Luna 26

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de cette image, également commentée ci-après
Maquette de l'orbiteur Luna Ressours
Données générales
Organisation Drapeau de la Russie Roscosmos
Constructeur Drapeau de la Russie Lavotchkine
Domaine Cartographie du sol lunaire
Type de mission Orbiteur lunaire
Statut développement
Autres noms Orbiteur Luna Resours
Lancement vers 2021
Identifiant COSPAR [1]

Caractéristiques techniques
Contrôle d'attitude Stabilisé 3 axes
Source d'énergie panneaux solaires
Orbite polaire
Altitude 50-100 km

Luna 26 ou 'orbiteur Luna Resours est une mission spatiale d'exploration de la Lune étudiée par l'Agence spatiale fédérale russe (Roscosmos). Luna 26, qui doit être lancée vers 2021, est un orbiteur qui doit cartographier les sites d'atterrissage des missions ultérieures et étudier l'environnement immédiat de la Lune.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les responsables russes du programme spatial russe ont relancé au début des années 2000 les projets d'exploration du système solaire. Ils ont décidé dans un premier temps de concentrer leurs efforts sur la Lune. Un plan ambitieux a été défini au cours de la décennie 2000. Il prévoit le lancement de missions robotiques de complexité croissante dont l'objectif final est de permettre l'exploitation des ressources lunaires et l'installation d'équipements scientifiques lourds sur le sol lunaire[1].

Le programme d'exploration lunaire russe[modifier | modifier le code]

Luna 26 s'inscrit dans un programme d'exploration lunaire dont l'objectif final est de résoudre d'importantes questions scientifiques (origine et évolution de la Lune, caractéristiques des régions polaires, volatiles présents, exosphère et rayonnement) et de fournir les éléments indispensables (connaissances du terrain, ressources exploitables) aux futures missions avec équipage. Le programme d'exploration lunaire russe, tel qu'il a été défini en 2016, prévoit des missions robotiques de complexité croissante tenant compte du niveau de maitrise technique des ingénieurs russes et des contraintes budgétaires. A terme, le programme doit permettre l'installation d'observatoire de l'espace profond et du système solaire et de laboratoires scientifiques. Pour remplir ces objectifs, les missions robotiques suivantes sont prévues (projection effectuée en 2016)[1] :

  • l'atterrisseur Luna-Glob (Luna 25) est un engin spatial léger qui doit effectuer une première analyse du régolithe lunaire dans les régions polaires jusqu'à une profondeur de 50 centimètres et collecter des données sur l'exosphère. Il doit également valider les techniques d'atterrissage et les systèmes de télécommunications qui seront mis en œuvre par les missions lunaires suivantes ;
  • l'orbiteur Luna Resours (Luna 26) doit être placé sur une orbite polaire de 100 km. Sa mission est de cartographier l'ensemble de la Lune, d'analyser l'exosphère et le plasma autour de la Lune, d'identifier des sites d'atterrissage dans les régions polaires et de servir de relais de télécommunications pour les missions au sol. Sa date de lancement est prévue ver 2020 ;
  • l'atterrisseur Luna Resours (Luna 27) est un engin plus lourd qui doit atterrir également dans la région du pôle sud. Il doit effectuer une analyse du régolithe lunaire jusqu'à une profondeur de 2 mètres et collecter des données sur l'exosphère. Sur le plan technologique, il doit valider une technique d'atterrissage de haute précision permettant d'éviter les obstacles au sol. Il doit mettre en œuvre une foreuse capable de conserver la température des carottes de terrain prélevées. Sa date de lancement est prévue ver 2021 ;
  • la mission retour d'échantillon Luna Grunt (Luna 28) a pour objectif de ramener sur Terre des échantillons du sol lunaire dont la température a été préservée.

Objectifs de la mission[modifier | modifier le code]

Les objectifs de la mission Luna 26 sont les suivants[1] :

  • cartographier des sites d'atterrissage dans le bassin Pôle Sud-Aitken pour la mission Luna 27 ;
  • analyser le rayonnement dans différentes longueurs d'onde dont le rayonnement gamma ;
  • mesurer le flux de neutrons et le plasma spatial dans la région de la Lune ;
  • Tester les liaisons radio en UHF avec les sites situés à la surface de la Lune dans les régions polaires.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Luna 26 doit être placé sur une orbite polaire à une altitude comprise entre 50 et 100 kilomètres. La mission devrait être lancée vers 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Maxim Litvak, « Russian Lunar Exploration Missions », Roscosmos,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]