Thiéfosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thiéfosse
Thiéfosse
Mairie et monument aux morts.
Blason de Thiéfosse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Vosges
Maire
Mandat
Stanislas Humbert
2020-2026
Code postal 88290
Code commune 88467
Démographie
Gentilé Kédales
Population
municipale
577 hab. (2019 en diminution de 5,25 % par rapport à 2013)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 20″ nord, 6° 43′ 51″ est
Altitude 432 m
Min. 419 m
Max. 890 m
Superficie 7,62 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Vagney
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de La Bresse
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiéfosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiéfosse
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Thiéfosse
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Thiéfosse

Thiéfosse Écouter est une commune du nord-est de la France, dans le département des Vosges et le canton de Saulxures-sur-Moselotte. Elle fait partie de la Communauté de communes des Hautes Vosges.

Ses habitants sont appelés les Kédales Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les gorges du Crosery.

La commune est située 6 km en aval de Saulxures dont elle partage l'adresse postale, à 41 km d'Épinal et 18 km de La Bresse.

Le village occupe une position très groupée au centre de la vallée et la forêt couvre 290 hectares. Les altitudes varient de 419 à 890 m. Il n'est pas aisé de rejoindre directement la vallée voisine de la Haute Moselle : le col de Xiard (786 m) n'est pas carrossable.

Près de ce col se trouvent des tourbières bien préservées car peu fréquentées. L'adret, moins pentu, arrosé par le ruisseau du Droit[1], a accueilli quelques fermes ; on peut rejoindre Basse-sur-le-Rupt par le col de la Burotte (791 m). D'autres fermes se sont implantées à l'ubac, le long du ruisseau de l'Envers.

C'est l'une des 188 communes[2] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Thiéfosse et des proches communes.


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue historique du barrage de la Moselotte (Adolphe Weick).

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Moselotte, le ruisseau des Charmes et le ruisseau du Droit de Thiefosse[3],[Carte 1].

La Moselotte prend sa source sur la commune de La Bresse, à 1 280 mètres d’altitude, entre Hohneck (1 363 mètres) et Kastelberg (1 350 mètres), à proximité des sources de la Vologne et de la Meurthe et de la Crête supérieure des Vosges. Elle se jette dans la Moselle au niveau de la commune de Saint-Étienne-lès-Remiremont[4].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Thiéfosse.

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thiéfosse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vagney, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[8] et 13 190 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (69,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,4 %), prairies (24,6 %), zones urbanisées (6,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,9 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Thiéfosse tire son nom de l'aspect encaissé de la vallée de la Moselotte à cet endroit (fosse), le premier élément étant sans doute le nom de personne germanique Theotharius. Première mention connue : Tierfosse (1433).

Histoire[modifier | modifier le code]

A priori inhabitée avant le VIIe siècle, la haute vallée de la Moselotte était empruntée pour relier les monastères de Remiremont et de Munster. Petit à petit, des colonies se fixèrent sur ce trajet. En 1656, le village prend le nom de Thiefot.

C'est en 1701 que la localité, déjà peuplée de 500 habitants, obtint sa première chapelle qui dépendait du curé de Vagney. En 1795, l'évêque constitutionnel de Saint-Dié érigea la chapelle en église paroissiale et nomma un curé. Un clocher fut ajouté en 1820. L'agrandissement à la taille actuelle fut effectué entre 1851 et 1854.

À la Révolution, le village resta dans le ban de Vagney[15]. Les habitants désireux de l'ériger en commune firent une pétition dès 1818 mais durent attendre une ordonnance du pour que la commune soit créée.

Thiéfosse connut sa plus forte expansion à la fin du XIXe siècle grâce à l'implantation en 1820 d'une usine textile dont l'activité cessa début 2005.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Eugène Grandemange    
Les données manquantes sont à compléter.
    Marcel Amet    
juin 1995 2003 François Brunner   Démissionnaire en cours de mandat
octobre 2003 En cours
(au 18 février 2015)
Stanislas Humbert   Menuisier

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 516 000 , soit 865  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 352 000 , soit 590  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 173 000 , soit 290  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 356 000 , soit 597  par habitant.
  • endettement : 56 000 , soit 93  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 24,98 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 17,23 %.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2019, la commune comptait 577 habitants[Note 2], en diminution de 5,25 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1856 1861 1866 1876 1881 1886
703663680790706596659690724
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
729678700643609610651587621
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
638597592568584610643602592
2008 2013 2018 2019 - - - - -
589609581577-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Depuis le , l'ADSL 2+ est actif grâce au NRA thiéfosse[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, l'ancienne usine de textile n'est plus en activité. À la demande de la commune de Thiéfosse, l’EPF Lorraine, à la suite d'une série d’études, a acquis le site Victor-Perrin en 2007[22]. L'ancienne usine a été détruite en 2009 avec sa grande cheminée, pour laisser place à deux entreprises du travail du bois (charpente[23] et agencement). Un caviste et un négociant en bois silicifiés accompagné d'un tourneur sur pierre sont installés à Thiéfosse depuis plusieurs années. D'autres professionnels du bâtiment et de l'industrie sont présents dans la commune. En 2010 s'est ouvert un petit commerce de proximité, "Sucré Salé", faisant office de dépôt de pain, journaux et épicerie, ce dernier a fermé en 2012 faute de rentabilité. En 2015 a ouvert un magasin de fabrication de pâtes artisanales, elles se vendent sur le département entier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine.

Patrimoine religieux

  • Église Saint-Antoine. C’est sur l’emplacement d'une chapelle que l’église saint Antoine a été bâtie vers 1850[24],[25].
  • Monument aux morts[26],[27].
  • Les croix sur la commune[28].

Patrimoine naturel

  • Les gorges du Crosery[29],[30], où la Moselotte franchit un verrou glaciaire.
  • Les cascades de la Pissoire et du Bouchot[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Grillot, journaliste[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier de gueules à la divise ondée d'argent, à l'orgue de six tuyaux d'or brochant sur le tout, au deuxième d'or à la roue de moulin de sable, au troisième d'or au poisson d'azur posé en bande, au quatrième de gueules à la barre ondée d'argent accompagnée de deux sapins du même.
Commentaires : L'eau est omniprésente sur ce blason, par la barre ondée figurant les gorges de la Moselotte, le poisson qu'on y pêche et la roue dentée de l’industrie textile. Le premier quartier porte des orgues à eau[33].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Thiéfosse » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Réseau Hydrographique du Pays de Remiremont, La Moselotte : Les ruisseaux du Droit et de l’Envers de Thiéfosse, descendant respectivement du Haut du Roc et du Groffer
  2. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  3. « Fiche communale de Thiéfosse », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  4. Sandre, « la Moselotte »
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Vagney », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Le "Ban de Vagney"
  16. Les comptes de la commune de Thiéfosse
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Carte de déploiement ADSL et fibre degrouptest.com consulté le 28 juillet 2015
  22. L'Établissement Public Foncier de Lorraine (EPF Lorraine) acquiert le site Victor-Perrin
  23. Installation de l'entreprise Keforest le 3 octobre 2005
  24. Archives paroissiales de Thiéfosse (1837-1949)
  25. « Jubilé de l'église en 2004 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  26. Monument aux morts
  27. Monument aux morts devant la mairie
  28. Les croix
  29. les curiosités du pays de Remiremont : Cascades et Etangs, les gorges du Crosery
  30. Vosges côté montagne : Voie verte des Hautes-Vosges, par les Gorges du Crosery
  31. Les sentiers de randonnées : La voie verte ; Petit circuit de la cascade de la Pissoire ; Cascade du Bouchot
  32. « Biographie de René Grillot », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le ).
  33. Précisions sur le blasonnement