Éric Losfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éric Losfeld, né le 9 mars 1922 à Mouscron en Belgique, mort le 18 novembre 1979 à Paris, est un éditeur, également écrivain sous le pseudonyme de Dellfos.

Biographie[modifier | modifier le code]

Complice à ses débuts de François Di Dio et de Jean d'Halluin (éditeur des Vernon Sullivan), Éric Losfeld est le créateur à Paris d'au moins trois[1] maisons d'éditions : en 1951, voient le jour les éditions « Arcanes » (en référence à Arcane 17, d'André Breton) puis, en 1955, les éditions « Le Terrain Vague »[2], qui est aussi le nom de sa librairie ; ouverte d'abord rue du Cherche-Midi, puis transférée en 1967 au 14-16 de la rue de Verneuil, elle devient un lieu de rencontres intellectuelles intenses. Par la suite, Losfeld développa aussi la marque « Éric Losfeld éditeur ».

Durant cette période, il publiera, souvent sans nom d'éditeur, des textes considérés par les juges comme « obscènes ». Assigné en justice de nombreuses fois, il est, avec Jean-Jacques Pauvert, l'un des éditeurs français de l'après-guerre qui tenta de sortir l'érotisme de son carcan juridique restrictif[3]. C'est bien entendu la fameuse « loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse »[4], qui, interprétée par les juges, fut opposée à Losfeld et à d'autres éditeurs. En conséquence, nombre d'ouvrages édités par Losfeld ne pouvaient être ni vendus aux mineurs, ni exposés en librairie, ni même publicisés.

En 1960, Éric Losfeld compta au nombre des signataires du Manifeste des 121.

Un catalogue jugé provocateur[modifier | modifier le code]

Losfeld a publié sans doute près d'un millier d'ouvrages.

Éditeur, entre autres, de Eugène Ionesco, Xavier Forneret, Benjamin Péret, Marcel Duchamp, Boris Vian, Jean Boullet, Charles Duits, Jacques Sternberg, Maurice Raphaël, Mario Mercier, Ado Kyrou, il a réédité le marquis de Sade, Sacher Masoch et publié de nombreux ouvrages surréalistes ou érotiques, dont ceux d'Emmanuelle Arsan (1967).

Éric Losfeld fut aussi éditeur de périodiques, notamment :

  • le magazine Positif,
  • le magazine Midi Minuit Fantastique, consacré aux films fantastiques, d'horreur et de science-fiction des années 1960, et
  • la dernière revue dirigée par André Breton, La Brèche, action surréaliste (1961-1965).

Il publia également des albums de bandes dessinées avant-gardistes : en 1965, il ouvre à un public adulte un genre qui s'adressait jusque-là surtout à la jeunesse en éditant notamment Barbarella de Jean-Claude Forest, qui inspira le film homonyme de Roger Vadim. Il publia également Les Aventures de Jodelle et Pravda la Survireuse de Guy Peellaert, Epoxy de Paul Cuvelier et Jean Van Hamme, la Saga de Xam de Nicolas Devil, ainsi que le premier album de Philippe Druillet : Lone Sloane, le mystère des abîmes.

En 1970, il sort le remarquable livre-album La Monnaie vivante, comportant des textes et des dessins de Pierre Klossowski et des photographies de Pierre Zucca.

Éric Losfeld a écrit son autobiographie, Endetté comme une mule, ou la Passion d'éditer, parue chez Pierre Belfond en 1979, dans laquelle il revient sur ses débuts et, entre autres, ses démêlés avec la justice.

À la mort de Losfeld, son épouse et sa fille, Joëlle Losfeld, tentèrent de continuer à faire vivre le fonds des Éditions Le Terrain Vague. Dans les années 1990, avec la collection "Arcanes", Joëlle Losfeld réédite en partie le catalogue de son père. Les Éditions Joëlle Losfeld sont aujourd'hui rattachées au groupe Gallimard en tant que collection.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Afin de déjouer la censure et le dépôt légal du ministère de l'Intérieur, Losfeld créa des marques fantaisistes comme "éditions Philéas-Fogg" dont le siège était supposé être à "London-Melbourne-Calcutta" !
  2. Inspiré semble-t-il de la nouvelle de Jean Forton : Le Terrain vague, Pierre Seghers éditeur, Paris, 1951.
  3. Cf. Bernard Joubert, Dictionnaire des livres et journaux interdits, Éditions du Cercle de La Librairie, 2007, où Losfeld est très souvent cité.
  4. Voir le texte officiel en ligne.

Repères[modifier | modifier le code]

  • (en) Catalogue annoté en ligne [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]