Francis Décamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Décamps
Image dans Infobox.
Francis Décamps à Mexy le 16 mai 2011
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
HéricourtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Période d'activité
Depuis 1970
Famille
Père
Jacques Edmond Décamps
Mère
Gisèle Laheurte
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Ange (1969-1995)
Gens de la Lune (2005-2022)
Instruments
Label
Site web

Francis Décamps, né le à Héricourt (Haute-Saône), est un auteur-compositeur-interprète français.

De 1970 à 1995, il est le claviériste principal et deuxième voix du groupe français de rock progressif Ange, groupe qu'il a créé avec son frère Christian, chanteur principal et parfois claviériste lui aussi. Francis installe sa marque personnelle au niveau du son et des compositions musicales. L'artiste qu'il est forme une alchimie puissante avec son frère jusqu'au moment où il décide de quitter le groupe à la fin de la tournée À... Dieu qui s’achève au Zénith de Paris en . Son neveu Tristan Décamps prend alors sa place de claviériste dans le groupe.

Francis prend ensuite une année sabbatique pour se reposer et se ressourcer, puis commence à composer pour d'autres artistes. Il met également ses compétences et son expérience au service de jeunes talents ou de groupes en développement de carrière. Il devient de plus en plus prolifique et multiplie les expériences en devenant, tour à tour, metteur en scène pour différents projets, créateur de musique de courts métrages, compositeur encore pour une quinzaine d'artistes. Il est actuellement claviériste et leader du groupe Gens de la Lune qu'il a créé en 2005.

« Une présence scénique, une façon de composer inimitable ont fait de Francis Décamps une référence dans le monde du rock français. Créateur et compositeur avant d’être musicien, Francis a passé la plus grande partie de son temps dans son studio d’enregistrement a créer encore et toujours, sans relâche et toujours avec la même fougue et même passion vissée au fond des tripes. Rien, ni le temps qui passe, ni les croche-pieds de la vie, n’ont jamais entamé sa détermination à être ce qu’il est encore aujourd’hui : un artiste, un vrai, un pur au grand cœur et à la foi toujours intacte pour ce métier, pour les planches, pour le public[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Francis Décamps est né Héricourt en Haute-Saône le .

Sa mère, Gisèle Laheurte (née le à Vecoux dans les Vosges[2]) est une grande figure de la Résistance au sein du réseau Alliance pendant la seconde guerre mondiale. Agent de liaison, elle parcourt sur sa bicyclette Peugeot des milliers de kilomètres jusqu’à Épinal et Verdun avant d'être, sur dénonciation, arrêtée par la Gestapo, puis incarcérée à la prison de Belffort, puis à celle de Mulhouse. Elle y sera libérée par les alliés, le jour même où elle devait être exécutée en forêt de la Hardt. En , l’armée française réquisitionne des maisons dans son village de Couthenans en Haute-Saône (où elle réside depuis son enfance), pour héberger des militaires en repos quelques jours. Le , Gisèle rencontre de la sorte Jacques Décamps, un libérateur du 8e régiment de chasseur d’Afrique qui fait le « kakou » à moto dans sa cour, et les deux héros se marient[3],[4]. Le couple s'installe à Essert dans le territoire de Belfort, et aura deux enfants : Christian (né en 1946) et Francis de six ans son cadet qui deviendront tous deux musiciens.

Francis Décamps démarre sa vie professionnelle en tant qu'ajusteur chez Alsthom à Belfort[5].

Jacques Edmond Décamps meurt le jour de Noël 1986[6]. Veuve depuis plus de quarante ans, Gisèle fête ses cent ans le 21 mai 2018 avec ses enfants, avant de mourir le 17 novembre de la même année[2]. Élevée au grade d’adjudant, elle avait reçu la Légion d’Honneur, la médaille militaire, la Croix de guerre et la médaille de la Résistance[4]. Après des obsèques religieuses à Essert, elle est enterrée au cimetière de Couthenans[7], village de son enfance.

Ange[modifier | modifier le code]

Le groupe de rock progressif français Ange est formé en Franche-Comté à la fin de 1969, par le chanteur et parfois claviériste Christian Décamps, son frère Francis, claviériste principal et seconde voix, et le guitariste Jean-Michel Brézovar. Le bassiste Daniel Haas et le batteur Gérard Jelsch complètent ensuite la formation. Au début, la musique du groupe s'inspire de textes médiévaux-fantastiques intégrés à du rock progressif. La composition du groupe évoluera fréquemment, ses deux seuls membres permanents étant les frères Décamps, avec Christian écrivant les paroles, et Francis composant la musique.

Au sein d'Ange, Francis Décamps enregistre seize albums studios avant de quitter le groupe en 1995 après une tournée d'adieu dans sa formation d'origine. Cette tournée passera par les Eurockéennes de Belfort pour se terminer au Zénith de Paris le 6 décembre 1995[1].

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Après son départ d'Ange, Francis Décamps poursuit sa carrière solo qu'il a commencée en 1979, alors qu'il était encore membre du groupe. Il sortira huit albums solos jusqu'en 2019.

En 2012, il ressort une version réarrangée du premier album d'Ange Caricature sortie initialement en 1972 : Francis Décamps revisite Caricatures. Seuls avec ses claviers et diverses machines, il y fait appel en renfort pour les voix : son neveu Tristan Décamps d'Ange, Jean-Philippe Suzan, chanteur des Gens de la Lune et Dominique Léonetti du groupe français de rock progressif Lazuli[8].

En 2016, à l'occasion des 130 ans de la statue de la Liberté à New-York, Francis Décamps revisite la célèbre symphonie du nouveau monde d'Anton Dvorák. Il y est accompagné par l'Orchestre Victor Hugo Franche-Comté et des enfants de l'OrKestre TaKajouer du Pays de Montbéliard, formé en sa majorité d'enfants issus de l'immigration et dirigés par René Bosc qui joue aussi de la guitare. Aux claviers et à l'accordéon, Francis y est également entouré de Pascal Gutman au stick Chapman, Thomas Lotz aux claviers et la japonaise Senri Kawaguchi à la batterie. L'œuvre respecte les quatre mouvements originaux qui sont ici intitulés Mouvement de Génération, Mouvement d'Innovation, Mouvement de Fraternité, Mouvement de Tolérance, et dont les initiales forment le mot Gift (cadeau en français). Le 26 octobre 2016, la prestation est présentée en streaming sur la scène de Numerica, pôle numérique de Franche-Comté, puis diffusée sur YouTube deux jours plus tard, date de l'inauguration de l'œuvre d'Auguste Bartholdi, le 28 octobre 1886. Après deux années de finalisation et de mixage, avec les mêmes musiciens et Damien Chopard (des Gens de la Lune) à la guitare, le CD The Gift sort officiellement le 17 mai 2018[9],[10]. Les recettes liées à la vente du CD doivent permettre de financer en particulier le déplacement en avion des 130 jeunes musiciens qui se produiront, lors d’un concert unique au pied de la Statue de la Liberté[11].

En mars 2019, Francis Décamps ressort l'ensemble de ses albums sous forme de clé USB, avec différentes versions disponibles[12].

En 2020, à l'occasion des cinquante ans du groupe Ange, il décide de ressortir cette fois-ci une version de l'album Le cimetière des arlequins sorti en 1973 : Francis Décamps de retour au cimetière des arlequins. Il s'y entoure d'invités de marque : son frère Christian, son neveu Tristan, Pascal Gutman, le compositeur Jean-Jacques Chardeau, ainsi que de membres de Gens de la Lune : Jean-Philippe Suzan, Damien Chopard et Mathieu Desbarats.

Gens de la lune[modifier | modifier le code]

Après une période de repos et une cure de désintoxication, Francis compose pour d’autres artistes, se lance dans la mise en scène de spectacles et fait du coaching d’artistes et de groupes, entre autres[1]. Il met ainsi en scène trois comédies musicales : Shinto, le Temps d'une Lune, Le Banc, avec des adolescents issus des quartiers prioritaires, et La Belle et la Bête le retour, avec la troupe Générations Stars[13].

Par ailleurs, Francis s'occupe d'une jeune chanteuse nommée Capucine : on lui a demandé de monter dans les quartiers difficiles une comédie musicale avec des adolescents subventionnée par l’état pour représenter la Franche Comté pour le soixantième anniversaire des MJC de France. Il y a alors Capucine, qui dégage vraiment quelque chose. Ils travaillent trois ans sur cette comédie musicale, puis Francis compose et arrange l’intégralité d’un album, musique et arrangement. À 14 ans, Capucine écrit l’intégralité des textes dont Francis dira : « C’est rentre dedans, provoc, influencé par AC/DC et Status Quo. Elle a envie de défendre un rock basique et c’est elle qui m’a demandé d’écrire dans ce sens-là. J’ai composé au clavier, mais ensuite, sur scène ou sur disque, il n’y en a pas. Que des guitares[14]. »

Francis Décamps à la guitare lors du concert des Gens de la lune à Mexy le 25 juin 2011.

À partir de 2005-2007, Francis Décamps travaille plus étroitement avec l'artiste Jean-Philippe Suzan qu'il a rencontré à l’occasion d’un concours de jeunes talents à Belfort : il compose puis produit la totalité de son premier album[14]. Leur entente musicale parfaite les décide de partir dans une nouvelle aventure commune qu'ils baptisent Gens de la Lune.

Francis Décamps à l'accordéon lors du concert des Gens de la lune à Mexy le 25 juin 2011.

Le groupe ainsi créé est constitué de Francis Décamps aux claviers, à l'accordéon et parfois à la guitare, le Belfortain Jean Philippe Suzan au chant et aux percussions, Olivier Fisjean à la guitare, Éric Murat à la basse et Gérard Jelsch à la batterie, lequel fut le premier batteur du groupe Ange entre 1970 et 1974, puis de 1994 à 1995.

Après plusieurs changements de musiciens, le groupe est constitué du claviériste Francis Décamps, du chanteur Jean-Philippe Suzan, du guitariste Damien Chopard, du bassiste Mathieu Desbarats et du batteur Cédric Mells.

Le groupe sort quatre albums entre 2008 et 2021 dont un en hommage au poète belfortain Léon Deubel.

Le , Gens de la lune est invité à jouer par le groupe Ange pendant presque une heure sur la scène du Bataclan. En rappel de son ancien groupe, Francis Décamps réinterprète Jour après jour à la guitare avec son frère Christian[15], ce qui ne s'était pas produit depuis le dernier concert de la tournée d'adieu en 1995.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En aout 2017, Francis Décamps devient attaché parlementaire à mi-temps de Denis Sommer, député LREM de la 3e circonscription du Doubs et maire de Grand-Charmont. Interrogé, Francis Décamps demeure farouchement sur la réserve : « Je ne souhaite pas m’exprimer à ce sujet. Je fais partie d’une équipe qui sera présentée par celui qui l’a constituée, à savoir Denis Sommer[5]. »

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le en mairie de Saulnot (village en Haute-Saône où vivait le maréchal-ferrant Émile Jacotey dont s'est inspiré le groupe Ange pour son album homonyme), Francis Décamps, en manteau punk du troisième empire[Quoi ?], épouse Izumi Takahashi, Japonaise de 61 ans, vêtue d'un kimono rose. Avant la cérémonie, Francis joue à l'accordéon des extraits de trois marches nuptiales devant un comité restreint. Grande fan de rock progressif, Izumi a fait la connaissance de Francis en vidéo sur les réseaux sociaux, en langue anglaise. Francis l'a ensuite rencontrée au Japon en 2016, lors de l'enregistrement de son album The Gift avec la batteuse Senri Kawaguchi. Après avoir appris la langue française par des films en version originale, Izumi est venue s'installer à Saulnot en 2017[16].

Instruments[modifier | modifier le code]

Le matériel de scène de Francis Décamps le 16 mai 2009 à Éloyes

Francis Décamps utilise sur scène de nombreux claviers et racks MIDI permettant une vaste palette sonore. Il joue également de l'accordéon, ainsi que de la guitare électro-acoustique sur certains titres. Il est gaucher et, contrairement à de nombreux guitaristes gauchers qui inversent les cordes (corde grave en haut), il joue sur une guitare de droitier à l'envers avec la corde grave en bas.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Ange[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Tome VI : Live 1977
  • 1977 : En concert : Live 1970-1971
  • 1995 : Un p'tit tour et puis s'en vont, live 1995
  • 1995 : Rideau (live 1995)
  • 1996 : A... Dieu (live mai 1995)
  • 2002 : Tome 87
  • 2004 : Ange en concert : Par les fils de Mandrin (millésimé 77)

Solo[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Histoire de fou[17]
  • 1980 : Vie en positif
  • 1993 : Décamps la joie - Épicier marchand d'rock
  • 1995 : À vous mes voyageurs
  • 1997 : Hommage à Roger Comte
  • 2012 : Francis Décamps revisite Caricatures
  • 2018 : The Gift
  • 2019 : De retour au cimetière des Arlequins

Jean-Philippe Suzan[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Couleur Métis

Gens de la lune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « GENS DE LA LUNE - Lavoir Moderne Parisien | THEATREonline.com », sur www.theatreonline.com (consulté le 24 janvier 2021)
  2. a et b « Gisèle Marie Laheurte », sur deces.matchid.io (consulté le 29 janvier 2021).
  3. « Haute-Saône - Anniversaire. Gisèle Decamps, résistante et centenaire », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 24 janvier 2021)
  4. a et b « Essert. Gisèle Decamps, grande résistante, n’est plus », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 24 janvier 2021)
  5. a et b « Agglomération - Société. Francis Décamps en marche avec le député LREM », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 24 janvier 2021)
  6. « Jacques Edmond Décamps », sur deces.matchid.io (consulté le 29 janvier 2021).
  7. « Espace de Recueillement de Madame Gisèle DECAMPS », sur www.libramemoria.com (consulté le 14 février 2021)
  8. « FRANCIS DÉCAMPS: Revisite Caricatures (ROCK PROGRESSIF) : avis / chronique à lire sur Music Waves », sur www.musicwaves.fr (consulté le 24 janvier 2021)
  9. « The Gift », sur Francis Decamps Concept (consulté le 14 février 2021)
  10. « Musique. Montbéliard : La symphonie du Nouveau Monde revisitée par Francis Décamps », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 14 février 2021)
  11. « Le projet « un peu fou » de Francis Décamps, ex-claviériste d’Ange, et de René Bosc, chef d’orchestre. Montbéliard New York au prix d’un CD à pré commander », sur www.vosgesmatin.fr (consulté le 14 février 2021)
  12. « [Informations] FRANCIS DÉCAMPS prend la clé Décamps : Une actualité à lire sur Music Waves », sur www.musicwaves.fr (consulté le 14 février 2021)
  13. a et b « Qui est Francis Decamps? », sur Francis Decamps Concept (consulté le 14 février 2021)
  14. a et b « Ange - Rétrospective (5) », sur bigbangmag.com (consulté le 14 février 2021)
  15. (en) « Ange Setlist at Le Bataclan, Paris », sur setlist.fm (consulté le 15 janvier 2021)
  16. « Saulnot. L’Ange Francis Descamps s’est marié avec Izumi », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 29 mars 2021)
  17. « Francis Decamps - Histoire De Fou », sur Discogs (consulté le 21 août 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]