Steve Winwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Winwood.

Steve Winwood

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Steve Winwood avec Traffic

Informations générales
Nom de naissance Stephen Lawrence Winwood
Naissance 12 mai 1948 (66 ans)
Birmingham
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur, musicien
Genre musical Rock, rock progressif, blue-eyed soul, blues rock, rock psychédélique
Instruments Orgue électronique, Guitare, Clavier, Violon, Batterie, Mandoline
Années actives Depuis 1963
Labels Fontana, Island, United Artists, Polydor, Virgin, Columbia,
Wincraft Music

Stephen Lawrence (« Steve ») Winwood (né le 12 mai 1948) à Birmingham est un compositeur, chanteur et multi-instrumentiste anglais. D'abord membre du Spencer Davis Group de 1964 à 1967, avec deux chansons N°1 en Grande-Bretagne, il fonde ensuite Traffic puis Blind Faith, avant de se lancer en solo en 1977, plaçant deux chansons en N°1 aux États-Unis, mi-1986 et mi-1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

En Angleterre, il fait partie très jeune de la scène rhythm and blues de Birmingham en jouant de l'orgue Hammond et de la guitare derrière de grands noms du blues comme Muddy Waters, John Lee Hooker, T-Bone Walker, Howlin' Wolf, B. B. King, Sonny Boy Williamson II, Eddie Boyd, Otis Spann, Chuck Berry et Bo Diddley, sur leurs tournées britanniques. Trop jeune pour travailler de nuit, il est souvent contraint de jouer dos au public[1].

À 15 ans, Winwood devient membre à plein temps du Spencer Davis Group, aux côtés de son frère Muff Winwood. Deux de ses titres atteignent la 1ère place des charts anglais : Keep On Runnin' (en décembre 1965), composée par Jackie Edwards, et Somebody Help Me (en mars 1966). Il écrit et enregistre Gimme Some Loving puis I'm A Man, puis quitte le groupe pour former Traffic avec Chris Wood, Jim Capaldi et Dave Mason.

Le manager de Traffic est Chris Blackwell, fondateur du label Island Records et grand propagateur du reggae, tandis que le producteur des deux premiers albums du groupe se nomme Jimmy Miller, qui produira ensuite Beggars Banquet pour les Rolling Stones.

Avec Eric Clapton, Winwood forme Blind Faith en 1969. De courte durée (2 ans), ce supergroupe se sépare après un mémorable concert gratuit dans Hyde Park, à Londres, suivi d'une tournée aux États-Unis, ayant enregistré un seul album studio.

Winwood reforme Traffic et le groupe enregistre avec lui huit albums studio et deux live. Des différends artistiques finissent par entraîner la séparation définitive du groupe en 1974.

En 1976, il enregistre un album expérimental avec Stomu Yamash'ta et Michael Shrieve (ex-batteur de Santana) intitulé GO, puis participe à sa tournée avec des musiciens tel que Al DiMeola (guitariste de Return To Forever) et Klaus Schulze (pionnier allemand des musiques électroniques) pour ne nommer que ceux-là. Cette expérience musicale eut un succès plutôt mitigé.

En 1977 sort enfin son premier album solo, baptisé tout simplement Steve Winwood. Cet album sera suivi de Arc Of A Diver (1980) et Talking Back To The Night (1982). Ces deux albums, sur lesquels Winwood tient l'ensemble des instruments, sont enregistrés dans sa maison du Gloucestershire.

Enregistré aux États-Unis et publié en juillet 1986, son quatrième album solo, Back In The High Life, remporte un franc succès, se vendant à 3 millions d'exemplaires en deux ans[2]. Un extrait, Higher Love, se classe N°1 au Billboard Hot 100, fin août 1986.

Il participe à la bande-son du film d'animation Balto, chien-loup, héros des neiges, film produit par le studio d'animation Amblimation et sorti en 1995, en interprétant le générique de fin, Reach for the light.

À l'apogée de son succès commercial, Winwood signe chez Virgin Records en 1987, pour 13 millions de dollars[3], puis publie les deux albums Roll With It (certifié double platine) suivi de Refugees Of The Heart. Fin juillet 1988, pendant 4 semaines d'affilée, le morceau-titre du premier se classe N°1 au Billboard Hot 100. En 1994, il enregistre un album avec Jim Capaldi sous le nom de Traffic, Far From Home, avant son dernier album chez Virgin Records, Junction Seven en 1997.

En 2003, Winwood sort un nouvel album studio, About Time, sur son nouveau label Wincraft Music. L'année 2004 voit sa chanson de 1982, Valerie, samplée par le DJ Eric Prydz, dans un titre appelé Call On Me, qui restera cinq semaines Numéro 1 des singles au Royaume-Uni.

En février 2009, Eric Clapton et Steve Winwood donnent un concert au Madison Square Garden, à New York. Le concert a été enregistré, suivi d'un double CD et d'un DVD, en mai[4]. Les deux anciens membres de Blind Faith se sont retrouvés sur scène, entre le 10 et le 30 juin 2009, pour une série de 14 concerts aux États-Unis, puis pour une tournée européenne au printemps 2010, avec un concert au POPB de Paris, le 25 mai.

Le 7 octobre 2010, Steve Winwood s'est produit avec son orchestre, à Paris, à Bobino.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1977: Steve Winwood
  • 1980: Arc of a Diver
  • 1982: Talking Back to the Night
  • 1986: Back in the High Life
  • 1988: Roll with It
  • 1990: Refugees of the Heart
  • 1997: Junction Seven
  • 2003: About Time
  • 2008: Nine Lives
  • 2010: Revolutions: The Very Best of Steve Winwood (compilation de 16 morceaux sur ses 45 ans de carrière)

Avec Traffic[modifier | modifier le code]

Albums studio
  • Slide King Gabovski (1967)
  • Mr. Fantasy (1967)
  • Traffic (1968)
  • Last Exit (Face A) (1969)
  • Here We Go Round the Mulberry Bush (Bande originale du film, avec le Spencer Davis Group) (1968)
  • John Barleycorn Must Die (1970)
  • The Low Spark of High Heeled Boys (1971)
  • Shoot Out at the Fantasy Factory (1973)
  • When the Eagle Flies (1974)
  • Far From Home (Winwood/Capaldi), (1994)
Albums Live
  • Last Exit (Face B live à Fillmore West) (1969)
  • Welcome to the Canteen (1971)
  • On the Road (1973)
  • Last Great Traffic Jam (2005)

Quelques Best of[modifier | modifier le code]

  • The Best of Traffic (1969)
  • Feeling alright (The very best of Traffic)
  • Smiling Phases (double, 1991)

Avec Blind Faith[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Steve Winwood en 2005.

Steve Winwood a enregistré avec Jimi Hendrix sur le fameux Electric Ladyland, avec Lou Reed sur le non moins fameux Berlin, avec Marianne Faithfull sur deux de ses albums, pour ne citer que les artistes les plus connus, et avec nombre de bluesmen.

Sauf autre mention, il tient les claviers sur l'ensemble de l'album :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chris Welch with Steve Winwood, Keep On Running : The Steve Winwood Story, Omnibus Press, 1989
  2. http://www.riaa.com/goldandplatinumdata.php?table
  3. Fred Bronson, The Billboard Book of Number One Hits, revised and updated fourth edition, Billboard Books, 1997, p. 705
  4. http://www.nostalgie.fr/musique-422/sorties-cd-450/article/9642-eric-clapton-and-steve-winwood.html
  5. Collectif, Les dieux du blues, Éditions Atlas,‎ 1995, 312 p. (ISBN 2731217901), p. 194

Liens externes[modifier | modifier le code]