Le Syndicat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Syndicat
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Syndicat
La salle des fêtes et la mairie.
La salle des fêtes et la mairie.
Blason de Le Syndicat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton La Bresse
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Granite
Maire
Mandat
Jean-Marie Lambotin
2014-2020
Code postal 88120
Code commune 88462
Démographie
Gentilé Syndicien(ne)s
Population
municipale
1 929 hab. (2013)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 28″ Nord, 6° 41′ 07″ Est
Altitude Min. 392 m – Max. 822 m
Superficie 18,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Le Syndicat

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Le Syndicat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Syndicat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Syndicat

Le Syndicat est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est. Elle appartient à l'unité urbaine de La Bresse.

Ses habitants sont appelés les Syndiciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du Syndicat.

La commune du Syndicat est le résultat d'une juxtaposition de sept hameaux en une bande étroite enserrée entre Saint-Amé et Vagney. On trouve, du sud vers le nord, Nol, le Chanois, Peccavillers, Champé, Bréhavillers, Bémont et Julienrupt. Les premiers sont dans la vallée de la Moselotte, les deux derniers dans celle de son affluent droit, la Cleurie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

À la Révolution, en 1793, le village fut nommée le Syndicat Saint Amé[1] (puisque l'on s'y réunissait, et que l'un des sens du mot « syndicat » signifie « rassemblement »[2]), puis Syndicat-de-Saint-Amé en 1801 avant d'être finalement renommé en Le Syndicat en 1868[1]. Le gentilé des habitants de la commune a été voté à la suite d'un référendum en 1989, au bicentenaire de la Révolution[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La plupart des hameaux formant la commune actuelle du Syndicat faisaient partie du ban de Vagney, dépendant du chapitre de Remiremont. L’histoire de cette commune se confond avec celle du ban.

La commune a été créée à la Révolution, s'appuyant sur trois paroisses : celle de Julienrupt, dont relève également une partie des communes voisines de Cleurie et La Forge, celle de Vagney pour Nol, celle de Saint-Amé pour les autres.

De 1790 à l’an IX, la commune a fait partie du canton de Vagney, puis de celui de Remiremont, prenant provisoirement le nom de commune des Sables de Cleurie au plus fort de la Terreur (1794).

Un décret du 10 décembre 1868 l’a autorisée à prendre le nom du Syndicat au lieu de celui du Syndicat-de-Saint-Amé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1992 mars 2008 Daniel Froehly    
mars 2008 15 juillet 2009 Claudine Fleurance   Démissionnaire
24 septembre 2009 en cours
(au 18 février 2015)
Jean-Marie Lambotin    

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 253 000 €, soit 634 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 948 000 €, soit 480 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 914 000 €, soit 463 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 534 000 €, soit 271 € par habitant.
  • endettement : 1 690 000 €, soit 856 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,37 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,36 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 20,76 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,80 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 929 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
692 700 730 900 1 049 1 028 1 120 1 082 967
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
993 973 988 1 029 1 053 1 199 1 094 1 289 1 200
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 462 1 289 1 326 1 368 1 446 1 279 1 384 1 513 1 602
1975 1982 1990 1999 2008 2013 - - -
1 716 1 754 1 770 1 801 1 914 1 929 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Eaux de Vie et Liqueurs "Lecomte-Blaise", depuis 1820, dans le hameau de Nol[5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Claire à Julienrupt.
  • L'église Sainte-Claire à Julienrupt construite en 1864, incendiée en 1944 et reconstruite en 1950,
et son orgue neuf "Unit Major", l'opus 870 de Charmes, transféré de Charmes à Julienrupt en 1957 par Jacquot-Lavergne[7],[8].
  • Le rond-point des Granitiers[9], situé à l'intersection des routes départementales 417 (reliant Remiremont à Gérardmer et remontant la vallée de la Cleurie), 43 (remontant vers la Bresse par la vallée de la Moselotte) et 417A (assurant la desserte de Saint-Amé),
l'aménagement présente treize paires de profils taillés dans des dalles de granite. La rumeur locale prétend qu'il s'agit du profil des granitiers locaux.
  • Le Centre de géologie Terrae Genesis[10].
L'association a débuté par des actions de préservation et mise en valeur du patrimoine de l'industrie du granit, puis elle a élargi ses actions dans des domaines de plus en plus vastes grâce à ses collections : toutes les roches du massif vosgien ; fossiles et bois ; traces de végétaux et de dinosaures... témoins d'une grande partie de l'histoire de notre globe terrestre et qui nous renseignent sur ce qu'était le massif vosgien[11].
  • La scierie hydraulique à cadre vertical (détruite)[12],[13],[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Xavier Thiriat, écrivain régionaliste[15].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé d'azur, à un aqueduc à huit arches d'or maçonné de sable, et de gueules, à une massette de carrier d'or emmanchée d'argent, mise en pal la tête en bas, adextrée d'un fer de moulin d'or et sénestrée d'une tête en rencontre de bélier d'argent accornée d'or.
Commentaires : L'aqueduc a neuf piles comme les neuf sections de la commune qui étaient réunies sous la juridiction d'un syndic. La massette évoque le travail du granit, le fer de moulin symbolise l'énergie hydraulique des rivières et le bélier représente la vaste forêt du massif éponyme.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Sophie Dubois-Collet, « Envie de rire ? Visitez des villages aux noms insolites ! », Maxi,‎ avant 2009, p. 8-10.
  3. Les comptes de la commune de Le Syndicat
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  5. Distillerie Lecomte-Blaise
  6. Centre de géologie et de minéralogie Terrae Genesis, situé au bord de la Voie verte des Hautes Vosges, entre Remiremont et Vagney, sur un site historique lié au granit (les pavés de Paris).
  7. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 583 à 584
    Présentation des orgues de l’église Sainte-Claire de Julienrupt
  8. (fr) Site sur les orgues de la région : Page sur l'orgue du Syndicat
  9. Rond-point des Granitiers à Syndicat (Le)
  10. Musée du granite Terrae Genesis (centre de géologie).
  11. Centre de géologie Terrae Genesis Le Centre comporte 4 grands départements :
    • La Vie des Gens du Granit,
    • Toutes les roches du Massif Vosgien,
    • L'exposition exceptionnelle des Minéraux du monde - Ancienne collection de la Moineaudière,
    • Les Fossiles de l'Histoire de la Vie
  12. « Scierie hydraulique à cadre vertical », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no IM88004732 », base Palissy, ministère français de la Cultureturbine hydraulique de type Girard, enquête thématique régionale (architecture rurale des Hautes-Vosges) ; patrimoine industriel
  14. Photos de détail du matériel de la scierie hydraulique sur la base Mémoire
  15. Xavier Thiriat, écrivain régionaliste, Le Syndicat, 25 décembre 1835 – Calais, 30 juin 1906, Dictionnaire des Vosgiens célèbres