Biofilm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biofilm superficiel intertidal, en grande partie photosynthétique sur vase estuarienne exondée, se formant à marée descendante. C'est une source de nourriture pour de nombreux invertébrés, mais aussi pour certains bécasseaux littoraux[1] qui trouvent là jusqu'à 50 % des ressources énergétiques dont ils ont besoin.
Trous laissés par des bulles de méthane ayant éclaté dans le film superficiel sur une vase exondée.
Autre exemple, essentiellement constitué d'algues couvrant une eau stagnante. Ce type de biofilm (en « voile » algual ou bactérien, ou les deux) ne perdure généralement pas (quelques jours à une ou deux semaines) sur l'eau, mais peut perdurer des années sur un sol (sable humide par exemple) ou sur de la vase.
Le biofilm prend ici l'aspect d'une fine « croûte », formée d'algues et bactéries fixant efficacement le sable soumis à érosion (sur un turricule de taupinière creusée dans un sable acide, qui malgré les pluies reste en place fixé par la substance mucilagineuse produite par les algues, bactéries. C'est aussi un substrat pour certains lichens mais qui ont ici fortement régressé en raison de la pollution de l'air (zone d'agriculture intensive et proche de quatre papeteries et d'une grande verrerie ; sur le Plateau d'Helfaut près de la Colonne d'Helfaut dans le Pas-de-Calais, en France).
Les biofilms naturels sont fréquemment constitués de plusieurs espèces de microbes, éventuellement en associations symbiotiques. Ici il s'agit d'un biofilm polymicrobien cultivé sur une surface d'inox, en laboratoire, photographiée en microscopie à épifluorescence après 14 jours, avec coloration au 4,6-diamidino-2-phenylindole (DAPI) (échelle : trait = 20 μm).

Un biofilm est une communauté multicellulaire plus ou moins complexe, souvent symbiotique, de micro-organismes (bactéries, champignons, algues ou protozoaires), adhérant entre eux et à une surface, et marquée par la sécrétion d'une matrice adhésive et protectrice. Il se forme généralement dans l'eau ou en milieu aqueux[2].

Le biofilm est une étape normale ou potentielle du cycle de vie de la plupart des bactéries[3], qui affichent alors un comportement coopératif[3] et produisent des phénotypes différenciés conduisant à des fonctions spécifiques, parfois en réaction à un stress.

Sa structure est hétérogène, souvent sous forme de colonie d'une ou plusieurs espèces de bactéries et d'une matrice extracellulaire composée de substances polymères. La définition d'un biofilm peut légèrement varier : certains auteurs choisissent par exemple d'exclure du terme « biofilm » les communautés bactériennes ne produisant pas leur propre matrice extracellulaire.

S'étant jusque-là principalement attachée à étudier les cellules pour elles-mêmes et indépendamment de leur milieu, la microbiologie intègre les récents développements de la notion d'interactions avec le milieu et se tourne maintenant vers les biotopes, et notamment les biofilms, notamment observés comme habitat d'écotone ou comme élément du réseau trophique[4].

Généralités[modifier | modifier le code]

Le mode de vie en biofilm est l'un des deux modes de comportement des organismes unicellulaires – l'alternative étant la flottaison libre de type dit « planctonique », dans un médium liquide, fluide ou même solide. John William Costerton a proposé en 1978 le terme de biofilm en suggérant que ce serait le mode de vie naturel de la plupart des micro-organismes[5]. Cette proposition, qui s'appuyait initialement sur la comparaison du nombre de bactéries sous forme planctonique d'une part, et au sein de biofilms dans les cours d'eau[6],[7] d'autre part, est désormais généralement admise par les microbiologistes.

Les biofilms sont, sauf exceptions, observés dans les milieux aqueux ou exposés à l'humidité. Ils peuvent se développer sur n'importe quel type de surface naturelle ou artificielle, qu'elle soit minérale (roche, interfaces air-liquide…) ou organique (peau, tube digestif des animaux, racines et feuilles des plantes), industrielle (canalisations, coques des navires) ou médicale (prothèses, cathéters)… Il est possible à un biofilm d'adhérer sur des matériaux « anti-adhésifs » comme le polytétrafluoroéthylène (ou téflon). Voir l'article sur les micro-organismes extrêmophiles pour la diversité étonnante de leurs habitats possibles dans les gammes de chaud, froid, pression, et autres extrêmes. Dans des conditions optimales de croissance, un biofilm peut rapidement devenir macroscopique, jusqu'à atteindre le mètre d'épaisseur si l'environnement le permet.

Hormis les cas où les bactéries se rassemblent sur une surface nutritive (bois immergé en décomposition par exemple), un biofilm n'est pas une parade à la pauvreté du milieu, mais plutôt à son agressivité envers les micro-organismes. Le biofilm croît d'ailleurs généralement d'autant plus rapidement que le milieu est riche en nutriments [8].

Nature homogène ou hétérogène des biofilms[modifier | modifier le code]

Qu'ils croissent sur un substrat vivant ou inerte, on les dits

  • « homogènes » quand ils sont composés d'une seule espèce,
  • « hétérogènes » quand plusieurs espèces sont associés ; Dans ce dernier cas, le biofilm peut être également caractérisé par une hétérogénéité « structurelle » : en son sein coexistent des différentiations géographiquement marquées en termes de de populations d'organisme mais aussi de gradients de de pH, de teneur en oxygène, avec des structures évoquant parfois des pores, des canaux, des écailles, des couches, dures ou souples selon les cas ; au point de quelquefois presque évoquer une peau ou un superorganisme autonome ou symbiote de son hôte ;
  • La biodiversité intrinsèque d'un biofilm permet des synergies bactériennes ou fongobactériennes qui améliorent sa résistance à certains facteurs de stress, dont aux antibiotiques[9] (antibiorésistance).


Traces fossiles[modifier | modifier le code]

Les biofilms ont sans doute constitué les premières colonies d'organismes vivants, il y a plus de 3,5 milliards d'années. Avec les stromatolithes, ils semblent à l'origine des premières roches biogéniques et structures récifales, bien avant l'apparition des coraux.

Les voiles alguaux que l'on trouve encore sur certains sédiments exondés, certains sols humides ou certaines plages ou rivages d'eau douce pourraient aussi être à l'origine de processus de certains fossilisation d'êtres vivants au corps mou, et aussi de traces (humaines, de dinosaures[10] ou de microreliefs…) sur un substrat mou. Ils sont étudiés et de mieux en mieux pris en compte par la taphonomie[11] ; de même pour les voiles microbiens[12].

Certains biofilms encroutant sont capables de croître sur eux-mêmes ou plutôt sur les lamines générées par les générations précédentes de bactéries. Ils semblent, toujours avec les stromatolithes, à l'origine du premier puits de carbone majeur il y a plus de 3 milliards d'années.

L'environnement particulier du biofilm permet aux cellules de (ou les force à) coopérer et agir les unes avec les autres de manière différente de ce qu'elles feraient en environnement libre. Les bactéries vivant dans un biofilm ont des propriétés sensiblement différentes de celles des bactéries « flottantes » de la même espèce, qui peut faire penser comme dans le cas des stromatolithes à des propriétés émergentes de superorganismes.

La promiscuité des bactéries dans le biofilm favorise aussi probablement le transfert horizontal de gènes de bactérie à bactérie de la même famille, ou à d'autres genres et familles.

Composition, propriétés, fonctions[modifier | modifier le code]

Deux colonies de deux souches différentes d' Escherichia coli O157:H7 ; la première (A) 43895OW ne produit pas de curli ; la seconde (B) 43895OR produit des curli de type salé, qui lui permettent de former un solide biofilm pouvant créer des liaisons de type éthanol-NaCl, et de se fixer sur des parois lisses (verre, inox[13], téflon). C'est un des principaux facteurs de résistance aux désinfectants, chlorés notamment). Ces deux cultures ont été faites sur une gelée d'agar durant 48 h à 28 °C.
Formation de biofilms à partir de deux souches mutantes d’Escherichia coli O157:H7, l'une (OR)produisant des curli et l'autre (OW) n'en produisant pas, et par rapport à un échantillon témoin normal, lors de cultures sur différentes surfaces (verre, téflon (antiadhésif) et inox).

Les biofilms naturels sont surtout composés d'algues et de bactéries pour les surfaces éclairées ou exondées, mais ils sont quasi-exclusivement constitués de bactéries (dont photosynthétiques) et de champignons au sein du biofilm qui colonise les sédiments ainsi que les feuilles ou les bois immergés[14]. Leur biodiversité intrinsèque peut être mesurée par des méthodes moléculaires et métagénomiques tels que l'empreinte génétique par PCR-DGGR (électrophorèse en gradiant de gel dénaturant)[15].

Les espèces les mieux étudiées (parce que certaines souches en sont très pathogènes) sont Escherichia coli et Salmonella enterica. Des souches chlororésistantes et capables de produire des biofilms sur des substrats lisses (inox ou verre) et même antiadhésif (Téflon) présentant des similitudes ont été trouvées et cultivées pour ces deux espèces[16]. Ainsi le sérovar de salmonelle Typhimurium - souche 43895OR, et les souches les plus résistantes de E.coli (ex. : E.coli 43895OR) produisent toutes les deux des colonies bactériennes solidement consolidées par une matrice extracellulaire contenant des fibres de type curli (et cellulose dans le cas de la salmonelle), que ce soit en culture sur de l'agar-agar, ou sur un substrat très lisse.
Dans tous les cas, les souches ayant formé des biofilms développent une résistance statistiquement plus élevée (P <0,05) que les cultures planctoniques des mêmes souches, face au peroxyde d'hydrogène, au chlore ou à des désinfectant à base d'ammonium quaternaire [16].
À la différence de E. coli, les Salmonelles semblent aussi capable de produire de la cellulose pour consolider leur biofilm[16].

  • Composition
    Presque tous les micro-organismes ou certaines de leurs souches, éventuellement mutantes, ont développé des mécanismes d'adhérence aux surfaces et/ou les uns aux autres et ou avec les cellules symbiotes, et ou avec des cellules qu'ils doivent infecter pour survivre.
    Ils peuvent s'intégrer à un biofilm en formation créé par d'autres espèces, de même qu'ils peuvent, plus ou moins facilement selon les cas, se détacher du biofilm sous l'action des forces mécaniques ou chimiques de l'environnement.
    L'adhésion est le fait de divers mécanismes : fimbriae, pili, curli, impliquant des protéines de différents types (adhésines par exemple), production de cellulose [16] dans certains cas, etc. Il est donc mécaniquement et biochimiquement possible pour un biofilm d'abriter plusieurs espèces différentes, et de ce fait d'éventuellement être plus résistant, à l'érosion mécanique, à des détergents et à la désinfection (chloration par exemple, qui peut générer dans ce cas une chlororésistance). Il en va de même pour les biofilms monospécifiques (constitués, in vitro, par une seule espèce mise en culture) ; ces biofilms sont beaucoup plus résistants aux lavages agressifs quand une souche est accompagnée de souches « compagnonnes » [17]. On a montré que des souches de E. coli (dont de E. coli O157: H7) ne formant pas spontanément de biofilms peuvent néanmoins survivre en tant que souche compagnonne dans des biofilms générés par d'autres souches, bien qu'elles survivent alors moins bien que les souches plus résistantes en cas de stress.
    De fait seuls quelques biofilms sont composés d'un seul type d'organisme - phénomène lié aux conditions environnantes plus souvent qu'à la nature même des organismes. Les biofilms naturels ne sont que rarement clonaux mais au contraire abritent souvent nombreux types de micro-organismes – bactéries, protozoaires et/ou algues, chaque groupe exécutant des fonctions métaboliques spécialisées, au profit de la résistance de la communauté constituée par le biofilm.

La « matrice » du biofilm à proprement parler, en plus de contenir les éléments dont sont faits les organismes qu'elle abrite (protéines, lipides, ADN, ARN…) est également constituée d'excrétats et de déchets métaboliques. Ce sont notamment des polysaccharides, (peptidoglycanes, cellulose…) ou plus rarement des lipides et protéines… Ces matériaux nutritifs ou protecteurs sont produits par les micro-organismes eux-mêmes et/ou par leur hôte dans les cas où il s'agit d'un biofilm formé sur une surface vivante (peau humaine par exemple). Ils contiennent souvent aussi une importante proportion d'eau.

La diversité des espèces vivantes qui composent le biofilm a une importance, car diversifiant les interactions durables possibles au sein de chaque espèce (ex comportement colonial et bioconstructeur des bactéries produisant des stromatolithes) et synergiques (ex symbioses) avec d'autres espèces augmentent la fitness (par rapport à ce qu'elle serait pour une espèce seule). Ceci vaut pour les bactéries, par exemple quand elles s'organisent en colonies cohérentes ;
Face à un stress externe (chaud, froid, pH…), les biofilms sont plus stables, plus résistants et se protègent mieux contre l'invasion par d'autres bactéries ou divers quand ils abritent une diversité d'espèces et de groupes de micro-organismes[18].

  • Propriétés, fonctions écosystémiques
    Un des aspects majeurs des biofilms est l'induction de changements dans les phénotypes correspondant au changement de mode de comportement (de «planctonique» et individuel, à fixe et communautaire). Des séries entières de gènes voient changer la durée et le rythme de leurs mécanismes d'activation, correspondant donc aussi à des changements de fonctions. L'environnement particulier du biofilm permet aux cellules de, ou les force à, coopérer et agir les unes avec les autres de manière différente qu'en environnement libre. Les bactéries vivant dans un biofilm ont des propriétés notablement différentes, voire très différentes de celles des bactéries « flottantes » de la même espèce.

Certaines souches de bactéries de laboratoire ont perdu leur capacité à former des biofilms, soit par les cultures et sélections successives de bactéries planctoniques, soit par la perte de leur plasmides naturels connus pour favoriser la formation de biofilm [19].

La plus spectaculaire propriété des biofilms est très certainement l'étonnante capacité de résistance qu'ils fournissent à leurs participants contre diverses agressions, comparée à la situation des mêmes organismes en état dit « planctonique ». Cette matrice est, d'autre part, elle-même, assez résistante pour que dans certaines conditions les biofilms puissent se fossiliser. Le biofilm pourrait d'ailleurs être à l'origine des premiers processus de vie coloniale et récifale.

Les micro-organismes sont à plus d'un titre protégés et reliés entre eux par la matrice que fait le biofilm :

Protection passive

Par sa simple présence cette matrice protège passivement les cellules dans un rôle de simple barrière physique contre l'entrée des agents antimicrobiens, détergents et antibiotiques[20],[21] : la matrice extracellulaire dense et la couche externe de cellules protègent l'intérieur de la communauté.

Protection métabolique.

Autre facteur de résistance accrue : pour des raisons qui restent à déterminer les bactéries entourées de biofilm sont moins actives métaboliquement, donc moins réceptives aux agents antimicrobiens[22] et aux disruptions environnementales[21].

Protection active

La résistance de P. aeruginosa aux antibiotiques a également été partiellement attribuée à des pompes de flux du biofilm expulsant activement les composants antimicrobiens[23],[24],[25]. Quelques biofilms se sont avérés contenir des canaux aqueux qui en sus de la distribution de nutriments permettent celle de molécules de signalisation, établissant la communication entre cellules par des signaux biochimiques. La formation du et par le biofilm est contrôlée par des signaux de cellule à cellule, et des mécanismes dits de quorum sensing [26],[27],[28],[29],[30], ou perception du quota, fondés sur le principe de masse critique. Les systèmes de perception du quota chez les bactéries gram-négatives détectent la densité des cellules en utilisant des signaux de cellule à cellule dépendant de la population, généralement une molécule d'acyl homosérine lactone. Quand cet [auto-inducer] atteint une certaine concentration critique, il active un régulateur transcriptionnel qui induit des gènes cibles spécifiques[31]. La nature et donc la fonction des molécules signalant les échanges de cellule à cellule changent à partir d'une concentration donnée des bactéries.

Protection génétique

Dans certains cas, la résistance aux antibiotiques et biocides peut être exponentiellement multipliée. En effet, lors de leur implantation dans un biofilm l'expression génétique des bactéries est modifiée. Cet environnement d'échanges de matériel génétique permettant le transfert d'informations est donc propice à l'acquisition de nouveaux caractères.

Contribution à minéralisation ou à la corrosion ou dégradation de matériaux. Selon les cas et contextes, les biofilms contribuent à la dégradation de matériaux ou inversement à en produire.

  • De nombreux matériaux (métaux, bois) voient leur dégradation (ou corrosion) très accélérée, ou au contraire retardée, lorsqu'ils sont recouverts par certains biofilms, selon le contexte (humide ou sec, acide ou basique, chaud ou froid, eutrophe ou oligotrophe, etc.).
  • Les cyanobactéries du picoplancton (ex : Synechococcus elongatus) sont capables de précipiter le carbone du CO2 dissous dans l'eau sous forme de calcite (carbonate de calcium ou CaCO3) dans tous les lacs riches en calcium de la Terre, contribuant ainsi aux puits de carbone naturels de la sédimentation lacustre[32]. On a ainsi estimé qu'environ 8 000 t/an de carbone sont géologiquement naturellement stockés dans le seul lac de Lugano et 2 500 t/an dans le lac de Sempach en Suisse[33]. Cette production est relativement saisonnière avec un pic correspondant aux blooms planctoniques de cyanophicées dont les cellules (planctoniques ou de biofilms) peuvent alors se recouvrir de cristaux de calcite. Le microscope électronique montre des bactéries en bâtonnets entièrement enrobées de cristaux de calcite[32]. on a montré en laboratoire que les substances extrapolymériques (SEP) produites par les biofilms, même en l'absence de bactéries provoquaient la nucléation de cristaux de calcite. Ces bactéries contribuent donc au tamponnement de l'eau et au maintien du caractère oligotrophe de nombreux lacs de montagne[32].

Formation et développement du biofilm[modifier | modifier le code]

Les 5 étapes du développement d'un biofilm sur une surface dure.
Étape 1 : attachement initial ;
étape 2 : attachement irréversible ;
étape 3 : apparition et « maturation I » du biofilm ;
étape 4 maturation II ;
étape 5 : érosion et dispersion/Détachement autogène[34].
Les photomicrographies (toutes à même échelle) sont celles d'un biofilm de Pseudomonas aeruginosa en développement.
Vue (microscopie électronique) d'une agrégation de bactéries Staphylocoque doré. Ce biofilm s'est développé sur la surface luminale d'un cathéter placé à demeure. La substance qui colle les bactéries entre elles et au substrat est composée de polysaccharides sécrétés par ces bactéries. Ces molécules (polymères) contribuent à protéger les bactéries des "biofilm" des attaques d'agents antimicrobiens tels que les antibiotiques (Grossissement : 2363x) et certains autres biocides
Les stromatolites (ici fossiles, du précambrien, vue en coupe) sont les biofilms les plus anciens (algo-bactériens) qu'on puisse étudier. Il s'en forme encore sur Terre, dans la Shark Bay en Australie par exemple.

Les biofilms posent question dans le domaine médical, vétérinaire, de l'écologie, de l'hygiène agroalimentaire, et de la qualité microbiologique des eaux potables et de la gestion des canalisations. on cherche à mieux les comprendre et à les modéliser[35],[36]

L'eau potable - si elle était peu chargée en matière organique avant le traitement chloré - est considérée comme relativement bien désinfectée par la chloration permanente[37], mais elle est d'autant plus vulnérable en cas d'interruption de la chloration que :

  • le contact permanent avec le chlore a pu éventuellement favoriser des mécanismes de chlororésistance chez les espèces présentes dans le biofilm (dont certaines peuvent être pathogènes)[37],
  • la chloration ne saurait en aucun cas détruire les biofilms qui se sont développés sur toutes les parois des canalisations de distribution d'eau et qui constituent l'essentiel de la biomasse bactérienne présente dans réseau de distribution[37] ;
    Même dans des réseaux de distribution d'eau « constamment chlorés, le biofilm peut représenter jusqu'à 107 bactéries/cm2 dont 1 % sont viables et capables de se multiplier, prouvant l'inefficacité réelle du traitement sur ces biomasses fixées » [37];
  • on peut supposer que depuis un siècle environ (invention de la verdunisation de l'eau), le nombre de souches résistantes, et l'importance de la résistance a pu augmenter.

En France, l'étude des biofilm s'est notamment faite à l'INRA à partir de souches de culture de Bacillus subtilis (une bactérie Gram-positive, ubiquiste et facile à cultiver) qui durant dix ans a servi de modèle pour étudier les voies moléculaires et génétiques contrôlant la formation et l'organisation d'un biofilm. La plupart des données sur les biofilms de B. subtilis concernent les écotones air-liquide, ou air/gélose nutritive semi-solide. Quelques études ont porté sur la formation de macrocolonies complexes (formant parfois des excroissances en forme de thalles ou de haricots de 300 µm de hauteur) sur l'interface liquide/solide[38].

Formation[modifier | modifier le code]

(Informations tirées du Center for Biofilm Engineering, Montana State University [1])

Considérant le biofilm au sens « embryologique » c'est-à-dire comme une entité/unité fonctionnelle de structure multicellulaire organisée, on peut également parler de cycle de développement ou de cycle de vie car le modèle en cinq étapes proposé ci-après peut se répéter indéfiniment:

  1. La première étape est l'adhésion (réversible) de micro-organismes mobiles à une surface, principalement par des liaisons chimiques non covalentes ou faibles. Ces liaisons entre la cellule (surtout ses protéines : les curlis) et la surface d'attachement sont de type van der Waals, électrostatique, ou encore acide-base de Lewis.
  2. Vient ensuite l'adhésion permanente par la formation de molécules protéiques appelées ligands, et de structures telles que les pili. Ces premiers points fixes augmentent la capacité d'ancrage d'autres micro-organismes en accroissant et en variant les surfaces d'ancrage. Noter que certaines espèces ne sont pas capables de s'ancrer elles-mêmes et s'intègrent à d'autres espèces déjà installées en colonies en s'attachant à leur biofilm. On a ici les prémices de la structure du biofilm: sa diversité de natures et de structures laisse envisager une diversité de fonctions.
  3. Les micro-organismes se divisent, commençant ainsi des microcolonies. À partir d'une concentration suffisamment dense d'individus, les microcolonies commencent la sécrétion du biofilm proprement dit.
  4. Le biofilm grandit et mûrit, s'épaississant jusqu'à devenir macroscopique, voire géant en conditions optimales.
  5. La cinquième étape est la phase de dispersion, dite phase planctonique : induits par le vieillissement du biofilm, certains stress ou carences, les micro-organismes peuvent activement se séparer du biofilm, parfois consommant la matrice qui représente une source d'énergie. Ces micro-organismes retournent à l'état dit « planctonique » de libre circulation et peuvent aller coloniser de nouvelles surfaces, complétant ainsi le cycle. Dans le mode de vie du biofilm et selon ce modèle en cinq étapes, la phase "planctonique" peut alors être vue comme une phase de dispersion, tout comme le détachement « autogène » de plaques ou morceaux de biofilms, qui semble fortement influencé par la température, en eaux douces tempérées[34].

Chez l'animal et chez l'Homme[modifier | modifier le code]

Tous les organes internes creux communiquant avec l'environnement extérieur (bouche, tube digestif, vagin..) sont une niche écologique abritant un film d'organismes vivants plus ou moins riche. Ces organismes, bactériens notamment, coévoluent avec leur hôte et son système immunitaire. Ils jouent un rôle fonctionnel important pour l'organisme, dans la digestion par exemple (et tout particulièrement chez les ruminants). Ce sont parfois des symbiotes (mutualistes), ce sont parfois des pathogènes ou parasites, ou ils le deviennent lorsque des conditions de déséquilibre leur permettent de pulluler (ex : mycose survenant après traitement antibiotique). Chez l'animal on parle alors de « flore » (flore intestinale, flore vaginale…) ou de microbiote.
Certains animaux sont également extérieurement couverts d'un biofilm (le paresseux a les poils qui verdissent en raison d'une algue qui y vit).

Chez les plantes[modifier | modifier le code]

Surtout en zone tropicale, mais aussi en climat tempéré, un biofilm algual et bactérien, fongique et/ou lichénique existe sur les feuilles des arbres, les écorces et les racines. Certaines des bactéries qui le forment deviennent dans certaines circonstances (stress, gel, piqure d'insectes, etc) pathogènes, c'est le cas par exemple d'un pseudomonas commun (Pseudomonas syringae) dont certaines souches provoquent une maladie mortelle chez le marronnier (maladie émergente). Le biofilm bactérien et fongique se développe en été « en épiphyte » et prépare la bonne décomposition des feuilles avant même qu'elles ne tombent (à l'automne en climat tempéré, toute l'année en zone équatoriale).

Ressource alimentaire pour les animaux[modifier | modifier le code]

Les écotones des biofilms croissant sur des plantes ou sur les roches et le sédiment sont une des sources importantes de nourriture pour de nombreux oragnismes racleurs (invertébrés dont limaces, escargots, parfois aquatiques, escargots, poissons, crustacés…) ainsi que pour les organismes brouteurs de la méiofaune[39],[40], dont jeunes larves de chironomes, nématodes[41] qui y trouvent une source importante de carbone organique[42].

On a récemment montré[1] qu'ils pouvaient aussi l'être pour quelques vertébrés supérieur. L'étude conjointe d'enregistrements vidéo et du contenu stomacal et d'isotopes stables comme marqueurs a récemment (2008) montré qu'un bécasseau (Calidris mauri) peut abondamment brouter le biofilm superficiel intertidal et s'en nourrir (auparavant, ce type de biofilm était uniquement considéré comme une source de nourriture pour les invertébrés râpeurs et quelques poissons spécialisée). Dans ce cas, le biofilms constituait de 45 à 59 % de la ration alimentaire totale de l'oiseau. Et il fournissait environ la moitié (50 %) de son budget énergétique quotidien[1]. Il est possible que cette espèce puisse profiter d'une augmentation de l'épaisseur du biofilm due à l'eutrophisation générale de l'environnement.
Ce constat implique aussi une concurrence entre cet oiseaux de rivage avec les invertébrés herbivores consommateurs primaires qui exploitent aussi cette ressource, mais il est possible qu'en remuant la couche superficielle du sédiment, l'oiseau favorise la régénération naturelle du biofilm qui à marée haute peut alors être consommé par les invertébrés aquatiques[1]. En outre, étant donné les taux de "pâturage" individuels estimée à sept fois la masse corporelle par jour, et l'importance des groupes d'oiseaux en cause (dizaines de milliers d'individus), les oiseaux de rivage se nourrissant de biofilm pourrait avoir des impacts non négligeables à « majeurs » sur la dynamique sédimentaire[1]. Le dragage et le chalutage, l'apport de polluants piégés par le biofilm ou susceptible de l'altérer (pesticides, antifoulings, cuivre…) peut interférer avec la productivité de cette ressource. Les auteurs de cette étude soulignent « l'importance des processus physiques et biologiques de maintien du biofilm pour la conservation de certains oiseaux de rivage et des écosystèmes interditaux »[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Si les biofilms sont une source de contamination dans des secteurs tels que l'agro-alimentaire ou le médical, ils peuvent également être utilisés positivement

  • dans les procédés de traitement d'eaux usées. Ces procédés utilisent des supports fixes (lit fixe, biofiltre) ou mobiles (moving bed, lit fluidisé) sur lesquels peuvent se développer des biofilms qui participent au traitement de la pollution. Dans le traitement des eaux résiduaires urbaines, ce type de procédé peut remplacer le procédé à boues activées en réduisant la taille des bassins d'aération et en supprimant l'étape de décantation. Les biofiltres aérés sont cependant des procédés intensifs et les coûts énergétiques associés peuvent être plus élevés pour la même quantité de pollution traitée. On peut également utiliser les procédés à biofilm en digestion anaérobie (méthanisation), pour le traitement des eaux usées industrielles riches en matière organique (agro-alimentaire, papeterie, pharmacie, etc.).
  • D'autres usages sont envisageables dans le domaine de la lubrification sous l'eau ou des piles microbiennes (ex. : Projet BAGAM : Biofilms Amazonien issus de la biodiversité Guyanaise pour Applications en pile Microbiennes [43].
  • Dans la nature, ils peuvent servir de bioindicateurs et de marqueurs du degré de pollution chronique de leur habitat (Wanner, 2006).
    Et en tant que biointégrateurs, leur analyse physicochimique peut apporter d'intéressantes informations sur les contaminants présents dans l'environnement, par exemple pour les métaux, métalloïdes toxiques ou les pesticides[14], par exemple en zone de vignobles[44] (pesticides qui peuvent eux-mêmes modifier la composition du biofilm[45]).

Biofilms, pathogènes et santé publique[modifier | modifier le code]

Sur ou dans les organismes :

  • Sur la peau ou à l'intérieur des organismes vivants les biofilms bactériens ont un rôle la plupart du temps protecteur (ex : pour la digestion dans l'intestin, pour la protection de la peau) et accidentellement destructeurs ; Des biofilms pathogènes sont impliqués dans une large gamme de maladies infectieuses : 65 % des infections recensées chez l'Homme dans les pays développés sont causées ou entretenues par des biofilms, et plus de 80 % des infections bactériennes chroniques le sont[46]. Certaines maladies (ex : mucoviscidose) ou de mauvaises conditions environnementales favorisent la formation de biofilms source d'infections et surinfections.
  • Des biofilms peuvent aussi se développer sur des surfaces « inertes » du corps humains : les dents où ils forment la plaque dentaire chez tous ; mais aussi sur des prothèses (ce qui justifie les très strictes conditions des opérations d'implantation de celles-ci), ou des séquestres osseuses. Toute bactérie (même considérée comme n'étant pas pathogène en général) peut y former un biofilm et causer des fièvres (avec bactériémie) périodiques lors des phases de dispersion.

Exemples de maladies impliquant des biofilms :

Dans l'environnement :

  • Presque tous les biofilms peuvent abriter (ou piéger) des organismes pathogènes pour d'autres espèces, y compris dans les tuyaux d'eau chaude où l'on trouve des Legionella d'origine hydro-telluriques qui survivent au chlore dans les biofilms[47],[48] qui la protègent de la chloration et semble jouer un rôle important pour sa survie dans les installations[49]. On en trouve y compris dans les biofilms de réseaux d'eau domestiques, parfois associée à Pseudomonas aeruginosa[50]. Outre la nature de l'eau (acidité, minéralisation, teneur en matières organiques et nutriments), la température et le type de matériaux utilisés en plomberie jouent aussi un rôle important dans la formation des biofilms[51],[52]. En conditions difficiles (chaleur élevée, biocide, etc.), les Legionelles croissent mieux et plus vite quand elles sont cocultivées avec des amibes et en présence de cyanobactéries (qui modifient la teneur en nutriments du milieu)[47].
  • Dans l'eau, les biofilms bioaccumulent aussi des métaux, et peuvent dans une certaine mesure s'en « détoxiquer »[53]. Dans la nature, leur analyse peut révéler un stress métallique environnemental.
    Ainsi, après les crues ou pluies d'orages qui apportent des eaux de ruissellement polluées et/ou qui remanient les sédiments en remettant des métaux en suspension dans l'eau, les biofilms algaux d'étangs ou cours d'eau peuvent réagir rapidement[53] ; on y constate une augmentation rapide des taux de certains polluants après leur arrivée dans le milieu. Des polypeptides dits « phytochélatines » neutralisant au moins provisoirement les métaux en les chélatant[54], ce qui épure la masse d'eau, mais concentre ces polluants dans l'alimentation des racleurs tels que les escargots aquatiques ou certains poissons.

Biofilms et industrie[modifier | modifier le code]

Les biofilms sont utilisés pour leur capacité de filtration (biofiltres), mais posent problème dans certains process en étant source d'entartrement (pour l'industrie de l'extraction gazière et pétrolière, dans les conduites d'eau, sur les échangeurs thermiques[55], etc.)

Instrument permettant la détection et l'analyse de biofilms[modifier | modifier le code]

L'analyse du biofilm permet de retranscrire la composition de l'écosystème auquel le milieu est soumis. Il est maintenant possible de mesurer via des analyses potentiométriques des biofilms d'une épaisseur de l'ordre du micromètre. Cette analyse détermine d'élasticité du biofilm donnant un indice sur la proportion des phases minérales et organiques. Il est possible d'en déduire des stratégies de traitement et d'évaluer leur efficacité au cours du temps. L'appareil industriel permettant de faire ces mesures s'intitule le BioFilm Monitor. Il est développé par OrigaLys ElectroChem SAS en collaboration avec BIOmétriZ.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Tomohiro Kuwae, Peter G. Beninger, Priscilla Decottignies, Kimberley J. Mathot, Dieta R. Lund, Robert W. Elner. (2008) Biofilm grazing in a higher vertebrate : the westerne sandpiper, Calidris Mauri ; Ecology 89:3, 599-606 ; En ligne 2008-03-01 (résumé)
  2. (en) Costerton JW, Lewandowski Z, De Beer D, Caldwell D, Korber D, James G, « Minireview: biofilms, the customized microniche » Journal of Bacteriology 1994;176:2137–2142.
  3. a et b (en) Bridier A, Le Coq D, Dubois-Brissonnet F, Thomas V, Aymerich S, Briandet R, « The spatial architecture of Bacillus subtilis biofilms deciphered using a surface-associated model and in situ imaging » PLoS One. 2011;6(1):e16177. PMID 21267464
  4. Programme de recherche VASIREMI, soutenu par l'ANR blanc coordonné par l'université de La Rochelle (C. Dupuy) 2006-2010. Trophic web linked to microbial biofilm in intertidal mud flats
  5. (en) Costerton JW, Geesey GG, Cheng KJ, « How bacteria stick » Scientific American 1978;238:86-95
  6. (en) Lock M.A. « Attached microbial Communities in rivers » In: Aquatic Microbiology (ed. T.E. Ford). Blackwell Scientific Publications, Oxford, 1993, p. 113–138
  7. Michael Döring et Urs Uehlinger, « Les biofilms du Tagliamento » (l'un des derniers fleuves sauvages européens, en Italie), Eawag News 60f/juillet 2006, 3 p.
  8. Uhlich GA, Cooke PH, Solomon EB. ; Analyses of the red-dry-rough phenotype of an Escherichia coli O157:H7 strain and its role in biofilm formation and resistance to antibacterial agents. ; Appl Environ Microbiol. 2006 Apr;72(4):2564-72. (Résumé)
  9. Burmolle M, Webb JS et al. (2006) Enhanced biofilm formation and increased resistance to antimicrobial agents and bacterial invasion are caused by synergistic interactions in multispecies biofilms. Appl. Environ. Microbiol. 3916-3923]
  10. Freytet P (2003) Analyse d'un exemple de fossilisation d'une trace de pas de Dinosaure (Lias inférieur des Causses). Le Naturaliste Vendéen, 3, 63-67.
  11. Gall, J. C., Bernier, P., Gaillard, C., Barale, G., Bourseau, J. P., Buffetaut, E., & Wenz, S. (1985). Influence du développement d'un voile algaire sur la sédimentation et la taphonomie des calcaires lithographiques. Exemple du gisement de Cerin (Kimméridgien supérieur, Jura méridional français). Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 2, Mécanique, Physique, Chimie, Sciences de l'univers, Sciences de la Terre, 301(8), 547-552.
  12. Gall JC (1990) Les voiles microbiens. Leur contribution a la fossilisation des organismes au corps mou. Lethaia, 23(1), 21-28 (résumé).
  13. (en) Ryu JH, Beuchat LR. « Biofilm formation by Escherichia coli O157:H7 on stainless steel: effect of exopolysaccharide and Curli production on its resistance to chlorine » Appl Environ Microbiol. 2005;71(1):247-54. PMID 15640194
  14. a et b IRSTEA, Les biofilms, sentinelles des rivières, à propos de modélisation de biofilms par l'Irstea-Lyon, consulté 2012-08-01
  15. Stéphane Pesce, Ahmed tili et Bernard Montuelle, « Les biofilms aquatiques : dans quelle mesure permettent-ils de comprendre l'effet des pesticides sur le fonctionnement des cours d'eau ? Exemple en zone de vignoble » Ingénieries 2008;55-56:79-91.
  16. a, b, c et d (en) Uhlich GA, Cooke PH, Solomon EB « Analyses of the red-dry-rough phenotype of an Escherichia coli O157:H7 strain and its role in biofilm formation and resistance to antibacterial agents » Appl Environ Microbiol. 2006 Apr;72(4):2564-72. . (Résumé)
  17. Uhlich GA, Rogers DP, Mosier DA Escherichia coli serotype O157:H7 retention on solid surfaces and peroxide resistance is enhanced by dual-strain biofilm formation ; Foodborne Pathog Dis. 2010 Aug;7(8):935-43. (Résumé)
  18. Burmolle M, Webb JS & al (2006) Enhanced biofilm formation and increased resistance to antimicrobial agents and bacterial invasion are caused by synergistic interactions in multispecies biofilms. Applied and environmental Microbiology, 3916-3923
  19. (en) Ghigo JM, « Natural conjugative plasmids induce bacterial biofilm development » Nature 2001;412(6845):442-5. PMID 11473319
  20. Costerton, J. W., 2001, Cystic fibrosis pathogenesis and the role of biofilms in persistent infection. Trends Microbiol. 9:50-52
  21. a et b G.A. O'Toole, L. A. Pratt, P. I. Watnick, D. K. Newman, V. B. Weaver, and R. Kolter, 1999, Genetic approaches to study of biofilms. Methods Enzymol. 310:91-109
  22. Drenkard, E. 2003, Antimicrobial resistance of Pseudomonas aeruginosa biofilms. Microb. Infect. 5:1213-1219
  23. Aeschlimann, J. R. 2003, The role of multidrug efflux pumps in the antibiotic resistance of Pseudomonas aeruginosa and other Gram-negative bacteria: insights from the Society of Infectious Diseases Pharmacists. Pharmacotherapy 23:916-924
  24. De Kievit, T. R., M. D. Parkins, R. J. Gillis, R. Srikumar, H. Ceri, K. Poole, B. H. Iglewski, and D. G. Storey, 2001, Multidrug efflux pumps: expression patterns and contribution to antibiotic resistance in Pseudomonas aeruginosa biofilms. Antimicrob. Agents Chemother. 45:1761-1770
  25. Poole, K. 2001, Multidrug efflux pumps and antimicrobial resistance in Pseudomonas aeruginosa and related organisms. J. Mol. Microbiol. Biotechnol. 3:255-264
  26. Davies, D. G., M. R. Parsek, J. P. Pearson, B. H. Iglewski, J. W. Costerton, and E. P. Greenberg, 1998, The involvement of cell-to-cell signals in the development of a bacterial biofilm. Science 280:295-298
  27. Hall-Stoodley, L., J. W. Costerton, and P. Stoodley, 2004, Bacterial biofilms: from the natural environment to infectious diseases. Nat. Rev. Microbiol. 2:95-108
  28. Mah, T.-F., B. Pitts, B. Pellock, G. C. Walker, P. S. Stewart, and G. A. O'Toole, 2003, A genetic basis for Pseudomonas aeruginosa biofilm antibiotic resistance. Nature 426:306-310
  29. Parsek, M. R., and P. K. Singh, 2003, Bacterial biofilms: an emerging link to disease pathogenesis. Annu. Rev. Microbiol. 57:677-701
  30. Smith, R. S., and B. H. Iglewski, 2003, P. aeruginosa quorum sensing systems and virulence. Curr. Opin. Microbiol. 6:56-60
  31. W.C. Fuqua, S.C. Winans, E.P. Greenberg, 1994. Quorum sensing in bacteria: the LuxR-LuxI family of cell density-responsive transcriptional regulators. J Bacteriol 176: 269-275
  32. a, b et c Maria Dittrich, Philipp Kurz & Bernhard Wehrli, [The role of autotrophic picocyanobacteria in calcite precipitation in an oligotrophic lake] ; Geomicrobiology Journal, Volume 21, Issue 1, 2004 ; p. 45 à 53 ; DOI:10.1080/01490450490253455(résumé)
  33. Sabine Sibler et Maria Dittrich, Précipitation de calcite à la surface des cyanobactéries
  34. a et b Boulêtreau S., Sánchez-Pérez J.-M., Sauvage S., Lyautey E., Garabetian F, Détachement autogène : un contrôle de la dynamique des biofilms phototrophes en rivière sensible à la température (BRGM, Toulouse III)
  35. Oskar Wanner, La modélisation des biofilms: un outil de recherche ; Eawag ; Eawag News 60f/juillet 2006
  36. Wanner O., Eberl H.J., Morgenroth E., Noguera D.R., Picioreanu C., Rittmann B.E., van Loosdrecht, M.C.M. (2006), Mathematical modeling of biofilms. Scientific and Technical Report 18, IWA Publishing, London, 179 p.
  37. a, b, c et d La qualité de l'eau et assainissement en France : Rapport de l'OPECST no 2152 (2002-2003) de M. Gérard MIQUEL, fait au nom de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (PDF, 2,2 Moctets), déposé le 18 mars 2003, Voir Annexe 69 - Les membranes et l'eau potable, consulté 2011/02/27
  38. illustration en microscopie confocale à balayage laser (PLoS One. 2011 Jan 18;6(1):e16177., in The spatial architecture of Bacillus subtilis biofilms deciphered using a surface-associated model and in situ imaging déjà cité)
  39. Majdi, Nabil (2011), thèse d’État : La méiofaune du biofilm épilithique de rivière : dynamique et interactions trophiques ; Laboratoire d'Écologie Fonctionnelle et environnement (EcoLab), mai 2012, 176 pp (résumé)
  40. Majdi, N., B. Mialet, S. Boyer, M. Tackx, J. Leflaive, S. Boulêtreau, L. Ten-Hage, F. Julien, R. Fernandez & E. Buffan-Dubau (2012). The relationship between epilithic biofilm stability and its associated meiofauna under two patterns of flood disturbance. Freshwater Science 31: 38–50.
  41. Majdi N., M. Tackx, W. Traunspuger & E. Buffan-Dubau (2012). Feeding of biofilmdwelling nematodes examined using HPLC-analysis of gut pigment contents. Hydrobiologia 680: 219–232
  42. Majdi N., M. Tackx & E. Buffan-Dubau (soumis). Trophic positionning and microphytobenthic carbon uptake of biofilm-dwelling meiofauna in a temperate river
  43. P. Salvin (Univ. Des Antilles et de la Guyane), Présentation du projet BAGAM : Biofilms Amazonien issus de la biodiversité Guyanaise pour Applications en pile Microbiennes – AAP FRB 2009
  44. Stéphane Pesce, Ahmed Tlili et Bernard Montuelle, Les biofilms aquatiques : dans quelles mesures permettent-ils de comprendre l’effet des pesticides sur le fonctionnement des cours d’eau ? Exemple en zone de vignoble ; Revue Ingénierie-EAT no 55-56
  45. Aurélie Villeneuve, [ Effets conjoints de facteurs physiques (lumière et vitesse du courant) et chimiques (pesticides) sur la structure et la composition du périphyton : une approche multi-échelles] ; Thèse soutenue le 18 décembre 2008 (codirection Irstea-Inra), résumé. Le pesticide testé était le diuron
  46. Hall-Stoodley L, Costerton JW, Stoodley P (2004) Bacterial biofilms: from the natural environment to infectious diseases. Nat. Rev. Microbiol. 2(2): 95-108]
  47. a et b Declerck P (2010) Biofilms: the environmental playground of Legionella pneumophila. Environ Microbiol 12, 557-566.
  48. Lee HJ, Ho MR, Bhuwan M, Hsu CY, Huang MS, Peng HL, Chang HY (2010) Enhancing ATP-based bacteria and biofilm detection by enzymatic pyrophosphate regeneration. Analytical Biochemistry 399, 168-173
  49. Murga R, Forster TS, Brown E, Pruckler JM, Fields BS, Donlan RM (2001) Role of biofilms in the survival of Legionella pneumophila in a model potable-water system. Microbiology 147, 3121-3126.
  50. Moritz MM, Flemming HC, Wingender J (2010) Integration of Pseudomonas aeruginosa and Legionella pneumophila in drinking water biofilms grown on domestic plumbing materials. Int J Hyg Environ Health 213, 190-197.
  51. Rogers J, Dowsett AB, Dennis PJ, Lee JV, Keevil CW (1994) Influence of temperature and plumbing material selection on biofilm formation and growth of Legionella pneumophila in a model potable water system containing complex microbial flora. Applied and Environmental Microbiology 60, 1585-1592.
  52. Van der Kooij D, Veenendaal HR, Scheffer WJH (2005) Biofilm formation and multiplication of Legionella in a model warm water system with pipes of copper, stainless steel and cross-linked polyethylene. Water Research 39, 2789-2798
  53. a et b Renata Behra, "Influence des métaux sur les biofilms d’algues", Eawag News 60f/juillet 2006
  54. Wanner O, Bauchrowitz M (2006) Les biofilms sont omniprésents. EAWAG News 60 f: 4-7
  55. Oskar Wanner (2006), Les biofilms s’opposent à la récupération de chaleur, Eawag News 60e/July 2006, p. 31 à 32