Fakahina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fakahina
Vue satellite de la NASA
Vue satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 59′ 00″ S 140° 07′ 59″ O / -15.9833, -140.13315° 59′ 00″ S 140° 07′ 59″ O / -15.9833, -140.133  
Superficie 8 km2
Nombre d'îles 1
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Fangatau
Démographie
Population 155 hab. (2012[1])
Densité 19,38 hab./km2
Plus grande ville Tarione
Autres informations
Découverte 1824
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Fakahina
Fakahina
Atolls de France

Fakahina est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci fait partie de la commune de Fangatau et constitue l'un des atolls les plus isolés de l'archipel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fakahina est situé à 73 kilomètres à l'est de Fangatau, l'atoll le plus proche, et à 980 kilomètres de Tahiti. C'est un atoll ovoïde de 8,5 km de longueur et 5,0 km de largeur maximales pour une surface de terres émergées de 8 km2. Il est continu, à motu unique, avec lagon d'environ 20 km2 dépourvu de passe communicant avec l'océan.

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de quelques mètres) du sommet d'un très petit mont volcanique sous-marin homonyme, qui mesure 1 845 mètres depuis le plancher océanique, formé il y a entre 43,4 et 44,2 millions d'années[2].

Les principaux villages de l'île sont Tarione, situé à l'ouest de l'atoll, et l'ancien village de Hokikakika.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention européenne de l'atoll est faite par le navigateur germano-balte Otto von Kotzebue qui l'aborde le 2 mars 1824[3] et le nomme du nom de son bateau Predpriatic, lors de sa deuxième expédition en Polynésie[4]. L'atoll est ensuite abordé le 3 février 1837 par le britannique Edward Belcher[3]. L'île porte alors le nom polynésien de Niuhi (signifiant « île aux Cocotiers ») avant de prendre son nom actuel[5].

Vers 1850, Fakahina devient un territoire français peuplé alors d'environ 150 habitants autochtones[6]. L'île est évangélisée à la fin du XIXe siècle par le père missionnaire Montiton qui fait construire le village de Hokikakika et la première église[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Durant des années l'activité principale de l'île était liée au coprah dont la production maximale atteignant environ 350 tonnes vers 1915[5].

Fakahina possède un petit aérodrome, avec une piste de 850 mètres de long, en service sur la portion ouest de l'atoll depuis 1985. En juin 2012, le Haut-Commissaire de la République, Richard Didier, s'est déplacé à Fakahina pour signifier son intérêt pour le désenclavement des atolls éloignés et la mise à niveau de leurs infrastructures, notamment le prolongement de l'aérodrome[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. (en) Fakahina Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  3. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp.275-282.
  4. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p.61.
  5. a, b et c Atoll de Fakahina - Nuihi sur le site tahitiheritage.pf
  6. Notices sur les colonies françaises, Étienne Avalle, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p.640 Ouvrage disponible sur le site Google Livres.
  7. Le déplacement du Haut-Commissaire à Raroia, Fakahina, Puka Puka et Hikueru, placé sous le signe du désenclavement des atolls éloignés et la mise à niveau de leurs infrastructures sur www.tahiti-infos.com le 29 juin 2012.