Sem (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sem.

Sem
Sem (Ariège)
Vue aérienne de la commune de Sem.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Sabarthès
Intercommunalité Haute-Ariège
Maire
Mandat
Patrick Berlureau
2014-2020
Code postal 09220
Code commune 09286
Démographie
Gentilé Sémois
Population
municipale
23 hab. (2015 en diminution de 14,81 % par rapport à 2010)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 46′ 07″ nord, 1° 31′ 11″ est
Altitude Min. 825 m
Max. 2 042 m
Superficie 5,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Sem

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Sem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sem

Sem est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Sémois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Sem, situé dans la vallée de Vicdessos à 991 mètres d’altitude (altitude de la place de la Mairie) est un ancien village minier. Il fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises et depuis le 1er janvier 2017, Le village est membre de la communauté de communes de la Haute Ariège dont le siège se trouve à Luzenac.

Vue générale de la commune de Sem

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sem[1]
Vicdessos
Goulier Sem Lercoul

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Vicdessos est une vallée glaciaire marquée par des verrous et des ombilics. Situé environ 300 mètres au-dessus de la vallée, Sem est traversé par un torrent, le ruisseau de Sem, qui la rejoint par une chute d’une centaine de mètres (la cascade de Carraoucou) et forme à cet endroit un cône de déjection.

Les glaciers ont marqué le paysage notamment par la présence d’un bloc erratique nommé le Palet de Samson qui surplombe le village.

La mine de Rancié[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mines de Rancié.

La mine de Rancié fait partie d'un bassin ferrifère de 19 kilomètres de long depuis le Pic de Rizoul, (commune de Goulier) jusqu'au Pech Saint Pierre (commune de Château-Verdun) sur 2 à 4 kilomètres de large. Hors de Sem, le fer a été exploité à Lercoul, Miglos, Larnat, Larcat et Château-Verdun.

À Sem, le filon de minerai,de 600 mètres de haut sur 700 mètres de large, est généralement entouré de roche calcaire. Ce minerai de très bonne qualité est constitué principalement d’une hématite brune et rouge associée à de l’oxyde de manganèse qui permettait d’obtenir des aciers réputés inoxydables.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est montagnard mais marqué par une influence méditerranéenne. Il peut connaître des hivers rigoureux et neigeux, dont profite le village voisin de Goulier où a été installé un stade de neige. L’été, à cause de l’altitude, n’est jamais caniculaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Petite commune de montagne, l'histoire de Sem a été extraordinairement marquée par les mines de fer de Rancié, exploitées depuis l'Antiquité, elles deviennent à l'époque moderne la plus importante exploitation de fer des Pyrénées françaises, avant d'être fermées en 1929.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Patrick Berlureau   retraité de l'enseignement
mars 2001 2008 Hubert Ginabat    
1876   Louis Delcurrou   magistrat
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 23 habitants[Note 1], en diminution de 14,81 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280326364368439420441448493
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
452445440387397408402360305
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
24022219413911583554021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
201317161419312623
2015 - - - - - - - -
23--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival Blues in Sem[6], créé en 2001.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Après avoir connu la désertification avec la fermeture de la mine (1930), le village depuis quelques années retrouve des couleurs. Une vingtaine d’habitants sont établis à demeure et des activités s'y développent : élevage et « ferme-auberge ». Le village ne s'emplit réellement que l’été : une centaine de maisons sont alors ouvertes, dont la grande majorité des propriétaires sont des descendants de mineurs

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Palet de Samson :
À l'époque quaternaire, les différents refroidissements provoquèrent l’installation de glaciers majeurs dans la vallée de Vicdessos. Ce sont ces appareils qui modelèrent la vallée en auge telle qu'on peut la voir aujourd’hui. Issus de la haute montagne, des massifs du Montcalm et de Bassiès, les glaciers arrachèrent sur les flancs de ces hauteurs des morceaux de gneiss et de granites qui furent transportés sur des kilomètres. On en retrouve notamment sur les contreforts et les éminences de la vallée : à Sem et aussi à Lapège (où ils ont l'apparence de faux dolmens), entre Vicdessos et Auzat sur la roche St-Vincent et au sommet du promontoire qu’occupent les ruines du château de Montréal-de-Sos.
Ce bloc erratique porte aussi le nom de Palet de Samson. La légende qui lui est attachée raconte que le géant Samson jouait avec un de ses camarades du village d'Orus à s’envoyer d'énormes rochers par-dessus la vallée. En partant, il oublia là un de ses « palets »[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Delcurrou, né à Sem le 13 octobre 1841 décédé à Paris le jeudi 23 janvier 1931. Avocat au barreau de Pamiers; Magistrat, Procureur de la République, Avocat Général, Conseiller à la Cour de Cassation. Maire de Sem, Conseiller Général du canton de Vicdessos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Louis Claeys,"Deux siècles de vie politique dans le département de l'Ariège 1789-1989", Pamiers 1994.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Claeys,"Deux siècles de vie politique dans le département de l'Ariège 1789-1989", Pamiers 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :