Château de Montréal-de-Sos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montréal-de-Sos
Image illustrative de l’article Château de Montréal-de-Sos
La tour du Campanal
Période ou style Moyen Âge
Type Château fort
Coordonnées 42° 45′ 49″ nord, 1° 29′ 23″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Département Ariège
Commune Auzat
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Montréal-de-Sos
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Montréal-de-Sos
Géolocalisation sur la carte : Ariège
(Voir situation sur carte : Ariège)
Montréal-de-Sos

Montréal-de-Sos est un château fort situé au-dessus du hameau d'Olbier, sur la commune française d'Auzat, dans la vallée de Vicdessos en Ariège. Ce château comtal fut un des plus importants châteaux des comtes de Foix au Moyen Âge. Bâti à la fin du XIIe siècle, il a été conservé jusqu'au début du XVe siècle, date à laquelle il fut volontairement arasé par les comtes de Foix.

En mai 2011

Aujourd'hui à l'état de ruines, les vestiges sont une grande enceinte flanquée de deux tours et un quartier aristocratique. Ce dernier est rassemblé autour d'un donjon construit sur une motte, fait assez peu banal en Haute-Ariège.

Montréal-de-Sos fait l'objet depuis 2000 d'un programme de fouilles archéologiques.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

C’est à l’amont des zones habitées, en haute vallée du Vicdessos, qu’est situé le sommet de Montréal-de-Sos sur lequel a été effectuée une recherche archéologique décennale. L’éperon de Montréal-de-Sos est un sommet karstique, domaine des pelouses sèches calcicoles. Ses flancs sont percés de quelques porches. Certains traversent les falaises de part en part sur de courtes distances et constituent des accès depuis le pied de l’escarpement jusqu’au sommet. Ils ont été aménagés pour en faciliter l’accès mais aussi pour pouvoir les barrer. Mais l’accès principal, le seul qui puisse permettre l’installation d’un chemin muletier, était situé au sud-est et versait directement vers le village de Vicdessos vers l’aval et l’ouest, ou bien vers celui de Goulier vers l’amont et le sud. Le sommet n’est pas tronconique mais constitué d’une succession de vastes paliers. Globalement, la pente y est donc plutôt faible sur de grandes surfaces séparées entre elles par de petits ressauts subverticaux.

Mulets à Montréal-de-Sos 2

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cœur du château

Le château de Montréal-de-Sos fut construit à la fin du XIIe siècle lorsque l'autorité comtale s'imposa clairement sur la haute vallée. En 1272, Raymond Bataille de Mirepoix est le seigneur châtelain du château[2]. Des aménagements furent effectués au début du XIIIe siècle et au milieu du XIVe siècle. Il servait alors notamment à la domination comtale du marché du fer dominant Vicdessos et les activités autour de la grande mine de Rancié à Sem. Au début du XVe siècle, à la faveur d'une restructuration des châteaux du comté de Foix et de peur que les ennemis puissent s'en emparer, les comtes le désarmèrent par arasement[3].

Des grottes entourent le sommet et comportent de célèbres peintures dans lesquelles certains voient une représentation du Graal, d'autres l'amusement d'un berger[4].

La fouille archéologique a démontré que le site avait été occupé au moins depuis l'âge du bronze moyen et qu'il recelait un oppidum laténien.

Programme de fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, un programme de fouilles archéologiques a été lancé sous la responsabilité de Florence Guillot. Ce programme est initié et mené par la mairie d’Auzat qui s’est attachée les services d’une historienne, Florence Guillot. Il a été coordonné par la régie Patrimoines de la Communauté de communes d’Auzat et du Vicdessos[5].

La fin des fouilles officielles menées à Montréal-de-Sos a eu lieu en 2017 après 16 ans de fouilles[6].

Principales découvertes opérées[modifier | modifier le code]

A l'issue de la campagne de fouilles conduite en 2013, un rapport détaillé a été publié[7]. Son introduction reprend l'historique des campagnes précédentes.

Fouilleurs à Montréal-de-Sos

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Les ruines s'atteignent à pied par un chemin bien tracé depuis le hameau d'Olbier.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Source : Géoportail
  2. Courcelles, Jean-Baptiste-Pierre, « Dictionnaire universel de la noblesse de France. Vol.5 : A-Z », 1820-1822 (consulté le 5 septembre 2018)
  3. [PDF] Florence Guillot, Montréal-de-Sos, premiers résultats ; allocution du colloque « Pouvoirs pyrénéens, de la résidence aristocratique au castrum » - 27 et 28 octobre 2007 – Seix – Ariège.
  4. Société archéologique du Midi de la France, « Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France », (consulté le 5 septembre 2018)
  5. Montréal de Sos : quand patrimoine rime avec développement durable, Ariège News, 12 juillet 2006.
  6. Océane Oulés, « Après 16 ans de fouilles, le château de Montréal-de-Sos se dévoile », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2020).
  7. « Rapport des sondages archéologiques Montréal-de-Sos 2013 », sur LeBarri.com (consulté le 3 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]