Saliout 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Салют-3
(Saliout 3)
Description de l'image Almaz drawing.svg.
Caractéristiques
Organisation Drapeau de l'URSS Union soviétique
Domaine Station spatiale orbitale
Masse 18 500 kg
Lancement à 22:38 UTC
Lanceur Proton
Durée 213 jours
Désorbitage
Orbite Orbite terrestre basse
Périapside 219 km
Apoapside 270 km
Période 89,8 min
Inclinaison 51,6°
Orbites 3 442
Programme Saliout / Almaz
Identifiant COSPAR 1974-046A

Saliout 3 (Connue également sous le nom Almaz OPS 2) a été lancée le . C'était une autre station spatiale militaire de type Almaz ; son lancement depuis le cosmodrome de Baïkonour a réussi et elle a été intégrée au programme Saliout pour déguiser son véritable objectif.

Historique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Militarisation de l'espace.

Elle a atteint une altitude de 219 à 270 km au lancement, et son altitude orbitale finale était de 268 à 272 km. Saliout 3 a une masse totale d'environ 1819 tonnes. Elle possédait trois panneaux solaires latéraux montés sur le corps de la station, et un module de rentrée rétractable pour le retour des données et des matériels de recherche. Seul un des deux équipages a réussi à s'amarrer et à occuper la station, emmené par Soyouz 14 ; Soyouz 15 a tenté d'emmener un autre équipage, mais l'amarrage a échoué.

Elle a testé une grande variété de senseurs de reconnaissance dont 4 caméras d'une résolution de 30 cm; le , le module de retour de la station a été relâché et a été récupéré à terre par les Soviétiques. Le , des essais ont été conduits sur le canon automatique Rikhter R-23 (en)M de 23 mm développé dans le cadre de la protection des stations et satellites militaires du programme spatial soviétique contre leurs homologues américains. Le contrôle de tir se faisait par l'intermédiaire d'un périscope qui retransmettait l'image sur le tableau de bord principal. Afin de contre balancer la réaction du tir au canon, la station était équipée d'un système de moteur manœuvre qui étaient mis à feu au même moment. Le fait que la station soit armée n'a été publiquement révélé qu'en 1998[1].

Des résultats positifs auraient été observés à des distances de 3 000 m à 500 m et quelques heures plus tard, la station a été désorbitée.

Selon diverses sources, le canon a tiré une à trois salves, soit environ 20 obus en tout. Ils ont brûlé dans l'atmosphère. Les résultats des tests restent encore classés. Cependant, il semble que la station Almaz suivante devait être équipée d'une paire de missiles intercepteurs, plutôt que d'un canon mais elle ne fut jamais construite[2].

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 14,55 m
  • Diamètre maximal : 4,15 m
  • Volume habitable : 90 m3
  • Poids au lancement : 18 900 kg
  • Lanceur : fusée Proton (trois étages)
  • Nombre de batteries solaires : 2
  • Véhicule de ravitaillement : cargo Soyouz
  • Nombre de point d'arrimage : 1
  • Nombre total de missions habitées : 2
  • Nombre total de missions habitées longue durée : 1
  • Nombre de moteurs principaux : 2
  • Poussée des moteurs principaux (chaque) : 400 kg
  • Armement : 1 canon automatique de 23 mm

Vaisseaux et équipages[modifier | modifier le code]

Expéditions pour Saliout 3[modifier | modifier le code]

Mission Équipage Date de lancement Vaisseau aller Date de retour Vaisseau retour Durée dans la station
Soyouz 14 Yuri Artyukhin,
Pavel Popovich

18 h 51 08" UTC
Soyouz 14
12 h 21 36" UTC
Soyouz 14 14 jours
Soyouz 15 Guennadi Sarafanov,
Lev Demine

19 h 58 05" UTC
Soyouz 15
20 h 10 16" UTC
Soyouz 15 0 (échec)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La station Saliout 3 (Almaz 2) », sur Capcom Espace (consulté le 19 novembre 2015).
  2. (en) Anatoly Zak, « Here Is the Soviet Union's Secret Space Cannon », sur Popular Mechanics,‎ (consulté le 18 novembre 2015).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]