Massif du Montcalm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montcalm.

Massif du Montcalm
Localisation sur la carte des Pyrénées
Géographie
Altitude 3 143 m, Pique d'Estats[1]
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Région
Communauté autonome
Occitanie
Catalogne
Département
Province
Ariège
Lérida
Géologie
Roches Schiste, grès

Le massif du Montcalm, est un massif des Pyrénées, à cheval sur le département de l'Ariège en France et sur la comarque de Pallars Sobirà en Catalogne. Il culmine à 3 143 m d'altitude à la pique d'Estats. C'est un massif assez complexe qui présente de nombreuses arêtes rocheuses, offrant de nombreuses voies d'alpinisme.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le massif du Montcalm, comme beaucoup de massifs élevés des Pyrénées, est assez peu clairement délimité. Il est bordé à l'est par le massif de l'Aston (pris dans son sens le plus large), au nord par le massif de Bassiès. Il est délimité par le ruisseau de Soulcem à l'est, par le ruisseau de l'Artigue au nord.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le massif du Montcalm au lever du soleil

Ce massif comprend trois pics d'altitude supérieure à 3 000 mètres, et quelques sommets secondaires dépassant eux aussi les 3 000 mètres. Le point culminant du massif, la pique d'Estats, à cheval sur la frontière franco-espagnole, constitue le point le plus élevé de la généralité de Catalogne. Au centre du massif se dresse le pic de Montcalm qui est le plus haut sommet situé intégralement sur le territoire de l'Ariège, et qui est également le sommet de plus de 3 000 mètres le plus oriental de la chaîne pyrénéenne. À ce titre, le massif du Montcalm est donc le plus oriental de la chaîne des Pyrénées à culminer à plus de 3 000 mètres, avant que la chaîne ne se s'abaisse progressivement vers la mer Méditerranée. L'orientation de la crête frontalière franco-espagnole au moment de sa traversée du massif est pratiquement nord-sud. Ce sont donc les faces ouest de la pique d'Estats et du pic du Port de Sullo qui sont espagnoles.

Bien qu'il donne son nom au massif (du côté français), le pic de Montcalm n'est pas le point culminant du massif. La pique d'Estats le dépasse d'une soixantaine de mètres. Cependant, vu d'Auzat, dans la vallée de Vicdessos, c'est le pic de Montcalm qui apparaît dominateur, projetant plusieurs éperons impressionnants sur une hauteur de plus de 1 800 mètres.

Principaux sommets :

Sommets secondaires :

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Pyrénées.

Climat[modifier | modifier le code]

La ligne de partage des eaux orientée nord-sud, qui relie le pic des Trois Seigneurs, le port de Lers, le pic Rouge de Bassiès et la crête frontalière dans le massif du Montcalm, qui sépare donc le Couserans du pays de Foix, représente une limite climatique entre un sous-climat atlantique gascon à l'ouest et un sous-climat de transition atlantique-méditerranéen à l'est. Dans la haute chaîne, la différence entre ces deux climats se caractérise surtout par des pâturages moins verts côté pays de Foix en fin d'été, la typologie de la végétation étant identique des deux côtés. La véritable transition entre climat atlantique et méditerranéen se situe plus à l'est, sur une ligne de partage des eaux entre les bassins versant de l'Ariège (vers l'Atlantique) et de l'Aude (vers la Méditerranée), avec ici des différences marquées de végétation.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les officiers géodésiens Coraboeuf et Testu ont réalisé la première ascension du pic de Montcalm et de la pique d'Estats en 1827, lors de l'établissement d'une carte d'État Major à l'échelle 1/80 000e. Le Colonel Coraboeuf a fait une station d'une quinzaine de jours au sommet du Montcalm dans des conditions météorologiques difficiles, érigeant au sommet un signal en pierres dont il ne reste pratiquement plus de vestige visible.

Ascensions[modifier | modifier le code]

La voie normale vers les sommets du massif, depuis la vallée de l'Artigue, présente un dénivelé important, proche des 2 000 mètres, qui peut nécessiter de réaliser l'ascension en deux jours, en dormant au refuge du Pinet (2 250 m).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]