Tupolev Tu-104

Cette page est proposée comme bon article. Cliquez pour voter.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tupolev Tu-104
Tupolev Tu-104B d'Aeroflot.
Tupolev Tu-104B d'Aeroflot.

Rôle Avion de ligne
Constructeur Tupolev
Équipage 7
Premier vol
Mise en service
Retrait 1986
Premier client Aeroflot - CSA Czech Airlines
Production 1956 - 1960
Dérivé de Tu-16
Variantes Tu-110,Tu-124
Dimensions
Longueur 40,05 m
Envergure 34,54 m
Hauteur 11,9 m
Aire alaire 184 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 41,6 t
Max. au décollage 76 t
Passagers 50 - 100
Motorisation
Moteurs 2 x Mikouline AM-3M-500
Poussée unitaire 95,1 kN
Poussée totale 190,2 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 950 km/h
Autonomie 2 650 km
Plafond 11 500 m
Vitesse ascensionnelle 10 m/s

Le Tupolev Tu-104 (Camel dans la désignation OTAN) est le premier avion de ligne soviétique à réaction. Mis en service en 1956, il est le deuxième appareil de ce type à effectuer des transports civils réguliers, après le De Havilland Comet, opérationnel depuis 1952. C'est un biréacteur court-courrier, dont la conception dérive directement d'un avion militaire, le bombardier stratégique Tu-16. Il constitue la première réalisation notable de l'URSS en matière d'avions civil.

Le Tu-104 est utilisé massivement sur le réseau intérieur de l'Union soviétique, et dans une moindre mesure pour effectuer des liaisons vers l'Europe, y compris l'Europe de l'Ouest. Il a aussi été utilisé pour quelques déplacements diplomatiques à l'époque de Nikita Khrouchtchev, et comme avion zéro-g.

Avion révolutionnaire, il se révèle cependant délicat à piloter, affichant le taux d'accidents le plus élevé de tous les avions soviétiques de l'époque. L'avion n'est produit que pendant cinq ans, rapidement dépassé par de nouveaux modèles plus fiables et dont la mise en œuvre est plus économique. Son influence sur l'industrie aéronautique soviétique est considérable, il inspire d'ailleurs assez largement la conception des avions de la génération suivante. Son successeur principal est le Tupolev Tu-154. Aeroflot retire ses derniers Tu-104 du service régulier en 1979. Quelques appareils volent encore pour des besoins militaires de liaison, jusqu'en en 1981.

Développement[modifier | modifier le code]

A l'origine du Tu-104 : le bombardier Tu-16[modifier | modifier le code]

Dans le contexte du début de la guerre froide, l'URSS lance une succession rapide de projets pour construire des bombardiers de plus en plus performants[1]. Pour propulser les futurs bombardiers à réaction, le bureau Mikouline reçoit l'instruction, en 1948, de créer un turboréacteur largement plus puissant que tout ce qui existait jusque là. Ce réacteur est le AM-3, d'une poussée de 85 kN (il est à ce moment le plus puissant du monde). Techniquement assez simple, conçu avec l'assistance d'ingénieurs allemands prisonniers de guerre, ce réacteur est testé à partir de 1952. Sa durée de vie est graduellement améliorée[2].

Le Tupolev Tu-16, bombardier biréacteur doté de deux AM-3, fait son premier en 1952 et entre en service en 1954. Initialement, il est conçu pour une mission bien précise (mais jamais concrétisée) : transporter une bombe nucléaire à chute libre de 9 tonnes vers des cibles en Europe de l'ouest. Le Tu-16 se montre cependant un avion polyvalent, capable de s'adapter à de nouvelles missions, comme le tir de missiles de croisière KS-1 Komet. Il connait une longue carrière, sa disponibilité en service s'étendant jusqu'en 1998 en Russie. Sa conception aérodynamique et structurelle est très avancée pour l'époque, avec des ailes en forte flèche à profil laminaire[3]. En parallèle, est développé un bombardier beaucoup plus lourd, Miassichtchev M-4, utilisant quatre AM-3, et d'un rayon d'action bien supérieur puisque destiné aux cibles en Amérique du nord[2].

Lancements du projet[modifier | modifier le code]

L'appareil tire ses origines des premiers balbutiements de l'aviation civile à réaction. Le De Havilland Comet, premier avion de ligne à réaction du monde, était en effet entré en service en 1952. Le scepticisme initial, dû aux doutes sur la viabilité économique du jet aux nombreux accidents de l'appareil britannique, se dissipe. En effet, l'idée selon laquelle le turboréacteur est l'avenir de l'aviation séduit de plus en plus dans les différentes sphères politiques et industrielles[4].

Avant même que le Tu-16 ne fasse son premier vol, Andreï Tupolev réfléchit à la possibilité de construire un appareil civil qui en serait dérivé, pour l'aviation de ligne. Tupolev envisage donc de greffer les ailes, le train d'atterrissage, les moteurs et l'empennage du Tu-16 sur un fuselage pressurisé conçu pour le transport de passager. En parallèle, il étudie aussi la proposition de développer un avion de ligne utilisant le même réacteur (le choix de réacteurs soviétiques disponibles à cette date étant extrêmement limité), mais avec une cellule entièrement nouvelle, projet naturellement plus long et couteux[5],[6].

L'idée de remployer des éléments de bombardiers pour équiper un avion civile n'est alors pas neuve pour le bureau d'étude Tupolev : le Tupolev Tu-70 était déjà lui-même construit sur la base sur Tupolev Tu-4 (copie du Boeing B-29 Superfortress) selon la même logique. Le long courrier turbopropulsé Tupolev Tu-114, développé presque en parallèle avec le Tu-104, fut quant à lui issu du bombardier stratégique Tupolev Tu-95. Le projet de Tupolev rencontre beaucoup d'opposition dans l'appareil politique soviétique, où beaucoup pensent qu'un avion de ligne à réaction est alors un projet prématuré. Tupolev parvient néanmoins à se faire entendre et le projet est officiellement lancé début 1954[7].

La plus grande difficulté pour Tupolev est de garantir la durée de vie de la cellule. En effet, l'avion s'annonçant d'emblée très gourmant en carburant, la durée de vie devait être importante pour qu'il ait une chance d'être utilisé dans des conditions économiques importantes. L'objectif a été placé à 25 000 heures, ce qui représentait un défi, en particulier pour la conception du fuselage, sujet a des cycles de pressurisation. L'expérience disponible en URSS sur le sujet est encore limitée au début des années 1950. Bien sur, le Tu-16 avait un cockpit pressurisé, comme d'autres bombardiers et chasseurs, mais les exigences en matière de durée de vie sont ici moindres, et les contraintes sont plus complexes pour un avion de ligne : le volume à pressuriser est bien plus grand, et la structure comporte des ouvertures (portes, hublots). Les Soviétiques ne disposent pas de moyens de simulation ou de test accélérés pour éprouver les effets de la fatigue des matériaux. Un programme de test sur la durée est mis en place, parallèlement à la production et à la mise en service de l'avion, prévoyant des améliorations continues sur les avions selon les résultats des essais[5].

Par la date de son premier vol, le Tu-104 est le quatrième avion de ligne à réaction du monde, ayant volé moins de trois semaines après la Sud-Aviation SE 210 Caravelle française. Néanmoins, étant donné que Avro Jetliner canadien est resté un prototype sans suite[8], et que la caravelle n'est n'entrée en service qu'en 1959, le Tu-104 est en fait le deuxième avion de la catégorie à effectuer des lignes régulières[2].

La mise en service du Tu-104 impose cependant d'accompagner sa mise en service par des améliorations d'infrastructure. Le fait que l'avion soit le premier avion de ligne à réaction soviétique le rend largement incompatible avec le réseau d'aéroports civils, alors équipés et aménagés pour l'aviation civile propulsée par des moteurs à pistons et des turbopropulseurs. Plusieurs aéroports en URSS et dans les pays satellites sont alors modernisés, leurs pistes sont allongées, pour pouvoir recevoir au plus tôt le Tu-104. Un Tu-16, désarmé, est utilisé sur des vols postaux, permettant aux pilotes soviétiques et aux équipes au sol de se familiariser avec la motorisation jet et ses exigences en termes de maintenance, de sécurité, et d'opérabilité. Des pilotes militaires expérimentés sur Tu-16 sont mutés à Aeroflot pour mener la formation et les débuts de l'exploitation de l'appareil[9]. Le Tu-104 est la première réalisation notable de l'URSS en matière d'avions de ligne. Sa mise en service s'inscrit dans un contexte de forte augmentation du trafic intérieur soviétique, multiplié par cinq 1950 et 1960[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

S'il reprend nombre d'éléments structurels du Tu-16 dans sa conception générale (réacteurs, dérive, nacelles, train d'atterrissage, ainsi que l'essentiel de la voilure), le Tu-104 affiche néanmoins une silhouette très différente, les ailes étant situées en position basse sur un fuselage de bien plus grand diamètre pour l'accueil non pas d'un armement, mais de passagers[9].

Conception générale[modifier | modifier le code]

Comme pour le De Havilland Comet, les moteurs sont implantés dans des nacelles à la racine des ailes. Dans sa première version, l'avion peut accueillir 50 passagers dans un environnement très confortable, comprenant des compartiments de première classe. Pour tenter de rendre son exploitation rentable et de l'ouvrir à un public plus large, sa capacité d'emport est augmentée dans un second temps. Le fuselage est légèrement allongé (120 cm), donnant naissance à la version Tu-104B et l'aménagement devient graduellement plus dense, jusqu'à attendre 115 passagers, avec cinq sièges par rangée[11].

Le fait de reprendre la conception aérodynamique, notamment la voilure, du bombardier, représentait des compromis à certains égards. En particulier, la flèche de l'aile très forte de l'aile (37°) augmentait la longueur de piste nécessaire et dégradait la maniabilité à basse vitesse[12].

Motorisation[modifier | modifier le code]

Moteur AM-3 en exposition.

Les réacteurs AM-3 à simple flux, de conception assez rudimentaire, sont puissants, mais ont une consommation spécifique élevée, même pour l'époque : en régime de croisière, 0,97 kgf/kg/h[notes 1]. La durée de vie de ce moteur, très réduite dans les premières version (200 heures) a été ensuite améliorée, de même que l'intervalle de maintenance[13].

Train d'atterrissage, parachutes de freinage[modifier | modifier le code]

La conception du train d'atterrissage est très classique : le train principal comprend deux boggies dotées de quatre roues chacun, et le train du nez, qui tourne pour permettre de manœuvre l'appareil au sol, comprend deux roues. Chaque jambe possède un amortisseur oléo-pneumatiqueLe déploiement et la rétractation du train sont hydrauliques[14].

L'avion de dispose pas d'inverseurs de poussée pour ralentir lors de l'atterrissage. Il utilisait donc, en complément des freins du train et des aérofrein, des parachutes de freinage, une méthode habituellement réservée aux avions militaires, et présentant des risques en cas de vent latéral[15].

Alimentation en carburant[modifier | modifier le code]

Dans sa première version, le Tu-104 dispose de 31 réservoirs, d'une capacité totale de 24,5 tonnes, situés dans la voilure, à l'exception d'un à l'arrière du fuselage. Ce nombre passe à 36 sur le Tu-104A. Ces réservoirs ne sont pas structurels[notes 2]. Ils sont en caoutchouc, de type "vessie". Des pompes électriques assurent le transfert de carburant vers les moteurs. En temps normal, les réservoirs de chaque coté de l'avion assurent l'alimentation du moteur correspondant, mais il est possible de transférer du carburant entre la gauche et la droite pour maintenir la répartition symétrique de masse en cas de problème (panne d'un moteur par exemple). Le type de carburant normalement utilisé est le T-1, spécification soviétique équivalent au Jet-A1. Une petite quantité d'essence est utilisée pour le démarrage[16],[2].

Fuselage et cabine[modifier | modifier le code]

Le fuselage est de construction semi-monocoque, il comprend 75 sections. Il est entièrement pressurisé, à l'exception de la pointe arrière où se trouvent des équippements comme le parachute de freinage. Dans sa conception, la leçon des accidents du de Havilland Comet a été prise en compte. Plusieurs Comet se sont désintégrés en vol, du fait de la fatigue de la structure exposée à des cycles de pressurisation plus rapides et intense que sur les avions à hélice. Les angles des hublots carrés représentaient des concentrations de contraintes, point de départ de la formation de fissure. Le Tu-104 a donc reçu des hublots parfaitement circulaires, et une peau assez épaisse (1,5 mm)[17].

Le plancher de la cabine n'est pas plat : la section centrale, entre les ailes, est surélevée, à cause de la place occupée par le caisson central de voilure. Cette contrainte est assez dommageable au confort d'aménagement de l'appareil et à la circulation à bord[2].

De l'air comprimé est prélevé sur les moteurs pour assurer les fonctions de pressurisation, ventilation, chauffage et climatisation. Une partie de l'air est injecté à 70 °C dans la partie basse de la cabine, une partie est refroidie à 10 °C et injectée par le plafond. La régulation du flux total permet de contrôler la pression, et le ratio des deux débits sert à ajuster la température[18].

Avionique, systèmes de pilotage[modifier | modifier le code]

l'appareil ressemble à une grosse boule métallique peinte en orange
Le Tu-104, comme d'autres avions soviétiques de l'époque, utilise un enregistreur de vol МСРП-12-96.

L'équipage de cockpit comprend pas moins de 5 membres : un pilote, un copilote, un ingénieur de vol, un opérateur radio, et un navigateur[11]. Comme dans beaucoup d'avions soviétiques de cette époque, ce dernier prend place dans un nez vitré, qui lui offre une vue panoramique pour se repérer[19]. Cette caractéristique, tout comme la fonction même de navigateur, devint par la suite obsolète sur les générations d'avions suivantes, du fait du développement des technologies radar et des systèmes de navigation intégrés (pilotage automatique, ILS, positionnement par balises radio puis par satellite, etc.). Le nez vitré est maintenu sur les avions suivants de Tupolev (Tu-124, Tu-134) et finalement abandonnée à partir du Tu-154 qui entre en service en 1972[20].

L'avionique est largement héritée du bombardier, ce qui permet au Tu-104 de disposer d'équipements alors inédits pour un avion de ligne soviétique : radar de navigation, pilote automatique, Système d'atterrissage aux instruments notamment[21].

Systèmes électriques, pneumatiques, et hydrauliques[modifier | modifier le code]

Il y a deux réseaux électriques. Le réseau 28 V DC, pour lequel la carlingue de l'avion sert de masse, est alimenté par quatre génératrices actionnées par les réacteurs. Il comporte des batteries qui permettent, au besoin, un démarrage autonome de l'avion[18]. Le réseau 115 V 400 Hz, sur lequel fonctionnent la plupart des instruments, est alimenté par deux onduleurs[18].

Le système pneumatique, régulé par quatre tambours de pression sphérique, a en charge le dégivrage (ailes, entrées d'air) et les quatre valves qui permettent de délester un exccédent de carburant en cas d'atterrissage d'urgence. Le système hydraulique, dont les pompes sont actionnées directement par les réacteurs, est principalement utilisé pour actionner le train d'atterrissage. Les commandes de vol (ailerons, etc.) ne sont pas assistées[22].

Versions[modifier | modifier le code]

Cette section liste les versions produites en série, ou développées dans le but de l'être. Les versions crées par conversion d'appareils de série, pour des essais divers, sont mentionnées dans la partie utilisation. Plusieurs variantes de Tu-104 sont développées presque en parallèle, à la fin des années 1950 et au début des années 1960[2].

Tupolev-104 et 104A[modifier | modifier le code]

La première version de production, désignée simplement Tu-104, accueillait 50 passagers dans un confort étonnant. La partie arrière de la cabine accueillait des sièges de classe économique, en rangée de quatre. L'avant se composait de deux compartiments de première classe, et au centre se trouvait un petite cuisine. L'exploitation des premiers Tu-104 est très peu rentable : Aeroflot doit vendre les billets de classe économique au même prix que les chemins de fer soviétique, et l'avion est coûteux à exploiter (en carburant et en entretien). L'objectif d'augmenter la capacité et de réduire les couts d'exploitation se traduit très rapidement par le passage à la version Tu-104A, qui entre en production fin 1957. L'appareil est extérieurement identique, mais son aménagement passe à 70 passagers. Il y a désormais 5 sièges par rangée, et les compartiments de 1re classe sont remplacés par une deuxième cabine de classe économique pour 16 personnes. En outre, les réacteurs RD-3 sont remplacés par des RD-3M, légèrement plus puissants, et demandant des entretiens moins fréquents. 80 Tu-104A ont été produits[23].

Tupolev-104B[modifier | modifier le code]

C'est la principale version en termes de production, avec 95 exemplaires. Le prototype a volé en 1958. Extérieurement, il se distingue du Tu-104A par un fuselage allongé de 120 cm et une disposition modifiée des hublots. La capacité atteint 100 passagers. La section centrale de la cabine, surélevée à cause du caisson central de voilure, reçoit des passagers, mais sans emplacements pour les bagages au-dessus des sièges, du fait de la faible hauteur sous plafond. Les réacteurs sont encore améliorés, avec la version RD-3M-500[23].

Version quadriréacteur[modifier | modifier le code]

Dans le but de développer une version destinée à l'export, capable d'entreprendre des vols intercontinentaux (interdits, à l'époque, aux biréacteurs), le développement d'un dérivé quadriréacteur désigné Tu-110 est lancé en 1955 (donc avant même le premier vol du Tu-104). Pour pouvoir effectuer des vols au-dessus de la mer, l'avion reçoit quelques améliorations en matière de sécurité (en plus de quatre réacteurs), comme des masques prévus en cas de dépressurisation. Le premier Tu-110 est construit par modification profonde du deuxième prototype de Tu-104. Il y a désormais deux nacelles à la racine de chaque aile, comme sur le De Havilland Comet. En outre, l'avant du fuselage a été légèrement allongé. Les moteurs utilisés dans les Lyulka AL-7, conçus pour des chasseurs (notamment le Soukhoï Su-7, privés de leur dispositif de post-combustion. Pour le reste, l'appareil est largement identique au Tu-104 de première génération. Une version améliorée, le Tu-110B, est ensuite développée. Les AL-7 sont remplacés par des Soloviev D-20 à double flux (aussi utilisés sur le biréacteur Tu-124), plus efficace. La production de série est lancée mais finalement abandonnée après trois exemplaires sortis d'usine. Les trois Tu-110 fabriqués n'entrent jamais en service commerciaux, et sont reconvertis dans les années suivantes pour servir de bancs d'essais volants[2],[24].

Le projet Tu-104E[modifier | modifier le code]

Le Tu-104 est une version améliorée utilisant le turboréacteur RD16-15. Ce réacteur, développé à Kazan par l'OKB-16, qui commence à supplanter Mikouline comme principal fournisseur de turboréacteurs en URSS, offre plus de puissance que le M-50, et un meilleur rendement, même s'il restait à simple flux. Deux prototypes de Tu-104E sont produits fin 1959, par transformation de Tu-104 de série. Outre les nouveaux réacteurs et les nacelles correspondantes, le Tu-104E présente nombre d'améliorations liées aux premiers retours d'expérience de l'exploitation des versions précédantes. Les volets sont améliorés, le nez est modifié pour optimiser la visibilité à l'atterrissage, il y a deux poinds de ravitaillement au lieu d'un seul, les réservoirs dans la partie la plus externe des ailes deviennent structurels, etc. Les performances sont très améliorées : l'autonomie est accrue d'environ 1 000 km, et l'avion peut utiliser des pistes nettement plus courtes. Cependant, après tout un programme d'essai en vol, le projet Tu-104E est abandonné, car le Tu-154 est déjà en développement et s'annonce bien plus prometteur. Il a d'ailleurs largement repris les idées essayées sur le Tu-104E[25].

Versions de transport militaire[modifier | modifier le code]

L'utilisation du Tu-104 dans le transport militaire a été étudiée sur deux plans : d'un côté, préparer la conversion d'urgence des avions de ligne dans un rôle militaire en, cas de conflit, de l'autre, le développement d'un dérivé pour le transport tactique. Pour le premier point, il concernait pratiquement tous les avions civils soviétiques. En cas de conflit, les Tu-104A et B pouvaient rapidement devenir des Tu-104A-TS et B-TS dédiés au transport de troupes et à l'évacuation des blessés. Il s'agissait en fait d'un réaménagement de la cabine, avec des civières et les équippements nécessaires au transport de blessés, comme les bouteilles d'oxygène, et le matériel de stérilisation de l'eau. Cette conversion a été expérimentée, et, pour chaque avion de ligne produit, un kit de transformation était disponible, pour que tout le parc puisse être transformé rapidement[26].

La version désignée Tupolev Tu-107, elle, concernait un dérivé pour le transport tactique, avec des modifications importantes de la cellule. dont le but aurait été de servir d'appareil de transport tactique. Il est doté d'une rampe d'accès à l'arrière, ce qui implique des modifications de la structure. Envisagé comme avion cargo, ou comme appareil servant au déploiement parachutistes, sa cabine n'était pas pressurisée, imposant aux troupes aéroportées le port de masques à oxygène pendant le vol. En plus de la rampe arrière, il reçoit d'autres modifications : une tourelle arrière avec deux canons de 23 mm pour l'autodéfense (dans le tradition des avions-cargos militaires soviétiques), un poste supplémentaire dans le cockpit pour l'opérateur de ladite tourelle, instrument de visée et un calculateur électronique pour calculer le moment de largage des parachutistes, etc. Le cockpit reste bien sur pressurisé, de même qu'un petit compartiment à l'avant (permettant d'acceuillir l'équipage des véhicules transport), une cloison résistant à la pression sépare donc l'avant du fuselage du reste. L'avion pouvait, par exemple, transporter 70 parachutistes et leurs armes, ou cinq véhicules GAZ-69. Les essais en vol du Tu-107 sont satisfaisant, mais il n'est pas produit en série, notamment parce que l'Antonov An-12 s'est révélé bien plus adapté aux missions tactiques[27],[28].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les 203 appareils produits ont pratiquement tous été versés à Aeroflot. Outre ce principal acquéreur, six avions furent livrés à Československé státní aerolinie, compagnie d'état tchécoslovaque, auxquels il faut ajouter les prototypes, les bancs d'essais volants, et quelques avions livrés à l'armée soviétique et à la marine soviétique pour des besoins de liaison[29].

Un avion capital pour Aeroflot[modifier | modifier le code]

Aeroflot a commencé à prendre livraison de Tupolev-104 au printemps 1956. Le premier vol régulier a lieu le , sur la ligne reliant Moscou à Irkoutsk. De façon remarquable, ce premier vol régulier a eu lieu seulement quinze mois après le décollage du prototype. Le fait que l'appareil soit conçu à partir d'un avion militaire existant explique en partie ce délai très court[30].

Aeroflot déploie ces avions sur les grandes lignes intérieures soviétiques, apportant une amélioration spectaculaire par rapport aux petits avions à piston (principalement des Il-14), que ce soit en temps de trajet, en capacité ou en confort. A titre d'exemple, en octobre 1958 les Tu-104 prennent la relève des Il-14 sur la ligne reliant Moscou à Almaty, et le temps de parcours (avec escale) passe de 17 à 6 heures[31].

Cette période correspond à un très fort développement du transport aérien en URSS : le nombre de passagers transportés par Aeroflot, évalué à 2,5 millions en 1955, augmente d'année en année, jusqu'à atteindre 27 millions en 1962. Cette croissance est permise par la mise en service de nouveaux avions, dont le Tu-104, mais aussi les modèles turbopropulsés Antonov An-8, Antonov An-10 et Iliouchine Il-18. Dans les années 60, Aeroflot est plus grand transporteur aérien au monde[32].

Fleuron soviétique[modifier | modifier le code]

En 1954, suite à une série d'accidents, le De Havilland Comet est retiré du service. Le Tu-104 devient, pendant deux ans, le seul avion de ligne à réaction opérationnel dans le monde. Nikita Khrouchtchev profita de cette situation pour faire forte impression et narguer les Britanniques en utilisant trois Tu-104 pour effectuer une visite officielle à Londres en mars 1956. Les occidentaux (en réalité le grand public, les services de renseignement en connaissent déjà l'existence) découvrent alors cet appareil aux performances surprenantes[33]. Le Tupolev est alors présenté comme un tour de force soviétique, un outil politique et un instrument de propagande, s'inscrivant dans la doctrine des années Khrouchtchev : utiliser la supériorité technologique comme démonstration de l'excellence du socialisme[34].

Néanmoins, le prestige du Tu-104 est d'assez courte durée. Rapidement son image est dégradée par le taux d'accidents, l'entretien couteux, et les mauvaises conditions économiques d'exploitation. D'ailleurs, il ne remporte qu'une petite commande à l'export, alors que ses contemporains soviétiques à turbopropulseurs, le Iliouchine Il-18 et le Antonov An-10, se sont mieux vendu[33],[32].

Les avions tchécoslovaques[modifier | modifier le code]

Tu-104 de ČSA et Caravelle d'Air France à l'aéroport de Prague, en 1968.

Bien que proposé à un prix très bas, le Tu-104 n'a trouvé qu'un seul client à l'export, dans le bloc de l'est : il s'agit de la compagnie nationale tchécoslovaque ČSA, qui a fait l'acquisition de six Tu-104A, première version de série[2]. Ces appareils entrent en service en 1957. La ligne Moscou-Prague assurée par ČSA devient, cette année-là, la première ligne aérienne au monde à être assurée exclusivement par des avions à réaction[35].

Avion zéro-g[modifier | modifier le code]

Deux Tu-104A ont été modifiés, sous la désignation Tu-104AK, et utilisés pour des vols paraboliques pour l'entrainement en impesanteur des cosmonautes, et des expériences scientifiques nécessitant l’apesanteur. Les vols paraboliques permettaient de créer des conditions zéro-g pendant environ 15 secondes à bord de l'appareil. C'est par exemple à bord d'un Tu-104AK que Alexeï Leonov s'est entraîné à ouvrir en impesenteur l'écoutille du vaisseau Voskhod. Des vols paraboliques ont aussi été utilisés pour simuler la gravité réduite de la Lune, afin de valider la capacité du rover Lunokhod 1 à se déplacer dans ces conditions[36].

Ces avions ont été utilisés pendant presque deux décennies, à partir de 1960. Ensuite, leur mission a été reprise par un appareil nettement plus grand, l'Iliouchine Il-76, et les Tu-104AK ont été retirés du service en 1979[37],[36].

Essais techniques et scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans la deuxième moitié des années 1960, deux cellules de Tu-104 (dont un des prototypes quadriréacteur dénommé Tu-110) sont utilisées comme bancs d'essais volants pour tester le radar du MiG-23 alors en développement, ainsi que le missile air-air R-23 associé[38].

Un autre avion, de type Tu-104A, est modifié et utilisé, au cours des années 60, dans le cadre de programmes de recherche météorologique. Sa désignation est "tsiklon". Il possède des instruments dédiés à la mesure des phénomènes en jeu dans la formation des nuages, et sert, entre autres, à des expériences de pluie artificielle[39],[40]. Un autre Tu-104 est utilisé pour effectuer des observations astronomiques pendant l'éclipse solaire du 15 février 1961, à cette occasion l'avion suit la trace au sol de l'éclipe pour réaliser des clichés astronomiques à long temps de pose de la Couronne solaire[41]. C'est également un Tu-104 qui a servit d'avion d'accompagnement de relais radio pour les premiers essais du Tupolev Tu-144[42].

Il faut aussi les appareils modifiés spécifiquement pour l'entraînement d'équipage militairtes. Le Tu-104Sh-1 est ainsi une conversion pour la formation des équipages du Tu-16K-10, version du Tu-16 destinée au tir de missiles antinavires. Le Tu-104Sh-2 est un programme similaire pour la formation des équipages du Tu-22M, son nez est profondément modifé, abritant le radar de ce bombardier (le dome vitré du Tu-104 disparaît donc sur cette version)[43].

Records[modifier | modifier le code]

Le Tu-104 a été utilisé pour établir des records validés par la Fédération aéronautique internationale. En septembre 1957, l'avion établit plusieurs records dans la catégorie des avions terrestres à réaction, notamment le record d'altitude avec 20 tonnes de charge, en montant à 11 221 m[44] et le record de vitesse sur un circuit fermé de 2 000 km, avec une charge de 2 tonnes, à 897,5 km/h[45].

Les records ci-dessus sont établis avec un Tu-104A de série. Ils sont ensuite améliorés, en août 1959, avec un Tu-104B, lequel établi un record d'altitude avec 25 tonnes de charge avec 12 896 m[46]. En 1960, un Tu-104B est modifié, sous la désignation Tu-104E, pour établir un record de vitesse sur un circuit fermé de 2 000 km avec 15 tonnes de charge, avec une performance de 959,95 km/h[47],[2].

Un taux d'accidents élevé[modifier | modifier le code]

Appareil tchécoslovaque qui s'est écrasé à Nicosie en 1973[48].

Sur les 201 Tu-104 construits, 37 appareils furent été perdus dans des accidents aériens, causant la mort de 1 137 personnes. Ces chiffres font du Tupolev 104 l'aéronef le plus dangereux de l'histoire de l'aéronautique soviétique[49],[50].

Du fait de sa configuration aérodynamique, et en particulier de la flèche très forte de son aile, héritée directement du bombardier, le Tu-104 présente une vitesse de décrochage élevée et une très mauvaise manoeuvrabilité à faible vitesse. Le constructeur recommandait une vitesse d'approche à l'atterrissage d'environ 290 km/h, vitesse très élevée (surtout pour des équipages encore habitués à des avions à aile droite et moteur à piston), et la plupart des pilotes pratiquaient des vitesses d'approches encore supérieures, effrayés par les nombreux cas d'accidents dues au décrochage et au roulis hollandais[51].

En 1981, un Tu-104 s'écrase au décollage de l'aéroport de Puskin, dans l'oblast de Léningrad , tuant ses 50 occupants dont un grand nombre d'officiers supérieurs (16 amiraux et généraux, dont le commandant en chef de la Flotte du Pacifique). Après cet accident, les Tu-104 sont totalement retirés du service opérationnel[52].

Liste des accidents et incidents entraînant la perte d'appareils
date lieu avion concerné service notes sources
Base de Savasleika Tu-104, CCCP-L5414 Vol de convoyage Dérouté à cause de la météo, panne de carburant. Atterrissage forcé, avion irréparable mais aucune victime. [53]
Près de Khabarovsk Tu-104A, CCCP-L5442 Vol régulier Aeroflot Accident lié à la météo, 64 victimes, aucun survivant [54]
Près de Kanach Tu-104A, CCCP-42362 Diplomatique (délégations chinoises et nord-coréennes) Le contrôle de l'avion a été perdu suite à des courants atmosphériques violents. 80 morts, aucun survivant. [55]
Près de Oust-Ordynski Tu-104A, CCCP-42452 Vol régulier Aeroflot Sortie de piste à l'atterrissage, trois morts. [56]
Aéroport international de Vladivostok Tu-104A, CCCP-42357 Vol régulier Aeroflot Atterrissage trop long. Avion irréparable, mais aucune victime. [57]
Près de Iekaterinbourg Tu-104B, CCCP-42438 Vol régulier Aeroflot Suite à une panne moteur, l'équipage tente un atterrissage d'urgence sur un lac gelé, l'avion fini par percuter la rive. 5 morts [58]
Aéroport international d'Odessa Tu-104B, CCCP-42447 Vol régulier Aeroflot L'avion perd de l'altitude trop vite pendant l'approche, à cause des courants atmosphériques. Il percute un paratonnerre. Un mort. [59]
Aéroport international de Tachkent Tu-104A, CCCP-42388 inconnue Aterrissage brutal, avion très endommagé, pas de victimeé, pas de victime [60]
Près de l'aéroport international de Vladivostok Tu-104B, CCCP-42504 Vol régulier Aeroflot Percute une antenne et doit faire un aterrissage d'urgence. Avion irréparable, mais aucune victime. [61]
Près de Sofia, Bulgarie Tu-104B, CCCP-42491 Vol cargo Panne d'un moteur peu après le décollage. Tente de revenir en arrière et s'écrase sur une montagne. Cinq morts (équipage) [62]
Kraï de Krasnoïarsk Tu-104A, CCCP-42370 Vol régulier Aeroflot Touché accidentalement par un missile sol-air d'un exercice militaire. 84 morts, aucun survivant. [63]
Près de Khabarovsk Tu-104A, CCCP-42366 Vol régulier Aeroflot Le contrôle de l'avion est perdu pendant la montée pour une raison non identifiée. 86 morts, aucun survivant. [64]
Aéroport de Moscou-Cheremetievo Tu-104B, CCCP-42495 Vol d'essai après révision Contrôle perdu juste après le décollage, à cause d'une erreur de connection sur les contrôles des volets. [65]
Près de Léningrad Tu-104B, CCCP-42483 Vol régulier Aeroflot Décroche durant l'approche, atterrissage très brutal mais aucune victime. Avion irréparable. [66]
Aéroport international d'Irkoutsk Tu-104B, CCCP-42492 Vol régulier Aeroflot (retour de Chine) Descente trop rapide suite à une défaillance des intruments de bord. 33 morts, 2 survivants. [67]
Aéroport international Chhatrapati-Shivaji Tu-104A, OK-LDB (Tchécoslovaque) Au sol L'avion est détruit par un incendie pendant le ravitaillement en carburant. [68]
Aéroport de Novossibirsk-Tolmatchevo Tu-104B, CCCP-42476 Vol régulier d'Aeroflot Sortie de piste à l'atterrissage, pas de victime. [69]
Aéroport international d'Irkoutsk Tu-104B, CCCP-42436 Vol régulier d'Aeroflot Touche le sol avant la piste, pas de victime. [70]
Près de l'aéroport international de Tripoli Tu-104, OK-NDD (Tchécoslovaque) Vol régulier CSA Echec de l'atterrissage. 13 morts, aucun survivant. [71]
Aéroport international d'Irkoutsk Tu-104B, CCCP-42405 Vol régulier d'Aeroflot Atterrissage avant la piste, l'avion heurte un obstacle et prend feu. 97 morts, 29 survivants. [72]
Près de l'aéroport international de Vnoukovo Tu-104B, CCCP-42490 Vol régulier d'Aeroflot Acte criminel : avion détruit par une bombe. 25 morts, aucun survivant. [73]
Aéroport d'Omsk Tu-104B, CCCP-424+08 Inconnu Atterrissage difficile, avion très endommagé, mais pas de victime.difficile, avion très endommagé, aucune victime. [74]
Près de l'aéroport de Poulkovo Tu-104B, CCCP-42505 Vol régulier Aeroflot Tentative de détournement, le pirate de l'air utilise une bombe. Deux morts dont le pirate. [75]
Près de Tchita Tu-104B, CCCP-42379 Vol régulier d'Aeroflot Tentative de détournement, avion détruit par une bombe. 81 morts, aucun survivant. [76]
Approche de Nicosie, Chypre Tu-104A, OK-MDE (Tchécoslovaque) Vol régulier CSA Sortie de piste à l'atterrissage. L'avion prend feu mais peut être évacué, pas de victimes. [77]
Aéroport Koltsovo, Iekaterinbourg Tu-104B, CCCP-42506 Vol régulier Aeroflot Perte de contrôle peu après le décollager suite à une panne d'intruments. 108 morts, aucun survivant. [78]
Approche de l'aéroport de Moscou-Domodedovo Tu-104B, CCCP-42486 Vol régulier Aeroflot Perte de contrôle suite à une panne électrique. 122 mort, aucun survivant. [79]
Aéroport de Moscou-Domodedovo Tu-104B, CCCP-42503 Vol régulier Aeroflot Mauvais atterrissage, l'aile touche de sol. L'avion prend feu, 16 morts sur les 75 occupants [80]
Tchita Tu-104B, CCCP-42501 Vol régulier Aeroflot Sortie de piste à l'atterrissage, avion irréparable mais pas de victimes. [81]
Aéroport de Novossibirsk-Tolmatchevo Tu-104B, CCCP-42472 Vol régulier Aeroflot Aterrissage brutal, train cassé. Avion irréparable mais pas de victimes. [82]
Aéroport international d'Irkoutsk Tu-104A, CCCP-42327 Vol régulier Aeroflot Perte de contrôle après le décollage, écrasement. 24 morts sur 115 occupants. [83]
Tchita Tu-104A, CCCP-42335 Vol régulier Aeroflot L'avion, surchargé, ne parvient pas à décoller avec une vitesse surffisante. Pas de mort, 4 blessés. [84]
Oblast de Smolensk Tu-104B, CCCP-42471 Vol régulier Aeroflot Perte de contrôle suite à une panne d'instruments. 76 morts, aucun survivant. [85]
(date inconnue) Approche de l'aéroport de Kiev-Boryspil Tu-104A, CCCP-42371 Vol régulier Aerfolot Atterrissage brutal, pas de victimes. [86]
Près de l'aéroport international d'Almaty Tu-104B, CCCP-42369 Vol régulier Aeroflot Incendie à bord, l'équipage et les passagers sont tués par le monoxyde de carbone, l'avion s'écrase. 90 morts, aucun survivant [87]
Près de l'aéroport international de Vnoukovo Tu-104B, CCCP-42444 Vol régulier Aeroflot Un moteur prend feu peu après le décollage. Tentative de retour à l'aéroport, Atterrissage très brutal, l'avion prend feu. 58 morts sur les 119 occupants. [88]
Près de Léningrad Tu-104A, CCCP-42332 Vol de liaison, marine soviétique Perte de contrôle après le décollage, du principalement à un mauvais chargement de l'avion. Décime l'état-major de la marine soviétique. [89]

Postérité[modifier | modifier le code]

Exemplaires conservés[modifier | modifier le code]

CCCP-L5412, à Vnoukovo.

Un Tu-104 est exposé à proximité immédiate de l'Aéroport international de Vnoukovo, sur des piédestaux. Un autre exemplaire, lui aussi transformé en monument (exposé de façon permanente en plein air), se trouve à Rybinsk, en centre-ville[90].

Un Tupolev 104 venant d'Aeroflot est conservé au Musée de l'aviation d'Oulianovsk[91], un autre au Musée national de l'aviation de Kiev[92]. On peut aussi observer un ancien appareil de la compagnie CSA, avec sa livrée rouge et blanche, au musée de l'aviation de Prague-Kbely[93].

Outre ces exemplaires exposés et dûment entretenus, des Tu-104 sont à l'abandon dans des aérodromes civils et militaires. Un avion qui était ainsi oublié dans un aérodrome de Sibérie a été restauré sur son temps libre par la mathématicienne Maria Karmanova, aidée de quelques autres passionnés[94].

Avions suivants[modifier | modifier le code]

Comparaison des Tupolev 104 et 124.

Étant le premier jet de ligne soviétique, le Tu-104 a influencé la conception des avions des générations suivantes. Le court-courrier Tupolev Tu-124 a été développé dans le but de remplacer l'Antonov An-24 turbopropulsé. Il ressemble à une version réduite du Tu-104, à l'échelle 75 % environ. Il est cependant plus avancé à certains égards, notamment parce qu'il possède des réacteurs à double flux, d'un bien meilleur rendement. La cabine est conçue pour assoir quatre passagers de front, contre cinq sur le Tu-104[2].

Le Tupolev Tu-134 est lui-même un dérivé du 124, dont il reprend la section de fuselage et l'essentiel de la voilure. Cependant les réacteurs sont placés à l'arrière, changement qui entraîne à son tour d'autres modifications (nouveau caisson central de voilure, empennage en T, etc.). Cette évolution, imitant la Caravelle et le DC-9, vise principalement à réduire le bruit dans la cabine, elle aurait été réclamée par Khrouchtchev en personne, impressionné par le silence à bord de la Caravelle qu'il avait eu l'occasion d'emprunter pour un vol de démonstration pendant sa visite en France en 1960[95],[96].

Le Tu-104 est remplacé, pour l'essentiel, par le Tupolev Tu-154. Ce triréacteur, en service à partir de 1972, présente des similitudes avec les Tupolev précédents, mais est a été conçu à partir d'une feuille blanche comme avion civil, il n'a plus aucun élément hérité d'un ancêtre militaire[97]. Les projets étudiés par Tupolev au cours des années 1960 montrent cependant qu'il y a eu une continuité entre le Tu-104 et le Tu-154. La transition est marquée par un projet Tu-104D qui, contrairement à ce que la désignation peut laisser penser, est déjà un appareil très différent. Les réacteurs envisagés sont trois NK-8 à double flux, montés à l'arrière (un de chaque côté et un dans la queue), ce qui implique bien sur des modifications considérables à la structure. Le fuselage et la voilure restent directement dérivés du Tu-104. Néanmoins, l'avion n'offrait pas assez de capacité pour les besoins d'Aeroflot. Il est alors décidé d'augmenter le diamètre du fuselage, pour installer confortablement six passagers de front et avoir un plancher plat sur toute la longueur de la cabine. L'avion n'a plus rien de commun avec le Tu-104 et devient le Tu-154[98].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Plusieurs timbres émis par les postes soviétiques représentent le Tu-104.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film tchèque V šest ráno na letišti (Six heures à l'aéroport), sorti en 1957, un petit garçon tchécosclovaque se cache dans un Tu-104 en partance pour Moscou et arrive en plein Festival mondial de la jeunesse et des étudiants. Le Tu-104 joue un rôle important dans ce film et figure sur son affiche[99],[100].

Un autre film tchèque, Cirkus v cirkuse un cirque dans le cirque (1976), fait apparaître un Tu-104A. Il est supposé, dans le film, être un avion italien, et a donc reçu de façon fictive les couleurs de Alitalia[101].

Le film britannique Jet Storm montre un Tu-104, utilisé dans le film pour une liaison entre Londres et New York, ce qui est doublement impossible : le Tu-104 n'était pas utilisé hors du bloc de l'est, et n'avait pas l'autonomie nécessaire pour un tel vol[102].

Annexes[modifier | modifier le code]

Galerie médias[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Soviet Aircraft - Cold War », sur www.globalsecurity.org (consulté le )
  2. a b c d e f g h i et j Donald 1999, p. 729-732.
  3. « Tu-16 BADGER (TUPOLEV) - Russian and Soviet Nuclear Forces », sur nuke.fas.org (consulté le )
  4. R. E. G. Davies, Airlines of the Jet Age : a history, Smithsonian Institution Scholarly Press, (ISBN 1-944466-07-X et 978-1-944466-07-7, OCLC 957318225, lire en ligne)
  5. a et b Rigmant 2007, p. 8.
  6. Site de Tupolev
  7. A. I. Kandalov, Tupolev : the man and his aircraft, SAE International, (ISBN 1-56091-899-3 et 978-1-56091-899-8, OCLC 35741540, lire en ligne)
  8. « AvroLand - AVRO JETLINER C-102 », sur www.avroland.ca (consulté le )
  9. a et b « Russian aviation. Russian aviation Who invented the Tu 104 aircraft », sur zizuhotel.ru (consulté le )
  10. Peter W. Brooks, « The Development of Air Transport », Journal of Transport Economics and Policy, vol. 1, no 2,‎ , p. 164–183 (ISSN 0022-5258, lire en ligne, consulté le )
  11. a et b Robin Higham, John T. Greenwood et Von Hardesty, Russian aviation and air power in the twentieth century, Frank Cass, (ISBN 0-7146-4784-5, 978-0-7146-4784-5 et 0-7146-4380-7, OCLC 38468798, lire en ligne)
  12. Rigmant 2007, p. 14.
  13. Rigmant 2007, p. 91.
  14. Rigmant 2007, p. 90.
  15. Michael John Haddrick Taylor, Jane's encyclopedia of aviation, Grolier educational Corp, (ISBN 0-7106-0710-5 et 978-0-7106-0710-2, OCLC 7091690, lire en ligne)
  16. Rigmant 2007, p. 92.
  17. Rigmant 2007, p. 10.
  18. a b et c Rigmant 2007, p. 93.
  19. « The Name “United States of America”<xref ref-type="fn" rid="fn1">1</xref> », The American Historical Review,‎ (ISSN 1937-5239, DOI 10.1086/ahr/31.1.79, lire en ligne, consulté le )
  20. (en-GB) « The last commercial flight of Tu-154 in Russia – end of the era of Soviet airliners — », (consulté le )
  21. Rigmant 2007, p. 14.
  22. Rigmant 2007, p. 91-93.
  23. a et b Rigmant 2007, p. 28.
  24. Rigmant 2007, p. 71.
  25. Rigmant 2007, p. 38-39.
  26. Rigmant 2007, p. 42.
  27. (en) Peter G. Dancey, Soviet Aircraft Industry, Fonthill Media, (lire en ligne)
  28. Rigmant 2007, p. 54.
  29. « Tupolev Tu-104 production list », sur rzjets.net (consulté le )
  30. Rigmant 2007, p. 75.
  31. (en) Transportation, Communications, and Electric Power in the USSR., Joint Publications Research Service, (lire en ligne)
  32. a et b (en) Harriett E. Porch, « Aeroflot, The Soviet Airline - At Home and Abroad », Journal of Air Law and Commerce,‎ (lire en ligne)
  33. a et b (en) « In 1956, the Soviets held first place — briefly. », sur Air & Space Magazine (consulté le )
  34. (en) « When Soviets Almost Beat The West: The Tupolev Tu-104 », sur www.aerotime.aero (consulté le )
  35. (en-US) « Through the Years - ČSA Airline History », sur Everything Czech | by Tres Bohemes, (consulté le )
  36. a et b Rigmant 2007, p. 44.
  37. State University of Infrastructure and Technologies, Kyiv, Ukraine, О.H. Strelko, O.Ya. Pylypchuk et State University of Infrastructure and Technologies, Kyiv, Ukraine, « The fiftieth anniversary of the first space welding experiment », Kosmìčna nauka ì tehnologìâ, vol. 25, no 5,‎ , p. 76–84 (DOI 10.15407/knit2019.05.076, lire en ligne, consulté le )
  38. « Aircraft missile R-23 (K-23) | Missilery.info », sur en.missilery.info (consulté le )
  39. Rigmant 2007, p. 48.
  40. Louis J. Battan, « A Survey of Recent Cloud Physics Research in the Soviet Union », Bulletin of the American Meteorological Society, vol. 44, no 12,‎ , p. 755–771 (ISSN 0003-0007, lire en ligne, consulté le )
  41. Vsekhsvyatskii, S. K., & Ivanchuk, V. I. (1962). Overall structure of the solar corona of February 15, 1961. Soviet Astronomy, 5, 655.
  42. Rigmant 2007, p. 47.
  43. Rigmant 2007, p. 46.
  44. (en) « Jouri Alacheev (URS) (8686) », sur www.fai.org, (consulté le )
  45. (en) « Jouri Alacheev (URS) (4548) », sur www.fai.org, (consulté le )
  46. (en) « Jouri Alacheev (URS) (4589) », sur www.fai.org, (consulté le )
  47. (en) « Viktor Kovalev (URS) (4558) », sur www.fai.org, (consulté le )
  48. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A OK-MDE Nicosia Airport (NIC) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  49. Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Type index > ASN Aviation Safety Database results », sur aviation-safety.net (consulté le )
  50. (en-US) Boris Egorov, « Why the Tu-104 was the most dangerous Soviet passenger aircraft », sur www.rbth.com, (consulté le )
  51. (en) « How did the Soviet’s first jetliner compare to the Comet? », sur www.key.aero (consulté le )
  52. « ЧЕРНЫЙ ФЕВРАЛЬ », sur gazetam.ru (consulté le )
  53. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104 CCCP-L5414 Savasleika Air Base », sur aviation-safety.net (consulté le )
  54. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-L5442 Talakan, Khabarovsk region », sur aviation-safety.net (consulté le )
  55. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42362 Kanash », sur aviation-safety.net (consulté le )
  56. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42452 Ust-Orda », sur aviation-safety.net (consulté le )
  57. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42357 Vladivostok Airport (VVO) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  58. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42438 Sverdlovsk-Koltsovo Airport (SVX) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  59. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42447 Odessa-Central Airport (ODS) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  60. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42388 Tashkent Airport (TAS) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  61. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42504 Vladivostok Airport (VVO) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  62. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42491 Sofia-Vrazhdebna Airport (SOF) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  63. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42370 Voznesenka, Krasnoyarsk region », sur aviation-safety.net (consulté le )
  64. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42366 Khabarovsk », sur aviation-safety.net (consulté le )
  65. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42495 Moskva-Sheremetyevo Airport (SVO) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  66. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42483 Leningrad-Smolnoye Airport », sur aviation-safety.net (consulté le )
  67. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42492 Irkutsk Airport (IKT) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  68. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A OK-LDB Mumbai-Santa Cruz Airport (BOM) », sur www.aviation-safety.net (consulté le )
  69. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42476 Novosibirsk (OVB) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  70. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42436 Irkutsk Airport (IKT) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  71. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A OK-NDD Tripoli International Airport (TIP) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  72. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42405 Irkutsk Airport (IKT) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  73. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42490 Moskva-Vnukovo Airport (VKO) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  74. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42408 Omsk Airport (OMS) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  75. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42505 Leningrad-Shosseynaya Airport (LED) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  76. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42379 Chita », sur aviation-safety.net (consulté le )
  77. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A OK-MDE Nicosia Airport (NIC) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  78. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42506 Sverdlovsk-Koltsovo Airport (SVX) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  79. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42486 Moskva-Domodedovo Airport (DME) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  80. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42503 Moskva-Domodedovo Airport (DME) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  81. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42501 Chita Airport (HTA) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  82. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42472 Novosibirsk-Tolmachevo Airport (OVB) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  83. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42327 Irkutsk Airport (IKT) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  84. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42335 Chita Airport (HTA) », sur www.aviation-safety.net (consulté le )
  85. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42471 Klushino, Solnechnogorsky District », sur aviation-safety.net (consulté le )
  86. « Crash of a Tupolev TU-104A in Kiev | Bureau of Aircraft Accidents Archives », sur www.baaa-acro.com (consulté le )
  87. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42369 Alma-Ata Airport (ALA) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  88. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104B CCCP-42444 Moskva-Vnukovo Airport (VKO) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  89. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Tupolev Tu-104A CCCP-42332 Leningrad », sur aviation-safety.net (consulté le )
  90. (en-US) « Tupolev Tu-104 monument in Rybinsk », sur Monuments reveal, (consulté le )
  91. (en-US) « Muzey Grazhdanskoy Aviatsii », sur AviationMuseum, (consulté le )
  92. « Tu-104 - Авиамузей », sur aviamuseum.com.ua (consulté le )
  93. (en) « VHU PRAHA » (consulté le )
  94. (en-US) « The Allplane Podcast #20 - Restoring a Soviet airliner, with Maria Karmanova », sur Allplane (consulté le )
  95. (en) « Tupolev Tu-134 Soviet-built Workhorse », sur www.key.aero (consulté le ).
  96. Donald 1999, p. 741.
  97. Donald 1999, p. 753.
  98. (en-US) « I Love the Tupolev Tu-154 », sur AirlineReporter, (consulté le )
  99. « V šest ráno na letišti - The Internet Movie Plane Database », sur www.impdb.org (consulté le )
  100. (cs) « V 6 ráno na letišti (1958) » (consulté le )
  101. (it) « Il Tupolev di Alitalia », sur AZ Fleet (consulté le )
  102. « Jet Storm (1959) : Classic Movie Hub (CMH) » (consulté le )

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce chiffre signifie qu'il faut consommer 0,97 kg de carburant pour produire 1 kilogramme-force (9,81 Newtons) de poussée pendant une heure
  2. C'est-à-dire qu'ils ne sont pas directement logés dans la peau de l'avion

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]