Amanu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amanu
Vue satellite de la NASA
Vue satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 17° 48′ 22″ S 140° 45′ 39″ O / -17.806111, -140.76083317° 48′ 22″ S 140° 45′ 39″ O / -17.806111, -140.760833  
Superficie 9,6 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Hao
Démographie
Population 195 hab. (2012[1])
Densité 20,31 hab./km2
Plus grande ville Ikitake
Autres informations
Découverte 1606 (supposée)
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Amanu
Amanu
Atolls de France

Amanu également appelé Timanu ou Karere[2] est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci fait partie de la commune de Hao dont l'île principale Hao est située à 19 km au nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Amanu est situé à 19 km au nord de Hao, l'île la plus proche, et à 875 km à l'est de Tahiti. C'est un atoll ovale de 32 km de longueur et 10 km de largeur maximales pour une surface de terres émergées de 9,6 km2 et un lagon de 240 km2, accessible par une double passe située à l'ouest de l'atoll.

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de 115 mètres) du sommet d'un mont volcanique sous-marin homonyme, qui mesure 3 360 mètres depuis le plancher océanique, formé il y a entre 43,7 et 45,9 millions d'années[3].

L'atoll est habité en 2012 par 195 personnes[1] regroupées principalement dans le village de Ikitake situé à l'ouest près de la passe sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'atoll aurait été possiblement l'un des premiers de Polynésie à avoir été découvert par les Européens (après Puka Puka potentiellement approché par Magellan en janvier 1521). Des canons du XVIe siècle appartenant vraisemblablement au navire San Lesmes de l'expédition de Juan Sebastian Elcano et García Jofre de Loyasa, disparu en 1526, ont en effet été retrouvés sur le tombant de son récif en 1921 et remontés en 1969[4]. Toutefois, le premier Européen à faire mention de l'atoll serait le navigateur portugais Pedro Fernandes de Queirós qui l'aurait abordé le 12 février 1606, sans que cela soit totalement attesté[5]. De manière certaine, Amanu est visité le 1er novembre 1774 par le navigateur espagnol José de Andía y Varela qui le nomme Las Animas[6]. Il est accosté par l'explorateur russe Fabian Gottlieb von Bellingshausen le 8 juillet 1820 qui le nomme Moller[6],[2], puis le 26 avril 1823 par le Français Louis Isidore Duperrey, à bord de La Coquille, qui le nomme Freycinet[7]. C'est enfin le navigateur britannique Frederick William Beechey qui le visite le 21 février 1826[6].

Au XIXe siècle, Amanu devient un territoire français peuplé alors de près de 100 habitants autochtones vers 1850[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Amanu présente la particularité, relativement rare dans les Tuamotu, de posséder un petit port artificiel protégé à l'intérieur de son lagon à Ikitake.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. a et b Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, Volume 8, No. 4, December 1899, p. 264-8
  3. (en) Amanu Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  4. Le Mémorial polynésien, tome 1 (1521-1833), sous la direction de Philippe Mazellier, éditions Hibiscus, 1978, pages ???[précision nécessaire].
  5. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  6. a, b et c Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), p. 275-282.
  7. Atoll de Amanu sur le site www.tahitiheritage.pf
  8. Notices sur les colonies françaises, Étienne Avalle, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 640 Ouvrage disponible sur le site Google Livres