Tepoto Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tepoto Nord
Photo satellite de la NASA
Photo satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 14° 06′ 05″ S 141° 25′ 47″ O / -14.1013364, -141.429826214° 06′ 05″ S 141° 25′ 47″ O / -14.1013364, -141.4298262  
Superficie 2 km2
Nombre d'îles 1
Géologie atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Napuka
Démographie
Population 61 hab. (2012[1])
Densité 30,5 hab./km2
Plus grande ville Tehekega
Autres informations
Découverte 1765
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tepoto Nord
Tepoto Nord
Atolls de France

Tepoto Nord ou Toho ou Pukapoto[2] est un atoll, constitué par une seule île, situé dans le groupe des Îles du Désappointement dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Elle tient son nom de Tepoto Nord pour la différencier de Tepoto Sud, un atoll situé 425 km au sud-ouest, dans les Îles Raevski.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tepoto Nord est une île ovale qui s'étend sur 2,6 km de longueur et 1 km de largeur maximales pour une surface de 2 km2 et ne possède pas de lagon. Une route circulaire en fait le tour et passe par le principal village Tehekega. L'île est habitée par une soixantaine de personnes de manière permanente.

Tepoto Nord est rattaché à l'atoll de Napuka situé à 17 km au sud-est et formant à eux deux la commune de Napuka.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de l'atoll par les Européens est due à l'explorateur britannique John Byron qui le 7 juin 1765[3],[4] le nomme Wytoohee Island ou île de la Désolation[2]. Il ne parvient pas à mouiller l'ancre et renonce à débarquer en raison de l'hostilité des habitants. John Byron n'aura pas plus de succès à Napuka et pour cette raison, ne pouvant se ravitailler pour lutter contre le scorbut qui atteint son équipage, il donne à ces îles le nom d'îles de la Désolation. Tepoto Nord est également abordé le 23 août 1839 par le navigateur américain Charles Wilkes lors de son expédition australe[3].

Du fait de son isolement Tepoto, avec Napuka, fut l'un des derniers atolls des Tuamotu à préserver des coutumes polynésiennes traditionnelles, des spécificités linguistiques (le paumotu parlé à Napuka et Tepoto est l'une des sept variantes de cette langue polynésienne), et à être évangéliser en 1878. Pour cette raison, ils furent de premier intérêt pour les études ethnographiques et archéologiques de la première moitié du XXe siècle avec deux missions conduites en 1929 à Napuka et surtout en 1934 à Tepoto par KP Emory[5]. Ce dernier nota des techniques propres aux deux îles et disparues partout ailleurs ainsi que la description d'un rituel de sacrifice et consommation de tortues effectué sur le seul marae encore en état le « Te Tahata », près duquel furent mises à jour en 1984 de nombreuses sépultures humaines datant de 1850 et probablement liées à la mort rapide des habitants de l'atoll après la venue d'un bateau américain qui propagea une épidémie à laquelle furent très sensibles ces populations isolées[5].

Vers 1940 fut construite l'église sainte-Thérèse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. a et b Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, Volume 8, No. 4, December 1899, p.264-8
  3. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp.275-282.
  4. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p.61.
  5. a et b Mémoire de pierre, mémoire d'homme : Tradition et archéologie en Océanie par Michel Julien, Catherine Orliac, Michel Orliac, Presses de la Sorbonne, vol. 23, 1996, (ISBN 9782859442989) pp.75-79.