Frette (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frette.
Frettes métalliques ; l'espace entre deux frettes se réduit de plus en plus vers le bas du manche (ie. vers la gauche sur l'image)
Un accord de do majeur. Il est obtenu grâce au positionnement des doigts entre les trois premières frettes de la guitare

Les frettes sont des éléments de certains instruments de musique à cordes et à manche comme la guitare, la mandoline ou le banjo. Elles font partie intégrante du manche, étant serties dans la touche. Chaque frette correspond à une partie surélevée de la touche ; elle permet de choisir la longueur de corde qui va entrer en vibration entre le chevalet et elle, donc de varier les notes jouées. Il s'agit donc d'une pièce fondamentale de nombreux instruments.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à l'époque romantique, on utilisait au lieu des frettes des ligatures faites de cordes en boyau nouées autour du manche. Ces ligatures, montées sur les violes, luths, théorbes et guitares baroques, offraient une relative mobilité, permettant d'adapter la justesse de l'instrument en fonction des fréquentes irrégularités de diamètre des cordes, voire de modifier le tempérament.

Avec le développement des techniques de tréfilage des métaux, il est devenu possible de monter des cordes d'acier plus régulières et beaucoup plus sonores, mais dont la dureté excluait l'emploi des ligatures traditionnelles en boyau. Ce changement semble avoir été initié à la fin du XVIIIe siècle en Italie. Il a entraîné l'abandon des luths classiques mais permis la floraison des guitares et mandolines.

Les frettes étaient fréquemment en laiton autrefois, mais au cours de la seconde moitié du XXe siècle les alliages type maillechort (nickel silver) ou cupro-nickel se sont généralisés.

Disposition[modifier | modifier le code]

Les frettes sont placées à des intervalles déterminés tout le long du manche. Ces intervalles sont calculés pour reproduire le schéma d'un tempérament.

Pour la plupart des guitares, il s'agit du tempérament égal, qui divise l’octave en douze intervalles chromatiques, les demi-tons. Dans ce cas de figure, le rapport des distances entre deux frettes consécutives et le chevalet est \sqrt[12]{2} soit environ 1,059463.

Dans la famille des violes (viole de gambe), le musicien peut accorder les frettes selon le tempérament voulu en les déplaçant légèrement sur le manche. Cette technique est essentielle pour des musiques qui se jouent dans de multiples tempéraments inégaux.

D’autres instruments mettent en œuvre un tempérament inégal ou un tempérament par division multiple, tels que le sitar indien, le tambur ou le bağlama turcs — qui possèdent des frettes mobiles permettant de faire varier le tempérament employé.

Dans tous les cas, l'instrumentiste jouant d'un instrument fretté appuie sur une corde avec ses doigts de façon à la plaquer à la fois entre et contre les deux frettes délimitant une case du manche. Il règle par ce procédé la longueur vibrante de la corde, donc la hauteur du son émis. La corde, bloquée au niveau du chevalet, reste libre jusqu'à rencontrer la première frette contre laquelle la pression du doigt la plaque. Cette longueur respecte le schéma d'un tempérament et donne une note fixe.

Difficultés et techniques de jeu[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Exemple sonore d'un mi joué proprement, puis avec la corde de la qui frise, sur une guitare électrique munie de frettes (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Les frettes facilitent la justesse du jeu en imposant des intervalles. Les accords, notamment, sont très simples à construire — mais les positions des doigts ne sont pas toujours triviales.

En contrepartie, elles limitent évidemment le nombre des notes que le musicien peut jouer. Elles peuvent également faire « friser » les cordes si le positionnement des doigts est mauvais, c'est-à-dire engendrer un son nasillard car la corde glisse et rebondit faiblement sur la surface de la frette.

Quelques techniques tirent partie de la frette. Le bend consiste à faire glisser une corde plaquée contre une frette perpendiculairement à celle-ci, de façon à augmenter la hauteur de la note.

La frette peut aussi être utilisée comme un élément percussif, par exemple sur les basses électriques. La technique du slap consiste à frapper une corde afin de la faire rebondir contre une frette, ce qui provoque un son percussif accompagné de la vraie note correspondant à la case désignée par la frette. Cette technique est devenue courante dans plusieurs genres musicaux, notamment le funk.

Elle est également réalisable sur des instruments fretless (dépourvus de frettes), mais la sonorité ne possède pas le même claquant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Parlure québécoise[modifier | modifier le code]

  • En parlure québécoise, l'expression « Il fait frette. » rapporte un froid intense.