Charlie Watts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charlie Watts

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Charlie Watts en 2008.

Informations générales
Naissance 2 juin 1941 (73 ans)
Wembley, Middlesex
Genre musical Blues rock, rock psychédélique, rock'n'roll
Années actives 1961 - aujourd'hui

Charlie Watts, de son vrai nom Charles Robert Watts (né le 2 juin 1941 à Wembley dans le Middlesex, en Angleterre) est un musicien, batteur des Rolling Stones depuis 1963.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charlie Watts le 4 mai 1965.

Charlie Watts a grandi à Islington, où son père était employé à la British Railways, et a étudié l'art graphique à la Tyler's Croft Secondary Modern School (en) puis est devenu lettriste à la Harrow School Of Art (en)[1].

À ses débuts, en 1961, Charlie Watts joue dans un groupe amateur, Blues Incorporated d'Alexis Korner et Cyril Davies, comprenant de nombreux musiciens de passage, allant et venant, dont Mick Jagger au chant, Ginger Baker à la batterie et Jack Bruce à la contrebasse[2]. Pour gagner sa vie, Charlie est parallèlement dessinateur dans une agence de publicité.

Watts laissera définitivement sa place de batteur à Ginger Baker et deviendra batteur professionnel avec les Rolling Stones en 1963, remplaçant Mick Avory[3].

Taciturne, tranquille, Watts reste très loin de toute l'agitation du groupe[4]. Bill Wyman, grand chroniqueur des Rolling Stones, assure qu'il ne lui a jamais connu ni assuétude à une quelconque drogue[5] ni femme autre que la sienne, Shirley Shieffield, qu'il épousa le 14 octobre 1965[6], avec qui il aura une fille, Seraphina, en 1968. Lors des tournées, il se détend en dessinant les chambres d'hôtel dans lesquelles il se retrouve après chaque concert.

Musicalement, il est très attiré par le jazz, son premier amour. Lorsqu'il a commencé à travailler avec les Stones, il ne savait pas quel genre de musique ils jouaient. Pour lui, « le r'n'b[7], est un blues rapide joué en shuffle, dans le style Chicago »[8]. Son approche différente de la musique que jouent les Stones fera partie intégrante du "son" caractéristique du groupe.

Charlie Watts a également enregistré des disques de jazz sous son nom, musique dont il est grand amateur. En 1971, il assure la partie rythmique de l'album London Sessions de Howlin' Wolf pour lequel jouent aussi Eric Clapton, Steve Winwood et Bill Wyman[9]. Il a aussi édité un petit ouvrage de dessins consacré à Charlie Parker. Son style particulier est influencé par le jazz et est caractérisé par une technique peu démonstrative (il dit détester les solos), mais avec une fiabilité et un « groove » qui en font un musicien respecté et admiré de ses pairs.

Très respecté par les autres membres du groupe, il a droit à une ovation particulière à chaque concert des Stones. À noter, à la fin du concert d'Altamont en 1969, le tonnerre d'applaudissements qui a fait exploser l'applaudimètre, approximativement 32 minutes 9 secondes d'applaudissements, record encore à battre.[réf. nécessaire]

Charlie Watts, en raison de la passion de sa femme pour les chevaux, est devenu éleveur de pur-sang arabes, sous l'affixe Halsdon.

Discographie[modifier | modifier le code]

Rolling Stones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rolling Stones.

Solo[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Rocket 88 - Rocket 88 Avec Jack Bruce, Ian Stewart, Alexis Korner et d'autres invités. Enregistré live au Rotation club (Hanover, Allemagne), en novembre 1979.
  • 1986 : The Charlie Watts Orchestra - Live At Fulham Town Hall
  • 1986 : Charlie Watts - Vol pour Sidney (deux titres de Sidney Bechet avec Lol Coxhill, Evan Parker, Brian Lemon (en), Dave Green (en) - les autres participants sont Elvin Jones, Michel Doneda, Taj Mahal, The Lonely Bears (en), Lee Konitz etc.)
  • 1992 : Charlie Watts Quintet - Tribute To Charlie Parker
  • 1993 : Charlie Watts Quintet - From One Charlie
  • 1996 : Charlie Watts - Long Ago & Far Away. Enregistré le 11 juin 1996 avec The London Metropolitan Orchestra.
  • 2000 : Charlie Watts - Jim Keltner - Charlie Watts/Jim Keltner Project
  • 2004 : Charlie & The Tentet Watts - Watts At Scott’s ; album jazzy avec des reprises de Duke Ellington ou de Miles Davis, et une étonnante version de Satisfaction.
  • 2009 : The ABC of Boogie Woogie - A-Axel Zwingenberger, B-Ben Waters & C-Charlie Watts - live concerts en Britannie
  • 2010 : Charlie Watts & Axel Zwingenberger & Dave Green - The Magic of Boogie Woogie (CD pour Vagabond Records)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. François Bon, Rolling Stones, une biographie, 2002, p. 237.
  2. ces deux derniers créeront Cream avec Eric Clapton en 1966
  3. , un de leurs batteurs occasionnels lequel intégrera les Kinks.
  4. « Personnellement je détestais ça. On nous traquait jusque dans les pâtisseries et tout ça. (...) je n'ai jamais aimé cette incapacité à sortir normalement d'un lieu, c’est-à-dire par la porte principale. Encore aujourd'hui, je ne comprends pas à quoi ça rime. Et c'est pire pour Mick que pour moi. » dans The Rolling Stones, Une vie sur la route.
  5. Charlie avoue tout de même avoir traversé une periode difficile dans les années 80, dans le livre Selon les Rolling Stones
  6. François Bon, Rolling Stones, une biographie, 2002, p. 488.
  7. nom donné à cette époque à toute la musique noire, excepté le Jazz ; les Stones se réclamaient du r'n'b
  8. Livre Selon les Rolling Stones
  9. Collectif, Les dieux du blues, Éditions Atlas,‎ 1995, 312 p. (ISBN 2731217901), p. 194

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :