Bobby Keys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bobby Keys

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bobby Keys, 2009.

Informations générales
Naissance 18 décembre 1943
Slaton, Texas
États-Unis
Décès 2 décembre 2014 (à 70 ans)
Franklin, Tennessee
États-Unis
Genre musical rock
Instruments saxophone
Années actives années 1950 — années 2010

Bobby Keys est un saxophoniste américain, né le 18 décembre 1943 à Slaton (Texas), et mort le 2 décembre 2014 à Franklin (Tennessee). L'essentiel de sa carrière est centrée autour des Rolling Stones, avec lesquels il joue à partir de 1969, en tournée et sur leurs albums (jouant notamment le célèbre solo de saxophone ténor du titre Brown Sugar) jusqu'en 1973 où il est écarté du groupe en raison de ses excès. Il retourne à leurs côtés en 1982 et participe à tous leurs concerts jusqu'à la tournée 14 On Fire, l'année de son décès. Né le même jour que Keith Richards, ce dernier le considère comme « son plus grand ami ».

Actif depuis les années 1950, Bobby Keys apparaît également sur de nombreux albums de divers artistes comme The Who, George Harrison, Eric Clapton ou encore Joe Cocker.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bobby Keys naît à Slaton, dans le comté de Lubbock au Texas. Il est élevé par ses grands-parents. Ne sachant pas lire la musique, il apprend seul à jouer du saxophone[1],[2]. À l'âge de quatorze ans, il fait la connaissance de Buddy Holly, lui aussi originaire de Lubbock, et du saxophoniste King Curtis[3]. Durant son adolescence, il accompagne le chanteur Bobby Vee durant la tournée Caravan of Stars organisée par l'animateur de télévision Dick Clark[4].

Avec les Rolling Stones[modifier | modifier le code]

En 1964, Keys découvre les Rolling Stones lors d'un concert donné par le groupe britannique à San Antonio[5]. Avec le trompettiste Jim Price, il fait partie des musiciens recrutés pour leur tournée de 1969[3]. À partir de la fin des années 1960, le saxophoniste participe à l'enregistrement de plusieurs albums des Stones, dont Let It Bleed en 1969, Sticky Fingers en 1971 et Exile on Main Street en 1972[4]. Le célèbre chorus de saxophone sur le titre Brown Sugar est considéré comme sa contribution la plus marquante[6]. Bobby Keys accompagne également le groupe sur scène. Né le même jour que Keith Richards, il devient l'un de ses amis proches, mais ses excès provoquent son renvoi en 1973. Au cours des années 1980, il repart en tournée avec les Stones et se produit régulièrement avec eux jusqu'à ce que sa santé l'en empêche[1],[4].

Autres collaborations[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Keys joue pour de nombreux artistes, dont The Who, B. B. King, John Lennon, Eric Clapton, ou encore Barbra Streisand[1],[5]. Il participe notamment à l'enregistrement des albums Mad Dogs and Englishmen (en) de Joe Cocker, All Things Must Pass de George Harrison, ou encore Cosmic Wheels de Donovan[2],[7].

En 1979, il monte sur scène avec le groupe The New Barbarians fondé par Ron Wood[8]. Entre 1982 et 1989, les Rolling Stones interrompent leurs tournées. Dans l'intervalle, Keys joue au sein du groupe de Joe Ely[5]. Il fonde Bobby Keys and the Suffering Bastards avec Dan Baird des Georgia Satellites (en), Robert Kearns, un ancien de Lynyrd Skynyrd, et Steve Gorman des Black Crowes[7],[9].

Disques solo[modifier | modifier le code]

En 1972, Warner Bros. édite l'album Bobby Keys, enregistré par le saxophoniste et ses invités. Le disque réunit deux ex-Beatles, George Harrison et Ringo Starr, et des amis du musicien, dont Jack Bruce, le trompettiste Jim Price et le pianiste Nicky Hopkins. Il est suivi par un 45-tours, Gimme the Key, sorti en 1975[7],[8].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Durant les années 1980, Ron Wood ouvre la boîte de nuit Woody’s on the Beach à Miami Beach et engage Bobby Keys en tant que directeur musical[1],[7]. En 2012, Keys publie son autobiographie, Every Night's a Saturday Night, écrite en collaboration avec le journaliste Bill Ditenhafer[3].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Keys découvre le Rock 'n' roll grâce à Buddy Holly. Il est influencé par des saxophonistes comme Arnett Cobb et King Curtis. Dans les années 1970, son saxophone fait partie intégrante du « son » des Rolling Stones[5].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Bobby Keys (Warner)

45-tours[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Gimme the Key

En tant qu'accompagnateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Matt Schudel, « Bobby Keys, longtime saxophonist with the Rolling Stones, dies at 70 », The Washington Post,‎ 2 décembre 2014
  2. a et b (en) Steve Chagollan, « Rolling Stones Saxophonist Bobby Keys Dies at 70 », Variety,‎ 2 décembre 2014
  3. a, b et c (en) Joel Selvin, « Saxophonist Bobby Keys rolls with rock's royalty », San Francisco Chronicle,‎ 23 avril 2012
  4. a, b et c (en) Patrick Doyle, « Rolling Stones Saxophonist Bobby Keys Dead at 70 », Rolling Stone,‎ 2 décembre 2014
  5. a, b, c et d (en) Michael Corcoran, « Sax & Drugs & Rock & Roll », Texas Monthly,‎ décembre 2012
  6. Olivier Nuc, « Bobby Keys, le saxophoniste des Rolling Stones est mort », Le Figaro,‎ 2 décembre 2014
  7. a, b, c et d Sylvain Siclier, « Mort du saxophoniste des Rolling Stones, Bobby Keys », Le Monde,‎ 2 décembre 2014
  8. a et b (en) Steve Huey, « Biographie de Bobby Keys », Allmusic
  9. (en) Doug Pullen, « Bobby Keys rolls memories into rock 'n' roll book », El Paso Times,‎ 13 mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]