Naufrage du Titanic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le naufrage du Titanic a mis fin à la traversée inaugurale du RMS Titanic, un paquebot qui devait relier Southampton à New York. Il se déroule dans la nuit du 14 au 15 avril 1912 dans l'océan Atlantique Nord au large de Terre-Neuve. Le navire heurte un iceberg sur tribord avant le 14 avril 1912 à 23 h 40 et coule en moins de trois heures, à 2 h 20. Entre 1 490 et 1 520 personnes périssent, ce qui fait de ce naufrage l'une des plus grandes catastrophes maritimes en temps de paix et la plus meurtrière pour l'époque. De nombreuses personnalités décèdent durant le naufrage, parmi lesquelles Benjamin Guggenheim et John Jacob Astor.

Le Titanic est un paquebot transatlantique britannique de la White Star Line, construit sous l'initiative de Bruce Ismay en 1907, et conçu par l'architecte Thomas Andrews des chantiers navals de Harland & Wolff. Sa construction débute en 1909 à Belfast et se termine en 1912. C'est le plus luxueux et le plus grand paquebot jamais construit au moment de son lancement. Sa construction fait suite à celle d'un navire quasiment identique, l'Olympic. Le Titanic est pourvu de seize compartiments étanches servant à protéger le navire d'avaries importantes. Les médias lui donnent ainsi une image de navire fiable, même si, contrairement à la légende diffusée après le naufrage, il n'a jamais été considéré comme insubmersible[Note 1],[1],[2].

Le naufrage a été un choc dans le monde entier, et notamment à New York et en Angleterre. Après le naufrage, plusieurs commissions d'enquête ont été menées et leurs conclusions ont servi à améliorer la sécurité maritime, notamment grâce à de nouvelles réglementations. Plusieurs facteurs se conjuguent pour expliquer à la fois le naufrage et le nombre élevé des passagers à ne pas y avoir survécu. Le navire ne disposait pas de canots de sauvetage en nombre suffisant et l'équipage n'avait jamais été entraîné à gérer ce type d'événement. De ce fait, l'évacuation des passagers a été mal organisée et les canots ont été sous-chargés. Le comportement du commandant Edward Smith a aussi été dénoncé, notamment parce qu'il avait maintenu le paquebot à une vitesse trop élevée compte tenu des conditions de navigation. Les circonstances météorologiques et climatiques ont également joué un rôle déterminant.

Avant le naufrage[modifier | modifier le code]

Article connexe : Titanic.

Traversée[modifier | modifier le code]

Itinéraire prévu pour le RMS Titanic.
Article détaillé : Traversée inaugurale.

Le Titanic appareille de Southampton en Angleterre le 10 avril 1912 à midi[3]. Il atteint ensuite Cherbourg en France à 18 h 30, puis Queenstown en Irlande le 11 avril 1912 à 11 h 30[B 1]. Les Irlandais qui embarquent à ce moment-là sont en grande majorité des passagers de 3e classe immigrant vers les États-Unis[B 1]. Il y a alors environ 2 200 passagers à bord du Titanic. Il est cependant impossible de déterminer exactement le nombre de personnes à bord du navire à cause des annulations de dernières minutes, et de la présence de passagers clandestins[B 1].

Article détaillé : Passagers du Titanic.

Thomas Andrews, l'architecte du Titanic est le premier passager à monter à bord du paquebot à Southampton[B 2]. Bruce Ismay, le président de la White Star Line embarque un peu plus tard. Beaucoup de passagers célèbres prennent également place à bord dans ce port, parmi lesquels Isidor Straus, le propriétaire des grands magasins Macy's à New York[4]. À Cherbourg, d'autres passagers importants embarquent, parmi lesquels John Jacob Astor, un homme d'affaires qui est le plus fortuné des passagers[5], ainsi que Margaret Brown, une militante des droits de l'homme[6], et Benjamin Guggenheim, un magnat de l'industrie du cuivre qui voyage avec sa maîtresse[7].

Signalement d’iceberg[modifier | modifier le code]

L'un des icebergs soupçonnés d'être celui qui a été heurté par le Titanic[F 1].

Le 14 avril, alors que le Titanic a déjà parcouru 1 451 milles (2 687 kilomètres), le Caronia signale, vers 9 h 00, des glaces à 42°N, 49°O jusqu'à 51°O[8]. En début d'après-midi, trois navires, le Baltic, l’America et le Noordam signalent des glaces à peu près au même endroit[9]. En soirée, un cinquième navire, le Californian, envoie le même message[10] mais le commandant n'en tient pas compte et le paquebot est poussé à sa vitesse maximum, probablement dans l'objectif de battre le record de l’Olympic (ou tout simplement pour impressionner la presse). À 19 h 30, le paquebot reçoit trois nouveaux messages du Californian lui signalant de grands icebergs[10]. À 21 h 40, alors que la température n'est plus que de quelques degrés, le Mesaba, envoie lui aussi un signalement de glaces mais ce dernier n'est pas remis aux veilleurs du nid-de-pie[9]. À 22 h 00, les deux veilleurs de quart sont remplacés par Frederick Fleet et Reginald Lee, la température extérieure devient nulle ainsi que celle de l'eau une demi-heure plus tard. À 22 h 55, le Californian, alors pris dans la glace à 20 milles au nord du Titanic, envoie un message à tous les navires alentour. Sur le Titanic, il est intercepté par l'opérateur radio qui répond « Dégagez ! Taisez-vous ! Je suis en communication avec Cap Race ! »[11]. Une demi-heure plus tard, l'opérateur radio du Californian éteint son poste[10].

Déroulement du naufrage[modifier | modifier le code]

Collision[modifier | modifier le code]

Illustration montrant l'hypothèse selon laquelle l'iceberg découpa une balafre dans la coque, hypothèse contredite avec la découverte de l'épave en 1985.

À 23 h 40, par 41°46' N et 50°14' O[12], alors que le Titanic avance à 22,5 nœuds (41,7 km/h)[13], le veilleur Frederick Fleet aperçoit un iceberg droit devant à moins de 500 mètres et s'élevant à environ 30 mètres[14] au-dessus du niveau de l'eau, il sonne la cloche trois fois[Note 2] et téléphone immédiatement à la passerelle[F 2]. Le 6e officier James Paul Moody reçoit l'appel et transmet immédiatement le message au 1er officier William Murdoch, alors de quart. Celui-ci essaie de faire virer le navire vers bâbord (à gauche), et donne donc l'ordre de mettre la barre à droite : « Hard a'starboard »[F 2],[Note 3]. Cependant il existe un débat quant aux ordres exacts qui ont été donnés aux mécaniciens. Selon l'officier Boxhall, Murdoch a ordonné de mettre immédiatement les machines en arrière toute (« Full astern »)[F 2], mais selon d'autres témoignages, Murdoch a fait stopper les machines. Le chef chauffeur Frederick Barrett déclare quant à lui que le transmetteur d'ordres indiquait « Stop »[15]. Le personnel de la salle des machines témoigne également unanimement dans ce sens[16].

Environ 37 secondes plus tard, le navire vire mais heurte l'iceberg par tribord[13], le choc fait alors sauter les rivets et ouvre ainsi une voie d'eau dans la coque sous la ligne de flottaison[13]. Les portes étanches sont alors immédiatement fermées par Murdoch afin d'éviter un envahissement plus important. Mais l'eau commence à remplir les cinq premiers compartiments du bateau[F 3]. Or, le Titanic ne peut flotter qu'avec au maximum quatre de ses compartiments avant remplis d'eau[F 4]. De plus, les cloisons ne couvrent pas toute la hauteur du navire. Ainsi, une fois les premiers compartiments pleins, ils vont se déverser dans les suivants, notamment par Scotland Road, coursive qui parcourt le navire sur presque toute sa longueur, sur le pont E, juste au-dessus des cloisons étanches. L'étrave commence dès lors à s'enfoncer (le navire prend une assiette négative). À 23 h 50, le niveau de la mer est déjà monté de 4 mètres à l'avant, les cinq premiers compartiments étanches commencent à être inondés ainsi que la chaufferie no 5[F 5].

État des lieux[modifier | modifier le code]

Le choc avec l'iceberg est perçu par le commandant Smith qui se trouve dans sa cabine. Il se rend alors immédiatement sur la passerelle et se fait informer de la collision par Murdoch. Il ordonne alors de stopper les machines et envoie le 4e officier Joseph Boxhall s'informer des dégâts. Cependant l'officier qui fait une inspection rapide ne remarque rien et rassure le commandant. Ce dernier demande pourtant une inspection plus détaillée au charpentier qui découvre une voie d'eau[F 6]. *

Les différentes étapes du naufrage du Titanic

Le commandant fait alors appel à Thomas Andrews, l'architecte du paquebot, et les deux hommes partent faire leur inspection. Ils découvrent que la salle de tri du courrier est inondée. Andrews comprend alors que cinq compartiments sont déjà envahis, ce qui condamne le navire. Il établit alors un pronostic, le navire coulera dans une heure ou deux tout au plus[F 4]. À 0 h 05, le court de squash, 10 mètres au-dessus de la quille, est sous l'eau. À 0 h 20, l'eau envahit déjà les quartiers de l'équipage à l'avant du pont E[F 7].

Signaux de détresse[modifier | modifier le code]

Le commandant Edward Smith fait transmettre les messages de détresse à Jack Phillips.

À 0 h 10, le 4e officier Boxhall estime la position du navire à 41°46'N, 50°14'O. À 0 h 15, le premier appel de détresse est envoyé en signal CQD[17] (Come Quickly Danger) par TSF sur la longueur d'onde des 600 mètres[18]. À 0 h 45 le signal CQD est transformé en SOS et le RMS Carpathia, un navire ayant capté le signal de détresse fait route à toute vapeur, mais ce navire est lent (voguant généralement à 15 nœuds, il bat ses records cette nuit là en atteignant 17,5 nœuds, mais reste bien plus lent que les autres navires) et la présence de glaces le ralentit encore plus[F 8].

Divers navires ont apparemment aperçu ou entendu ces signaux. Effectivement, un officier de quart aurait aperçu les fusées de détresse du Titanic mais n'en a pas compris leur signification d'urgence. Sur le Californian, l'opérateur radio est parti se coucher peu avant l'instant où le message de détresse du Titanic a été envoyé[19]. Parmi les navires ayant bien reçu le SOS, l’Olympic (bateau jumeau du Titanic) se trouve à plus de 500 milles (926 km) et il lui est de fait impossible d'arriver à temps, le Mount Temple se trouve à 49 milles (90 km)[Note 4], le Frankfurt à 153 milles (285 km), les navires Birma, Baltic et Virginian sont respectivement à 70, 243 et 170 milles, le Carpathia étant seulement à 58 milles (107 km), c'est lui qui tente de porter secours au Titanic[20].

À intervalles réguliers et ceci jusqu'à 1 h 40, des fusées de détresse sont envoyées[21]. Il en est de même pour les SOS qui sont envoyés jusqu'à 2 h 17[F 9].

Évacuation des passagers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canots de sauvetage du Titanic.

Organisation[modifier | modifier le code]

Illustration du naufrage du Titanic.
Dessin du naufrage du Titanic publié dans The Syracuse Herald.

À 0 h 05, le commandant fait rassembler l'équipage et enlever les tauds des embarcations[F 10]. Pendant ce temps, en première classe, seuls quelques passagers se sont rendu compte que le navire avait stoppé ses machines. Les stewards passent alors dans les cabines pour inviter les passagers à mettre des vêtements chauds et un gilet de sauvetage puis leur demandent de se rendre sur le pont des embarcations. Afin de rassurer les passagers, l'équipage leur assure qu'il s'agit d'un exercice. Seuls quelques passagers se dirigent vers le pont des embarcations pour monter dans un canot. Et la majorité ne s'inquiète pas et reste un long moment à l'intérieur du navire[F 11].

L'évacuation des passagers dans les canots est organisée de la façon suivante : le 1er officier William Murdoch est chargé de tous les canots situés à tribord (c'est-à-dire tous les canots portant un chiffre impair en plus des canots A et C) et le 2e officier Charles Lightoller est chargé de tous les canots situés à bâbord (tous les canots portant un chiffre pair en plus des canots B et D)[F 12].

Pour assurer la bonne organisation de l'évacuation, il est vital de maintenir l'énergie électrique du navire le plus longtemps possible. Cependant l'eau froide s'introduisant dans le navire risque de faire exploser les chaudières à cause du choc de température. Les chauffeurs sont donc mobilisés pour évacuer les vapeurs d'eau contenues dans les chaudières[F 13]. La vapeur purgée par les cheminées du Titanic crée un bruit assourdissant sur le pont des embarcations, et les opérateurs radio sont gênés pour émettre les messages de détresse. Les officiers occupés à préparer les canots sont alors obligés de hurler ou de communiquer par signes[F 14]. Les bruits diminuent ensuite progressivement, jusqu'à disparaître vers 0 h 40.

Lent début d’évacuation[modifier | modifier le code]

À 0 h 25, l'ordre est donné de faire monter les femmes et les enfants en premier dans les canots de sauvetage[F 15]. Au même moment l'orchestre se met à jouer à l'avant du pont des embarcations sur ordre du commandant Smith qui veut ainsi éviter tout début de panique[F 16]. Malgré cela, l'évacuation est très lente, la majorité des passagers refusant d'embarquer, ne croyant pas à l'imminence du naufrage[F 17]. Il y a vingt canots à bord du Titanic pour une capacité totale de 1 178 personnes contre 2 200 personnes à évacuer sur le paquebot. Les canots numérotés 1 et 2 peuvent contenir 40 personnes, et ceux numérotés de 3 à 16 ont une capacité de 65 personnes. Le navire possède également 4 canots repliables identifiés par des lettres et pouvant contenir 47 personnes[F 18].

Concernant les premiers canots, les officiers à bâbord ont fait monter uniquement des femmes et enfants dans les canots, quant à tribord, chaque canot a été chargé par des femmes et enfants, puis par des hommes. Les 1res classes sont avantagées pour obtenir une place dans ces premiers canots, étant donné la proximité de leur cabine au pont des embarcations, et la meilleure assistance dont ils ont pu bénéficier pour rejoindre les canots, ainsi que les 2e classes dans une moindre mesure.

À 0 h 40, le canot no 7 est le premier affalé à tribord avec 28 passagers pour 65 places puis la première fusée de détresse est envoyée[B 3] et le canot no 5 voisin est mis à la mer avec 35 passagers à bord. Ces canots comprennent pourtant beaucoup de passagers masculins[A 1], en effet Murdoch autorise des hommes à embarquer pour compenser le faible nombre de passagers acceptant de monter dans un canot. À 0 h 55, le canot no 3 part avec 32 personnes[b 1], puis à 1 h 05 le canot no 1 est affalé avec seulement 12 personnes à son bord contre 40 possibles[22],[A 2]. À bâbord, le processus est plus lent. Vers une heure, le canot no 8 est le premier canot affalé à bâbord avec 25 personnes à bord puis dix minutes plus tard environ, le canot no 6 est mis à la mer avec 24 personnes embarquées seulement[b 1], parmi lesquelles Arthur Peuchen, unique passager masculin du canot. Margaret Brown prend également place dans ce canot[A 3].

Plan des canots sur le Titanic, en vue « aérienne ».

Accélération du départ des canots[modifier | modifier le code]

Dessin montrant le canot no 15 manquant d'écraser le canot no 13.

À partir de 1 h 15, l'eau commence à envahir la proue du navire et les passagers, qui étaient alors incrédules, commencent à se résoudre à la réalité du naufrage[B 4], ainsi l'évacuation s'accélère à partir de cette heure-là. De plus, les passagers de 3e classe commencent à arriver en nombre sur le pont des embarcations. Entre 1 h 20 et 1 h 30, les trois canots de bâbord no 16, no 14 et no 12 sont affalés dans cet ordre avec environ une quarantaine de personnes dans chacun[b 1]. À bord du canot no 14, le 5e officier Lowe tire trois coups de feu en l'air pour dissuader les passagers de plus en plus paniqués qui tentent de monter de force à bord[F 19].

À tribord, les quatre canots arrières sont tous affalés rapidement entre 1 h 30 et 1 h 40. Dans l'ordre, le canot no 9 part avec environ 40 personnes, le no 11 avec 50, et au même moment les canots no 13 et no 15 avec 55 et près de 70 personnes respectivement[b 1]. Ce dernier canot est le seul à être chargé à sa pleine capacité et est surtout occupé par des hommes. Au moment où le canot no 13 touche l'eau, il dérive en dessous du canot no 15 qui est en train de descendre (voir image à droite). Le canot no 13 réussit à se dégager de justesse[23].

La différence de charge entre les canots tribord et bâbord s'explique par le fait que certains hommes sont autorisés dans les canots situés à tribord, alors qu'à bâbord les canots sont strictement interdits aux hommes. Ainsi, les canots situés à bâbord sont nettement moins chargés car les femmes et les enfants ne suffisent pas à les remplir. Cette différence explique aussi une évacuation plus rapide à tribord, puisque à 1 h 45 il reste deux canots à tribord contre six de l'autre coté[F 20].

À 1 h 45, le canot no 2 est affalé avec 17 personnes contre 40 possibles puis à 1 h 50 le canot no 10 est affalé avec près de 60 personnes par le premier officier Murdoch qui se déplace exceptionnellement à bâbord pour aider ses collègues en retard. Au même moment, le canot no 4 s'éloigne avec 30 personnes à bord[b 1]. Ce canot avait commencé à être chargé au tout début de l'évacuation, cependant il est resté environ une heure stoppé au niveau du pont A, faute d'avoir pu ouvrir les fenêtres de ce pont. Parmi les passagers, se trouve Madeleine Astor, l'épouse du milliardaire John Jacob Astor (resté à bord du paquebot). Après avoir touché l'eau, le canot se dirige vers l'arrière du navire et tire six hommes d'équipages de l'eau[A 4].

Vers deux heures, tous les canots standards en bois sont partis et les officiers se tournent vers les quatre derniers canots pliables. Le canot pliable C est le dernier canot correctement mis à la mer à tribord avec 40 personnes à bord contre 47 possibles[A 5]. Le président de la White Star Line et exploitant du Titanic, Bruce Ismay, prend place à bord de ce canot tout juste avant qu'il soit affalé[A 6]. Enfin à 2 h 05, le canot pliable D est le dernier mis à la mer avec succès contenant 23 personnes à son bord[b 1]. Durant la descente, deux hommes sautent dans l'embarcation depuis le pont A, puis quelques instants plus tard, un autre homme saute à l'eau et rejoint le canot à la nage, retrouvant sa femme qui était à bord[A 7].

Derniers moments[modifier | modifier le code]

Dessin de Willy Stöwer sur la catastrophe.
Le canot pliable B est retrouvé par les marins du Mackay-Bennett[24].

À partir de 2 h 05, il ne reste que deux canots pliables qui sont situés sur le toit du quartier des officiers. Afin de les affaler, plusieurs officiers tentent de faire glisser ces canots sur des avirons pour les faire tomber sur le pont des embarcations. La manœuvre est réussie pour le canot pliable A situé à tribord, et les matelots fixent le canot aux bossoirs, mais le canot pliable B situé à bâbord se renverse en heurtant le pont des embarcations[F 21]. Aux alentours de 2 h 15, l'eau envahit l'avant du pont des embarcations et la passerelle de navigation[F 22]. Le canot B part à la dérive alors que le canot A est toujours fixé aux bossoirs, cependant les matelots réussissent à le libérer avant qu'il ne coule. Les canots s'éloignent du navire et des personnes nageant dans l'eau les rejoignent. Une trentaine de personnes, en majorité des membres d'équipage, monte sur la coque du canot B (voir photo à droite), parmi lesquels le 2e officier Charles Lightoller et le colonel Archibald Gracie[A 8], passager de première classe. Une vingtaine de personnes atteint le canot A, et plusieurs meurent de froid durant la nuit[F 18]. En effet ce canot est rempli d'eau jusqu'aux bancs de nage[A 9].

À 2 h 10, le commandant relève les opérateurs radio Jack Phillips et Harold Bride de leur fonction. À 2 h 17, Thomas Andrews est aperçu seul dans le fumoir de 1re classe, le commandant retourne sur la passerelle, l'orchestre s'arrête de jouer, peu avant que le paquebot ne commence à s'enfoncer. Une vague balaye le pont, projetant beaucoup de gens à la mer. Les rivets de la cheminée avant cèdent, et celle-ci s'écrase, faisant plusieurs victimes. Peu après, la verrière du Grand Escalier se brise, donnant accès à l'eau à toutes les pièces des ponts supérieurs à l'avant. À 2 h 18, les lumières du Titanic clignotent une dernière fois puis s'éteignent[B 5]. Le navire aurait alors atteint jusqu'à environ 10 à 20° d'inclinaison[b 2]. Un instant plus tard, le paquebot se brise en deux entre la deuxième et la troisième cheminée[25],[26],[27]. Il y a cependant encore des interrogations concernant l’ordre de ces deux évènements. Alors que la partie avant coule, la partie arrière flotte pendant quelques instants et se remplit d'eau lentement jusqu'à ce qu'elle sombre à son tour vers 2 h 20, soit 2 heures et 40 minutes après la collision.

Les cris d'agonie des centaines de naufragés se débattant dans l'eau sont largement audibles depuis les vingt canots situés aux alentours, et dans plusieurs d'entre eux éclatent des débats sur la nécessité de revenir sur les lieux du naufrage. Le 5e officier Lowe, responsable du canot no 14 réunit autour de lui quatre autres canots et répartit les passagers afin de vider son propre canot[A 10]. Il arrive sur les lieux du naufrage à 3 h 00, c'est-à-dire 40 minutes après la fin du naufrage alors que le temps moyen de survie dans des eaux d'une telle température n'est que d'environ 20 minutes. Les hommes à bord du canot, tous volontaires, n’aperçoivent donc qu'un vaste champ de cadavres[B 6]. Le canot reste une heure sur les lieux et tire tout de même de l'eau quatre hommes, dont l'un décède à bord[F 23].

Sauvetage[modifier | modifier le code]

C'est à 3 h 30 que les passagers des canots aperçoivent les feux du Carpathia, ainsi que les fusées bleues lancées par ce dernier. Quelque 40 minutes plus tard, le premier canot, le no 2, est récupéré par le navire d'assistance[F 24]. Pendant ce temps-là, la situation des canots A et B est précaire. Les rescapés à bord du second, se trouvant sur la coque du canot, doivent se tenir debout pour éviter un chavirage. Ils embarqueront finalement dans les canots no 12 et no 4 venus à leur rescousse[F 25]. Les occupants du canot A sont quant à eux secourus par le canot no 14, qui revenait des lieux du naufrage et était donc pratiquement vide[F 26].

À 5 h 30, le Californian prévenu par le Frankfurt arrive sur les lieux du désastre[B 7]. Le canot no 12, surchargé, est le dernier récupéré à 8 h 30. Le deuxième officier Charles Lightoller est le dernier à monter à bord[F 24]. Le Carpathia met ensuite le cap vers New York à 10 h 50, et Joseph Bruce Ismay télégraphie à la White Star Line la nouvelle du naufrage du RMS Titanic.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Débats quant au déroulement des événements[modifier | modifier le code]

À la suite du naufrage, les témoignages recueillis sont, sur certains points du naufrage, assez discordants[A 11]. La plupart des témoignages affirment que le Titanic ne s'est jamais brisé et a coulé en un seul morceau[A 11]. Seuls quelques rescapés ont affirmé le contraire. Parmi eux, John Thayer, qui se trouvait sur la coque du canot pliable B, et qui se situait donc près du Titanic. Cependant, Archibald Gracie et Charles Lightoller, qui se trouvaient pourtant dans le même canot, affirment le contraire[A 11]. La plupart des médias ainsi que des encyclopédies[28],[29] ont considéré que le Titanic avait coulé sans se fendre, et ce jusqu'à la découverte de l'épave le 1er septembre 1985. Cette représentation est par exemple celle donnée par le film Atlantique, latitude 41° de 1958. Toutefois, la commission d'enquête américaine sur le naufrage ne tranche pas la question[A 11]. Le Titanic s'est donc probablement fissuré sous le niveau de l'eau, ou juste à sa surface. La commission d'enquête menée en Angleterre statuera, elle, que le navire a coulé d'une seule pièce[21].

La plupart des témoignages affirment que le tout dernier morceau joué par l'orchestre est Plus près de toi, mon Dieu. Cependant, certains témoignages, et notamment celui de l'opérateur radio Harold Bride, démentent. Bride déclare que la dernière chanson jouée est Autumn[30], il a fait en réalité référence à Songe d'Automne[31], une valse populaire de l'époque qui faisait partie du répertoire des orchestres de la White Star Line[31]. Cependant les films et les romans qui s'inspirent du naufrage, retiennent tous Plus près de toi, mon Dieu comme étant le dernier hymne interprété, probablement parce qu'il correspond mieux au tragique du contexte.

Il existe aussi une interrogation concernant le fait que les lumières se sont éteintes à la suite de la cassure du navire et non avant cette dernière comme il est le plus souvent représenté. En effet, le navire s'est cassé au niveau de la salle des chaudières no 1, ce qui signifie que toutes les chaudières fournissant la vapeur nécessaire à la génération de l'électricité se trouvaient dans la partie avant. Or, les disjoncteurs principaux du navire, mais surtout les générateurs principaux et auxiliaires se trouvaient dans la partie arrière. Une rupture du navire aurait donc sectionné câbles électriques et canalisations transportant la vapeur, engrainant l'arrêt des générateurs, qui chancelaient déjà. Cela seraient confirmé par le témoignage de certains survivants, qui ont vu la lumière s'éteindre progressivement en quelques secondes. Les rotors des générateurs électriques se seraient arrêtés progressivement, continuant sur leur élan, jusqu'à ce que l'absence d'alimentation en vapeur ne les arrête définitivement.[réf. nécessaire]

Un autre débat a éclaté, concernant la gîte du navire. Le quartier-maître Robert Hichens témoigne que l'inclinomètre indiquait une gîte de 5 degrés sur tribord, dix minutes après le choc[A 12]. D'autres témoignages indiquent que le navire donnait de la bande sur tribord au début du naufrage[A 12]. Cependant, d'autres témoignages, parmi lesquels ceux de Lightoller et Gracie affirment une gîte sur bâbord[A 12]. Une gîte sur tribord est logique car c'est de ce côté que le Titanic a frappé l'iceberg. Cependant, une gîte sur bâbord pourrait quand même s'expliquer du fait des compartiments étanches transversaux[A 13] ou par l'influence des résultats du travail des pompes d'étanchéités. Finalement, la commission américaine retient que le navire avait donné de la bande sur tribord, puis sur bâbord[A 13]. Ce dernier état est confirmé par l'exploration totale de l'épave et de ses environs, en 2011. En effet, un morceau de 20 mètres de long du flanc bâbord du navire, situé au niveau de la cassure, est retrouvé tordu à 90° vers l'extérieur, ce qui pourrait signifier que la partie avant du Titanic, est restée, en plus du double fond, accrochée à cette partie de la poupe quelques instants, tirant de tout son poids sur ce point d'attache jusqu'à la rupture. De plus, de nombreux témoignages stipulent que la poupe en coulant a pratiquement chaviré sur bâbord[25],[26],[27].

D'un autre coté, s'il est certain que le navire s'est brisé en deux, les théories diffèrent sur la façon et le moment où la coque s'est brisée. On croit davantage que le navire s'est d'abord déformé mais est demeuré en un seul morceau en surface, puis la coque se serait déchirée et certains compartiments auraient souffert d'implosion, la pression de l'eau déformant leurs cloisons. Le double fond aurait retenu les deux sections pendant quelques instants avant de céder à leur tour[21],[25],[26],[27], permettant à la partie avant de se diriger rapidement vers le fond alors que l'arrière comportait encore plusieurs compartiments non inondés[32],[33].La partie arrière, ayant conservé la gîte à bâbord, laisse la cruelle illusion qu'elle va flotter avant de rapidement s'enfoncer tout en chavirant, jetant à la mer des centaines de personnes[21],[25],[26],[27]. La température de l'eau est alors de -1 ou -2 °C[B 8],[34],[35].

Bilan[modifier | modifier le code]

Chiffres[modifier | modifier le code]

Le naufrage du Titanic a fait environ 1 500 morts, les chiffres variant entre 1 491[36] et 1 513[37],[38],[14] tués. On compte donc environ 700 rescapés[14]. Les membres d'équipage sont les plus touchés puisque 76 % d'entre eux sont morts. Également 75 % des troisièmes classes ont trouvé la mort[B 9], ceci étant dû à plusieurs facteurs : d'abord les cabines de troisième classe sont situées très loin du pont des embarcations, et ce dernier est plus difficile d'accès[Note 5]. De plus, les troisièmes classes sont en grande majorité des immigrants et beaucoup d'entre eux ne parlent pas anglais, il est alors d'autant plus difficile pour eux de s'orienter dans le navire. De nombreux passagers de troisième classe ont également été retenus au début du naufrage par des grilles fermées par l'équipage[B 4]. Les deuxièmes classes sont victimes du naufrage pour 59 % d'entre eux. La grande majorité des femmes est rescapée, alors que les hommes de deuxième classe sont encore plus touchés que ceux de troisième classe. Quant aux passagers de première classe, 60 % sont au nombre des rescapés. La quasi-totalité des femmes a survécu, et un tiers des hommes, ce qui est largement supérieur à toutes les autres classes[B 9]. Ce dernier fait est dû au choix du 1er officier William Murdoch, qui accepte que de nombreux hommes montent dans les premiers canots[F 20]. À ce moment-là, les seuls passagers présents sur le pont des embarcations sont de première classe.

D'une façon plus générale, la principale différence se situe entre les hommes et les femmes. Seules 25 % des femmes sont mortes durant le naufrage contre 82 % des passagers masculins. Cependant, près de la moitié des rescapés sont des hommes. Les enfants sont davantage victimes que les femmes, 53 des 109 enfants à bord étant morts[B 9]. Les enfants de deuxième classe sont tous rescapés, et la mort d'un enfant de première classe s'explique par le refus de ses parents d'embarquer dans un canot[A 14]. Au contraire, la grande majorité des enfants de troisième classe a été victime du naufrage[B 9]. Certaines familles sont totalement anéanties, notamment la plus nombreuse voyageant à bord, composée de 11 membres, un couple et leurs 9 enfants âgés de 4 à 20 ans.

1re classe 2e classe 3e classe Total des passagers Membres d'équipage Total
Hommes victimes 118 154 387 659 670 1 329
Femmes victimes 4 13 89 106 3 109
Enfants victimes 1 0 52 53 - 53
Total des victimes 123
(38,6 %)
167
(58,6 %)
528
(74,8 %)
818
(62,2 %)
673
(76 %)
1 491
(67,8 %)
Hommes à bord 175 168 462 805 862 1 667
Femmes à bord 144 93 165 402 23 425
Enfants à bord 6 24 79 109 0 109
Total de personnes à bord 325 285 706 1 316 885 2 201

Les chiffres ci-dessus ont été établis par la Commission britannique d'enquête avec l'aide des témoignages qu'elle a pu recueillir[39]. Les huit musiciens de l'orchestre sont comptés dans la partie passagers de 2e classe puisqu'ils ne font pas partie de l'équipage. Les enfants sont considérés comme ayant moins de 12 ans[39].

Ces chiffres ne sont qu'approximatifs car des erreurs et des confusions ont été commises. La Commission sénatoriale américaine est d'ailleurs parvenue à des résultats légèrement différents[39]. De plus, des passagers ont embarqué clandestinement, d'autres ont raté l'embarquement ou encore ont annulé à la dernière minute. Le sexe des passagers n'ayant parfois été déterminé que par le prénom de la personne, des erreurs ont certainement été commises[39].

Réactions des médias[modifier | modifier le code]

La nouvelle de la collision du Titanic avec un iceberg est pour la première fois arrivée à New York le 15 avril à 1 h 20, soit une heure avant la fin du naufrage, à la rédaction du New York Times[40]. Pourtant, le matin du naufrage du Titanic, aucun journal ne prend conscience de la gravité des événements. Le New York Evening Sun titre : « Tous les passagers du Titanic sauvés après collision (…) Paquebot remorqué sur Halifax » (voir image ci-dessous). Le journal explique que les passagers du navire ont été transférés sur le Carpathia et le Parisian et que l'équipage est resté sur le Titanic pendant que celui-ci est remorqué vers Halifax, en Nouvelle-Écosse[F 28]. Le 16 avril, à Londres, le Daily Mail titre : « Titanic coulé, pas de pertes de vies humaines »[B 10]. À New York, les bureaux de la White Star Line rassurent les proches des passagers en réaffirmant que l'accident est sans gravité. Ces fausses informations sont dues au fait que la nouvelle du naufrage a été transmise d'un bateau à l'autre, et qu'il y a donc eu des confusions[B 10]. À New York, dans la journée du 15 avril, des rumeurs de plus en plus insistantes affirment que le Titanic a fait naufrage. La confirmation arrive le soir, aux alentours de 18h, dans les bureaux de la White Star Line grâce à un message de l'Olympic, le frère jumeau du Titanic[B 10]. Puis, un peu plus tard, la White Star Line confirme officiellement le naufrage[F 29]. À 21 h 00, les New-yorkais apprennent que le Carpathia n'a recueilli que 700 rescapés, ce qui laisse supposer jusqu'à 1 500 morts[F 29]. Le lendemain matin, le New York Times annonce le naufrage et transmet une première liste de rescapés, transmise par le biais de l’Olympic (voir image ci-dessous). Puis, la nouvelle est annoncée que le Carpathia arrivera à New York avec les rescapés le 18 avril. Cependant, en Angleterre, la nouvelle du naufrage n'arrive que le 17 avril dans les journaux. Le 18 avril, lors du débarquement des rescapés du Titanic, vers 22h, plus de 40 000 personnes sont présentes et les journalistes couvrent largement l'événement, et recueillent de nombreux témoignages[B 11]. Par exemple, le New York Times loue un étage entier d'un hôtel pour y installer une vingtaine de journalistes, qui est directement reliée à la rédaction du journal par des lignes téléphoniques spécialement installées[41].

Recherche des corps et les mémoriaux[modifier | modifier le code]

La tombe de l'enfant inconnu.

Au Canada[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 1912, la White Star Line affrète quatre navires, dont le Mackay-Bennett, et le CGS Montmagny[42] qui appareillent d'Halifax afin d'explorer les lieux de la catastrophe et de repêcher des corps[43]. Au total 337 corps sont retrouvés, dont 128 sont remis à la mer car trop gravement décomposés pour être identifiés[43]. Les montres qui ont été retrouvées sont arrêtées entre 2 heures et 2 h 20[B 12]. 150 victimes du naufrage qui ont été repêchées mais non réclamées par leur famille sont enterrées dans les trois cimetières d'Halifax : Fairview Lawn, Mont des Oliviers et Baron de Hirsch[B 13].

Parmi les corps repêchés par le Mackay-Bennett se trouve un enfant âgé d'environ 2 ans et de sexe masculin, il est le seul enfant récupéré[44]. Il n'est pas réclamé, et ne peut pas être identifié. C'est l'équipage du Mackay-Bennett qui se charge de l'enterrement dans le cimetière de Fairview Lawn à Halifax (photo à droite)[45]. Depuis, plusieurs familles ont estimé que l'enfant enterré était des leurs, et ont voulu que la plaque soit changée. Cependant, en l'absence de preuve formelle, la plaque reste anonyme[45]. Une exhumation et des analyses ADN en 2001 et 2002 ont abouti à des conclusions différentes[46]. Enfin, en 2007, l'enfant inconnu est officiellement identifié comme Sidney Leslie Goodwin[46], un garçon âgé d'un an et demi, passager de 3e classe[47].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

À New York, le « Titanic » Memorial Lighthouse est érigé au sommet du presbytère des marins au 25 South Street en 1913[48]. Ce phare blanc de 16 mètres est déplacé en 1968 devant le musée maritime de South Street[49].

À Washington, le Women's « Titanic » Memorial, une statue de 6 mètres représentant un homme aux bras déployés se trouve actuellement à Fort McNair[50]. Elle a été déplacée en 1966 de Rock Creek Park où elle avait été inaugurée le 26 mai 1931 par Helen Herron Taft, veuve du président américain William Howard Taft et en présence du président de l'époque Herbert Clark Hoover[50]. Sur le socle de la statue on peut lire deux inscriptions : « Aux hommes courageux qui périrent dans le naufrage du Titanic, le 15 avril 1912. Ils donnèrent leur vie pour que les femmes et les enfants soient sauvés. Érigé par les femmes d'Amérique. » et « Aux jeunes et aux vieux, aux riches et aux pauvres, aux ignorants et aux érudits, à tous ceux qui ont noblement donné leur vie pour sauver des femmes et des enfants[49]. »

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Mémorial dédié aux officiers mécaniciens qui ont péri dans le naufrage du Titanic.
Le « Titanic » Musicians Memorial dédié aux membres de l'orchestre tous morts dans le naufrage.

À Southampton, dans l’East Park, un mémorial dédié aux 35 mécaniciens du Titanic, tous disparus dans le naufrage est inauguré le 22 avril 1914 par sir Archibald Denny, président de l’Institute of Marine Engineers devant une foule de plus de 100 000 personnes. Sous la statue en bronze, se trouve une inscription entourée des 35 noms des mécaniciens[49]. Dans un bureau de poste situé à l'intersection de High Street et d'East Street, une plaque de bronze fondue à partir de la pale d'une hélice de rechange du Titanic est posée en l'honneur des postiers du paquebot[49]. Le « Titanic » Musicians Memorial, dédié aux membres de l'orchestre du Titanic, est inauguré le 19 avril 1913 dans la bibliothèque de la ville[49]. Dédié aux stewards du Titanic, une fontaine en pierre est inaugurée à Southampton le 27 juillet 1915[49].

À Lichfield, une grande statue de bronze représentant le commandant Edward Smith est inaugurée par sa fille le 29 juillet 1914[51].

À Colne (Lancashire), dans le parc de la ville, un buste représentant Wallace Hartley, est érigé sur un socle en marbre à la mémoire du chef d'orchestre du Titanic[52].

En Irlande du Nord[modifier | modifier le code]

Le mémorial de Belfast

La statue du « Titanic » Memorial de Belfast, inaugurée le 26 juin 1920, a été érigée grâce à une souscription à laquelle participèrent la population de Belfast, les employés des chantiers Harland & Wolff, la White Star Line et la famille de Thomas Andrews. D'abord située sur le Donegall Square, elle est ensuite déplacée dans les jardins de l'hôtel de ville. Il porte le nom des 22 membres d'équipage du Titanic tous originaires de l'Ulster et victimes du naufrage[53].

Le Thomas Andrews Memorial Hall est un bâtiment dédié à la mémoire de l'architecte naval du Titanic et directeur général des chantiers de Harland & Wolff, il est situé dans la ville natale de l'architecte, à Comber. Il a été construit en 1914 et inauguré en février 1915[54].

Derniers rescapés[modifier | modifier le code]

Millvina Dean en avril 1999.

Millvina Dean a été la dernière survivante du drame mais elle était alors trop jeune au moment du naufrage pour se rappeler quoi que ce soit. Barbara West est décédée le 16 octobre 2007 à l'âge de 96 ans, elle était également trop jeune lors de la catastrophe[65]. Lillian Asplund était la dernière survivante ayant des souvenirs, elle décède en 2006[66]. Michel Marcel Navratil était le dernier homme survivant et aussi le dernier Français, il meurt en 2001[59]. De plus, Bertha Watt et Ellen Natalia Shine, les onzième et douzième rescapées, sont décédées à seulement un jour d'intervalle le 4 et le 5 mars 1993 à respectivement 93 et 101 ans[67],[68].

Causes du naufrage et de son bilan[modifier | modifier le code]

Causes identifiées à l’époque[modifier | modifier le code]

Membres d'équipages du Titanic rescapés du naufrage.
Dessin montrant Bruce Ismay interrogé par une commission sur le naufrage.

Causes naturelles[modifier | modifier le code]

Le 14 avril, durant la nuit de la collision, beaucoup de conditions sont réunies pour augmenter le risque de naufrage. La météo est calme : il n'y a que peu de vent et très peu de vagues[B 14]. La présence de vent aurait formé une écume autour de l'iceberg, et l'aurait rendu plus visible pour les veilleurs de quart[B 14]. De plus, la Lune est absente, rendant ainsi la nuit encore plus obscure[B 14]. Malgré tous les avertissements d'icebergs, le commandant a décidé de ne pas ralentir la vitesse, le paquebot avance à 22,5 nœuds soit 41,7 km/h[13]. Le commandant a pourtant emprunté une route plus au sud, prévue par la White Star Line pour éviter les icebergs[69]. Mais cette année-là, l'hiver a été plus doux, et les icebergs sont descendus plus au sud que les autres années[70].

Une théorie sur la présence anormale de nombreux icebergs a été avancée en 2012 par plusieurs chercheurs américains de l'université d'État du Texas (en) de San Marcos[71],[72]. Donald Olson et Russell Doesher, de la faculté de physique de l'université, évoquent en effet la distance exceptionnellement faible de la Lune par rapport à la Terre en date du 4 janvier, les deux astres n'ayant pas été aussi proches en 1 400 ans[71]. La veille, la Terre était à son point d'orbite dit de périhélie, soit sa position la plus proche du Soleil dans l'année[71]. L'alignement unique de la Terre, du Soleil et de la Lune aurait, selon eux, créé un fort mouvement de marée et un mouvement d'icebergs durant cette période[71]. Le site « Titanic » Facts rapporte un nombre de 300 icebergs dans le nord de l'Atlantique, un record sur cette route maritime reliant l'Europe à l'Amérique du Nord[71].

Une théorie proposée en 2012 par l'historien britannique Tim Maltin considère que les veilleurs auraient été victimes d'une illusion d'optique, un mirage supérieur faussant la position apparente des objets (notamment l'iceberg bleu à l'origine du drame, iceberg particulier dont la partie immergée et la partie émergée pivotent et inversent leur position quand il se détache de la banquise), mirage provoqué par une inversion thermique, la masse d'air froide apportée par le courant du Labrador restant sous la masse d'air chaude issue du Gulf Stream. Cette couche d'inversion aurait également perturbé l'intervention du capitaine Stanley Lord du SS Californian, faussant peut être la position du Titanic, allant jusqu'à déformer les signaux lumineux échangés en morse entre les deux[73].

Causes humaines[modifier | modifier le code]

Commission américaine[modifier | modifier le code]

Peu après le naufrage du Titanic, le gouvernement américain met en place une commission d'enquête ayant pour but d'identifier les causes et les responsables de la catastrophe. Celle-ci débute le 19 avril 1912 et prend fin le 25 mai 1912[B 15]. Le sénateur du Michigan, William Alden Smith la préside[B 15]. La commission s'intéresse notamment au fait que les veilleurs ne disposent pas de jumelles dans le nid-de-pie. Les veilleurs ont affirmé que s'ils avaient disposé de jumelles, ils auraient pu éviter l'iceberg à temps[74]. En effet, l'iceberg a été vu à environ 500 mètres du navire, et il aurait fallu environ 800 mètres au navire pour s'arrêter avec les machines en arrière toute[75]. Or, les jumelles auraient pu permettre de voir l'iceberg à une distance beaucoup plus élevée[76]. Les veilleurs pensent avoir oublié les jumelles à Southampton, mais il est maintenant connu que l'officier qui détenait la clef permettant d'accéder aux jumelles destinées au nid-de-pie a dû céder sa place à un confrère à Southampton et a quitté le navire avec la clef en poche[77]. Pourtant de nombreux officiers du Titanic possèdent des jumelles, mais aucune n'a été prêtée aux veilleurs[78].

La commission a appelé Bruce Ismay pour témoigner, il est accusé d'avoir fait des pressions sur le commandant pour accélérer la vitesse du Titanic[B 15]. Cependant la commission ne trouvant aucune preuve, la responsabilité de Bruce Ismay ne put être engagée[B 15].

Commission Mersey[modifier | modifier le code]

Peu après la mise en place de la commission américaine, une commission similaire est mise en place en Angleterre. Celle-ci a été ouverte par le ministère du commerce britannique, elle commence le 2 mai 1912 et pour finir le 3 juillet 1912[B 16]. Les débats sont menés par le magistrat Lord Mersey[79] à Londres, dans une salle de réception près du palais de Buckingham. Pendant 63 jours, la commission tient 36 séances ouvertes au public, et 98 témoins sont interrogés. La commission retient trois causes principales : la vitesse du navire, la veille qui n'a pas été assurée de façon appropriée, et le manque d'organisation au moment de l'évacuation des passagers[B 16]. Cependant, contrairement à la commission américaine, la commission Mersey ne reproche rien à Bruce Ismay, et n'adresse pas de blâme à Edward Smith[B 16].

Évacuation des passagers[modifier | modifier le code]

D'autres causes expliquent le nombre important de victimes. Les canots de sauvetage du Titanic ont une capacité de 1 178 personnes, or il n'y a que 711 rescapés, soit une différence de 467 personnes. Durant la commission d'enquête, le 2e officier du Titanic, Charles Lightoller, qui a été chargé de la moitié des canots, déclare qu'il n'était pas au courant des tests faits sur les chaloupes. L'officier n'a rempli en totalité aucun des 10 canots dont il avait la charge[F 18]. Et, sur les 20 canots du navire, seuls 4 ont été chargés à plus de 70 % de leur capacité[F 18]. Les premiers canots mis à la mer sont pratiquement vides parce que les passagers ont refusé d'embarquer dans un canot. Ceux-ci n'ont pas cru à la réalité du naufrage, et ont eu peur d'être précipités à la mer alors que le Titanic ne donnait aucun signe de naufrage, et qu'il n'y avait, de plus, aucun signe de panique[Note 1],[1]. De plus, l'équipage a fait croire aux passagers qu'il s'agissait d'un simple exercice, et l'orchestre a joué des musiques entraînantes pour éviter ainsi toute panique[F 13]. De nombreux passagers ont donc préféré rester à l'intérieur du navire, ne voyant aucune raison d'avoir peur. Le chargement des canots a débuté à 00 h 25, et les passagers ont tous pris conscience du naufrage aux alentours de 01 h 15, du fait que le navire commençait à sombrer par l'avant[B 4]. Ce qui signifie que l'évacuation a été lente durant 50 minutes.

Causes apparues après les enquêtes officielles[modifier | modifier le code]

Vue de l'arrière du Titanic en cale sèche, un homme en bas donne l'échelle.

Manœuvre d’évitement[modifier | modifier le code]

Le soir de la collision, au moment où Frederick Fleet alerte la passerelle de la présence d'un iceberg droit devant, le 1er officier William Murdoch fait virer le navire vers bâbord et met les machines en arrière toute[F 2] (ou les stoppe). Cependant, l'hélice centrale du navire ne peut pas être actionnée en marche arrière, et celle-ci est restée immobile. De plus, il apparaît aujourd'hui que l'officier n'a pas pris la meilleure décision. Le fait de baisser le régime des machines a ralenti le navire et l'a fait tourner moins vite[B 17]. Avec les hélices stoppées, ou en fonctionnant en marche arrière, le gouvernail est rendu moins efficace. Le Titanic aurait donc eu plus de chances d'éviter l'iceberg en conservant les machines en avant toute[B 17].

Un autre élément souvent mis en avant, est la taille du gouvernail. En effet, un gouvernail plus long aurait permis de virer plus rapidement[80]. Selon la réglementation de l'époque, la taille du gouvernail devait être de 1,5 % à 5 % de la surface de la coque située sous le niveau de l'eau. Le gouvernail du Titanic était situé au bas de cette tranche, avec 1,9 %.

Il est aussi démontré que si le Titanic n'avait pas tourné et avait heurté l'iceberg de plein fouet, il aurait pu se maintenir à flot car il n'y aurait eu qu'un seul compartiment étanche inondé[B 17]. Cependant, le choc aurait été violent car le paquebot n'aurait pas eu le temps de ralentir suffisamment avant de heurter l'iceberg. Ainsi, un certain nombre de passagers auraient été blessés, mais le Titanic aurait pu se maintenir à flot, et les passagers auraient pu être transférés vers d'autres navires[81].

Découverte de l’épave[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Épave du Titanic.
L'iceberg n'a pas fait directement de trous dans la coque du Titanic, mais l'onde de choc fait sauter les rivets et ouvre une voie d'eau[82].

Tout au long du XXe siècle, de nombreux projets d'expéditions pour retrouver l'épave engloutie virent le jour sans succès[B 18]. L'épave est finalement localisée le 1er septembre 1985[83] à 1 h 05 par une expédition franco-américaine dirigée par Jean-Louis Michel de l'Ifremer et le Dr Robert Ballard[83] de l'Institut océanographique de Woods Hole. Elle se trouve à une profondeur de 3 821 m[84], à 41° 43′ 55″ N 49° 56′ 45″ O / 41.73194, -49.94583, à 650 km au sud-est de Terre-Neuve[36]. La première découverte importante concernant l'épave est que celle-ci est brisée en deux parties. Jusqu'ici, le scénario retenu était que le navire avait coulé sans se casser[B 19]. En effet la majorité des témoignages ont affirmé que le navire avait coulé en un seul morceau[A 15].

Depuis le naufrage du Titanic et jusqu'en 1996, le scénario retenu sur le début du naufrage était que l'iceberg avait découpé une balafre longue de 90 mètres dans la coque[B 17]. Mais la découverte de l'épave le 1er septembre 1985[83], et les examens de la coque du bateau fait par Robert Ballard en 1996 grâce à un sonar, remettent en cause ce scénario. En effet, il a été découvert que les tôles sont déformées et disloquées, mais non fendues[B 17]. En réalité, l'iceberg n'a pas fait de trou dans la coque, mais le choc a fait sauter les rivets et a ainsi ouvert une voie d'eau[B 17]. Cette découverte montre donc un défaut dans la conception du Titanic : les rivets étaient trop fragiles[82].

Une étude plus récente menée par deux chercheurs américains[85] s'appuyant sur des analyses scientifiques de pièces extraites de l'épave et sur l'examen des archives des chantiers navals Harland & Wolff conservées à Belfast, a une nouvelle fois mis en cause la qualité des rivets utilisés pour fixer les plaques d'acier de la coque à l'avant du navire[85]. En effet, ceux-ci sont en fer et non pas en acier comme dans la partie centrale, en raison de l'impossibilité des fournisseurs à suivre les rythmes et les quantités imposés par le constructeur[85]. La résistance moindre de ces rivets en fer explique que de nombreuses tôles se soient disjointes au contact de l'iceberg. Les auteurs de l'étude supposent que des rivets en acier, plus résistants, auraient peut-être, sinon sauvé le navire, du moins accordé un délai suffisant pour permettre aux secours d'arriver à temps[85]. Cependant, d'autres analyses scientifiques, et notamment d'ingénieurs en construction navale, ont démontré que le navire ne souffrait au contraire d'aucune malfaçon ou faiblesse. Si les rivets, ou l'acier souvent mise en cause, avait été si fragiles, l'iceberg se serait profondément encastré dans le navire, et n'aurait pas simplement raclé la coque. De plus, son jumeau, l'Olympic, construit un an plus tôt avec les même matériaux, a navigué pendant 24 ans sans souffrir de problème structurel autres que ceux liés à sa vieillesse.[réf. nécessaire]

Conséquences du naufrage[modifier | modifier le code]

Conséquences sur les mesures de sécurité[modifier | modifier le code]

Messages de détresse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SS Californian.

L'une des principales choses à laquelle s'intéresse la commission américaine sur le naufrage est la non-intervention du Californian. La commission a déclaré que le Californian se trouvait à moins de 31 kilomètres et que le navire aurait pu se porter au secours du Titanic[B 16]. Deux raisons expliquent la non-réaction du Californian, d'abord l'opérateur radio dormait et ne pouvait donc pas entendre les messages de détresse envoyés par le Titanic[A 16]. Ensuite, les fusées blanches lancées par le Titanic ont mal été interprétées par les marins du Californian qui pensaient que les fusées de détresse devaient être rouges. La commission a alors émis comme recommandation que la télégraphie sans fil devrait être assurée 24 heures sur 24[B 15], même sur les bâtiments plus petits. Ceci était impossible pour le Californian puisqu'il n'y avait à bord qu'un seul opérateur radio et qu'il ne pouvait pas assurer la radio 24 heures sur 24 contrairement au Titanic où les deux opérateurs radio se relayaient. Concernant la couleur des fusées de détresse, celle-ci devait déjà être blanche car plus visible dans la nuit[B 7]. Cependant, en 2004, une boîte éventrée de fusées a été trouvée sur le fond de l'océan. La tête des fusées, attaquée par la rouille, laisse apparaitre des colorants de couleurs différentes. Il est donc probable que les fusées tirées n'étaient pas toutes de la même couleur[21]. Aujourd'hui, il apparaît que le Californian et son commandant ont servi de boucs émissaires. En effet, il est désormais prouvé que le Californian n'aurait pas eu le temps pour sauver les passagers, en particulier à cause du temps qu'il lui aurait fallu pour se dégager des glaces qui l'entouraient[86].

Canots de sauvetage[modifier | modifier le code]

Désormais, tous les paquebots disposent de suffisamment d'embarcations de sauvetage.

La White Star Line, compagnie maritime propriétaire du Titanic était en conformité avec la réglementation britannique, établie par le Board of Trade (ministère britannique du Commerce) concernant le nombre de canots à bord, et allait même au-delà de cette réglementation. Les dirigeants de la White Star Line se servent de cet argument pour se défendre de négligences concernant les moyens de sécurité à bord du Titanic. Le nombre minimum de canots de sauvetage était calculé, non sur le nombre de passagers mais sur le tonnage du navire ; le Titanic aurait pu se contenter de seize canots de sauvetage, or il en avait vingt. Cette réglementation, qui datait de 1894[87], n'était plus adaptée à la taille des navires de l'époque. En effet, la réglementation britannique exigeait que la capacité totale des canots soit d'au moins 962 personnes pour tous les navires de plus de 10 000 tonneaux de jauge[88] alors que le Titanic jauge plus de 52 000 tonneaux[1].

« La circonstance dominante (...) est le fait que l'on ait omis durant tant d'années de réviser les règlements de 1894 (...). Le tonnage brut d'un vaisseau n'est pas à mon avis une base satisfaisante pour le calcul du nombre de bateaux de sauvetage. »

— Lord Mersey, 1912, [87]

La commission américaine et la commission Mersey demandent alors que tous les navires disposent d'assez de canots de sauvetage pour tous les occupants. La commission Mersey déclare également que la manœuvre des canots de sauvetage n'a pas été convenablement organisée, et recommande un meilleur entraînement des matelots[B 16]. Aujourd'hui, les paquebots modernes doivent avoir des engins de sauvetage d'une capacité de 25 % supérieure au nombre de personnes pouvant embarquer[B 20].

À la suite de la catastrophe et face à la nécessité de mieux contrôler les pratiques en mer est née la convention SOLAS qui spécifie différentes règles relatives à la sécurité, la sûreté et l'exploitation des navires[89].

Icebergs[modifier | modifier le code]

Après le naufrage du Titanic, la Patrouille internationale des glaces est créée le 20 janvier 1914. Celle-ci est placée sous l'autorité des garde-côtes des États-Unis. Cette patrouille a pour but de surveiller le déplacement des icebergs dans l'Atlantique Nord-Ouest. Les icebergs sont alors localisés, permettant ainsi d'assurer la sécurité des bateaux circulant dans cette zone. Cette patrouille a permis de sécuriser toute cette région. Ainsi, depuis 1912 et le naufrage du Titanic, aucune catastrophe maritime impliquant un iceberg n'a entraîné de décès[B 20].

Conséquences sur la conception des navires[modifier | modifier le code]

Mise en travaux de l’Olympic[modifier | modifier le code]

Article détaillé : RMS Olympic.
L’Olympic en 1911.

Le 24 avril 1912, l'équipage de l’Olympic refuse d'appareiller de Southampton, et les chauffeurs se mettent en grève[B 21]. Ce devait être le premier voyage de l’Olympic depuis le naufrage du Titanic qui a eu lieu neuf jours plus tôt. Comme l’Olympic est le sister-ship du Titanic, les deux navires sont pratiquement semblables, et ont donc les mêmes faiblesses au niveau de leur sécurité et les grévistes réclament donc davantage de canots de sauvetage. Dans le même temps, les réservations des passagers sur l’Olympic chutent fortement, ce qui pousse la White Star Line à mettre le navire en travaux. Trois grandes transformations sont alors apportées au navire. D'abord 48 canots de sauvetage sont rajoutés, passant donc à 68 canots au total[B 21]. Ensuite, cinq des seize compartiments étanches du navire sont rehaussés jusqu'au niveau du pont B[90], alors qu'ils s'élevaient jusque là au pont E, soit une différence de trois étages. Le navire peut alors résister à des avaries bien plus importantes. Enfin, la hauteur du double fond est augmentée, rendant la coque du paquebot plus résistante[B 21]. Le paquebot est immobilisé pendant six mois, le temps que les travaux soient terminés[90]. Ce sont ces constructions qui ont en partie permis au navire de couler un sous-marin allemand en 1918. Après la guerre, l’Olympic a pu retrouver une large popularité dans le public.

Modification sur la construction du Britannic[modifier | modifier le code]

Article détaillé : RMS Britannic.

Le Britannic, troisième navire de la série de l’Olympic avec ce dernier et le Titanic, était en chantier depuis 6 mois lorsque le Titanic coule. Immédiatement, les travaux sont stoppés. Lorsqu'ils reprennent, des modifications majeures ont été apportées aux plans :

  • ajout d'un compartiment étanche supplémentaire ;
  • 3 cloisons étanches remontent jusqu'au pont B, cela fait que le navire peut ainsi survivre à ce qui a coulé son « frère » aîné ;
  • épaississement de la coque au niveau des salles des chaudières ;
  • ajout de porte-voix entre la salle des radios et la passerelle ;
  • ajout de bossoirs géants permettant d'affaler les canots situés de l'autre côté du navire ;
  • ajout de nombreux canots de sauvetage supplémentaires.

Le Britannic ne sera pas complètement achevé lorsqu'éclatera la guerre en 1914. Réquisitionné pour servir de navire hôpital, il sera coulé par une mine allemande le 21 novembre 1916. Cette fois, c'est l'erreur humaine qui sera complètement responsable du naufrage : certaines portes étanches restées ouvertes ou encore les hublots des ponts inférieurs ouverts pour ventiler les salles des malades ont rendu les dispositifs de sécurité inutiles, le navire coulant en seulement 55 minutes contre 160 pour le Titanic[90].

Recommandations de la commission Mersey[modifier | modifier le code]

Le 30 juillet 1912[91], la commission britannique sur le naufrage rend son rapport final et établit 24 recommandations, dont les cinq premières concernent la conception des navires. La première d'entre elles exige que les cloisons étanches soient relevées, ou que les navires soient pourvus d'une double coque (traduction de double skin) montant jusqu'à la ligne de flottaison. Les deux recommandations suivantes estiment qu'au moins un pont au-dessus de la ligne de flottaison doit être étanche, et que les ouvertures entre les cloisons étanches doivent également l'être>. Enfin, les deux dernières recommandations donnent plus de pouvoir au Board of Trade envers les constructeurs afin de leur imposer ces modifications[92].

Les sept recommandations suivantes concernaient les embarcations de sauvetage. Le nombre de canots de sauvetage dont est équipé chaque navire devrait être fixé à partir du nombre de personnes pouvant embarquer, et non en fonction du tonnage[93]. De plus les canots de sauvetage devraient être équipés de certains équipements, parmi lesquels des provisions, des moyens de signaler leur présence par des signaux lumineux (phares ou fusées), etc. De plus, dans chaque navire, certains canots devraient être équipés de moyens de propulsion mécanique[93]. Les compagnies n'obéissant pas à ces réglementations s'exposeront à des sanctions[93].

Les cinq recommandations qui suivent avaient pour but d'améliorer le maniement des canots et leur remplissage. Désormais, des hommes d'équipage devraient être formés au maniement et à la mise à l'eau des canots, en plus de ceux qui y étaient déjà formés[94] (c'est-à-dire les matelots). La commission exigea notamment que sur chaque navire, les membres d'équipage effectuent des exercices de remplissage des canots, et de mise à la mer[94]. Ces exercices devraient être écrits dans le journal de bord officiel par les officiers[94], afin que les inspecteurs puissent vérifier leur tenue.

Enfin, les sept dernières recommandations étaient d'ordre plus général. D'abord les veilleurs devaient subir des tests de vision[95]. Les postes de Transmission sans fil (TSF) devraient ensuite être présents dans chaque navire, et ceux-ci devraient fonctionner 24 heures sur 24[95]. Ces recommandations ont ensuite été publiées dans les Documents Parlementaires britanniques.

Films, téléfilms et documentaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titanic au cinéma.

Le naufrage du Titanic a été illustré dans un certain nombre de films et de téléfilms. Le premier est Saved from the « Titanic », un film américain d'Étienne Arnaud mettant en scène Dorothy Gibson, rescapée du naufrage. Sorti en 1912, il n'en reste aucune trace à la suite de l'incendie des studios où il était entreposé, en 1914[96]. La même année sort In Nacht und Eis, un film muet allemand de Mime Misu[97] qui présente cependant une histoire assez éloignée de la réalité[Note 6]. L'année 1915 voit également la production de Titanic, un film muet italien de Pier Angelo Mazzolotti (it) avec Mario Bonnard, Giovanni Casaleggio et Luigi Duse[98].

En 1943, Joseph Goebbels demande le tournage de Titanic, une superproduction destinée à la propagande nazie, réalisée par Werner Klingler et Herbert Selpin avec Sybille Schmitz et Hans Nielsen[99]. Le film, tourné sur le Cap Arcona (un paquebot allemand dont le naufrage entraîne 5 000 morts en 1945), est marqué par l'emprisonnement et la mort de son premier réalisateur, Herbert Selpin. Il ne sort finalement pas en Allemagne, Goebbels craignant de démoraliser la population qui subit de nombreux bombardements britanniques.

En 1953 sort Titanic, un film américain de Jean Negulesco avec Barbara Stanwyck et Robert Wagner[100]. L'année 1958 voit l'arrivée sur les écrans du film Atlantique, latitude 41° (A Night to Remember), film britannique de Roy Ward Baker avec Kenneth More et Ronald Allen[101]. Adapté du livre La Nuit du « Titanic » de l'historien Walter Lord, il a été réalisé avec l'aide de certains acteurs du drame, dont le quatrième officier Joseph Boxhall, ce qui en fait un des films les plus proches de la réalité.

En 1979 sort S.O.S. « Titanic », film américano-britannique de William Hale avec David Janssen, Cloris Leachman et Susan Saint James[102]. Le film est très inspiré de l'ouvrage de Lawrence Beesley The Loss of S.S. « Titanic », et celui-ci est interprété par David Warner qui joue également dans le film Titanic de 1997. L'année suivante sort La Guerre des abîmes (Raise the « Titanic »), film américain de Jerry Jameson adapté du roman de Clive Cussler, avec Jason Robards et Richard Jordan[103].

En 1996, Le « Titanic », un téléfilm américain de Robert Lieberman avec George C. Scott, Peter Gallagher et Catherine Zeta-Jones est produit[104].

Mais le plus célèbre des films concernant le Titanic est le film de James Cameron, Titanic, sorti en 1997. Mettant en scène Leonardo DiCaprio, Kate Winslet et Billy Zane le film remporte 11 Oscars et 1 845 034 188 $ au box office mondial[105]. Ce film ravive l'intérêt pour le Titanic, entraînant la parution (et parfois la réédition) de nombreux ouvrages, ainsi que des expositions, et la création de nombreux sites internet[106]. Cameron produit également, en 2003, le documentaire Les Fantômes du « Titanic » concernant l'épave du navire.

En 2003 a également été produit un film d'animation italien, À la recherche du « Titanic », par Orlando Corradi, mais celui-ci n'est jamais sorti.

En 2012, une mini-série télévisée Titanic de Jon Jones rend hommage à la catastrophe un siècle après. James Cameron, le réalisateur du film à succès de 1996, réalise un documentaire présentant les dernières découvertes sur le naufrage, et explique aussi les corrections à apporter à son film au regard de ces dernières découvertes[21].

Le naufrage n'est plus un record en termes de victimes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de naufrages.

À son époque, le naufrage du Titanic est le plus grand désastre maritime en temps de paix[14],[36] avec entre 1 491 et 1 513 morts, mais il est largement dépassé depuis. Le 29 mai 1914, environ deux ans après le naufrage du Titanic, l’Empress of Ireland, de la Canadien Pacifique, coule en entraînant 1 012 personnes dans la mort. Il avait été abordé par un cargo norvégien alors que les deux navires se trouvaient dans un banc de brume près de Rimouski au Québec[107]. Ce naufrage ne bat pas le record du Titanic, mais plus de passagers en sont victimes (840 contre 818 pour le Titanic). Toutefois l'événement fut en grande partie masqué par le début de la Première Guerre mondiale[108].

Un naufrage dépassant celui du Titanic en termes de victimes se produit la première fois le 17 juin 1940, lorsque le RMS Lancastria est coulé par l'aviation allemande, causant environ 4 000 morts[109]. Ce chiffre est plusieurs fois dépassé dans les années qui suivent. Le naufrage le plus meurtrier, encore de nos jours, est celui du Wilhelm Gustloff, coulé le 30 janvier 1945 par un sous-marin soviétique, entraînant la mort de 9 340 personnes[110],[111].

Le premier naufrage à dépasser celui du Titanic en temps de paix se produit le 20 décembre 1987. Le Doña Paz, un traversier, coule après être entré en collision avec un pétrolier, Vector, dans le détroit de Tablas, aux Philippines et aurait fait plus de 4 000 victimes[112].

Il y a plus récemment le naufrage du Joola, qui est un bateau assurant la navette entre la capitale sénégalaise et la région naturelle de Casamance située au sud du Sénégal. Il a sombré le 26 septembre 2002 peu avant 23 heures en provoquant la mort de 1 963 personnes[113] alors qu'il était conçu pour en transporter 550, constituant ainsi la plus grande tragédie de l'histoire du Sénégal et un des naufrages les plus tragiques du monde en temps de paix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b La réputation du Titanic d'être un navire insubmersible n'est apparue qu'après le naufrage. Il est pourtant vrai que la presse avait déjà désigné le Titanic « insubmersible », mais ceci était courant à l'époque concernant les paquebots modernes
  2. En langage maritime, trois coups de cloche signifie « Obstacle droit devant »
  3. En 1912, les ordres respectaient les codes de la marine à voile. Ainsi, lorsqu'il était demandé de mettre la barre à droite, l'homme de barre devait mettre la barre à gauche. Cette disposition ambigüe a été changée en 1933 dans la marine britannique.
  4. Bien que plus proche du Titanic que le Carpathia, le Mount Temple doit contourner une large zone de glaces pour accéder au Titanic, ce qui explique qu'il soit arrivé après.
  5. De plus, les passagers de troisième classe sont les seuls à ne pas avoir accès au pont des embarcations en temps normal. Les deux autres classes y ont un accès direct par un escalier. De fait, la plupart des passagers de troisième classe n'ont pas réussi à trouver leur chemin jusqu'aux canots.
  6. Ainsi, les chaudières du navire explosent durant la nuit, et on ne dénombre qu'une victime.

Références[modifier | modifier le code]

Corrado Ferruli, Titanic, Hachette collections, 2003, (ISBN 2-84634-298-9).

  1. Corrado Ferruli, p. 157
  2. a, b, c et d Corrado Ferruli, p. 94
  3. Corrado Ferruli, p. 94-96
  4. a et b Corrado Ferruli, p. 100
  5. Corrado Ferruli, p. 146
  6. Corrado Ferruli, p. 97-98
  7. Corrado Ferruli, p. 148
  8. Corrado Ferruli, p. 267
  9. Corrado Ferruli, p. 235
  10. Corrado Ferruli, p. 132
  11. Corrado Ferruli, p. 157-160
  12. Corrado Ferruli, p. 152
  13. a et b Corrado Ferruli, p. 151
  14. Corrado Ferruli, p. 153
  15. Corrado Ferruli, p. 123
  16. Corrado Ferruli, p. 149
  17. Corrado Ferruli, p. 109
  18. a, b, c et d Corrado Ferruli, p. 271
  19. Corrado Ferruli, p. 202
  20. a et b Corrado Ferruli, p. 188
  21. Corrado Ferruli, p. 233-234
  22. Corrado Ferruli, p. 238-239
  23. Corrado Ferruli, p. 256
  24. a et b Corrado Ferruli, p. 268
  25. Corrado Ferruli, p. 262
  26. a, b et c Corrado Ferruli, p. 266
  27. Corrado Ferruli, p. 263
  28. Corrado Ferruli, p. 281
  29. a et b Corrado Ferruli, p. 282

Hugh Brewster et Laurie Coulter, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le « Titanic », Éditions Glénat, 1999, (ISBN 2-7234-2882-6).

Archibald Gracie, Rescapé du « Titanic », Éditions Ramsay, 1998, (ISBN 2-84114-401-1).

  1. Archibald Gracie, p. 200
  2. Archibald Gracie, p. 230-246
  3. Archibald Gracie, p. 108
  4. Archibald Gracie, p. 159-160
  5. Archibald Gracie, p. 264
  6. Archibald Gracie, p. 268
  7. Archibald Gracie, p. 175
  8. Archibald Gracie, p. 184-196
  9. Archibald Gracie, p. 278-279
  10. Archibald Gracie, p. 139
  11. a, b, c et d Archibald Gracie, p. 57
  12. a, b et c Archibald Gracie, p. 61
  13. a et b Archibald Gracie, p. 62
  14. Archibald Gracie, p. 41
  15. Archibald Gracie, p. 56-58
  16. Archibald Gracie, p. 26

(en) Samuel Halpern, Cathy Akers-Jordan, George Behe, Bruce Beveridge, Mark Chirnside, Tad Fitch et Dave Gittins, Report into the loss of the SS « Titanic » - A centennial Reappraisal, The History Press,‎ 2011 (ISBN 978-0-7524-6210-3)

  1. a, b, c, d, e et f Halpern et al. 2011, p. 135
  2. Halpern et al. 2011, p. 118 et 119

Autres articles et ouvrages

  1. a, b et c (fr) Foire aux questions sur le Titanic, « Titanic », l'Exposition. Consulté le 2 mai 2009
  2. Richard Howells, Le Mythe du « Titanic », (ISBN 0333725972)
  3. Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 28, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  4. (en) Isidor Straus, Encyclopedia Titanica. Consulté le 13 avril 2009
  5. (en) John Jacob Astor, Encyclopedia Titanica. Consulté le 13 avril 2009
  6. (en) Margaret Brown, Encyclopedia Titanica. Consulté le 27 avril 2009
  7. (en) Benjamin Guggenheim, Encyclopedia Titanica. Consulté le 13 avril 2009
  8. (en) Question no 23 - Was Titanic warned about the icebergs in the area?, RMS « Titanic », Inc.. Consulté le 16 juillet 2007
  9. a et b (fr) Les avis de glace, Le Site du « Titanic ». Consulté le 17 septembre 2009
  10. a, b et c Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 54, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  11. (en) La chronologie du RMS Titanic, Footnote.com. Consulté le 30 août 2009
  12. (en) Question no 25 - When and where did the collision occur?, RMS « Titanic », Inc.. Consulté le 16 juillet 2007
  13. a, b, c et d Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 32, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  14. a, b, c et d (fr) Histoire et naufrage du Titanic en 1912, dark-stories.com. Consulté le 16 juillet 2007
  15. (en) Ordre de stopper, titanic.marconigraph.com. Consulté le 24 juillet 2009
  16. (en) Mark Chirnside, The Olympic-class ships, Tempus, 2004, p. 156
  17. Chronique du XXe siècle, édition Larousse, p. 151
  18. Conférence de Berlin de 1906
  19. Gérard Piouffre, Le « Titanic » ne répond plus, Larousse, 2009, p. 24
  20. (en) Question no 37 - What ships came to the Titanic’s rescue and what ships did not?, RMS « Titanic », Inc.. Consulté le 16 juillet 2007
  21. a, b, c, d, e et f « Titanic »: the final word with James Cameron », de History Channel
  22. Robin Gardener & Dan van der Vat, The Riddle of the « Titanic », p. 136
  23. Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 36, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  24. Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 45, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  25. a, b, c et d « Titanic » 100th anniversary: mystery solved - by Woods Hole Oceanographic Institution and History Channel - 2012
  26. a, b, c et d (en) « First Map of Entire Titanic Wreck Site Sheds New Light on Disaster », History.com. Consulté le 19 mai 2012.
  27. a, b, c et d (en) « The Crash Scene », NationalGeographic.com. Consulté le 19 mai 2012.
  28. Tout l'Univers, 1971, Tome 13, p. 2329
  29. Robert Ballard, L'Exploration du « Titanic », Glénat, 1988, p. 29
  30. (en) Harold Bride, Encyclopedia Titanica. Consulté le 30 août 2009
  31. a et b (en) « Songe d'Automne », Encyclopedia Titanica. Consulté le 30 août 2009
  32. (en) Question no 34 - Were third-class passengers deliberately kept below decks?, RMS « Titanic », Inc.. Consulté le 16 juillet 2007
  33. (en) Question no 33 - How long did it take Titanic to sink ?, RMS « Titanic », Inc.. Consulté le 16 juillet 2007
  34. (en) Causes et effets du naufrage du Titanic, writing.eng.vt.edu. Consulté le 28 août 2009
  35. (en) Commission d'enquête sénatoriale, 18e jour, titanicinquiry.org. Consulté le 28 août 2009
  36. a, b et c Quid 2005, p. 1854
  37. Chronique du XXe siècle, édition Larousse p. 151
  38. Encyclopédie Universelle Larousse Multimédia 2006
  39. a, b, c et d (fr) Le bilan du naufrage, Le Site du « Titanic ». Consulté le 16 mars 2009
  40. Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 50, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  41. Beau Riffenburgh, « Toute l'histoire du Titanic », Sélection du Reader's Digest, juillet 2008, p. 51, (ISBN 978-2-7098-1982-4).
  42. CGS Montmagny
  43. a et b (en) « Mackay-Bennett », Encyclopedia Titanica. Consulté le 23 avril 2009
  44. (en) Liste des corps non identifiés, Encyclopedia Titanica. Consulté le 6 juillet 2009
  45. a et b (fr) Les cimetières de Halifax, Le Site du « Titanic ». Consulté le 6 juillet 2009
  46. a et b (en) Le bébé du Titanic identifié, BBC News. Consulté le 6 juillet 2009
  47. (en) Sydney Leslie Goodwin, Encyclopedia Titanica. Consulté le 6 juillet 2009
  48. (en) « Give Lighthouse For Titanic’s Dead », Encyclopedia Titanica. Consulté le 23 avril 2009
  49. a, b, c, d, e et f (fr) Les mémoriaux, Le Site du « Titanic ». Consulté le 6 juillet 2009
  50. a et b (en) Women's « Titanic » Memorial, Titanic-Titanic.com. Consulté le 23 avril 2009
  51. (en) Edward Smith, Encyclopedia Titanica. Consulté le 23 avril 2009
  52. (en) Wallace Hartley, Encyclopedia Titanica. Consulté le 23 avril 2009
  53. (en) Belfast « Titanic » Memorial, Titanic-Titanic.com. Consulté le 23 avril 2009
  54. (en) Thomas Andrews Comber, Titanic-Titanic.com. Consulté le 23 avril 2009
  55. (en) Eva Miriam Hart, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  56. (en) Edith Eileen Brown, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  57. (en) Louise Laroche, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  58. (en) Eleonor Ileen Johnson, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  59. a et b (en) Michel Marcel Navratil, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  60. (en) Winnifred Vera Quick, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  61. (en) Lillian Gertrud Asplund, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  62. (en) Barbara West, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  63. (en) Millvina Dean, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  64. Le dernier survivant américain du Titanic est décédé, Wikinews. Consulté le 15 juin 2007.
  65. (fr) « Mort de l'une des deux dernières rescapées du Titanic », dans lalibre.be, Consulté le 3 mars 2009.
  66. (fr) « Décès de la dernière survivante du Titanic », tsr.ch. Consulté le 3 mars 2009.
  67. (en) Bertha Watt, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  68. (en) Ellen Natalia Shine, Encyclopedia Titanica. Consulté le 10 mars 2009.
  69. Philippe Masson, Le Drame du « Titanic », Éditions Tallandier, 1998, p. 112, (ISBN 2-235-02176-X).
  70. (fr) Météo en 1912 meteo-paris.com. Consulté le 8 mai 2009
  71. a, b, c, d et e Brad Lendon, « Researchers: Rare astronomical alignment may have doomed « Titanic », This Just In sur CNN, 7 mars 2012
  72. Jim Forsyth, « Titanic » may have been sunk by once in 1,400 year lunar event », National Post, 7 mars 2012
  73. (en)Tim Maltin, « Did the Titanic Sink Because of an Optical Illusion? », sur Smithsonian,‎ mars 2012
  74. (fr) Les jumelles du « Titanic » retrouvées L'Humanité.fr. Consulté le 19 avril 2009
  75. (fr) Les essais Le Site du « Titanic ». Consulté le 18 avril 2009
  76. (en) Defending Fleet and Lee Encyclopedia Titanica. Consulté le 18 avril 2009
  77. (fr) Titanic : la clé du naufrage mise aux enchères Courrier international.com. Consulté le 19 avril 2009
  78. Gérard Piouffre, Le « Titanic » ne répond plus , Larousse, 2009, p. 89, (ISBN 978-2-03-584196-4).
  79. (en) Lord Mersey, Encyclopedia Titanica. Consulté le 7 mai 2009
  80. (en) Le talon d'Achille du Titanic, BBC, 2002. Consulté le 16 septembre 2009
  81. (en) Témoignage de Edward Wilding, « Titanic » inquiry project. Consulté le 16 septembre 2009
  82. a et b (fr) Les raisons d'une tragédie Trésors du « Titanic », La Cité des sciences. Consulté le 26 mars 2009
  83. a, b et c (en) Question no 49 - Who discovered the wreck?, RMS « Titanic », Inc. Consulté le 16 juillet 2007/.
  84. (en) Question no 44 - How deep is the wreck?, RMS « Titanic », Inc. Consulté le 16 juillet 2007.
  85. a, b, c et d (en) Jennifer Hooper McCarty et Tim Foecke, What Really Sank the Titanic: New Forensic Discoveries, Citadel Press Inc., mars 2008 (ISBN 978-0806528953).
  86. (en) L'incident du Californian, Encyclopedia Titanica. Consulté le 29 avril 2009
  87. a et b (fr) Historique de la Garde côtière canadienne et des Services de la Marine Garde côtière canadienne. Consulté le 1er mai 2009
  88. (fr) Les canots et la réglementation, Le Site du « Titanic ». Consulté le 1er mai 2009
  89. (en) « International Convention for the Safety of Life at Sea (SOLAS), 1974 », IMO. Consulté le 31 mai 2010
  90. a, b et c Robert Ballard et Rick Archbold, Les Grands Paquebots disparus, Éditions Glénat, 1998, p. 100, (ISBN 2-7234-2453-7).
  91. (en) La commission d'enquête britannique sur le Naufrage, « Titanic » inquiry project. Consulté le 21 juillet 2009
  92. (en) Recommandations, subdivisions étanches, « Titanic » inquiry project. Consulté le 21 juillet 2009
  93. a, b et c (en) Recommandations, canots et radeaux de sauvetage, « Titanic » inquiry project. Consulté le 21 juillet 2009
  94. a, b et c (en) Recommandations, remplissage des canots, « Titanic » inquiry project. Consulté le 21 juillet 2009
  95. a et b (en) Recommandations, généralités, « Titanic » inquiry project. Consulté le 21 juillet 2009
  96. (fr) Le Titanic et le cinéma, le Site du « Titanic ». Consulté le 4 août 2009
  97. (fr) In Nacht und Eis, IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  98. (fr) Titanic (1915), IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  99. (fr) Titanic (1943), IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  100. (fr) Titanic (1953), IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  101. (fr) A Night to Remember, IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  102. (fr) S.O.S. « Titanic », IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  103. (fr) Raise the « Titanic », IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  104. (fr) Titanic (1996), IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  105. (fr) Titanic (1997), IMDb.com. Consulté le 4 mars 2009
  106. Gérard Piouffre, Le « Titanic » ne répond plus, Larousse, 2009, p. 305
  107. Robert Ballard et Rick Archbold, Les Grands Paquebots disparus, Éditions Glénat, 1998, p. 106 à 111, (ISBN 2-7234-2453-7).
  108. Olivier Le Goff, Les Plus Beaux Paquebots du monde, Solar, 1998, p. 29, (ISBN 2-263-02799-8)
  109. (en) « Lancastria Association of Scotland » (consulté le 30 avril 2014).
  110. (en) 1945, Les Désastres maritimes de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 28 avril 2009
  111. (en) Un mémorial pour le Wilhelm Gustloff, feldgrau.com. Consulté le 28 avril 2009
  112. (en) Doña Paz, Kazard Cards. Consulté le 28 avril 2009
  113. Le Monde du 24 février 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Écouter cet article (info sur le fichier)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 17 octobre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.