Article 18 de la Constitution de la Cinquième République française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’article 18 de la Constitution de la Ve République précise les modalités de message du président de la République aux deux assemblées du Parlement.

Texte[modifier | modifier le code]

« Le Président de la République communique avec les deux assemblées du Parlement par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat.

Il peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote.

Hors session, les assemblées parlementaires sont réunies spécialement à cet effet.»

— Article 18 de la Constitution du 4 octobre 1958[1]

Les échanges entre le président de la République et le Parlement[modifier | modifier le code]

Avant les modifications de la constitution de 2008, le président ne pouvait que faire lire des messages par le président d’une assemblée. Cette contrainte était héritée du « cérémonial chinois » qui avait été imposée à Thiers sous la Troisième République par la loi de Broglie en 1873, puis repris par la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875 sur les rapports des pouvoirs publics (article 6) et sous la Quatrième République par la Constitution du 27 octobre 1946 (article 37)[2].

Sous la Cinquième République, ceci s'est produit à 18 reprises[2] :

La révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 a donné la possibilité au président de venir s'exprimer de vive voix devant le Parlement réuni en congrès. Sa déclaration ne peut toutefois faire l'objet d'un vote et les parlementaires ne peuvent lui répondre en sa présence. Cette nouvelle disposition s'est appliquée pour la première fois le 22 juin 2009 par la prise de parole de Nicolas Sarkozy au château de Versailles.

Le président Nicolas Sarkozy ayant envoyé le 26 juillet 2011 un courrier à chaque parlementaire français, cette initiative a été jugée contraire à la Constitution par le député Henri Emmanuelli, au motif que l'article 18 définirait de manière limitative les procédures par lesquelles le président peut s'adresser aux parlementaires. La position des constitutionnalistes varie sur cette question[3], tandis que le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a considéré que rien n'interdisait au président de s'adresser, comme il l'entend, à chacun des parlementaires[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]