Satellite militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un satellite militaire est un satellite artificiel utilisé dans un objectif militaire. Il existe plusieurs catégories de satellites militaires. Les satellites de reconnaissance (ou satellite espion) optiques sont la catégorie la plus fournie : ils permettent de cartographier un territoire et surtout d'identifier les installations fixes, les armes et les troupes. Les satellites d'alerte précoce permettent de détecter le lancement de missiles balistiques. Deux catégories sont souvent d'usage mixte civil ou militaire : les satellites de télécommunications militaires fournissent des liaisons sécurisées aux troupes au sol tandis que les satellites de navigation permettent aux individus mais également aux armes (missiles, obus) de déterminer leur position et par conséquent celle de leur cible. Enfin le satellite peut constituer une arme : satellites anti-satellite et bombe orbitale.

Définition et historique[modifier | modifier le code]

Un satellite militaire est un satellite artificiel utilisé dans un objectif militaire. Les premiers satellites militaires sont développés dès le début de l'ère spatiale (1957) par les deux superpuissances militaires de l'époque : L'Union Soviétique et les États-Unis. Un satellite contrairement à un avion peut survoler un pays sans courir le risque d'être intercepté par un missile : aussi les satellites de reconnaissance constituent la première catégorie de satellite militaire à apparaitre (satellites américains Corona 1959). Le développement de lanceur plus puissants permettant d'emporter des charges utiles lourdes et les développements techniques stimulés par l'accès à l'espace entrainent l'apparition de nouvelles catégories de satellites militaires circulant sur des orbites adaptées à leur objectif (orbite basse, moyenne, polaire, héliosynchrone, géostationnaire) et caractérisés par des charges utiles spécialisées : système de positionnement, télécommunications, détection de lancement de missiles balistiques, détection des radars, interception du trafic radio, localisation des navires de guerre... Certaines des techniques mises en œuvre peuvent avoir des applications civiles. On voit apparaitre des satellites à usage dual civil/militaire comme les satellites de navigation américains GPS, les satellites de reconnaissance français Pléiades ou certains satellites de télécommunications soviétiques dont l'utilisation militaire est tenue secrète. Au début de l'ère spatiale des satellites porteurs d'armes de destruction (satellite anti-satellite, bombe orbitale) sont développés. Le Traité de l'espace ratifié en 1967 par les principes nations spatiales interdit la mise en orbite de ce type d'engin spatial.

Les catégories de satellites militaires[modifier | modifier le code]

Satellite de reconnaissance[modifier | modifier le code]

Article principal : Satellite de reconnaissance.

Les satellites de reconnaissance (ou satellite espion) permettent de cartographier un territoire et surtout d'identifier les installations fixes, les armes et les troupes. Ces satellites circulent généralement sur une orbite basse pour obtenir la meilleure résolution. L'orbite est souvent polaire pour balayer toutes les latitudes. Pour accroitre encore la résolution certains d'entre eux peuvent abaisser fortement leur orbite au-dessus de zones présentant un intérêt militaire particulier. La consommation d'ergols qu'entraine de telles manœuvres et la nécessité de compenser la trainée subie dans une atmosphère plus dense entraine une durée de vie parfois très brève de quelques jours pour certains modèles qui impose des renouvellements constants. Ceci explique en grande partie le nombre très élevé de satellites lancés par l'Union soviétique. Au début de l'ère spatiale les images sont enregistrées sur des films argentiques qui sont récupérées lorsqu'une capsule détachable ou le satellite revient au sol. Cette technique est rapidement abandonnée par les États-Unis pour la transmission des données par voie hertzienne des données après numérisation des films avant le passage à la prise d'image numérique. La Russie utilise encore partiellement la technique des films. La résolution qui était d'une dizaine de mètres pour les premiers satellites descend à quelques centimètres pour les satellites les plus performants. Pour pouvoir percer la couverture nuageuse ou pouvoir prendre des images de nuit certains satellites de reconnaissance emportent non pas une caméra mais un radar. Une consommation importante d'énergie et une résolution faible ont longtemps freiné le déploiement de ce type de satellite.

Exemples de satellites de reconnaissance
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Résolution Autres caractéristiques Commentaire
Corona Drapeau des États-Unis États-Unis 1959-1972 136 < 1 tonne de 8 à 15 jours Orbite basse de 7,5 à 1,6 m. Film argentique / 1 à 2 capsules récupérées sous-séries KH-1 à KH-4
Zenit Drapeau de l'URSS Union soviétique /
/Drapeau de la Russie Russie
1961-1994 682 4,7 à 6,3 tonnes de 8 à 15 jours Orbite basse Film argentique / retour de la charge utile sur Terre
charge utile réutilisable
Nombreuses sous-séries
KH-9 (HEXAGON) Drapeau des États-Unis États-Unis 1971-1986 20 11,4 t à 13,3 t. jusqu'à 9 mois Orbite basse 0,6 m. Film argentique / 4 capsules récupérées
Iantar Drapeau de l'URSS Union soviétique /
/Drapeau de la Russie Russie
1981- 177 6 à 7 t. 2 à 9 mois selon version Orbite basse 0,5 m. Film argentique / retour de la charge utile ou
transmission numérique selon version
Nombreuses sous-séries
Helios Drapeau de la France France 1995-2009 4 4 tonnes 5-10 ans Orbite héliosynchrone ~0,5 m.
Lacrosse Drapeau des États-Unis États-Unis 1988-2005 5 ~15 t. 10 ans Orbite basse ? m. radar à synthèse d'ouverture
SAR-Lupe Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2006-2008 5 720 kg 10 ans Orbite héliosynchrone ~1 m. radar à synthèse d'ouverture

Satellite d'écoute électronique[modifier | modifier le code]

Les satellites d'écoute électronique ont pour objectif de capter les signaux radio afin d'obtenir des renseignements sur les forces adverses. Certains de ces satellites sont spécialisés dans l'identification et la localisation des radars utilisés par les systèmes anti-aériens et anti-missiles. D'autres recueillent le trafic radio audio des unités militaires au sol qui permet après décryptage d'évaluer les intentions de l'adversaire.

Exemples de satellites d'écoute électronique
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Autres caractéristiques
Tselina Drapeau de l'URSS Union soviétique /
Drapeau de la Russie Russie
1967-2007 137 de 228 à 3 250 kg 6 mois à 1 an Orbite basse Localisation des radars
Plusieurs sous-séries
Mentor Drapeau des États-Unis États-Unis 1995-2010 5 5 200 kg 6 mois à 1 an Orbite géostationnaire Collecte du trafic radio
Antenne collectrice de 100 mètres diamètre

Satellite de surveillance océanique[modifier | modifier le code]

Les satellites de surveillance océanique ont été déployés initialement par l'Union soviétique pour localiser les navires des États-Unis et de l'OTAN et fournir des objectifs aux missiles transhorizons. Ils comportent des satellites actifs utilisant des radars pour repérer les navires à la surface (satellite RORSAT) et des satellites d'écoute électronique à l'affut des émissions des radars embarqués sur ces mêmes navires.

Exemples de satellites de surveillance océanique
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Autres caractéristiques
RORSAT / US-A Drapeau de l'URSS Union soviétique 1970-1988 38 3,8 tonnes 2 à 4 mois Orbite basse Énergie fournie par un réacteur nucléaire
Charge utile : radar
NOSS Drapeau des États-Unis États-Unis 1976- 48 200 kg - 3,3 tonnes Orbite basse Plusieurs versions très différentes
Détection des radars

Satellite d'alerte précoce[modifier | modifier le code]

Article principal : Satellite d'alerte précoce.
Satellite d'alerte précoce américain DSP.

Un satellite d'alerte précoce est un satellite artificiel conçu pour détecter le lancement d'un missile balistique. Il utilise à cet effet des détecteurs infrarouges qui identifient le missile grâce à la chaleur dégagée par ses moteurs durant la phase propulsée. Ce type de satellite a été développé dans les années 1960 dans le contexte de la Guerre froide pour déclencher suffisamment tôt des alertes dans les territoires visés par une attaque de missiles. Il est par la suite devenu un des composants des systèmes de missiles antibalistiques ainsi que des systèmes de contrôle de la réglementation sur les essais nucléaires. Seules les deux principales puissances nucléaires, la Russie et les États-Unis, disposent d'une flotte de satellites d'alerte précoce.

Exemples de satellites d'alerte précoce
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Autres caractéristiques
MIDAS Drapeau des États-Unis États-Unis 1960-1966 12 2 tonnes quelques semaines Orbite polaire Énergie fournie par des batteries
Série en partie expérimentale
US-K Drapeau de l'URSS Union soviétique 1972-2010 56 2,4 tonnes 3 à 4 ans Orbite de Molnia
DSP Drapeau des États-Unis États-Unis 1970-2007 23 2,4 tonnes 1,25 à 5 ans (final) Orbite géostationnaire Plusieurs sous-séries

Satellite de navigation[modifier | modifier le code]

Satellite de navigation américain GPS.

Les satellites de navigation sont utilisés par un système de positionnement par satellites pour fournir à des récepteurs portables leur position sur la terre en longitude latitude et altitude, avec une précision variant de quelques dizaines de mètres à quelques dizaines de centimètres selon les systèmes. Un système de positionnement par satellites pour fonctionner doit disposer de plusieurs satellites opérationnels. La couverture peut être globale - GPS américain, GLONASS russe et Galileo européen - ou régionale Beidou, IRNSS indien et QZSS japonais.

Les systèmes de positionnement par satellites ont été développés originalement pour répondre à des besoins militaires. L'usage civil s'est développé dans un deuxième temps. Le signal fourni est moins précis pour les usages civils ou peut être dégradé pour cet usage en cas de conflit. Les systèmes de positionnement par satellite jouent un rôle fondamental dans les déplacements des unités militaires sur le terrain et dans le guidage des armes (missiles, obus).

Exemples de satellites de navigation
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Autres caractéristiques
Ouragan Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Russie Russie
1982- 132 de 900 à 1 500 kg quelques semaines Orbite moyenne Système GLONASS
GPS Drapeau des États-Unis États-Unis 1978- 68 jusqu'à 1 800 kg 5 ans Orbite moyenne Plusieurs sous séries

Satellite de télécommunications militaires[modifier | modifier le code]

Article principal : Satellite de télécommunications.
Satellite de télécommunications américain Advanced Extremely High Frequency (AEHF).

Les satellites de télécommunications militaires sont utilisés pour permettre la liaison entre les unités déployés sur le terrain avec les autres structures : unités de soutien, commandement… Ils présentent la particularité de fournir des liaisons sécurisées. On trouve une combinaison de satellites en orbite géostationnaire et en orbite basse.

Exemples de satellites de télécommunications
Série Pays Date lancement Nbre exemplaires Masse Durée de vie Orbite Autres caractéristiques
Strela Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Russie Russie
1965- 609 de 61 à 900 kg quelques semaines Orbite basse Plusieurs versions aux caractéristiques très différentes
Defense Satellite Communications System Drapeau des États-Unis États-Unis 1966-2003 48 de 45 à 1 235 kg Orbite géostationnaire Trois versions aux caractéristiques très différentes
Satellites de l'Armée de l'Air
Molnia Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Russie Russie
1964-2005 178 1 650 à 1 950 kg 1 à 3 ans Orbite de Molnia Usage mixte civil / militaire
Radouga Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Russie Russie
1975- 56 2,3 tonnes 2 à 10 ans Orbite géostationnaire Plusieurs versions
Fleet Satellite Communications System Drapeau des États-Unis États-Unis 1978-1989 8 1,82,3 tonnes > 5 ans Orbite géostationnaire Satellites de l'US Navy

Satellite anti-satellite[modifier | modifier le code]

Les satellites anti-satellites ont pour objectif de détruire des satellites des forces adverses positionnés en orbite basse. Les cibles prioritaires sont les satellites de reconnaissance. Seule l'Union soviétique a développé des satellites de ce type : les IS. Les traités internationaux signés par les principales puissances interdisent les armes offensives en orbite et ce type de satellite n'existe plus officiellement.

Autres[modifier | modifier le code]

Les États-Unis déploient des satellites météorologiques à l'usage unique de leurs forces armées. L'Union soviétique a déployé de nombreux satellites de petite taille (Taifoun...) destinés à régler les radars de la défense du pays.

Puissances spatiales militaires[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : La USAF dispose officiellement de 77 satellites opérationnels le 4 mai 2018[1]. La National Reconnaissance Office opère sa propre flotte de satellites-espions.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Verger, R Ghirardi, I Sourbès-Verger, X. Pasco, L'espace nouveau territoire : atlas des satellites et des politiques spatiales, Belin,
  • Jacques Villain, Satellites espions : histoire de l'espace militaire mondial, Vuibert, (ISBN 978-2-7117-2498-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]