

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le village est situé à proximité des grands axes de circulation, à 7 kilomètres de l'autoroute A6 (Chalon-sur-Saône), à 10 kilomètres des voies ferrées ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles et à 16 kilomètres de la LGV Sud-Est (TGV) (Le Creusot). La route nationale 80 (RCEA) Chalon-Moulins passe dans la commune en la coupant en deux.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur des versants au sous-sol calcaire, sur des sols argilo-calcaires. Ce territoire est assez vallonné (altitude de 212 mètres à 400 mètres[1]) sur ces 499 hectares. Cette commune se situe au pied du mont Avril.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les cours d'eau sont la rivière des Curles et le ruisseau du Moulin Gaudillot.

Climat[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[2], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogènes sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise. Les gelées tardives sont peu fréquentes sur le village en général. Il y a bien quelques lieux-dits ou les risques de gelées sont plus importants (on parle de zones gélives). De violents orages peuvent s'abattre sur la commune avec rarement de la grêle.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Saint-Désert est situé entre ces deux villes.

Dijon[modifier | modifier le code]

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 -0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[3]


Mâcon[modifier | modifier le code]

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[4]


Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Ce village était habité lors de l'époque gallo-romaine car il a été retrouvé des restes d'un chemin pavé fort étroit, des morceaux de tuiles à rebord et des tessons de céramiques[a 1]. Un cimetière à Montbogre révèle la présence de la civilisation mérovingienne avec un sarcophage trapézoïdal en grès avec tailles, une trentaine de sépultures sous dalles et trois tombes couvertes par une voûte en pierres sèches[a 1].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

En 1095, Geoffroy de Donzy, lors de la première croisade, vend ses biens dont une partie se situe à Saint-Désert[a 2]. L'église de Saint-Désert n'a pas de date de début de construction mais une charte de 1173 mentionne déjà Saint-Isidore[a 2]. Pendant la Guerre de Cent Ans des bandes armées parcourent fréquemment la contrée[a 3]. En janvier 1360, des compagnies de Tard-Venus sévissent dans le village[a 3]. En 1438, des Écorcheurs s'installent dans le village[a 3]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Pendant les Guerres de religion, l'église est pillé en 1570 par les Huguenots de l'Amiral de Coligny, puis par les Ligueurs en 1594[a 3]. La peste sévit à Saint-Désert en 1584 puis en 1628[a 4].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1812, il y a 171 hectares de vignes dans la commune[a 5]. En août 1815, des Autrichiens séjournent dans le village[a 6]. En 1817, 1818 et 1819, la grêle touche durement le vignoble[a 6]. Le phyloxera arrive et touche gravement le vignoble à partie de 1879[a 5]. Il y a dans la commune en 1886 : deux exploitants de carrières, trois platriers, trois charpentiers, trois forgerons, trois menuisiers, quatre meuniers, trois boulangers, deux bouchers, quatre épiciersquatre tonneliers, quatre fabricants d'eaux de vie, trois aubergistes, cinq cafetiers, un médecin[a 7]...

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'électricité arrive dans le village en 1924 et l'eau en 1928[a 8]. En 1936, il y a dans la commune : deux bouchers, un charcutier, quatre boulangers, deux cafetiers, huit épiciers[a 7], un aubergiste, quatre coiffeurs, trois fabricants d'eau de vie, trois forgerons, quatre maraîchers, trois platriers, quatre marchands de faience, deux sabotiers, trois tonneliers[a 8]... Lors de la Seconde Guerre mondiale, deux résistants du village sont arrêtés et fusillés à Granges le 24 août 1944[a 8]. En 1993, le village réalise un jumelage avec Manternach[a 9].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Avec la canicule de 2003, les vendanges débutèrent pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d'avance, des vendanges très précoces qui ne s'étaient pas vues depuis 1422 et 1865 d'après les archives[5]. En , Saint-Désert a rejoint la Communauté d'Agglomération de Chalon Val de Bourgogne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Certains pensent que Saint-Désert n'est qu'une déformation de Saint-Isidore, d'autres que le mot « Désert » dérive de Désiré (moine ayant vécu à Gourdon au VIe siècle)[a 1]. En bourguignon-morvandiau (patois de la Côte Chalonnaise), Saint-Désert se prononce Saint d'sert[b 1] ou Saint d'zert[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Saint-Désert est un village qui vote plutôt à droite. Depuis 1997, la droite est arrivée en tête dans 13 élections, la gauche dans 6 élections et l'extrème-droite dans une élection[b 2],[b 3],[b 4],[b 5],[b 6],[b 7],[b 8],[b 9],[b 10],[b 11],[b 12],[b 13],[b 14],[b 14],[b 15],[b 16],[b 17],[b 18],[b 19].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Saint-Désert dépend de la sous-préfecture de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône. Le conseil municipal est composé de 11 membres conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[7]. À l'issue des élections municipales de 2014, Daniel Christel a été réelu maire de la commune[8].

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 1981 Mme Friedli    
1981 2008 Michel Goubard UDF  
2008 en cours Daniel Christel UDI  

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cette commune est incluse dans le canton de Givry, comptant 12 057 habitants en 2007. En intercommunalité, ce village fait partie du Grand Chalon. Pierre Voarick est conseiller général de ce canton depuis 1998.

Instance judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, la commune dépend aussi[Quoi ?] de la commune de Chalon-sur-Saône qui possède un tribunal d'instance et un tribunal de grande instance, d'un tribunal de commerce et d'un conseil des prud'hommes. Pour le deuxième degré de juridiction, elle dépend de la cour d'appel et de la cour administrative d'appel de Dijon[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Désert a été jumelée avec Manternach (Luxembourg) en 1993, mais ce jumelage n'est plus d'actualité[10] et la convention avec le comité de jumelage a été résiliée le 30 septembre 2010 compte tenu de l'absence de toute activité d'échange entre ces deux communes[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Saint-Désert comptait 912 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
807 991 900 942 957 1 014 1 021 1 044 1 073
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 040 1 052 1 156 1 187 1 179 1 115 1 050 953 997
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
987 937 874 743 706 687 608 555 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
625 605 650 710 805 853 904 897 909
2011 - - - - - - - -
912 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13])
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) mais inférieur au taux départemental (27,6 %).

Conforme aux répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,3 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 15,9 %, 45 à 59 ans = 26,4 %, plus de 60 ans = 27,2 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 24,5 %, plus de 60 ans = 24,3 %).
Pyramide des âges à Saint-Désert en 2008 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,4 
75 à 89 ans
9,5 
17,5 
60 à 74 ans
14,4 
26,4 
45 à 59 ans
24,5 
15,9 
30 à 44 ans
19,4 
17,2 
15 à 29 ans
14,6 
13,3 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de la Saône-et-Loire en 2008 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,4 
8,3 
75 à 89 ans
12,5 
15,6 
60 à 74 ans
16,4 
21,9 
45 à 59 ans
21,0 
19,3 
30 à 44 ans
18,4 
16,7 
15 à 29 ans
14,4 
17,7 
0 à 14 ans
15,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Désert est située dans l'académie de Dijon. Le village possède une école de niveau élémentaire avec une classe de maternelle et deux classes de primaires (61 élèves en 2010-2011)[b 20]. Les collèges les plus proche sont situés à Givry et Buxy et les lycées les plus proche sont à Chalon-sur-Saône.

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a un médecin généraliste dans la commune[16]. Le cabinet médical le plus proche se situe à Givry. L’hôpital le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de football du village est en entente avec Givry (« Union Sportive Givry Saint-Desert »), avec une équipe première sénior qui évolue en deuxième division de district du pays saônois (groupe A) en 2011-2012[17]. Le terrain de football dans la commune se nomme le Stade Michel Voland. Deux sentiers de randonnées sont balisés depuis 2010 : « Le circuit du mont-Pouroux » et « Le circuit de la Chaume meunière» permettent la randonnée.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Désert dépend de la paroisse Saint-Vincent des Buis du doyenné de Chalon-Ouest au sein du diocèse de Chalon, Autun et Mâcon[18].

Une maison diocésaine a vu le jour, avec des bureaux administratifs qui s'occupent des affaires religieuses[b 20].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Le Grand Chalon gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire des ordures ménagères.

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est un secteur important dans la commune. Il y a en commerces une boulangerie-pâtisserie, un café-restaurant[b 20] et un salon de coiffure[19]. Il y a également un plâtrier-peintre, un maçon, deux électriciens, un plombier chauffagiste, une entreprise de communication, une entreprise de volets roulants et vérandas, une entreprise de sablage, une entreprise de contrôle en bâtiment, une entreprise de relooking de meubles, une entreprise de travaux publics viticole et centre équestre[19]. Le village possède aussi un dancing (Le looping)[19].

Vignoble

Vignoble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bourgogne côte-chalonnaise (AOC).

Ce village avec une surface de vignes de 120 hectares[20], est inclus dans des appellations régionales du vignoble de Bourgogne (Bourgogne côte-chalonnaise, Bourgogne, Bourgogne aligoté…). La commune compte 7 vignerons[b 1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Isidore, fortifiée, restaurée au XIX siècle[1].
  • Belles maisons anciennes.
  • Ruines d'un ancien moulin à vent.
  • Monuments aux morts.
  • Une salle polyvalente.
  • Une petite auberge (l'auberge de la route des vins).
  • Le Square Jean Terrillon.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Il y a une dizaine d'associations dans ce village[b 1] (Société des vignerons, comités des fêtes, fanfare...).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Bonnamour (1922), vigneron, personnalité du village[21].
  • Gilles Platret (1973), écrivain et homme politique (UMP).

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Parti : au ) de gueules à la tour d’or, au 2) d’azur au sceptre fleurdelysé cousu de gueules, accosté de quatre fleurs de lys d’or ; le tout sommé d’un chef d’or chargé d’un pampre de vigne au naturel, fruité de trois pièces posé en fasce.

Saint-Désert dans les arts[modifier | modifier le code]

Saint-Désert est cité dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine en 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[22].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Anne Trémeau-Böhm, Givry et ses environs, JPM,‎ 2005, 400 p. (ISBN 2-84786-036-3)
  • La Saône-et-Loire. Les 573 communes, éditions Delattre, Granvilliers, 2006, 255 pages, (ISBN 2-915907-23-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Marie-Anne Trémeau-Böhm (op. cité)
  1. a, b et c p. 123.
  2. a et b p. 124.
  3. a, b, c et d p. 126.
  4. p. 127.
  5. a et b p. 131.
  6. a et b p. 132.
  7. a et b p. 136.
  8. a, b et c p. 137.
  9. p. 138.
  1. a, b et c 7 décembre 2010, p. 16.
  2. sup. édition du 28 mars 2011, Canton de Givry, p. 9.
  3. sup. édition du 21 mars 2011, Canton de Givry, p. 10.
  4. sup. édition du 22 mars 2010, Canton de Givry, p. 8.
  5. sup. édition du 15 mars 2010, Canton de Givry, p. 7.
  6. sup. édition du 8 juin 2009, Canton de Givry, p. 7.
  7. sup. édition du 11 juin 2007, Canton de Givry, p. 18.
  8. sup. édition du 18 juin 2007, Canton de Givry, p. 20.
  9. sup. édition du 7 mai 2007, Canton de Givry, p. 18.
  10. sup. édition du 23 avril 2007, Canton de Givry, p. 19.
  11. sup. édition du 14 juin 2004, Canton de Givry, p. 4.
  12. sup. édition du 29 mars 2010, Canton de Givry, p. 10.
  13. sup. édition du 22 mars 2004, Canton de Givry, p. 10.
  14. a et b sup. édition du 23 mars 2004, Canton de Givry, p. 8.
  15. sup. édition du 17 juin 2002, Canton de Givry, p. 14.
  16. sup. édition du 22 avril 2002, Canton de Givry, p. 14.
  17. sup. édition du 14 juin 1999, Canton de Givry, p. 4.
  18. sup. édition du 23 mars 1998, Canton de Givry, p. 6.
  19. sup. édition du 26 mai 1997, Canton de Givry, p. 24.
  20. a, b et c 7 décembre 2010, p. 17.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Saône-et-Loire ; les 573 communes, Saint-Désert, p. 179.
  2. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  3. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990), Consulté le 17 décembre 2008
  4. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990), Consulté le 17 décembre 2008
  5. La Revue du vin de France n°482S : Le Millésime 2003 en Bourgogne, p. 109
  6. En Bourgogne no 19, octobre-novembre 2011, Jean Bonnamour : Un sacré bourguignon, p.  70.
  7. « nombre des membres du conseil municipal des communes », sur Legifrance (consulté le 4 septembre 2011)
  8. « A Saint-Desert, Daniel Christel réelu à la tête de la commune », sur Info-Chalon.com,‎ 29 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014)
  9. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le 4 septembre 2011)
  10. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 25 février 2012)
  11. Compte rendu de la réunion du conseil municipal de Saint-Désert du 30 septembre 2010, [lire en ligne]
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  14. « [PDF]Évolution et structure de la population à Saint-Désert en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 février 2012).
  15. « Résultats du recensement de la population de la Saône-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 1 février 2012).
  16. Annuaire Pages Jaunes de Saône-et-Loire 2011, Médecin : médecine générale, p.  429.
  17. « L'équipe de l'US Givry Saint-Desert : Classement de la deuxième division de district (Groupe A) », sur US Givry Saint-Desert (consulté le 22 février 2012)
  18. « Le doyenné de Chalon-Ouest », sur le site du diocèse de Chalon, Autun et Mâcon (consulté le 25 février 2012)
  19. a, b et c « Artisans et commerçants », sur Site officiel de la mairie de Saint-Désert (consulté le 22 février 2012)
  20. « Plaisirs viticoles », sur Site officiel de la mairie de Saint-Désert (consulté le 23 février 2012)
  21. En Bourgogne no 19, octobre-novembre 2011, Jean Bonnamour : Un sacré bourguignon, pp.  70, 71, 72, 73 et 74.
  22. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375