Kaukura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kaukura
Vue satellite de la NASA
Vue satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 45′ 00″ S 146° 40′ 59″ O / -15.75, -146.683 ()15° 45′ 00″ S 146° 40′ 59″ O / -15.75, -146.683 ()  
Superficie 11 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Arutua
Démographie
Population 475 hab. (2012[1])
Densité 43,18 hab./km2
Plus grande ville Raitahiti
Autres informations
Découverte 1774
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Kaukura
Kaukura
Atolls de France

Kaukura, également nommé Kaheko[2], est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française dans le sous-groupe des Îles Palliser. Il fait partie de la commune d'Arutua.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de Kaukura.

Kaukura se trouve à 24 km au sud d'Arutua et d'Apataki ainsi qu'à 330 km au nord-est de Tahiti. C'est un atoll ovoïde de 47 km de longueur et 13 km de largeur maximales pour une surface de terres émergées de 11 km2, réparties en une cinquantaine de motus et un lagon d'une superficie de 434 km2 accessible par une passe unique au nord.

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de quelques mètres) du sommet d'un petit mont volcanique sous-marin homonyme, qui mesure 805 mètres depuis le plancher océanique, formé il y a entre 60,1 et 62,3 millions d'années[3].

La population est de 475 habitants en 2012, vivant principalement dans le village de Raitahiti.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'atoll fut pour la première fois[4] reporté par un Européen le 19 avril 1774 par le navigateur James Cook[5],[6] qui l'aborde lors de son deuxième voyage en Polynésie et l'associe au groupe des Îles Palliser. Le 19 juillet 1820, l'explorateur russe Fabian Gottlieb von Bellingshausen accoste également l'atoll[6] lors de son expédition australe.

Au XIXe siècle, Kaukura devient un territoire français, d'environ 100 habitants autochtones, qui développe la production d'huile de coco (environ 15 tonneaux par an vers 1860)[7]. En 1903, l'atoll a été durement touché par un cyclone[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Le tourisme et la pêche lagonaire, à destination de Tahiti, sont la principale source d'activité de Kaukura. L'atoll possède depuis 1994 un aérodrome sur le grand motu ouest.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Katiu accueille des spécimens de Cassytha filiformis[9], Abutilon grandifolium[10], Hibiscus tiliaceus[11], et des Amaranthaceae du genre Achyranthes aspera var. velutina[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, Volume 8, No. 4, December 1899, p.264-8
  3. (en) Kaukura Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  4. Il semblerait que l'explorateur hollandais Jakob Roggeveen qui fit mention des atolls voisins d'Arutua et d'Apataki, lors de son voyage de 1722 n'est pas abordé ni mentionné Kaukura, bien que d'autres sources considèrent que si le 28 mai 1722, voir Bonvallot (1994).
  5. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p.61.
  6. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp.275-282.
  7. Notices sur les colonies françaises, Étienne Avalle, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p.634.
  8. (en) Review of the protected areas system in Oceania Arthur L. Dahl, IUCN Commission on National Parks and Protected Areas, United Nations Environment Programme, éd. IUCN, 1986, (ISBN 9782880325091), p.203.
  9. Flore de la Polynésie française par Jacques Florence, éditions IRD, 2004, (ISBN 9782709915434), p.145
  10. Florence (2004), p.163.
  11. Florence (2004), p.203.
  12. Florence (2004), p.50.