Willy Vandersteen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Willy Vandersteen

Nom de naissance Willebrord Jan Frans Maria Vandersteen
Alias
Wil, Wirel
Naissance 15 février 1913
Anvers, Belgique
Décès 28 août 1990 (à 77 ans)
Anvers, Belgique
Nationalité belge
Profession Scénariste et dessinateur de BD
Distinctions
Prix du meilleur auteur étranger au Festival d'Angoulême en 1977

Willy Vandersteen, de son nom complet Willebrord Jan Frans Maria Vandersteen est un scénariste et dessinateur belge néerlandophone de bande dessinée, né le 15 février 1913 à Anvers, et mort à Edegem[1] le 28 août 1990. Il est l'un des auteurs les plus connus de la bande dessinée belge.

En cinquante ans de carrière, il a publié plus de mille albums de bande dessinée répartis en vingt-cinq séries et vendus à plus de deux cents millions d'exemplaires[2]. Il a également créé le Studio Vandersteen qui continue encore aujourd'hui certaines de ses séries.

On le considère, avec Marc Sleen, comme le père fondateur de la bande dessinée flamande[3], tandis que la création de son propre studio et la production et la commercialisation massive de son œuvre lui vaut d'être qualifié de « Walt Disney des Pays-Bas »[réf. souhaitée].

Il est surtout connu pour être l'auteur de la série Suske en Wiske (en français Bob et Bobette), dont les albums se vendent encore aujourd'hui à cinq millions d'exemplaires chaque année[4]. Ses autres séries majeures sont De Rode Ridder (Le Chevalier Rouge en français) et Bessy, dont il a publié presque un millier d'albums en allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de forgeron et fils de sculpteur ornementiste, il lit un article intitulé Comics in your life dans un magazine américain et décide de travailler dans la bande dessinée. Ses premiers dessins et gags (Brochette et Dick puis Kity Inno) paraissent en 1939 dans Entre Nous, la revue interne des grands magasins À l'Innovation. En 1942, Willy Vandersteen réalise des dessins antisémites durant la Seconde Guerre mondiale sous le pseudonyme Kaproen[5],[6]

Il est surtout le créateur de Bob et Bobette, en 1945, dans De Standaard et plus tard dans Le Journal de Tintin. À la demande d'Hergé, qui l'a surnommé le « Bruegel de la bande dessinée », et pour mieux s'intégrer au style général du journal, Vandersteen fait évoluer son graphisme vers un style plus proche de la ligne claire. Bob et Bobette ont survécu à son auteur et la série compte aujourd'hui plus de 300 albums. Willy Vandersteen a fait partie de la franc-maçonnerie belge.

Thèmes et influences[modifier | modifier le code]

Le style de Vandersteen se caractérise depuis se début de la carrière par une large diversité de thèmes et de genres. Un grand nombre de ses séries se passent dans le monde contemporain, mais il a écrit également des contes de fées, des bandes dessinées historiques, des westerns ou encore des récits de science-fiction. Alors que certaines de ses séries restent cantonnées à un seul genre, comme Bessy et La Famille Guignon (la première reste concentrée sur une famille pionnière lors de la Conquête de l'Ouest, la seconde sur une famille flamande contemporaine quelconque), d'autres s'éloignent de leur époque, lieu ou thème de départ pour explorer de nombreux horizons. Le Chevalier Rouge, histoire d'un chevalier du Moyen Âge, se déroule dans une période allant de l'époque des légendes arthuriennes jusqu'aux grandes explorations du XVIe et du XVIIe siècle en passant par les croisades. Cette série s'étend donc sur dix siècles. Plus tard, lorsque Vandersteen sera moins impliqué dans la série, celle-ci intègrera beaucoup d'éléments de Fantasy[7].

Bob et Bobette est une bande dessinée qui a comme cadre le monde contemporain, mais dont beaucoup d'albums se déroulent à d'autres époques, via une machine à remonter le temps ou par d'autres procédés. Les personnages visiteront un large panel d'époques, bien que le Moyen Âge soit largement l'époque la plus visitée. Willy Vandersteen utilisera également des légendes locales d'Anvers et du Limbourg et parodiera des comics comme Batman ou des émissions de télévision[8]. Il s'inspirera aussi de ses nombreux voyages à travers le monde, comme par exemple son long séjour dans l'Extrême-Orient[9]

Les récits de ses débuts montrent une influence très claire des bandes dessinées américaines, comme Tarzan ou Prince Vaillant.

Succès International[modifier | modifier le code]

Willy Vandersteen a toujours fait en sorte d'avoir du succès en-dehors de la Flandre, et a rapidement réduit l'aspect typiquement flamand de ses bandes dessinées. Il écrivait et publiait déjà ses œuvres en français durant la Seconde Guerre mondiale et a dès les années 1940 étendu la publication de Bob et Bobette aux Pays-Bas, ainsi qu'en Belgique francophone et à la France à travers le Journal de Tintin. Tous les Albums de Bob et Bobette, et de nombreux albums d'autres séries comme La Famille Guignon ont été traduits en français par Érasme. Bessy fut d'abord publié en français dans La Libre Belgique à partir du 24 décembre 1952[10], après quoi il fut traduit en néerlandais[11]. Depuis 1978, on estime que 80 millions d'albums de Bob et Bobette en néerlandais ont été vendus[12].

D'autres pays et d'autres langues ont bientôt suivi. La première traduction en allemand survint en 1954, et dans les années 60 Bessy et dans une moindre mesure Jérôme ont un énorme succès dans cette langue. Les deux séries comptent à eux deux 1000 albums vendus chacun à 200000 exemplaires. Suivront plus tard dans les années 50 des publications au Chili et au Portugal, puis en Espagne dans les années 60. Les années d'après, les bandes dessinées de Willy Vandersteen, et particulièrement Bob et Bobette, sont publiés dans une douzaine de langues, mais dans la majorité des cas une petite quantité seulement d'albums furent traduits. Plus de 10 albums furent publiés aux États-Unis et 69 le furent en Suède, accompagnés par beaucoup de marchandisage. La traduction en finnois fut également un grand succès[13].

Marchandisage[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 commence le marchandisage autour de Bob et Bobette. Vandersteen, qui a toujours été un homme d'affaires autant qu'un artiste, fut enthousiasmé quand on lui proposa de faire un spectacle de marionnettes de sa bande dessinée. Les premières poupées furent mis à la vente dès 1947. Elles sont suivies par une série de cinq marionnettes en 1957 et par un jeu d'adresse à l'effigie de Jérôme en 1960. En 1955, deux ans après le début de la télévision en Flandre, un dessin animé de Bob et Bobette est diffusé tous les samedis après-midi[14]. D'autres produits dérivés issus de cette bande dessinée arrivèrent, allant des verres "Bob et Bobette" en 1954 jusqu'aux 5 larges statues en céramique peintes à la main représentant les personnages principaux faites en 1952. Livres à colorier, puzzles, calendriers, etc. Suivront bientôt deux enregistrements réalisés par Decca en 1956. Willy Vandersteen a aussi créé un certain nombre de bande dessinées commerciales avec Bob et Bobette comme héros, en commençant par une bande dessinée touristique de la province d'Anvers en 1957[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Toutes ces séries ont été initialement écrites en néerlandais et publiées via De Standaard, sauf mention contraire. Les éditions commerciales et les albums non-réguliers ne sont pas inclus.

Series Années Nombre d'Albums Nombre d'Albums en français Remarques
Piwo 1943-1946 3 3 Première bande dessinée de Willy Vandersteen, publiée par Ons Volk.
Bob et Bobette 1946- 232+ 232+ La numérotation commence au numéro 69 et en est au numéro 298 en aout 2007 ; la série continue depuis 1972 sous la plume de Paul Geerts et d'autres auteurs. Quelques albums ont été traduits en une dizaine de langue.
La Famille Guignon 1946-54 et 1966-1969 18 5
Judi / Rudi 1952-1955 4 Publiée par Sheed & Ward
Bessy 1954-1985 164 151 Les 68 premiers albums sont signés "Wirel", les autres sont "Studio Vandersteen"; Plus de 900 albums sont sortis en allemand.
Thyl Ulenspiegel 1954-1955 2 2
Les Farces de monsieur Lambique 1955-1962 and 2004- 7 et 7 3 Spin-off de Bob et Bobette; La seconde série reprend des anciens gags en plus de nouveaux.
De pantoscaaf 1956 1 Publié par la KSA, une organisation de jeunesse catholique flamande.
Le Cirque Zim-Boum 1958-1959 3 3
Les Joyeux Lurons 1958-1959 2 2
Le Chevalier Rouge 1959- 214+ 19 Continuée par Karel Biddeloo et d'autres auteurs; en aout 2007, 214 albums ont été publiés.
Jérôme 1962-1982 95 93 Spin-off de Bob et Bobette, plus de 150 albums sont sortis en allemand.
Karl May 1962-1985 87 Adaptation libre de nouvelles de Karl May
Biggles 1965-1969 20 Basé sur le personnage créé par W. E. Johns
Met Kil en Fil op het Kiliaanpad 1970 1 Publié par Louis Hellemans comme promotion pour le CVP dans le cadre des élections de 1970
Safari 1970-1974 24 21
Ciso editions 1972-1980 7 Ciso réedite des albums classiques de bande dessinée flamande, dont certaines bandes dessinées réalistes que Vandersteen a écrit dans les années 50 et 60.
Robert et Bertrand 1973-1993 98 47
Pats 1975-1977 7 Continuée(et rééditée) sous le nom de Tits
Tits 1979-1986 28 Suite de Pats. Le nom Tits est un nom anversois qui désigne un chapeau de paille à la mode à l'époque.
Les fabuleux voyages de Jérôme 1982-1991 36 13 Suite de Jerom.
Bessy natuurkommando 1985-1992 23 Suite de Bessy, principalement par Jeff Broeckx
Les Gueux 1985-1990 10 Dernière série traduite par Vandersteen
Schanulleke 1986-1993 3 Spin-off de Bob et Bobette
Le Prince Riri 1994-1997 4 4 Gags publiée initialement dans les années 50 mais édités sous forme d'albums seulement dans les années 90.
Klein Suske en Wiske 2002- 11+ Spin-off de Bob et Bobette. Bien qu'il ait été créé après la mort de Willy Vandersteen, son nom figure sur la couverture.

Récompenses et reconnaissances[modifier | modifier le code]

  • 1959: Vandersteen devient citoyen honoraire de la commune de Deurne, près d'Anvers[16].
  • 1977: Vandersteen reçoit le prix du meilleur auteur étranger au Festival d'Angoulême[17].
  • 2007: Reçoit le prix du prestige au Prix Saint-Michel[18]
  • Vandersteen est aussi citoyen honoraire de la ville de Kalmthout, où l'on trouve une statue de lui dans un parc qui porte son nom[19].

Selon l'Index Translationum de l'UNESCO, Vandersteen est le second auteur d'expression néerlandophone le plus traduit, après Anne Frank[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) http://www.slimweg.be/images/willy-vandersteenpad_tcm9-13737.pdf (Section: "Biografie")
  2. (fr) http://www.lalibre.be/culture/cinema/article/517307/bob-et-bobette-new-look.html
  3. http://www.stripspeciaalzaak.be/Toppers/BelgenTop100/26_SW_EilandAmoras.htm
  4. http://www.actuabd.com/Bob-et-Bobette-se-separent-de-leur-dessinateur
  5. Le père de Bob et Bobette auteur de dessins antisémites, La Dernière Heure/Les Sports, 13 septembre 2010
  6. 14 sept. 2010 ,[www.lesoir.be/.../les-cases-antisemites-de-willy-vandersteen-792985.php] cfr. l'article de DANIEL COUVREUR
  7. Van Hooydonck, Biografie, p. 235-236
  8. Standaard Uitgeverij, 60 jaar!, p. 16
  9. Van Hooydonck, Biografie, p. 236
  10. « Il y a 50 ans, Bessy apparaissait dans La Libre Belgique », lalibre.be,‎ 2002 (consulté le 22 juin 2014)
  11. Van Hooydonck, Biografie, p. 245-246
  12. (nl) Erik Durnez, Ik vier het elke dag... Willy Vandersteen 65, Antwerp/Amsterdam, Standaard Uitgeverij,‎ 1978 (1re éd. 1978) (ISBN 978-90-02-13934-5, liens OCLC? et LCCN?)
  13. Van Hooydonck, Biografie, p. 247-251
  14. Van Hooydonck, Biografie, p.121-126
  15. Van Hooydonck, Biografie, p. 222-229
  16. Van Hooydonck, Biografie, p. 203
  17. ToutEnBD, « Le palmarès »
  18. Belga, « Grand Prix St-Michel à Gotlib », La Libre Belgique,‎ 15 oct. 2007 (lire en ligne)
  19. Article in De Standaard
  20. Index Translationum Dutch top 10

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Baetens, « Langue, rythme, récit », dans Formes et politiques de la bande dessinée, Louvain : Peeters, 1998, p. 93-106.
  • (nl) Hans Matla, Stripkatalogus 9: De negende dimensie, La Haye : Panda, 1998. (ISBN 90-6438-111-9)
  • Peter Van Hooydonck (trad. Jean-Louis Lechat), Willy Vandersteen : Le Bruegel de la bande dessinée [« De Bruegel van het beeldverhaal »], Anvers, Éditions Standaard,‎ 1994, 288 p. (ISBN 90-02-02006-6)


(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Willy Vandersteen » (voir la liste des auteurs)