Tupolev Tu-155

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tupolev Tu-155
CCCP-85035 sur la base aérienne de Joukovski.
CCCP-85035 sur la base aérienne de Joukovski.

Rôle Banc d'essai pour le moteur NK-88
Constructeur Drapeau : URSS Tupolev / Aviakor (en)
Statut Retiré
Premier vol
Retrait vers 1994
Livraisons 1
Dérivé de Tupolev Tu-154
Variantes Tupolev Tu-156 (jamais construit)
Dimensions
Longueur 47,9 m
Envergure 37,55 m
Hauteur 11,40 m
Aire alaire 201,5 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 55,3 t
Max. au décollage 90 t
Motorisation
Moteurs 3 turboréacteurs Kouznetsov : 2 NK-8-2 et 1 NK-88

Le Tupolev Tu-155 est un avion de ligne expérimental triréacteur soviétique version modifiée du Tupolev Tu-154B, transformé en banc d'essai de motorisation cryogénique, le Kouznetsov NK-88.

Historique[modifier | modifier le code]

Immatriculé CCCP-85035[1], il est le premier avion expérimental à fonctionner à l'hydrogène liquide, le premier vol ayant eu lieu le [2],[3]. L'équipage se compose de cinq personnes et ce vol a duré 21 minutes, il a effectué des petits cercles à une altitude ne dépassant pas 600 m[4].

Il a ensuite aussi été utilisé pour expérimenter un carburant alternatif, le gaz naturel liquéfié, dont le premier vol a eu lieu le [5]. Il effectue une centaine de vols d'essais avant son retrait en 1994 dont des vols de démonstrations internationaux à Bratislava, Nice (octobre 1989), Hanovre (juillet 1990), Berlin (juillet 1991)[5].

Une variante Tupolev Tu-156 était prévue en 1997 avec une motorisation unique plus récente, 3 réacteurs Kouznetsov NK-89[5] mais n'a jamais été construit à la suite de dislocation de l'URSS en 1991.

Le programme d'essai de moteur à carburant cryogénique est relancé en 1998 avec le Tupolev Tu-204 avec les projets Tupolev Tu-206 et Tu-216[6] qui ne seront pas concrétisés[7].

Un seul avion a été construit et est stocké depuis son retrait sur une base aérienne devenue en 2016 l'aéroport de Moscou-Joukovski[8].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'avion en 2012. La nacelle ayant contenu le réacteur NK-88 est vide.

L'avion a une propulsion fournie par 2 types de motorisation différentes : 2 turboréacteurs Kouznetsov NK-8-2 réacteurs du Tu-154, plus un Kouznetsov NK-88 fonctionnant avec soit le gaz naturel liquéfié, soit l'hydrogène liquide, à la place du réacteur NK-8-2 tribord se trouvant sur les Tu-154[5].

La réserve de carburant cryogénique est placée dans le réservoir de carburant d'une capacité de 17,5 m3, établie dans la section spéciale de la section arrière de la cabine passagers[2]. Il est isolé des sections adjacentes du fuselage par les zones tampons, qui disposent d'un système de ventilation[5].

La durée maximale du vol avec le carburant cryogénique est de 120 minutes.[1]

Principalement composé de méthane, le gaz naturel liquéfié permet une réduction du volume de 600 fois par rapport au méthane gazeux. Refroidi à une température d’environ - 235 degrés Celsius grâce à la méthode cryogénique, il prend la forme d’un liquide transparent, inodore et deux fois plus léger que l’eau sans pour autant être corrosif[9]. Le gaz naturel liquéfié commercial, quant à lui, est refroidi à une température de -162 °C[1].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (ru) « Ту-155 », sur www.airwar.ru,‎ (consulté le 26 septembre 2020).
  2. a et b (ru) Valery Ignatievich Gurov, « AVION UNIQUE TU 155 AVEC UN MOTEUR À HYDROGÈNE », Aviaport, no 89,‎ , p. 1-3 (lire en ligne [PDF]).
  3. « 15 avril 1988, l'avion de ligne soviétique Tu-155 est le premier avion à voler avec des réacteurs utilisant de l'hydrogène liquide », sur irsem.fr (consulté le 25 septembre 2020)
  4. val
  5. a b c d et e (en) « Tu-155 / Tu-156 », sur www.globalsecurity.org (consulté le 19 septembre 2020).
  6. (en) « Tupolev carries on with cryogenic fuel research », sur Flight International, (consulté le 29 septembre 2020).
  7. (en) « Tu-206 / Tu-204K / Tu-216 », sur Global Security, (consulté le 26 septembre 2020)
  8. « Région de Moscou - 21 juillet 2017: Avion de passagers TU-155 au Salon international de l'aviation et de l'espace (MAKS) à Joukovski. », sur 123RF, (consulté le 26 septembre 2020).
  9. Marie-Catherine Villatoux, « 15 avril 1988, l'avion de ligne soviétique Tu-155 est le premier avion à voler avec des réacteurs utilisant de l'hydrogène liquide » [PDF], sur Centre études et réserves partenariat de l'Armée de l'air.

Lien externe[modifier | modifier le code]